Forum d'information, de psychoéducation et d'entraide pour les personnes avec un trouble bipolaire (maniaco-dépression).
Le forum des bipotes  Index du Forum FAQ Rechercher S’enregistrer Connexion

Bipolarité et travail

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le forum des bipotes Index du Forum ->
Questions / Réponses
-> Entraide et soutien...
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Luciole
Bipote Diamant

Hors ligne

Inscrit le: 28 Déc 2011
Messages: 4 006

MessagePosté le: Ven 18 Juil 2014 - 20:51    Sujet du message: Bipolarité et travail Répondre en citant

Bonsoir,

En tant que bipolaire, comment a évolué votre vie professionnelle ?
Pouvez-vous détailler les étapes ? les adaptations ? etc
Avez vous été obligé de vous adapter à votre santé durablement ? et comment ?

Merci,

Luciole
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 18 Juil 2014 - 20:51    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
never.again
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 05 Juil 2014
Messages: 74

MessagePosté le: Ven 18 Juil 2014 - 21:21    Sujet du message: Bipolarité et travail Répondre en citant

Bonsoir Luciole ,
Je fus cadre commercial pendant 12 ans .
En 2004 , j'ai pété un plomb, j'étais le roi du monde, je trompais ma femme devant elle , j'avais 2 filles que j'aimais, + une décédée , j'ai pris mon premier épisode hypomane dans la gueule ...
C'était en 2004, j' étais cadre commercial , avec bcp d'ambition ....
Aujourd'hui , j'ai renoncé à ce genre de travail, je fais une formation de menuisier marine , et j'en suis satisfait , loin de moi l'idée de régression, je suis à ma place ..
Je t'embrasse affectueusement !
Revenir en haut
TheValuk
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 24 Juil 2009
Messages: 1 361

MessagePosté le: Sam 19 Juil 2014 - 10:33    Sujet du message: Bipolarité et travail Répondre en citant

Coucou à vous deux,

Ça fait 7/8 ans que je suis professeur des écoles.
Ma maladie s'est déclarée (ou plutôt repérée, diagnostiquée) avec un épisode hypomaniaque / maniaque lors de ma 2ième année d'enseignement.

Dès le départ j'ai ressenti du stress dans ce métier et c'est certain que ça a joué un rôle déterminant dans ma santé.

Résultat j'ai atterri aux urgences psychiatriques en isolement car je me prenais moi aussi pour le roi du monde, Bouddha, Jésus, tout ce que vous voulez de mystique.
Puis je suis resté en "observation" en hôpital de jour pendant 3 semaines.

Et j'ai repris le travail. Avec d'énormes difficultés : grosses angoisses, sentiment de néant, honte. Le regard des autres n'était pas malveillant mais plutôt empreint d'une curiosité mêlée paradoxalement d'indifférence / de retrait. J'ai donc vécu un calvaire pendant au moins 2 ans.

Puis les choses se sont arrangées grâces à une médication adaptée et une psychothérapie chevronnée. Et enfin une rencontre amoureuse.

Du coup les impacts dans le travail ont été un peu tel que tu l'as décrit dans ton autre post Luciole : je n'étais pas en "danger" professionnellement (fonctionnaire) mais j'avais honte et je me sentais mal au quotidien. Mal à cause de la maladie qui n'était pas "endiguée" et mal à cause d'un stress permanent au boulot car j'avais d'énormes difficultés à tenir bon face à mes classes pleines d'énergie.
J'ai songé plusieurs fois à démissionner. Mais heureusement que je ne l'ai pas fait.

Au final je ne m'en sors pas mal, tout ça est derrière moi.
La seule chose sur laquelle je dois travailler est le fait de se désinvestir émotionnellement, affectivement dans le boulot. Ce n'est pas chose facile devant des élèves où s'installe forcément des relations (je les vois 5/6h par jour).
De plus, même si ce métier est définitivement stressant et que je doute parfois aller jusqu'au bout, je suis pourtant certain que le monde de l'enfance est "ma voie", que je ne me suis pas trompé.
Je me dis parfois qu'un métier derrière un bureau me conviendrait mieux par rapport à ma santé, mais j'ai besoin de stimulation avec les mains dans le cambouis, avec des élèves. Pour l'instant...
Revenir en haut
TheValuk
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 24 Juil 2009
Messages: 1 361

MessagePosté le: Sam 19 Juil 2014 - 10:38    Sujet du message: Bipolarité et travail Répondre en citant

*psychothérapie chevronnée (ça veut rien dire )
Revenir en haut
never.again
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 05 Juil 2014
Messages: 74

MessagePosté le: Sam 19 Juil 2014 - 10:59    Sujet du message: Bipolarité et travail Répondre en citant

C'est un psychothérapie de chez Citröen ....
Mdr !!!!
Revenir en haut
minouche
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 26 Juin 2014
Messages: 81

MessagePosté le: Dim 20 Juil 2014 - 11:20    Sujet du message: Bipolarité et travail Répondre en citant

Bonjour Luciole,
Pour ma part, je réalise énormément de choses depuis qlq temps et depuis que je suis sur le forum: ma vie professionnelle et scolaire aussi a été marquée par mes troubles (pas encore diagnostiqués , je le rappelle)...
J'étais monitrice éducatrice diplômée: 6 mois dans 3 structures différentes (4 mois 1 mois et 1 mois encore), le milieu éduc est très difficile déjà de par le taf en lui-même mais aussi par la personnalité des éduc qui sont souvent très sûrs d'eux, je me sentais mal à l'aise la plupart du temps....
Puis je me suis dirigée vers l'animation en géronto, 3 maison de retraite en 6 ans (2ans, 6 mois et 2 ans encore). J'ai fait un DUT animation en cours d'emploi. J'étais méga dynamique, à fond dans mon travail, aimée par les résidents, battante, pleine de projets à chaque fois....avec toujours mes fameuses périodes "off", mais dans les 3 cas, la dépression a pris le dessus et çà finissait en "drame" dans le bureau du directeur, compréhensif ou pas.... Dans la maison de retraite où je suis restée 6 mois, le dirlo, suite à un état dépressif m'a proposée un nouveau contrat de 6 mois, au lieu du fameux CDI promis, car il voulait voir si j'étais fiable avant de m’embaucher définitivement, je me suis enfouie, pour à nouveau 6 mois de chômage; puis la dernière maison de retraite (là où j'ai passé mon DUT) a fini en dépression très grave (la pire de ma vie) en 2009, j'ai démissionné et ai suivi celui qui allait devenir mon mari à la campagne...
Depuis, il s'est passé beaucoup de choses, j'ai divorcé, a part en 2009 et 2010 (petits boulots), je n'ai JAMAIS retravaillé pour un patron, je suis désormais à mon compte: apicultrice pro avec 200 ruches, seule et motivée. Cette période de rechute récente m'a fait peur et j'ai tout fait pour ne pas re-sombrer plus bas, car mon exploitation est devenue ma raison de vivre!!
Cependant, j'ai beaucoup cogité ces dernières semaines, seule et avec ma psy, et me dis que ce changement de cap est une fuite, car je suis INCAPABLE de bosser comme tout le monde, chez un patron...Donc, je fuis dans ma caverne pour me protéger; c'est assez dévalorisant de penser cela... Et en vous lisant, parfois, je me sous-estime pas mal car je me dis que je suis pas normale avec ma vie: je passe mes journées par monts et par vaux en cotte agricole avec mon enfumoir ou sur les marchés à essayer de vendre mes productions... Et aussi, je vis seule sans enfant....
Depuis 1 mois ou 2, j'ai recontacté des amis et aussi je développe une nouvelle amitié, car je souffrais trop de solitude....
Dans le même temps, je me dis qu'il faut avoir des couilles (excusez l'expression!!) pour être à son compte, et aussi faire ce métier passionnant, mais ô combien difficile et très physique pour une femme... Je me dis que je suis super courageuse; je me suis débrouillée à retrouver un local professionnel (l'autre, c'était chez mon ex-mari), et un réseau de pleins de personnes qui m'aident pour tout un tas de trucs...Je fais des formations en hiver...
Assez étrange cette ambivalence: fière et triste à la fois, sous-estimation et grande fierté en même temps!!
Voilà mon histoire....
Ce que tu vis Luciole ne doit pas être évident et je crois que notre but est de trouver ce qui nous convient le mieux pour éviter les situations de stress et être bien dans son travail, rebondir s'il le faut, un peu comme le fait Never.again...
Merci de m'avoir lue!
Minouche
Revenir en haut
luciel
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 27 Nov 2013
Messages: 344

MessagePosté le: Dim 20 Juil 2014 - 18:39    Sujet du message: Bipolarité et travail Répondre en citant

Bonjour à tous,
Un moment que je ne suis pas venue ici, cette maladie étant parfois plus forte que tout. Grâce à la TCC, on a compris que mes troubles bipolaires avaient commencé à 15 ans après deux immenses chocs :s. Après, il y a eu la drogue, la vie sexuelle débridée, l'incapacité à me fixer professionnellement, les dépressions, les phases excentriques et des tentatives de suicide... Les années ont passé, alternance de moments up et down, incapacité à rester dans un boulot sans conflit ni violence... Mais quels mots mettre derrière tout ça ? Je ne savais pas ce que j'avais et, comme beaucoup d'entre nous, je ne savais pas que j'étais "malade". Très grave dépression en 2001, mais je m'en remets aux médecines douces. Et puis, on me diagnostique une hypothyroidie. Licenciée économique, rupture amoureuse. Je grossis, moi qui étais mince, je décide d'être freelance (je suis journaliste), je vois des psy, on me donne des kilos d'antidépresseurs dont le très nocif Survector... Les années passent encore, ça devient de plus en plus dur, je me fais griller partout où je bosse, en 2008, une psy me dit que je suis bipolaire, je refuse de l'entendre. Septembre 2012 : LA dépression me tombe dessus. Je ne parle plus, je ne mange plus, ne me lève plus, ne me lave plus, suis dans le noir, la télé en fond. Depuis un an et demi, je vomissais sans cesse avec ensuite des accès d'hypersomnie, on ne comprenait pas ce que j'avais. Avril 2013 : malgré mes luttes pour rester en vie, malgré mes tentatives de suicide, ce désespoir chevillé au coeur, malgré l'attention de ma compagne et de mes amis, on m'hospitalise pour la première fois de ma vie. Clinique psychiatrique super, à Meudon. 9 semaines. Dont 2 en décompensation psychotique / phase maniaque délirante. Je suis sortie avec dix kilos en mois (ça, c'est cool), épuisée, sonnée, diagnostiquée bipolaire et comorbidités (épilepsie partielle, déréalisation, tocs). Depuis ? J'ai été en arrêt, ai un peu travaillé, fait un bilan de compétences, et construit des projets d'avenir. Je vais faire une reconversion l'an prochain, un boulot plus stable et administratif et plus à temps complet. J'attends aussi dans les semaines qui viennent la réponse pour la RQTH. On n'a pas le choix avec cette maladie, il faut vivre avec des règles : sommeil, sport, méditation, thérapie, traitement, calme et le moins possible de stress. Pas facile dans notre monde moderne, mais on ne PEUT PAS faire autrement. Bon courage.
Revenir en haut
Kahlan
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 16 Juil 2014
Messages: 69

MessagePosté le: Dim 20 Juil 2014 - 19:21    Sujet du message: Bipolarité et travail Répondre en citant

perso durant mes études beaucoup de crises d'angoisse et suivi par les psy de l'établissement, automutilation et boulimie pour cacher le tout.
à la fin de mes études j'ai commencé une thérapie, une a 2 fois par semaine, mais beaucoup d'arrêt maladie
ces dernier temps mon psy voulais me mettre en arrêt mais comme je trouvais l'être trop souvent j'ai été en mi-temps thérapeutique, du coup pas remboursé car c'est toute une procédure de m**** auprès de la sécu (comme si on avait que ça a se soucier)
mais le mi temps m'aider a travailler a peu près normalement par contre quand je travaillais pas je dormais. Durant le mi-temps j'ai pleuré une fois le soir mais je survivais, quand j'ai repris le temps plein je recommençais a pleurer et faire ma loque sur le lit.

mon psy veux pas que je me déclare en situation de handicap, ça me gène car sans ça je ne peux pas me faire aider par les organismes pour trouver un temps partiel, pole emploi propose presque rien car j'ai fais 2 ans de chômage pour chercher un temps partiel, au final j'ai trouvé un temps plein je vais mal et je fais une rupture conventionnelle car j'en suis au 4ème arrêt en 6 mois.

en gros si ton psy veux bien remplir le formulaire pour la MDPH c'est une bonne chose, tu n'est pas obligé de le dire a ton futur employeur mais les organisme qui aide les personnes en situation de handicap pourront te proposer des offres adapter à ta maladie que tu ne trouvera pas ailleurs.
Revenir en haut
luciel
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 27 Nov 2013
Messages: 344

MessagePosté le: Dim 20 Juil 2014 - 20:25    Sujet du message: Bipolarité et travail Répondre en citant

Je sais tout ça, Kahlan, c'est pour ça que ma psy me l'a proposé, c'est long, on a tout rempli (le dossier + un gros questionnaire médical complet) en octobre. Change de psy ou vas au CMP, y a pas de raison...
Revenir en haut
never.again
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 05 Juil 2014
Messages: 74

MessagePosté le: Dim 20 Juil 2014 - 21:10    Sujet du message: Bipolarité et travail Répondre en citant

Voici la réponse de Cap emploi lors de ma demande d'aide : " Si vous n'êtes pas stabilisé, aucune chance de trouver un employeur ou de chercher à vous former " .....
J'ai la RQTH, AAH ....Ce n'est pas du tout l'assurance de trouver un emploi ou une formation !

Never.again
Revenir en haut
Kahlan
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 16 Juil 2014
Messages: 69

MessagePosté le: Lun 21 Juil 2014 - 08:24    Sujet du message: Bipolarité et travail Répondre en citant

ma tante travail a cap emploi, c'est elle qui m'avait conseillé de faire le dossier à la MDPH et qui l'a conseillé à mon cousin (son fils) qui est pire que moi niveau accès de colère et endettement. Elle sait également que je ne suis pas stabilisée non plus. Elle m'a dis qu'ils cherchent un poste adapté et ne sont pas en droit de dire ta maladie ou parler de ton état.
a mon avis t'es tombé sur une idiote qui voulais pas se fouler. As-tu moyen de voir ça dans une autre agence ou c'est vraiment par zone géographique ?
Revenir en haut
Kahlan
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 16 Juil 2014
Messages: 69

MessagePosté le: Lun 21 Juil 2014 - 08:30    Sujet du message: Bipolarité et travail Répondre en citant

luciel a écrit:
Je sais tout ça, Kahlan, c'est pour ça que ma psy me l'a proposé, c'est long, on a tout rempli (le dossier + un gros questionnaire médical complet) en octobre. Change de psy ou vas au CMP, y a pas de raison...


pour changer de psy je peux pas me permettre, c'était déjà un psy de CMP qui faisait ça en plus de l'HP, il a arrêté le CMP, et là où je suis trouver un psychiatre de CMP c'est pas évident et c'est 6 mois d'attente, mon médecin traitant est au courant mais comme je suis déjà suivi par un psy il veux pas interférer pour que plusieurs personnes me donnes des trucs sans se concerter.

quand a ma thérapeute c'est une psychologue, elle délivre aucun médoc et ne fait aucun certificat.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:21    Sujet du message: Bipolarité et travail

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le forum des bipotes Index du Forum ->
Questions / Réponses
-> Entraide et soutien...
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Wikipedia | Psychomedia | Troubles-bipolaires.com | camh.ca - Le trouble bipolaire : Guide d'information | Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com