Forum d'information, de psychoéducation et d'entraide pour les personnes avec un trouble bipolaire (maniaco-dépression).
Le forum des bipotes  Index du Forum FAQ Rechercher S’enregistrer Connexion

Mad pride

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le forum des bipotes Index du Forum ->
Informations
-> Trouble bipolaire, on en parle...
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Team bipote
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 13 Avr 2014
Messages: 863

MessagePosté le: Mar 17 Juin 2014 - 01:18    Sujet du message: Mad pride Répondre en citant

Dans le cortège de la « Mad Pride », contre les préjugés sur les maladies mentales 
 
 
 
 
Le Monde.fr | 14.06.2014 à 20h28 • Mis à jour le 14.06.2014 à 20h58 |

Par Matthieu Bidan



 
 
 
« Au moment de l'affaire Cahuzac, Hervé Morin s'est permis de dire que l'ancien ministre du budget était ‘un schizophrène'. Non, c'est seulement un mec malhonnête ! » Philippe Guerard, président de l'association Advocacy qui représente les usagers des  de santé mentale, tient à mettre les choses au clair. Il a trop souffert de la stigmatisation pour accepter ce genre de comparaison.Assis sur un banc de l'hôpital Sainte-Anne pendant que les adhérents de son association pique-niquent, il attend le départ de la première « Mad Pride » française. Comprenez « Fierté des fous ». Cette marche, sur le modèle de ce qui se pratique déjà à l'étranger, de l'Australie aux États-Unis, a pour but de« démonter les a priori des gens sur les maladies mentales ».
Avec ce nom, le défilé s'inscrit directement dans la lignée de la Gay Pride.« J'avais vingt ans dans les années soixante, je me rappelle du statut des homosexuels à l'époque. Ils ont dû se battre pour leurs droits », assure Claude Deutsch, l'un des bénévoles de l'association qui avait participé à la Mad Pride de Bruxelles en 2011. À côté de lui, sur le parking qui fait face au pavillon Magnan, des dizaines de personnes se préparent à défiler.
Masques sur la tête, maquillage bariolé sur le visage, poncho arc-en-ciel sur le dos, les manifestants s'apprêtent à marcher vers l'Hôtel de ville. Ils vont signer une charte de la dignité en santé mentale en présence de Bernard Jomier, adjoint à la mairie de Paris en charge des questions de santé.



 
 
 
Des marches sur le modèle de la "Mad Pride" existent dans de nombreux pays. | Matthieu Bidan/ Le MondeUne quinquagénaire s'arrête à côté de la statue du cavalier romain qui trône devant le parking, elle s'interroge sur la curieuse troupe. Anne vient d'être admise à l'hôpital. « C'est formidable ce qu'ils font, mais je n'oserais pas », avoue-t-elle dans un sourire tout en retenue. Elle n'a pas la force d'assumer sa maladie. Sur le côté, elle observe presque avec envie tous ces malades qui osent défiler contre les préjugés. « Merde, ils ont droit à la considération eux aussi », finit-elle par lâcher avant de disparaître dans les allées bordées d'arbres du centre hospitalier.
En sens inverse, le cortège passe sous un grand porche pour s'engouffrer dans la rue Cabanis. Un groupe de danses et de percussions brésiliennes imprime une ambiance carnaval de Rio, de quoi ravir les passants et motiver les troupes. Plusieurs associations participent à la manifestation. Daniel de Saint-Riquet représente « Vie libre », un mouvement d'entraide pour anciens alcooliques.« Pour les personnes qui ont des problèmes avec l'alcool, il y a beaucoup de stigmatisation aussi. Avant d'être des malades, nous sommes tous des êtres humains », explique-t-il sous sa moustache grisonnante.


AMBIANCE FESTIVE


Des bulles de savon volent un peu partout au milieu du joyeux défilé. L'ambiance est à la fête. Certains ont fait de la route pour être présents dans la manifestation parisienne. Alain Levisage fait partie du Groupe d'Entraide Mutuelle (GEM) de Locminé, dans le Morbihan. Les GEM ont été mis en place en 2005. Ils permettent à des personnes handicapées de se responsabiliser en organisant des projets.« On fait des ateliers, on a pas mal de petits voyages aussi. Les GEM nous permettent d'avoir une porte de sortie quand on quitte l'hôpital psychiatrique », explique Alain, casquette vissée sur la tête alors que le soleil commence à percer les nuages.
Les Parisiens sortent au balcon pour regarder le cortège passer. Pas loin, deux autres chars attendent les manifestants. « C'est dommage que j'aie des trucs à faire, sinon j'aurais été avec eux », sourit Youcef Ramal, posté devant  le bistrot du coin. Les passants prennent les tracts, esquissent quelques pas de danse au rythme des percussions brésiliennes. Le soleil commence à chauffer et l'ambiance se réchauffe. Des jeunes déguisés en clowns claquent des bises à tout-va aux passants.
Philippe se tient au milieu du cortège, une perruque bleue sur la tête. Il est venu avec son mari, infirmier en psychiatrie. « Quand les gens disent qu'ils sont à Sainte-Anne, il y a directement un jugement négatif », regrette-t-il. Arrivés sur l'île de la Cité, tous les touristes s'arrêtent et dégainent leurs smartphones. Assis sur le bord de la camionnette en avant de cortège, Philippe Guerard sourit. Pour lui, ne plus être enfermé, se montrer aux yeux de tous, c'est déjà une victoire. « On est là pour dire qu'on existe, on nous cache, mais on existe ! » À voir les sourires des touristes et des Parisiens cette après-midi, aucun doute, ils existent.

http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/06/14/dans-le-cortege-de-la-mad-…

Mais on en trouve également des échos ailleurs:

Libération
http://www.liberation.fr/video/2014/06/15/les-fous-sont-dans-la-rue_1041676

Rue89
http://rue89.nouvelobs.com/2014/06/13/mad-pride-les-fous-laches-paris-25290…

Le Point
http://www.lepoint.fr/societe/paris-la-mad-pride-pour-denoncer-les-prejuges…

France 3
http://france3-regions.francetvinfo.fr/paris-ile-de-france/2014/06/13/la-premiere-mad-pride-paris-samedi-14-juin-497717.html

La Croix
http://www.la-croix.com/Actualite/France/Une-Mad-Pride-pour-sensibiliser-au…


Et le reportage tourné par France Télévision:





 
 
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 17 Juin 2014 - 01:18    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Gribouille
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 19 Mar 2014
Messages: 34

MessagePosté le: Mar 17 Juin 2014 - 18:23    Sujet du message: Mad pride Répondre en citant

Bravo pour cette belle manifestation.
Revenir en haut
Team bipote
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 13 Avr 2014
Messages: 863

MessagePosté le: Mar 17 Mar 2015 - 01:08    Sujet du message: Mad pride Répondre en citant

http://www.lamadpride.fr/madpride2015




10h - RDV 82 avenue Denfert-Rochereau et préparation du défilé Mad Pride 2015.
11h45 - Pique-nique convivial

13h - Point presse – interviews des journalistes
14h - Départ de la Mad Pride – Hôpital Saint-Vincent-de-Paul - 82 avenue Denfert-Rochereau 75014 Paris
17h - Arrivée Place de la Bastille - esplanade du port de l'arsenal
Village associatif et festivités
Un trajet symbolique : Départ d’un lieu symbole de soin vers un lieu symbole de la république pour revendiquer la pleine citoyenneté des personnes en difficulté psychique.

INSCRIPTIONS : lamadpride@gmail.com

AVANT le 13 juin...

La Mad Pride met à votre disposition un lieu-atelier pour confectionner vos costumes et vos chars
82 avenue Denfer-Rochereau - batiment Jalaguier - dans l'ancien Hôpital Saint-Vincent-de-Paul
Réservation de la salle : 06 33 13 73 38
Revenir en haut
Team bipote
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 13 Avr 2014
Messages: 863

MessagePosté le: Mer 15 Avr 2015 - 21:48    Sujet du message: Mad pride Répondre en citant

http://www.lamadpride.fr/madpride2015

Revenir en haut
Dédéjr
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 02 Aoû 2011
Messages: 174

MessagePosté le: Ven 17 Avr 2015 - 23:23    Sujet du message: Mad pride Répondre en citant

Interessant, je vais voir si je puisse y aller!!
Revenir en haut
fontaine
Bipote Diamant

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2008
Messages: 2 386

MessagePosté le: Mar 9 Juin 2015 - 07:57    Sujet du message: je relaye les informations sur la Mad Pride Répondre en citant

Pourquoi la MAD PRIDE 2015 ?
En 2014 s’était constituée la première MAD Pride.
Pour pérenniser le mouvement on se réunit de nouveau cette année 2015.
Alors venez nous soutenir, soutenez HUMAPSY, pour exiger d’être considérés comme des humains comme les autres dont on respecte la parole, le vécu, la créativité et les aspirations.
Alors se pose la question lancinante :
 Pourquoi lutter ?
 Pourquoi manifester ?
On lutte pour que des gens discriminés et isolés ne le soient pas.
On lutte pour des gens qui souffrent de troubles bipolaires par exemple.
On leur facilite l’insertion sociale et professionnelle.
On ne peut plus tolérer que de nos jours encore des gens vivent dans l’isolement, la marginalisation.
On lutte alors pour que chacun ait une place valorisante dans notre société.
On lutte pour que des gens aient le courage de parler de leur maladie.
Pour tout ça, la MAD Pride s’organise de nouveau cette année, comme elle a lieu dans plusieurs villes du monde.
Qu’est-ce que alors aussi La MAD PRIDE ?
C’est ce qu’on peut traduire en français par « la marche des fous », pour des malades souffrant de troubles
Qu’est-ce que alors aussi La MAD PRIDE ?
C’est ce qu’on peut traduire en français par « la marche des fous », pour des malades souffrant de troubles psychiques, il existe des solutions.
C’est une manifestation colorée, avec chars et artistes de rues, organisée à l’appel d’un collectif d’associations, parmi lesquelles : l’association des patients HUMAPSY et ADVOCACY France.
Les organisateurs de cette MAD PRIDE plaident alors pour une meilleure prise en charge des patients. On lutte pour faire connaitre davantage la maladie mentale.
A Montréal par exemple, à l’institut Universitaire, le cinéma se développe autour de la maladie mentale. Le cinéma devenant comme un MEDIUM POPULAIRE.
Au fil des ans, plusieurs représentations de la maladie mentale et de l’univers PSYCHIATRIQUE ont été proposées.
Revenir en haut
Team bipote
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 13 Avr 2014
Messages: 863

MessagePosté le: Mer 17 Juin 2015 - 15:12    Sujet du message: Mad pride Répondre en citant

Paris « Mad Pride » 2015, le défilé contre les préjugés


A l’appel d’un collectif d’associations, la « Mad Pride », un grand rassemblement festif contre les préjugés sur les maladies mentales, est organisée ce samedi dans les rues de la capitale entre l’hôpital Saint-Vincent-de-Paul et la Bastille (XIe).
Cinq cents manifestants se sont retrouvés dans les rues de la capitale, ce samedi. Les malades, leurs familles ainsi que les soignants vont marcher ensemble de l’hôpital Saint-Vincent-de-Paul vers la place de la Bastille. La première édition, l’an dernier, avait rassemblé près de 500 personnes.

« Mad Pride » Un défilé festif pour lutter contre les discriminations dont sont l'objet les personnes souffrant de troubles psychiques

Défilé animé par des d’échassiers de la Compagnie CARABAS - 3 Batucadas : Pernambucongo - Samba Soul Orkestra - Tarace Boulba... et bien sur les chars des associations.



Pour favoriser les échanges entre le grand-public et les soignants, les festivités se poursuivront à l’arrivée du défilé. Une vingtaine de stands offriront des activités ludiques et créatives, des happenings artistiques permettant au grand public un parcours de connaissance de la santé mentale.

>> Un reportage de Norbert Cohen



  • Par Emmanuèle Bailly
  • Publié le 13/06/2015 | 16:17, mis à jour le 14/06/2015 | 11:16


http://france3-regions.francetvinfo.fr/paris-ile-de-france/2015/06/13/paris…
Revenir en haut
Shujaa
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 07 Mai 2015
Messages: 26

MessagePosté le: Ven 19 Juin 2015 - 11:01    Sujet du message: Mad pride Répondre en citant

C'est réellement un super évènement. En effet, et je parle en connaissance de cause, dans la majorité des cas pratiques de la vie: au travail, devant des instances etc... dès qu'il est question de troubles psychiques, il se créer un climat oppressant et réducteur. Vous êtes fou/ folle ? Avant de vous venir en aide nous recherchons la sécurité de la société.
Se battre contre les aprioris, les images tenaces qui renvoient invariablement à la pensée toute égoïste de la perte de contrôle de son psychisme et de son intellect qui est devenu dans nos sociétés une arme de domination dont le moteur est la peur plutôt que d'un merveilleux moyen de communication entre les êtres humains.

La maladie mentale fait toujours peur. Les personnes qui en souffre sont la cristallisation de la décadence de l'avilissement de la régression de la débilité et de la laideur dans son ensemble dans un monde où la compétition, la force, la beauté et la performance ne laisse plus guère de place aux gens qui comme nous, vivent avec la sensibilité d'un écorché vif et ne se sentent pas la force ou non pas les moyens de s'imposer pour revendiquer leur droit au respect.

La culpabilité que l'on peux ressentir quand nous atteignons nos limites, nos faiblesses et la peur d'un nous même que nous souhaiterions aborder en pleine confiance.
Revendiquer nos vies ,telle qu'elles soient, et un pas vers la reconnaissance et la tolérance. Non, troubles psychiques n'est pas nécessairement synonyme de déchéance, de mort et de peur.
Avoir une maladie mentale peut être un formidable outil de connaissance de soi et de la vie en générale par rapport à certain individus qui passent le plus clair de leur temps à se fuir.
Être en communion avec soi, avec sa créativité et toute les ressources qu'une grande détresse peut réveiller pour se révéler.
Revenir en haut
Evagreen
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 26 Jan 2009
Messages: 35

MessagePosté le: Jeu 20 Aoû 2015 - 18:37    Sujet du message: MAD PRIDE ! Répondre en citant

Certain(e)s d'entre vous ont-ils (elles) défilé à la Mad Pride le 13 juin dernier ?

J'y étais, j'ai même été interviewée par BFM TV !
"Je suis bipo MAIS je me soigne !" : ma pancarte a connu un franc succès...
Rendez-vous l'année prochaine ?...

http://www.lamadpride.fr/madpride2015
Revenir en haut
Samuelle5
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2015
Messages: 9

MessagePosté le: Sam 21 Nov 2015 - 10:42    Sujet du message: Mad pride Répondre en citant

Ma réponse à l'époque :
http://blogs.mediapart.fr/blog/samuelle/300515/la-mad-pride-fier-detre-fou
Revenir en haut
Team bipote
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 13 Avr 2014
Messages: 863

MessagePosté le: Lun 20 Juin 2016 - 17:34    Sujet du message: Mad pride Répondre en citant

Mad pride : une marche pour les "fous"



12 juin 2016


Logement, vie de famille mais aussi emploi. A l’occasion de la Mad Pride, organisée hier à Paris, enquête sur les discriminations qui frappent les malades psychiatriques au travail.





Camoufler ses pétages de plomb dans l'open space, soigner ses épisodes mélancoliques à coups de gobelets de café, prétexter un mal de dos à chaque arrêt maladie… Hier à Paris, une dizaine d'associations de malades et de familles ont organisé la troisième Mad Pride, ou marche des fiertés, pour dénoncer les préjugés et les discriminations à l'encontre des personnes atteintes de troubles psychiques. Parmi elles, la difficulté à mener une carrière, entre trous noirs dépressifs et phases d'hospitalisation. "Avoir une utilité sociale, c'est pourtant vital pour tout le monde", insiste la psychologue Aude Caria, directrice du Psycom, organisme public d'information sur la santé mentale. Christophe Lançon, professeur de psychiatrie à Marseille, abonde : "Les malades psychiatriques veulent un chez-soi, une famille, un travail. Ils ont les mêmes aspirations que tout le monde."

Mais la vie en entreprise vire souvent au cauchemar. Des études montrent qu'au moins 80% des malades y sont en difficulté. "Ils sont victimes de la stigmatisation de leur entourage professionnel, qui méconnaît les conséquences de la pathologie. Et ils ont une mauvaise image d'eux-mêmes, une tendance à s'autostigmatiser, à douter de leurs compétences", décode Christophe Lançon. A l'approche de la retraite, Philippe Guérard, président de l'association Advocacy, décrit le monde du travail comme "une jungle effrayante pour les personnes fragiles".

Durant toute sa carrière, Annie Labbé, aujourd'hui présidente de l'association Argos2001, qui défend les malades atteints de troubles bipolaires, a vécu avec "un masque".
A l'époque où elle travaillait dans la publicité, il était hors de question de parler de ses phases mélancoliques à ses collègues. Dans ces moments-là, elle multipliait les rendez-vous à l'extérieur pour voler des plages de repos. Nathalie Maunoury, la présidente de France Dépression, se souvient, elle aussi, des années où elle portait "un masque". Cette ex-cadre en entreprise raconte : "Je souriais même au plus fort de la dépression. Je rentrais chaque soir chez moi épuisée, comme après avoir couru un marathon." Et de décrire ses petites ruses pour tenir : multiplier les missions et se ménager des pauses dans l'entre-deux. Mais beaucoup de salariés ne peuvent s'offrir ces jokers. "Pour certains, en phase d'excitation, les journées sont tout bonnement impossibles dans l'espace confiné d'un bureau. Leur attitude agace, ils peuvent se retrouver placardisés", dénonce Annie Labbé.


Au Québec, plus de tabous

Le professeur de psychiatrie Christophe Lançon n'ignore rien de ces obstacles, pourtant il encourage ses patients à reprendre un boulot après avoir été hospitalisés. "A condition de cacher sa maladie, le travail est un lieu privilégié pour se rétablir", estime-t-il. Son service, au CHU de Marseille, est partenaire d'une expérience pilote visant à appliquer le modèle IPS de soutien à l'emploi. Inventé aux États-Unis et testé dans une dizaine de villes en France, ce programme, nourri par des réseaux d'entraide, est basé sur un soutien individualisé. "Les personnes qui accompagnent ne sont pas des magiciennes mais elles écoutent les souhaits des malades, elles ont confiance en eux, en leur capacité, en la vie", s'enthousiasme-t-il. Mais après avoir décroché un job, il faut pouvoir le garder. La psychologue Aude Caria, qui effectue des actions de sensibilisation en entreprise, croit y déceler "une évolution favorable". "Certaines directions des ressources humaines se mobilisent. Pour que le salarié se sente mieux, il faut parfois adapter le poste de travail ou les horaires, sensibiliser les collègues", assure-t-elle.

De son côté, Annie Labbé plaide pour un coup d'œil du côté du Québec, où le tabou a volé en éclats. Le site Stratégies en milieu de travail sur la santé mentale propose ainsi aux directeurs des pistes pour mieux travailler avec les personnes malades : gestion des émotions, des conflits, du rendement, etc. Nathalie Maunoury, elle, constate que, dans les sociétés où un dirigeant ou ses proches sont frappés par la maladie mentale, "les choses bougent". Avec le recul, celle qui a mis sa carrière entre parenthèses en viendrait presque à rêver de voir les masques tomber : "Nos fragilités assumées pourraient aider nos collègues à accepter les leurs. Malades ou bien portants, on a tous besoin d'un monde du travail plus humain."



http://www.lejdd.fr/Societe/Sante/Mad-pride-une-marche-pour-les-fous-790275
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 07:11    Sujet du message: Mad pride

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le forum des bipotes Index du Forum ->
Informations
-> Trouble bipolaire, on en parle...
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Wikipedia | Psychomedia | Troubles-bipolaires.com | camh.ca - Le trouble bipolaire : Guide d'information | Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com