Forum d'information, de psychoéducation et d'entraide pour les personnes avec un trouble bipolaire (maniaco-dépression).
Le forum des bipotes  Index du Forum FAQ Rechercher S’enregistrer Connexion

Guérir/Se stabiliser et mener une vie normale

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le forum des bipotes Index du Forum ->
Questions / Réponses
-> Entraide et soutien...
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Lotus75
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 27 Déc 2013
Messages: 13

MessagePosté le: Lun 7 Juil 2014 - 12:46    Sujet du message: Guérir/Se stabiliser et mener une vie normale Répondre en citant

Bonjour à tous et à toutes,

Je traverse une période très difficile et j'aurais besoins de vos conseils.
J'aimerais savoir comment certains d'entre vous font pour mener une vie normale (travail, santé, famille)
Arrivez-vous à être stabilisés et à vivre normalement ?

En ce qui me concerne, j'ai pris conscience que le traitement seul ne suffisait pas et
cela m'angoisse profondément.
Je vis avec cette boule au ventre et cette torture mentale au quotidien.
"Mon Dieu, mais quand est-ce que ça va me tomber dessus?"

J'essaie de comprendre ce qui n'a pas marché,
ce que j'aurais dû faire pour éviter une énième hospitalisation.

Après mon premier épisode en 2001,
j'ai pris pendant plus de 10 ans du Dépakote mais malgré cela
je rechutais tous les 2 à 3 ans.

J'ai changé de médecin et de traitement.
Je suis passée au Xeroquel en 2011.
Et j'ai rechuté en décembre 2011.

J'ai continué le traitement que je prenais assidûment.
Et malgré tout, en septembre 2013,
j'ai refait une rechute.

Je n'ai absolument pas compris.
J'avais réussi à tenir un poste pendant un an (ce qui était un record personnel)
Je pensais être tirée d'affaire et boum, une énième rechute.

Alors oui, j'ai repéré les déclencheurs : c'est toujours et systématiquement après la signature du CDI
que je décompense.
Alors oui, je vais dire que le surmenage ne me réussit pas.
Ensuite, il y a les symptômes/conséquences que vous connaissez : le manque de sommeil, la dispersion,
l'irritabilité ou l'euphorie, les idées délirantes ("mon collègue de travail est mon âme sœur"), les idées de référence ("JTM" sur une plaque d'immatriculation = "youpi il m'aime et m'envoie un message")

Je me suis posée la question de savoir ce que j'aurais dû faire et mettre en place rapidement.
Je pense que j'aurais dû être alertée par :

- la très grosse fatigue, je luttais pour me réveiller le matin et pourtant je me couchais tôt.
Alors que jusqu'à présent c'était "le manque de sommeil" qui était le déclencheur.
Alors je dormais tôt pour récupérer.

- le surmenage car c'était une création de poste,
il y avait énormément de travail pour tout mettre en place et gérer en parallèle une équipe de plus de 50 personnes.
Oui ma famille et moi savions que j'avais énormément de travail.
Je rentrais exténuée.

Tout comme vous, je connais ces facteurs déclencheurs.
Mais qu'aurais-je dû faire ?

Pour le sommeil, dormir plus tôt ? Je l'ai fait.
Commencer plus tard ? Je ne pouvais décemment pas commencer à 10h (et c'était franchement, ce qui m'aurait fait du bien)
Pour le surmenage ? Déléguer ? Non, j'étais la seule assistante de direction. Personne ne pouvait faire ce travail à ma place.
Moins me mettre la pression ? Difficile... J'étais sollicitée de toute part et ce, toute la journée.
Remettre certaines choses au lendemain ? Je l'aurait fait mais j'aurais été saturée de travail le lendemain et j'aurais accumulé du retard.
Ne traiter que les urgences ? Oui j'ai priorisé, mais tout était urgent et devait être traité rapidement.

J'ai tenu un an et cette fois, je m'étais promis de rester concentrée sur mon travail, de ne pas me disperser.
Et en septembre, je quittais mon poste à 16h30 et à 18h, je débarquais chez une amie avec des bouteilles d'alcool et des idées délirantes ("je vais affronter ma plus grande peur" (=l'hospitalisation), "je vais fumer du cannabis pour aller à l'hôpital volontairement")

Après cette hospitalisation, je me suis souvenue d'une hallucination/idée délirante que j'avais eue.
Mais à ce moment, c'était trop tard.
J'étais déjà partie.
J'aurais pu me dire "Attends mais qu'est ce que tu es en train de croire ?" "C'est faux, ça n'est pas la réalité"
Cette distanciation, je ne l'ai pas faite car je n'étais plus consciente.
Et pourtant, je bossais, j'étais concentrée et je n'étais pas dispersée.

Bref, il me semble que le plus difficile c'est ce travail en amont.
Etre observateur et noter ces "petites choses" qui peuvent s'aggraver.
Et ces déclencheurs sont propres à chacun (même si beaucoup d'entre nous les expérimentent également)

Et une fois identifiés, les accepter.
ça aussi, c'est un gros travail !
Accepter que l'on est fragile, que l'on a des limites et qu'on est différent des autres.

Ensuite, mettre des actions en place et rapidement.
Ce qui est assez difficile.
Hier, j'ai demandé un anxiolytique pour traverser cette période difficile car je n'arrive pas à me calmer et me détendre.
Je suis franchement fatiguée de me battre encore et encore.

Je partage mon expérience pour que vous puissiez me donner votre avis et vos conseils.

- Comment gérez-vous le stress au travail? Que mettez-vous en place pour mieux le vivre ?
- Avez-vous une RQTH ? Est-ce que cela vous apporte un certain confort et une tranquillité dans votre travail ?
- Avez-vous revu vos exigences personnelles ? ("Non je ne suis pas une Wonder Woman" ;)
- Arrivez-vous à repérer les moments difficiles dans vos vies personnelles et que faites-vous pour les dépasser ?

Bref, c'est quoi le secret du bonheur et de la tranquilité ? :)
Je vous remercie par avance pour vos témoignages et tous vos conseils.

Mille merci et à très bientôt.
Bonne journée.
Lotus
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 7 Juil 2014 - 12:46    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
updown
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2014
Messages: 692

MessagePosté le: Lun 7 Juil 2014 - 15:21    Sujet du message: Guérir/Se stabiliser et mener une vie normale Répondre en citant

Bonjour Lotus75,

Je trouve ton récit touchant, car tu as suffisamment de recul face à tes difficultés pour nous les exposer. Tu exprimes ton inquiétude face aux éléments déclencheurs, tu connais bien ces signaux d'alarme que tu as identifié et malgré cela tu ne réussis pas toujours à les écouter pour respecter tes alertes...c'est bien ça?

Je dirai tout d'abord que tu as besoin de te féliciter du fait que tu parviennes à certains moments de les écouter ces signaux, et que tu agis en fonction. Certes des fois il y a des failles mais qui peut prétendre agir toujours dans le bon sens? Tu as cette conscience accrue de tes besoins et de tes limites, du caractère important de faire ce travail sur soi et c'est une très bonne chose alors pour tout cela je tiens à te féliciter.

"Mais qu'aurais-je dû faire ?" : tu as à mon sens bien réagi et fais ce qui te semblait le mieux, en respectant ton corps. Je pense qu'il n'est pas nécessaire de se culpabiliser pour ce que nous n'avons pas fait, le passé est derrière nous, c'est le présent le plus important.

Continue à te respecter, comme tu le dis essaie de fractionner ton travail afin que la charge soit amoindrie, accordes toi des pauses régulièrement car la pression dans le taf nous rend plus vulnérable (mais ça tu l'as remarqué!)

As tu déjà pratiqué la relaxation ou la sophrologie? Perso la relaxation m'apporte beaucoup, je pratique des petites sessions de quelques minutes de respiration abdominale quotidiennement, cela détend le diaphragme et s'ensuit une douce détente qui me permet de reprendre mon activité plus sereinement. Ce qu'il y a de bien avec la sophro ou la relax c'est que nous pouvons la pratiquer à n'importe quel moment de la journée, n'importe où
(même sur son lieu de travail), et que cela ne prend que quelques minutes et le bienfait est immédiat.
Je te conseille de suivre quelques séances avec un relaxologue (ou sophrologue) afin de t'approprier la technique. Moi je fais cela avec mon infirmière psy du CMP, c'est super enrichissant j'adhère totalement!!

En ce qui concerne mes exigences personnelles: oui je les ai revues à la baisse car je tiens à respecter mes limites (comme tu le sais en phase maniaque on se sent capable de tout). Je sais désormais que je ne dirai pas oui à une sollicitation si je sais pertinemment que celle ci peut me coûter par la suite...Par exemple je refuse de travailler davantage (une semaine sans repos comme je l'ai fais il y a 15jrs) quand mon corps et mon esprit m'expriment le besoin de repos...Là je sors de chez l'ostéo car mon dos n'encaissait plus le poids d'autant d'efforts à la suite...Et cela c'est stop désormais, je ne suis pas un robot, je ne veux plus travailler au détriment de ma santé.

Pour les moments difficiles dans ma vie: oui je réussis à les repérer mais cela avec l'aide de ma thérapeute. La psychothérapie que j'ai suivi pendant 3 ans m'a énormément apporté à ce sujet car ma thérapeute a pointé du doigt ce que moi je ne parvenais pas à voir seule (pas le recul nécessaire sur ce que l'on vit soi même). Elle me mettait en garde sur les changements d'humeur, la fatigue qu'elle voyait arriver avant moi....bref, comme je lui ai souvent dit elle était mon ange gardien, ma béquille sur laquelle je pouvais me reposer pour m'aider à avancer seule.
Aujourd'hui je ne la vois plus car elle m'a donné les clés pour pouvoir continuer mon chemin sans elle.

En somme, je ne peux que te conseiller de prendre soin de toi en étant à l'écoute de ton corps, continues à te respecter et essaie de ne pas te charger de trop à la fois dans ton travail.

Je te souhaite bon courage et tout le soutien dont tu mérites

Amicalement,
Updown
Revenir en haut
Lotus75
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 27 Déc 2013
Messages: 13

MessagePosté le: Lun 7 Juil 2014 - 16:50    Sujet du message: Guérir/Se stabiliser et mener une vie normale Répondre en citant

Merci Updown,

Ton message me touche beaucoup.

On nous parle souvent de bien connaître les déclencheurs
mais on nous parle très peu de les accepter.

L'acceptation de ses propres limites.
C'est ça que je trouve très difficile...

Pas l'acceptation de la maladie,
on a tous fait cette démarche sinon nous ne serions
pas là inscrits sur un forum de bipolaires ! ;)

Non ce que je trouve très difficile à faire,
c'est accepter ses limites et sa fragilité.

Moi qui suis assez exigeante et volontaire,
cela m'est très difficile de me dire "ça tu ne peux pas/plus le faire"
- je ne peux pas travailler comme une forcenée,
- je ne peux pas gérer la fatigue nerveuse,
- je ne peux pas prendre du recul, relativiser et lâcher prise instantanément

Tu vois ce sont toutes ces choses que beaucoup de personnes ("normales")
s'efforcent de faire, tant bien que mal je le reconnais,
mais cela ne se solde par une hospitalisation ou une décompensation.

C'est cette différence, cette fragilité qui me pèse.
C'est très difficile d'accepter ses limites alors que d'autres (des personnes saines/sans troubles bipolaires) y arrivent.
C'est très frustrant.

Alors oui, tu as raison, les déclencheurs, je les connais et j'essaie d'y remédier.

Tu sais, en ce moment, je prends des anxiolytiques parce que cette peur me torture l'esprit et c'est un supplice.
Et je me dis : "Mon Dieu, ça y'est ça commence, je suis en train de stresser, vite vite que dois-je faire pour ne pas décompenser"
Je n'aime pas cette solution médicamenteuse mais je dois avouer que je n'arrive pas à dépasser cette peur/angoisse sans.

Je ne peux quand même pas m'empêcher de vivre.
Il n'y a pas de travail sans stress, il n'y a pas de vie douce et tranquille.
Il y a des difficultés que tout le monde connaît
et chacun fait en fonction de ça.

Moi je décompense...
Et ça c'est horrible à vivre.
Se dire que je ne suis pas de taille pour me battre.

Et ça j'aimerais savoir comment tu fais.
Est-ce que tu prends quelques jours de repos dès que tu sens la pression ?
Est-ce que tu arrives à parler à ton supérieur en lui disant "il faut que je m'arrête" ou "j'ai trop de travail, je ne vais pas y arriver"
Et quand tu sens que tu es contrariée, qu'une situation devient difficile à gérer émotionnellement, que fais-tu ?

Tu as raison pour la relaxation et la sophrologie, ce sont de bons outils.
Penses-tu qu'il faille changer toute notre hygiène de vie ?

- du sport,
- de la méditation ou autre technique de relaxation
- une alimentation équilibrée,
- éviter les excitants (café)
- arrêter de fumer,
- avoir des horaires de sommeil réguliers

Bref, revoir toute sa vie ? ;)

Es-tu stabilisée ?
Et pour finir sur une note positive, penses-tu qu'on peut arriver à vivre normalement ?

Merci pour tes réponses Updown.
Bon après-midi à toi et à bientôt :)

Lotus
Revenir en haut
updown
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2014
Messages: 692

MessagePosté le: Lun 7 Juil 2014 - 18:01    Sujet du message: Guérir/Se stabiliser et mener une vie normale Répondre en citant

Stabilisée, je le suis depuis peu, c'est ce que ma psychiatre m'a dit.
Je reste malgré tout prudente car je sais qu'un évènement douloureux pourrait me faire sombrer (je pense à la perte d'un de mes proches). J'avais d'ailleurs poster à ce sujet "stabilisée mais est ce gagné?" , car pour moi la plus grande de mes peurs c'est la dépression que je connais depuis mon enfance, récurrente jusqu'à ce traitement.

Je t'avoue que je n'ai pas changé grand chose dans mon hygiène de vie = je continue à boire un peu de vin de temps en temps (je suis ce qu'on appelle une bonne vivante) et parfois aussi je ne me refuse pas un digestif, malgré les mises en garde par rapport à l'association médocs/alcool.
Jusqu'ici cela ne me pose aucun problème au niveau des humeurs, sauf quand je dépasse une certaine limite où là je deviens exécrable (selon les termes de mon conjoint) et où j'ai des trous noirs. Cela m'est arrivé 2 fois mais certainement pas 3 !!!!

Tu sais, je pense sincèrement que l'on peut vivre "normalement" avec cette pathologie, si toutefois l'on respecte scrupuleusement la médication.

Je préfère aussi te dire que pour ma part ma pathologie est légère, modérée selon les termes de ma psy. Effectivement si les dépressions duraient entre 4 et 6 mois (profonde détresse avec inertie et agoraphobie), les phases maniaques, elles, étaient modérées, c'est à dire que je n'ai jamais eu de dépenses excessives, de bouffées délirantes, simplement (mais c'est déjà assez je trouve ! ) une surestime de soi, un blabla intempestif, des projets débutés jamais terminés et surtout une libido exacerbée à la limite de la nymphomanie Embarassed . Je ne tenais pas en place j'ai déménagé 100 fois, changé de région et de mecs 200 fois (tombée "amoureuse" 1000 fois Confused Very Happy )

Je pense que je ne serai pas la seule à te donner mon point de vue, tes questions sont celles que nous nous posons tous fréquemment.

Pour ce qui est du travail et des moments de fatigue, je ne peux me permettre d'être "amoindrie", je travaille 39h/semaine dans un château hôtel (comme femme de chambre) et comme tu t'en doutes la saison débute tout juste.

Mes boss ont bien voulu me reprendre cette saison et j'en suis ravie car malgré mes humeurs changeantes de l'année précédente ils ont quand même vu mon potentiel sérieux et consciencieux. Du coup ils ne sont pas au courant de la pathologie et je me garde bien de leur en parler, je pense sincèrement que cela les ferait fuir!! (la stigmatisation a la dent dure!)
Alors quand je commence à être très fatiguée (mais quiconque le serait au bout de 7 jrs non stop) je leur demande simplement de me donner un repos, que je suis pas capable d'enchainer autant de jours de travail sans me reposer. Et même s'ils ne font pas assez preuve d'empathie ils finissent par accepter car peut être ils se disent que c'est mieux comme ça que de recevoir un arrêt maladie...c'est ce que je suppose...

J'espère que beaucoup d'autres te répondront, car moi même l'avis d'autres membres sur ces questions m'intéresse Razz

Prends soin de toi Lotus,
à bientôt, bonne soirée

Updown
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:25    Sujet du message: Guérir/Se stabiliser et mener une vie normale

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le forum des bipotes Index du Forum ->
Questions / Réponses
-> Entraide et soutien...
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Wikipedia | Psychomedia | Troubles-bipolaires.com | camh.ca - Le trouble bipolaire : Guide d'information | Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com