Forum d'information, de psychoéducation et d'entraide pour les personnes avec un trouble bipolaire (maniaco-dépression).
Le forum des bipotes  Index du Forum FAQ Rechercher S’enregistrer Connexion

au secours psy en vacances quotidien difficile à gérer

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le forum des bipotes Index du Forum ->
Questions / Réponses
-> Entraide et soutien...
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
kev78
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2010
Messages: 339

MessagePosté le: Ven 8 Aoû 2014 - 21:13    Sujet du message: au secours psy en vacances quotidien difficile à gérer Répondre en citant

Bonjour à vous,
Je viens écrire pour échanger un peu sur ce qui me dépasse.
L'historique complet de mon état de santé serait long à raconté.

Enfin, en gros, je suis sous traitement de type antidepresseur, cela depuis 15 ans; diagnostiqué biopolaire il y a 5 ans, puis maintenant, surtout état dépressif, senlon mon psychiatre actuel.

En vérité je pense que j'ai été dépressif toute ma vie, avec des stratégies pour y réagir pas toujours efficaces (exemple consommation massive de cannabis pendant une longue période, essayant surtout de compenser les andidépresseurs trop "agressifs " sur moi type déroxat que j'ai pris au moins 6 ans.

J'ai grandi dans un environnement maltraitant et négligent, donc au quotidien: violences physiques avec mas grande soeur (qui était en effet plus grande de taille pendant un certain temps et en abusait.)
J'ai grandi aussi avec le violence de mon père qui "switchait" au moment ou il avait accumulé toute énergie négative en lui, donc son visage devenaient celui d'une personne rageuse, qu'il ne contrôlait pas (ça c'était flipant).Il criait beaucoup aussi, et très souvent me frappait dans ses phase d'agression, régulièrement, de coups de poings par exemple, alors que je n'était qu'un enfant.

Pour lui, il se souvient de ne m'avoir Jamais Frappé, et je le crois, la faute qu'il devenait une autre personne à chaque fois, je le voyais dans ces yeux, il ne s'en rappelle vraiment pas, mais, a dit se souvenir des violences de ma soeur sur moi, donc voilà mémoire très sélective.
Ma mère, elle, racontait à ma soeur, sa sexualité avec mon père.(elle a une maturité émotionnelle de petite fille)
Donc il y avait un problème de limites dans cette famille. ma soeur est parti y a 15 ans, moi j'ai du revenir chez mes parents, après 4 ans à Paris, et des souvenirs en plus, puisque j'ai souffert la bàs d'un viol et aussi d'humilation par des flics de la BAC,, un soir ou j'étais dans un état second pour être en train d'arrêter le deroxat, donc manque violent, donc mal parlé et ils se sont venger: 3 fouilles anales et menaces physiques de l'un d'eux alors que j'étais encore à poil.
Ma soeur s'est totalement décrochée de sa famille qui, certes était pour elle son bourreau.

Mon grands pères est décédé il y 10 jours, elle était la seule de ses petits enfants à ne pas être là (d'ailleurs je n'ai plus de contact moi même, qui était le dernier de la famille a avoir contact avec elle, d'ou ma culpabilité et grande tristesse puisque, entre nous, le clash est qu'on arrivait pas a mettre des limites entre nous, ayant eu une relation fusionnelle pendant bien longtemps.
Je crois aussi que s'isoler complètement de sa famille, même notre famille violente et avec de nets traits incestuels (est malsain pour ma soeur, même si, vous le devinez peut être, là je le comprends très bien, c'est très difficille de trouver un "juste milieu" entre l'envahissement et le rejet total.


Finalement je n'ai pas encore parlé de l'intitulé de mon post,

Ce que je sens monter là, en moi, c'est une surcharge émotionelle. Personne n'a pleuré le jour de l'enterrement de mon grand-père alors que l'émotion était vraiment très forte.
Et moi aussi je suis resté bloqué, et finalement, c'est seulement 2 fois, au boulot ( je travaille seul dans rue) la ça a monté violemment (le chagrin) et j'avais vraiment beaucoup de larmes à versé, mais je me suis beaucoup mordu la lèvre car je ne voulais pas q'on me voit pleurer même si c'était une rue calme. Et ça s'est repassé une autre fois dans le même contexte. Pourtant à chaque fois j'allais m'effondrer (ce qui aurait été vraiment bénéfique dans le fond....)
Et, comme par hasard, lorsque je suis seul chez moi (enfin dans la même maison que mes parents), ça ne vient pas.
De plus, ma mère a une tumeur au sein, et donc biopsie seulement dans un mois, attente...
Et ces émotion sen moi est en train de me faire beaucoup de mal: mal aux dents, cephalées, anxieté, état fortement mélancoliques, et surtout grosse rage qui devient ingérable, peur de passer à l'acte; surtout sur certains "chefs" dans mon boulots qui m'ont mal traité, envie de se venger.

Merci pour vos lectures,
En souhaitant courage à vous qui vivez des situations impossibles aussi.

Kev.

ps: le "sujet" est en effet que mon psy est en vacances 3 semaines, ce qui me laisse bien fragile face à tout ça.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 8 Aoû 2014 - 21:13    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Luciole
Bipote Diamant

Hors ligne

Inscrit le: 28 Déc 2011
Messages: 4 006

MessagePosté le: Ven 8 Aoû 2014 - 22:24    Sujet du message: au secours psy en vacances quotidien difficile à gérer Répondre en citant

Bonsoir kev,

Je suis désolée que tu traverses une phase difficile....
En cas d'absence de psy et de moments difficiles, voici ce que je te suggère : appel à une permanence psy pour parler.

Souviens toi qu'aussi insupportables que sont les mauvaises passes, autant elles sont suivies de bons moments.

Bon courage et bonne nuit,
Prends soin de toi,

Luciole
Revenir en haut
Epsilon Eridani
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 19 Juin 2010
Messages: 603

MessagePosté le: Sam 9 Aoû 2014 - 02:38    Sujet du message: au secours psy en vacances quotidien difficile à gérer Répondre en citant

Bonsoir Kev,

Te lire et très touchant, gros mal au cœur soudainement...

Je... Je me sent bien impuissant, je ne saurais te conseiller tout comme Luciole, que de prendre contact avec une permanence psy.
Je sais qu'en général, un médecin psy est toujours disponible aux urgences hospitalières.

Tu as la tête sur les épaules, tu n'as rien perdu de ta lucidité, tes mots et ta présence ici le démontre à eux seul.

Cour, cris ta rage s'il le faut, s'il y en a. Ne te laisse pas démonter.

Je te souhaite le meilleur, ne lâche pas la barre. Regarde loin devant!


Prends soin de toi,
Bien à toi,
Revenir en haut
Clobus
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2014
Messages: 41

MessagePosté le: Sam 9 Aoû 2014 - 10:01    Sujet du message: au secours psy en vacances quotidien difficile à gérer Répondre en citant

Courage Kev!
Ils ont raison, aussi flippant que ça puisse paraître d'aller voir un psy qu'on ne connait pas quand on est dans cet état, un psy inconnu c'est mieux que pas de psy du tout.
Dans ton patelin il y a des urgences proches?
Ou tu préfères par téléphone?

Courage Kev!
Revenir en haut
kev78
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2010
Messages: 339

MessagePosté le: Sam 9 Aoû 2014 - 19:41    Sujet du message: au secours psy en vacances quotidien difficile à gérer Répondre en citant

Merci pour vos réponses,

Pourquoi la vie de tant de gens ressemble bien plus à un enfer?
J'ai l'impression d'avoir fait tant pour m'en sortir.
J'étais toujours dans les meilleurs élèves des meilleures classes.
Bac S et License en Psychologie.
Abandonné le social,
Aujourd'hui "agent de voirie", donc j'ai un chariot, je ramasse la merde...
Bon, de toute façon quand on grandit dans un environnement violent on reproduit souvent ensuite le mode de fonctionnement qu'on a vécu, bref on se prend pour un objet.
Ouai, je sais de quoi je parle quand je parle de suicide.
J'ai essayé quelque techniques...
Enfin c'est vrai aucune technique n'est 100 pour cent sur.
Je travaille comme un chien et le week end je me retrouve tout seul, alors que j'ai essayé tant d'activités mais c'est toujours en semaine, donc moi le soir je suis mort à cause de mon taf le soir, peut être à cause de la dépression aussi.
La, je suis allé acheter du rhum coco, j'en ai associé un peu à un somnifère, tout ça pour me calmer, pour pas faire pire...
Je suis dans une entreprise adaptée, avec des cas sociaux, des mecs à qui je n'ai strictement rien à dire.
Les personnes comme moi au moins n'ont pas peur de mourir.
Je me disais vivre pour se venger de ceux qui m'ont fait du mal; maintenant je me dis que ça sert à rien je vais stresser encore plus, j'ai déjà des problèmes de sentiment de persécution.
Je n'arrive même pas à dire à mon père ce que je pense, par exemple la dernière fois je lui ai juste dit qu'il avait été un mauvais père.
J'ai culpabilisé puis me suis excusé, car habitué depuis petit à m'occuper d'eux, il est fragile, et à chaque fois j'ai pitié de lui: un regard de parent justement.
C'est pas un truc de fou ça. Ca me fait penser à ce que disent féministes pour femmes violées: la honte doit changer de camp".
C'est normal d'être dépressif toute sa vie?
Evidemment ce n'est pas une vraie question.Mais ça a vraiment été mon cas.
La j'ai un acoufen important dans une oreille, je fais des examens pour voir si c'est pas une tumeur au cerveau; j'aimerais vraiment que ce soit ça sincèrement; comment cela pourrais je vouloir autre chose?
Une vie à lutter comme un chien pour?pour pour pour pour pour pour pour...
Ma mère aussi à une tumeur au sein, on sait pas encore si c'est cancérigène.
J'ai un mauvais pressentiment quand je vois sa vie au service de mon père, le sein , n'est ce pas le symbole de la féminité?
Revenir en haut
Epsilon Eridani
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 19 Juin 2010
Messages: 603

MessagePosté le: Sam 9 Aoû 2014 - 20:27    Sujet du message: au secours psy en vacances quotidien difficile à gérer Répondre en citant

Kev,

Mon avis, pour ce qu'il en vos...

Premièrement:

C'est de la merde qu’éclosent, pousse et s’épanouissent les plus belles fleurs.

Deuxièmement, concernant ton rapport avec tes parents et en l'occurrence de père.

Avant d'être ton père, ton parent, c'est un individu à part entière.

Avec ces qualités et ses défauts.

Si tu estime qu'il a fauté, c'est trompé a mal agît, c'est mal conduit.
C'est ton droit et ton devoir de vider ton sac certes avec tact, réflexions et diplomatie, mais ne rien dire serait aller contre ton cœur et tes sentiments.

Tu n'a pas comme un bagnard à trainer un boulet de fonte.
S'occuper de soit c'est aussi enfoncer les portes, tenter le "oui" au risque d'un "non"

Tu n'est pas un pantin, je le vois moi que tu te pause les bonnes questions, mais a priori tu n'a que des toubib en face de toi, et ou des gens qui se carra-patte, fuit leur responsabilités.

Ne laisse personne et surtout pas toi même,

Laisser filer le " sel de la vie " de ta VIE entre les doigts.


Courage Kev regarde au fond de toi, c'est certainement caché quelque par là dans ton bric à broc, prends le temps qu'il faut, mais tu es jeune, respecte ton rythme, donne toi du temps.

Mais surtout respecte toi.

Et sache avec certitude que tu ne trouveras aucunes réponses à rien au fond d'une bouteille.
Au fond d'une bouteille, on y trouve le fond d'une bouteille.


Bien à toi,


Revenir en haut
Clobus
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2014
Messages: 41

MessagePosté le: Sam 9 Aoû 2014 - 20:27    Sujet du message: au secours psy en vacances quotidien difficile à gérer Répondre en citant

Tu as raison Kev, il faut que la honte change de camp.
Puis-je te poser une question indiscrète?
Quelle sont les 10 choses dont tu es le plus fier?

Et sinon, parce que ta détresse me touche, un cadeau:
Connais-tu Pennac?
As-tu lu La Fée carabine?
Dans ce roman, l'un des héros est un inspecteur qui se sent comme un mort vivant quand il sort d'un interrogatoire. Son collègue, un vieux désabusé mais qui l'aime beaucoup lui raconte une blague. Pas parce qu'il croit que ça va le sortir de là à soi tout seul. Mais parce qu'il faut bien une première étincelle.

"-Une histoire drôle gamin?
(...)après chaque séance [d'interrogatoire réussie] Van Thian récupérait le gamin plus mort que vif. (...)Il fallait le ressusciter. Van Thian imposait son histoire drôle.
-Je vais te dire un proverbe Taoïste, gamin; très bon pour ta modestie après le succès que tu viens de t'offrir.
Thian asseyait Pastor sur un tabouret. Il s'accroupissait en face de lui et cherchait les yeux du jeune flic qui avaient disparu au fond de ses orbites. Il captait enfin le regard. Et il racontait. Il ne faisait pas dans la dentelle. Il y allait carrément.
-Proverbe taoïste, gamin: si demain, après ta victoire de cette nuit, te contemplant nu dans le miroir, tu te découvrais une seconde paire de testicules, que ton cœur ne se gonfle pas d'orgueil, ô mon fils, c'est tout simplement que tu es en train de te faire enculer.
Après chaque histoire, une décharge traversait le visage de Pastor, que Thian interprétait comme un bref éclat de rire. Puis les traits du jeune inspecteur se recomposaient peu à peu. Il se détendait. Il reprenait forme humaine"
Revenir en haut
fontaine
Bipote Diamant

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2008
Messages: 2 386

MessagePosté le: Dim 10 Aoû 2014 - 16:38    Sujet du message: au secours psy en vacances quotidien difficile à gérer Répondre en citant

bonjour kev
mon père aussi avait de gros changement d'humeur , très spectaculaire .il pouvais devenir très agressif et violent. mais à la lecture de ton texte ,il l'était moins que ton père.
j'ai des séquelles similaires, j'ai fait des ts, je me débat avec une dépendance alcoolique.
j'ai une maitrise de droit et un bts d'assurance, au final j'aide une amie qui a monté une boutique de chapellerie ,mais c'est un boulot plutôt sympa.
pour compenser un certain "vide intellectuel " je bouffe littéralement des livres, quand j'ai le temps je participe à des ateliers d'écriture.
je crois que c'est cela mon message, de l'enfance il faut savoir sauver sa peau, tirer un trait, je ne vois plus mes parents.
pour moi il convient de lutter pour faire place à la vie, sans quoi c'est leur offrir encore une victoire.
comme dans un livre, faire la liste de nos envies, de façon positive (c'est normal de rêver de régler ses comptes, mais est ce une méthode d'amélioration personnelle ?)
les communes sont remplis d'associations avec différentes activités, bénévolats, créatrices, découvertes voir travaillant sur le bien être ou la méditation.
quand on a souffert de traumatisme , on marche sur trois pates, notre recherche du bonheur est plus difficile et plus exigent, tu as un bagage intellectuel, utilise le pour sortir de l'impasse.
coté aide psychologique, en aout c'est la bérézina.
pour ma part, malgré le fait d'être mariée, je fais une demande pour entrer en maison de santé afin de ne pas me trouver seule face aux bouteilles dans la journée(mes associations sont fermées)
cependant si cela va mal, tu tape sur internet, assistance téléphonique SOS dépression ou SOS amitiés et tu peux appeler rapidement une personne pour t'écouter..
si tu as les idées vraiment noir, il faut voir un médecin, même un généraliste.
je te souhaite plein de courage possible.je sais les ravages que cause un manque d'affection parentale (j'ai 50 ans, je cauchemarde encore sur ma famille), je te souhaite de trouver la niaque pour sortir de ta dépression!
Revenir en haut
updown
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2014
Messages: 692

MessagePosté le: Dim 10 Aoû 2014 - 17:56    Sujet du message: au secours psy en vacances quotidien difficile à gérer Répondre en citant

 Bonjour Kev,

Tout comme ceux qui t'ont lu je suis touchée par tes posts emplis de tristesse.
Je ne sais pas si mon message te soulagera , sans cette prétention je souhaite te répondre.

Tout d'abord nous avons le même âge, et comme toi j'ai toujours souffert de dépressions, de longues dépressions de 4 à 6 mois qui m'ont beaucoup courbé le dos...Des traumatismes aussi, des sévices qui ont duré quelques années dans mon enfance, donc un début de vie assez difficile.

Je ne pensais pas que ces souffrances à répétition pouvaient cesser. Je suis pleine d'espoir aujourd'hui car je ne connais plus de dépression depuis que j'ai un traitement adapté.
Finies les errances avec les anti dépresseurs seuls.
Trois supers rencontres: mon homme , ma psychiatre et ma thérapeute que j'ai vu pendant 3 ans.
Depuis que je suis diagnostiquée (en avril seulement), ma psy m'a donné un stabilisateur d'humeur associé à un petit antidépresseur et ...... je revis!!

Tout cela pour te dire Kev, de ne jamais cesser d'y croire!

Change de psy s'il le faut , crois en toi tu es une belle personne qui en a chié mais regarde en face, la tête haute , le plus beau reste à venir.
J'avoue que c'est facile à dire avec ce que tu vis en ce moment, mais c'est la seule façon selon moi de sortir de cette période de tourments.

Et oui crie ta rage ça fait du bien!

Prends soin de toi, très soin de toi ...

Reviens nos donner des nouvelles de toi et de ta mère.

Amicalement, Updown
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 16:26    Sujet du message: au secours psy en vacances quotidien difficile à gérer

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le forum des bipotes Index du Forum ->
Questions / Réponses
-> Entraide et soutien...
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Wikipedia | Psychomedia | Troubles-bipolaires.com | camh.ca - Le trouble bipolaire : Guide d'information | Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com