Forum d'information, de psychoéducation et d'entraide pour les personnes avec un trouble bipolaire (maniaco-dépression).
Le forum des bipotes  Index du Forum FAQ Rechercher S’enregistrer Connexion

Hôpital Maison Blanche ou l'enfer d'un séjour en psychiatrie

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le forum des bipotes Index du Forum ->
Questions / Réponses
-> Entraide et soutien...
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
ovnivante
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2012
Messages: 99

MessagePosté le: Mer 4 Juin 2014 - 20:09    Sujet du message: Hôpital Maison Blanche ou l'enfer d'un séjour en psychiatrie Répondre en citant

Bonjour,

J'ai fait une grosse crise de manie il y a deux ans et j'ai été internée à l'Hôpital Maison Blanche à Paris.
Quand je suis arrivée, ils m'ont fait mettre en pyjama et m'ont pris mes vêtements. Ils m'ont fait prendre des médicaments pour dormir. Le lendemain, j'ai voulu prendre ma douche. Il n'y avait dans la salle de bain qu'une brosse à dents, une petite dosette de gel douche et 1 serviette de bain. Je n'avais pas de brosse à cheveux. Je me souviens que j'ai dû me brosser les cheveux avec ma brosse à dents !!
Le miroir n'en était pas un, c'était du papier miroir où je me voyais toute déformée.
Il n'y avait pas d'interrupteur nul part. Pour que la lumière reste allumée dans la salle de bain, je devais agiter les bras pour qu'elle se rallume.
Dans la chambre, il y avait la cuvette des toilettes à 1 mètre du lit. Sans lunette de toilette. Sans brosse à chiottes. (bon sang mais qu'est-ce qu'ils veulent qu'on foute avec une brosse à chiotte ?!!). Je ne pouvais pas ouvrir ou fermer les volets qui étaient guidés à distance.
Mes parents ont voulu venir me rendre visite au bout de 3 jours. Ils n'habitent pas à Paris et ont dû faire le trajet pour venir. Là, on leur a dit que je n'avais pas droit aux visites. Ils ont fait l'aller-retour pour rien.
Je suis restée 5 jours enfermée dans cette chambre. Les infirmiers laissaient mon plateau avec ses détritus jusqu'au repas suivant. Je n'avais droit à aucune activité, ni lecture, ni télé, rien.
Il y avait une fenêtre à ma porte où tout le monde pouvait me voir et parfois quand j'avais besoin de quelque chose je tambourinais et quand un patient passait j'essayais de lui faire comprendre et il allait chercher une infirmière pour moi.
Vers le 3e ou 4e jour, j'ai tordu l'appareil dentaire que j'avais au palais et du coup il me rentrait dans la langue. Je ne pouvais plus manger ni parler correctement. Je les ai averti de suite et les ai relancé fréquemment. Mon état empirait avec des abcès à la langue. Ils ont mit 15 jours avant de me prendre RDV avec un orthodontiste.
Dans mon état, je ne savais plus où j'avais garé ma voiture et mon chat se trouvait enfermé à l'intérieur. Ils ne voulaient pas me laisser accéder à Internet. Au bout de 10 jours ils ont bien voulu et j'ai pu retrouver où je m'étais garer grâce à Google Earth. Ma chatte a failli mourir à cause d'eux. Elle s'en est tirée, très déshydratée. Mes parents ont pu la sauver in extremis ainsi que ma voiture qui allait être retirée par les flics au moment où ils sont arrivés.
Petit à petit, ils m'ont permis de sortir de ma chambre. 1h, puis 2 etc... mais toujours pas accès à mes vêtements et mon sac. Pendant plus d'un mois j'ai dû porter leur pyjama.
Mon état s'étant amélioré et ma chambre étant totalement ouverte, je pensais aller dans une chambre normale. Ce qui était urgent vu que maintenant que ma porte était ouverte, tout le monde pouvait entrer quand j'étais sur la cuvette des toilettes. Par ailleurs, un patient est entré dans ma chambre et a mangé tous les gâteaux que ma mère m'avait envoyés par la poste.
J'ai été convoquée devant le juge des libertés comme il se doit après 15 jours d'hospitalisation. Mes parents ont été convoqués. Ils ont reçu la convocation 3 jours après le jour où j'ai été jugée. Ils n'ont donc pas pu venir.
J'ai fait appel de la décision du juge qui voulait que je reste à l'hôpital. Mon avocate lors de ce deuxième passage pensait que j'allais être libérée. Dans le cas contraire, je devais la recontacter. Deuxième passage même résultat, je voulais donc recontacter mon avocate. Une psychiatre se trouvait à côté de moi quand j'ai voulu téléphoner. Elle m'a dit que j'irai plus vite en arrêtant mes démarches et en suivant simplement le traitement qu'on me proposait. J'ai suivi son conseil. Je suis restée 3 mois là-bas.
J'ai finalement pu accéder à la plupart de mes affaires. Mes parents m'en ont apporté d'autres car je n'avais que ce que j'avais sur le dos en arrivant.
Ils n'ont jamais voulu que je sorte pour acheter quoique ce soit ou aller chez le coiffeur ou manger à l'extérieur alors qu'ils le faisaient pour d'autres patients. Raison d'après eux : ils connaissaient ces patients. Pourtant, il y en avait une qui était en manie non-stop, ils l'accompagnaient pour ses sorties dehors et puis c'est tout.
Le suivi psy était plus qu'insuffisant. Il fallait batailler pour voir le psy qui s'occupait de nous. J'ai dû le voir 4 fois en tout sur mes 3 mois de séjour.
Voilà. J'ai vidé mon sac. Cet établissement est le pire que j'ai jamais vu. Je le déconseille à tous. Je crois qu'il faut dénoncer tout ça pour espérer que ça change. Ces conditions sont inhumaines.
J'ai séjourné en psychiatrie en Autriche pour dépression. Là-bas, on m'a proposé des activités dès le premier jour comme des cours de yoga, de relaxation, de musique, d'art thérapie. On pouvait choisir entre 3 plats tous les repas de la semaine en début de semaine. La psychiatre passait tous les matins et j'y ai vu en plus une psychologue.
J'aurais voulu retourner là-bas pour me faire soigner si je faisais une crise. J'avais lu des témoignages sur les hôpitaux psy de France et j'avais si peur d'y aller que j'avais téléphoné à mon médecin traitant pour savoir si je pouvais retourner en Autriche pour m'y faire soigner si je faisais une crise. Elle m'a répondu qu'on me soignerait très bien en France. J'ai vu le résultat. Arrêtons donc de chanter cocorico 5 minutes car franchement il n'y a pas de quoi être fiers quand on voit comment c'est en Autriche.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 4 Juin 2014 - 20:09    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
TheValuk
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 24 Juil 2009
Messages: 1 361

MessagePosté le: Mer 4 Juin 2014 - 20:48    Sujet du message: Hôpital Maison Blanche ou l'enfer d'un séjour en psychiatrie Répondre en citant

Salut,

Ton histoire est triste à lire. Ça ne donne pas confiance en effet.
Tu parles de grosse crise de manie : ça a posé problème avec la loi ?
Incroyable qu'ils t'aient délaissée et autant contrôlée pendant si longtemps.
Revenir en haut
ovnivante
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2012
Messages: 99

MessagePosté le: Mer 4 Juin 2014 - 22:42    Sujet du message: Hôpital Maison Blanche ou l'enfer d'un séjour en psychiatrie Répondre en citant

Coucou TheValuk. A part que j'ai été recueillie par des agents de la SNCF à qui j'ai fait croire que je ne savais plus parler et que je venais du ciel lol et que les flics ont prit le relais pour m'emmener à l'hôpital, il n'y a pas eu de pb avec la loi. ç'aurait pu mal tourner aussi à plusieurs reprises où je me suis mise en situation dangereuse avec des hommes mais j'ai su me sauver à temps à chaque fois. Sinon, le juge des libertés est un juge qu'on voit au bout de 15 jours quand on est hospitalisé par un tiers afin de savoir si notre état suscite effectivement un internement ou si c'est le tiers qui a abusé. J'espère avoir répondu à ta question ?
Revenir en haut
feuilledarbre
Bipote Diamant

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2008
Messages: 2 024

MessagePosté le: Mer 4 Juin 2014 - 23:16    Sujet du message: Hôpital Maison Blanche ou l'enfer d'un séjour en psychiatrie Répondre en citant

Bonjour Ovnivante
Quelle expérience douloureuse en effet ! J'imagine que tu en subis encore le traumatisme, ma pauvre.
J'espère sincèrement que tu vas mieux aujourd'hui.
A bientôt
Revenir en haut
ovnivante
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2012
Messages: 99

MessagePosté le: Jeu 5 Juin 2014 - 11:48    Sujet du message: Hôpital Maison Blanche ou l'enfer d'un séjour en psychiatrie Répondre en citant

Bonjour Feuilledarbre
Oui, je repense souvent à ces moments. Je vais mieux aujourd'hui oui, merci de t'en inquiéter. Je n'ai pas refait de crise de manie. J'ai séjourné deux fois dans d'autres établissements pour dépression où là, j'ai été mieux traitée. C'est vraiment cet établissement qui maltraite ses patients je trouve. J'ai oublié de dire aussi que j'ai eu une infection urinaire pendant mon séjour. Ils ont fait l'analyse, elle s'est révélée positive et derrière, rien ! J'ai dû les relancer au bout de 4 jours pour qu'ils me soignent car sinon, ils n'auraient rien fait. On voit que ce n'est pas eux qui souffrent !
Revenir en haut
newlife
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 12 Mar 2013
Messages: 297

MessagePosté le: Jeu 5 Juin 2014 - 12:30    Sujet du message: Hôpital Maison Blanche ou l'enfer d'un séjour en psychiatrie Répondre en citant

bonjour Ovnivante,

On pourrait croire ton récit sorti d'un mauvais livre mais malheureusement il s'agit de la vérité!...inhumain!

Comment cela peut il encore être possible en 2014?.Ou sont passé le respect de la personne et les droits des

malades hospitalises?..révoltant!
Revenir en haut
TheValuk
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 24 Juil 2009
Messages: 1 361

MessagePosté le: Jeu 5 Juin 2014 - 18:46    Sujet du message: Hôpital Maison Blanche ou l'enfer d'un séjour en psychiatrie Répondre en citant

Ouaip, c'est pas joli joli...
Tant mieux si tu vas mieux aujourd'hui.

Prends soin de toi.
Revenir en haut
ovnivante
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2012
Messages: 99

MessagePosté le: Jeu 5 Juin 2014 - 19:09    Sujet du message: Hôpital Maison Blanche ou l'enfer d'un séjour en psychiatrie Répondre en citant

Bonjour Newlife,

ça s'est passé fin 2012 mais j'imagine que ça n'a pas changé.


TheValuk a écrit:
Ouaip, c'est pas joli joli...
Tant mieux si tu vas mieux aujourd'hui.

Prends soin de toi.


Merci TheValuk. Prends soin de toi également.

Bonne soirée,

OVNI.
Revenir en haut
mabulle
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 17 Juin 2009
Messages: 279

MessagePosté le: Jeu 5 Juin 2014 - 22:18    Sujet du message: Hôpital Maison Blanche ou l'enfer d'un séjour en psychiatrie Répondre en citant

Bonsoir,

Désolée pour toi de ce que tu as vécu.

Ça cadre bien avec ce que j'avais pu entendre sur cet endroit.
Mon ex était soigné là bas les dernières années de sa vie. Il est mort quelques semaines après un dernier séjour de plusieurs mois. Ils lui donnaient des traitements extrêmement lourds, qu'ils finissait toujours par arrêter parce qu'il n'arrivait pas à fonctionner avec. Il ne travaillait plus, il faisait juste des allers retours avec l'hôpital. Pour moi ils sont directement responsables de son décès.

Ce genre de traitement que tu décris est parfaitement inhumain. C'est inadmissible.
Ça n'est pas comme ça qu'on va aider les malades, mais je ne pense pas que ce soit leur but. Ces "médecins" pensent plus à rendre les patients calmes et inoffensifs, et à leur idée ça passe par ce genre de traitement. Et pour eux le dialogue avec les patients est inexistant, et leur avis, leur qualité de vie, n'a pas sa place dans leurs décisions. Ils devraient relire le serment d'Hypocrate.
Revenir en haut
newlife
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 12 Mar 2013
Messages: 297

MessagePosté le: Lun 9 Juin 2014 - 17:40    Sujet du message: Hôpital Maison Blanche ou l'enfer d'un séjour en psychiatrie Répondre en citant

bonjour ovnivante,

prends soin de toi afin de ne jamais retourner dans cet horrible endroit!
Revenir en haut
ovnivante
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2012
Messages: 99

MessagePosté le: Lun 9 Juin 2014 - 21:25    Sujet du message: Hôpital Maison Blanche ou l'enfer d'un séjour en psychiatrie Répondre en citant

Salut les Bipotes !

MaBulle, quel terrible dénouement ! Je t'envoie plein de réconfort pour la mort de ton ami...
Newlife, merci pour ton soutien. Vu que je n'habite pas Paris, je ne devrais pas y retourner ;)
Revenir en haut
newlife
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 12 Mar 2013
Messages: 297

MessagePosté le: Mar 10 Juin 2014 - 13:59    Sujet du message: Hôpital Maison Blanche ou l'enfer d'un séjour en psychiatrie Répondre en citant

Bonjour,

cela me ravie d'apprendre que tu as change de région!
Revenir en haut
Solune
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 18 Déc 2009
Messages: 561

MessagePosté le: Mar 10 Juin 2014 - 21:36    Sujet du message: Hôpital Maison Blanche ou l'enfer d'un séjour en psychiatrie Répondre en citant

Bonjour Ovnivante,

Il y a des dérives dans tous les domaines.

En psychiatrie, mieux vaut ne pas faire partie des ingérables et mieux vaut être entouré de proches qui te représentent et veillent sur toi !

J’ai connu ce genre de mésaventure il y a 15 ans.
Le personnel parfois est dépassé, puis c’est l’effet boule de neige, le patient trinque.
L’effet salutaire de ce séjour sinistre proche du tien est que je me suis dégagée de la psychiatrie comme d’une maladie bien plus terrible que celle qui m’impose un traitement.

Un établissement n’est pas un autre, ce n’est pas une blague.
Heureusement, il y a des endroits, nombreux, dans lesquels on est bien pris en charge.

Soigne-toi bien, la meilleure antidote étant de prévenir plutôt que guérir.
L’environnement est tellement important, il faut veiller à ce qu’il convienne.

Bonne chance et merci pour ton témoignage !
Revenir en haut
Hoppe
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 24 Sep 2012
Messages: 60

MessagePosté le: Ven 20 Juin 2014 - 10:31    Sujet du message: Hôpital Maison Blanche ou l'enfer d'un séjour en psychiatrie Répondre en citant

J'ai lu ton post avec comment dire une certaine compassion, et compréhension aussi.

J'ai été hospitalisé aussi en province, il y'a deux ans. J'ai connu l'isolement.

Je précise que je n'ai eu aucun comportement agressif ni envers moi même ni les autres.

Les conditions d hospitalisation étaient aussi inhumaines.

Mais tu vois, ce qui est le plus marquant c'est que tu en parles deux ans après, comme moi. On n'oublie pas.

Certes, on est sorti """soigné""" de l’hôpital.

Mais à 30 ans, comment recroire à la vie ? à la société ?

J'avais besoin d'aide, de soins mais pas comme ça.

Comment se réinsérer par la suite en sachant que cela peut nous arriver à nouveau ???

Quand, on nous hospitalise personne ne pense à cela.

Et c'est terrible. Surtout qu'on est pas responsable.

Tu sais, la juge, je ne l'ai pas vue. Mon avocat ne m'a pas vu, pas de coup fil rien.

Les psy, ont rempli deux papiers, deux coups de tampons et voilà......

Et l'avocat est payé....

Voilà.

Une des rares fois où j'ai eu besoin de la société voilà comment elle m'a traité....
Revenir en haut
mabulle
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 17 Juin 2009
Messages: 279

MessagePosté le: Ven 20 Juin 2014 - 19:04    Sujet du message: Hôpital Maison Blanche ou l'enfer d'un séjour en psychiatrie Répondre en citant

Bonjour Hoppe,

Je suis bien d'accord, ces traitement sont inhumains et inadmissibles.

Même au niveau de la loi, nous sommes des sous citoyens, quand on regarde nos droits lors d'un internement. Dans ce pays il vaut mieux être un délinquant (et même pire) qu'un malade psy.

Comment avoir confiance dans une société qui nous méprise? Comment faire pour vivre dans cette même société, s'y intégrer, autrement qu'en cachant notre maladie, en jonglant avec les mensonges?
Comment pourrait il être acceptable qu'être malade fait de nous des sortes de coupables?

Je ne crois pas qu'il y ait de nombreux endroits où il existe une prise en charge adaptée. Si vous avez des adresses en région parisienne, je suis preneuse, en dehors du château de Garches évidemment, j'ai pas les moyens!!!
Revenir en haut
Hoppe
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 24 Sep 2012
Messages: 60

MessagePosté le: Ven 20 Juin 2014 - 21:03    Sujet du message: Hôpital Maison Blanche ou l'enfer d'un séjour en psychiatrie Répondre en citant

Bonsoir Mabulle,

Je dirais des sous citoyens surtout au niveau de la loi...

Et c'est là aussi un problème.

En Csi, j'ai été plus de 4 jours sans douche, sans savon, sans me laver les dents etc etc;;;;

Enfin, bref bcp d'entre vous connaissent. Je développe pas.

J'ai regardé une émission disponible sur Youtube appelée l'enfer des prisons.

Dont les prisons SUperMAx, c'est aux USA, c'est là où sont détenus les pires criminels américains.

C'est à dire chef de gangs, tueurs en séries, etc etc.... Reconnus responsables de leurs actes évidemment.

En isolement, ils ont un lavabo, du savon et des magazines moi rien....

J'ai posé la question aux psys pourquoi ?

Parce que dans les CSI, certains patients dans leurs délires arracheraient le lavabo, mangeraient le savon etc etc... J'avais déjà même pas d'oreiller ...

Et Allo la terre, j'ai mis une gifle à personne... Ne faites pas de quelques cas des généralités....

Enfin bref, j'en parlerai dans un autre post mais je pense qu"une solution peut être de partir ou de changer de vie.

Enfin je développerai tout cela dans un autre post quand j'aurais plus d'éléments et pour avoir votre avis.

Vivre dans une société moins anxiogène, et plus chichement à titre perso, peut être une solution aussi...

Je finis par une citation de Montaigne qui malheureusement est valable pour beaucoup d'entre nous :

" Rien n'imprime si vivement quelque chose à notre souvenance que le désir de l'oublier ""
Revenir en haut
mabulle
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 17 Juin 2009
Messages: 279

MessagePosté le: Ven 20 Juin 2014 - 21:39    Sujet du message: Hôpital Maison Blanche ou l'enfer d'un séjour en psychiatrie Répondre en citant

Bonsoir,

Sous citoyen au niveau de la loi, mais aussi au niveau de la médecine. Si nous voulons être soignés dans le public, nous n'avons pas le choix ni de l'endroit ou nous serons soignés que ce soit l'hôpital ou le CMP, ni le choix de type de thérapie, je veux dire avoir un psychiatre qui est pro psychanalyse ou pas.

Si je dois subir une chirurgie, je peux choisir mon hôpital, mon chirurgien. Dans certain cas, je peux même aller me faire opérer à l'étranger, et ce sera pris en charge par un la sécu.
Quand ma maladie neurologique s'est déclarée, j'ai pu me faire soigner par qui je voulais, c'est à dire pas par la première équipe qui disait que tout ça c'était dans ma tête. Et la deuxième équipe à trouvé ce que j'avais, une maladie rare. Mais comme j'étais bipolaire, les premier avaient pris des raccourcis.

Là aussi nous partons avec un sacré handicap. Je ne vous souhaite pas d'être atteints d'une maladie un peu rare, un peu tordue. Parce que la plupart des médecins vous rapidement sous entendre un problème psy, et ce sans même prendre la peine d'appeler votre psy dont vous lui avez pourtant donné les coordonnées. Si je ne m'étais pas obstinée, j'aurais été classée hystérique, et j'aurais continué à souffrir (je ne souhaite à personne les douleurs neuropathiques) et je ne vous parle pas du handicap physique.

Les psychiatres partisans des thérapies comportementales et tout ce qui va avec ne sont pas légions au sein des hôpitaux publics. Tous les retours que j'ai pu avoir sur l'hôpital sont très négatifs, entre le matraquage médicamenteux et la privation de liberté, jusqu'à certains traitements qui tiennent de la maltraitance.

Le choix qui nous reste c'est de nous tourner vers le privé, les psychiatres aux honoraires libres, et les cliniques privées, qui ne sont pour la plupart plus des boîtes à fric que des lieux qui s'investissent dans le soin, sauf dans des lieux comme le château de Garches, mais qui sont vraiment hors de prix, puisque non conventionnés.
Mais le privé est le seul moyen d'échapper à la sectorisation.

Il y a aussi la question des soins sans consentement. Tout le monde à le droit de refuser un traitement, sauf nous.

Je crois que cette société nous voit beaucoup comme de grands enfants, incapables de choix éclairés, incapables de décision. Mais aussi comme des personnes peu dignes de confiance. On a beaucoup tendance à nous imposer des traitements, à ne pas rechercher à nous faire adhérer au traitement. Avant j'avais un traitement avec dix molécules différentes. J'étais tellement médicamentée que je n'étais même pas capable de m'opposer.
Et donc l'état décide à notre place, et ça ne choque personne.

Il y aurait vraiment beaucoup à faire, à commencer par changer l'image des malades psy. Mais là il y a vraiment beaucoup beaucoup de boulot.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:20    Sujet du message: Hôpital Maison Blanche ou l'enfer d'un séjour en psychiatrie

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le forum des bipotes Index du Forum ->
Questions / Réponses
-> Entraide et soutien...
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Wikipedia | Psychomedia | Troubles-bipolaires.com | camh.ca - Le trouble bipolaire : Guide d'information | Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com