Forum d'information, de psychoéducation et d'entraide pour les personnes avec un trouble bipolaire (maniaco-dépression).
Le forum des bipotes  Index du Forum FAQ Rechercher S’enregistrer Connexion

violences conjugales

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le forum des bipotes Index du Forum ->
Questions / Réponses
-> Entraide et soutien...
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
3zouzous
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 04 Juil 2012
Messages: 1 391

MessagePosté le: Mer 3 Sep 2014 - 11:36    Sujet du message: violences conjugales Répondre en citant

bonjour à tous,

je viens ici déposer un petit bout de moi difficile à "extérioriser" sans anonymat...et ma gorge est si nouée que les mots ne pourraient même pas sortir "en vrai"...
de plus, je ne veux pas que l'on me "plaigne"...

je suis séparée du père de mes enfants depuis 8 ans. Nous sommes restés en couple 15 ans.

Les deux dernières années avant notre séparation, (et qui ont abouties à plusieurs hospitalisations), il s'est mis à me violer.
Cela se passait tout le temps dans des pièces qu'il fermait à clé (cuisine, salle de bain, chambre...)
Je ne savait comment réagir car si je n'obtempérait pas, il devenait très agressif avec moi et les enfants, imbuvable, humiliant, insultant, et ne voulait pas me donner d'argent pour la maison (je ne travaillais pas, d'où endettement conséquent genre Finaref et autres crédits que je continue encore de rembourser par la banque de france...).

J'ai donc un sentiment profond de honte de m'être "laissée faire", de n'être pas partie dès le début de ses agissements, d'autant que c'est LUI qui m'a finalement quittée car avec mon traitement et les angoisses, j'avais pris 20 kgs...
il m'a invité au resto pour me dire que j'étais devenue "trop grosse pour assouvir ses besoins sexuels".....

depuis cette séparation, je ne me suis plus jamais laissée approchée par qui que ce soit. impossible. et quand mon petit dernier de 11 ans essaie de me serrer trop fort dans ses bras je panique!...je me sens étouffer comme en danger...
la peur ne me quitte pas, même la nuit je peut me réveiller et stresser car parfois il venait se coucher très tard et me réveillait de force..

Je suit une thérapie EMDR depuis plusieurs mois pour traiter mes symptômes post-traumatiques, mais même si ça m'aide énormément (mon thérapeut et ma psy m'encadrent super bien!), ce sentiment de honte, d'avoir été nulle et d'être restée prostrée me hante toujours ....
Je n'ai bien sur rien dit aux enfants, ils voient leur père rarement, mais ils l'aiment. pourtant ils ont parfois entendu car un jour ils étaient derrière la porte et je leur disait que tout allait bien et qu'ont allait bientôt sortir...
ils étaient tout petits à l'époque (7,6 et 2 ans). Aujourd'hui ils sont ados (11,14,et 15 ans) et je ne suis pas sure de l'utilité de devoir le leur dire, même adultes, c'est du passé et ça restera MON histoire..

voilà,
j'avance, je suis on peut dire "stabilisée" par rapport à mes troubles bipolaires aujourd'hui et depuis environ 2 ans, mais j'ai toujours une grande peur de lui, et de tout contact physique..

peut-être certain(e)s d'entre vous auraient vécu des violences du même genre et pourraient me dire ce qu'elles ressentent??
pour moi c'est honte et culpabilité!...

bien à vous
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 3 Sep 2014 - 11:36    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
updown
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2014
Messages: 692

MessagePosté le: Mer 3 Sep 2014 - 12:15    Sujet du message: violences conjugales Répondre en citant

Bonjour

Bravo de ces aveux, quelle initiative de ta part de nous confier cela!! Je trouve que c'est tout à ton honneur de vouloir exorciser ce mal en nous en parlant.

Quel courage d'avoir supporté! C'est toi la victime, tu n'as pas à culpabiliser de ce qu'il t'a fais!

Fuir, oui, mais ce n'est pas évident, comment faire pour quitter son mari quand on est sous son joug, avec des enfants au milieu...

Je n'ai pas connu de violences similaires à répétitions mais j'ai été abusée une fois par un partenaire. Je n'en ai quasiment jamais parlé, j'étais honteuse de m'être retrouvée dans ces draps.
Enfant, j'ai été la proie (avec ma jeune sœur) d'un pervers pédophile. J'ai très longtemps culpabilisé de n'avoir su protéger ma sœur des agissements de cette ordure, pourtant je n'en avais pas connaissance (j'avais 7 ans quand cela a commencé, et cela a duré jusqu'à mes 12 ans) car il s'arrangeait pour agir pire encore avec elle quand je n'étais pas là.
J'ai fais une thérapie pour tenter de me défaire de la culpabilité, et à ce jour je comprends que je n'étais pas la mère, je ne pouvais me rendre compte de ce qu'il se passait, et par conséquent ne pouvais pas protéger ma sœur car moi même en danger.

Aussi dures que ces épreuves, elles font partie de notre histoire...
Nous avons le choix de les exorciser mais nous devons d'abord les digérer. Pas chose simple je te l'accorde, mais le plus important est qu'il convient de ne pas s'en vouloir pour ce dont nous ne sommes pas responsable, nous sommes les victimes!!!!

Qui peut se vanter de pouvoir être à la hauteur et fuir l'horreur dès qu'elle se présente? Qui est assez fort pour ne pas ressentir de honte et de culpabilité? Tout se mélange dans notre esprit, de victime nous nous perdons dans les méandres de la culpabilité... C'est naturel je pense...

Ma chère Jeanne, ne perds jamais à l'esprit que c'est lui le mal, lui qui a fauté, toi tu es la victime.
Tu es en droit de ressentir des sentiments désagréables ,  n'en fais pas chose acquise , tente de te défaire de ces chaines que tu t'infliges.
Tu dois être une personne forte, je sais que tu y parviendras, cela prend du temps c'est sûr.

Merci de ton témoignage touchant, force et courage je t'envoie,
Bonne continuation et encore bravo de ton témoignage



Updown
Revenir en haut
Brouillon
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2011
Messages: 539

MessagePosté le: Mer 3 Sep 2014 - 19:03    Sujet du message: violences conjugales Répondre en citant

Bonjour , je ne voulais pas laisser ton texte sans réponse après l'avoir lu. Je n'ai rien vécu de semblable alors qui suis-je pour te répondre, juste quelqu'un qui voudrait te crier que tu n'as pas à avoir honte de n'être pas partie, c'est si difficile de partir quand la violence est dans la famille, on est comme sidéré, la pensée devient confuse et on est impuissant. C'est bien que tu ais pu en parler ici, c'est un pas en avant.
Revenir en haut
pat-brady
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 04 Aoû 2014
Messages: 226

MessagePosté le: Mer 3 Sep 2014 - 20:08    Sujet du message: violences conjugales Répondre en citant

Bonsoir , ton message m'a vraiment bouleversé de réaliser combien aux travers de nos troubles communs se cachent parfois des parcours enfouis, des histoires si traumatisantes qu'elles en expliqueraient presque pour nous cette maladie, sans besoin de trouver d'autres raisons. Mais la honte, la culpabilité , ne devraient pas être en nous ! elle devraient hanté nos bourreaux ! et si je semble te répondre avec tant de forces c'est parce que touchée par ton courage à révéler ces faits, je tiens à t'exprimer mes ressentis, moi victime aussi durant 11 années de mon enfance d'un inceste infernal commis par mon frère aîné. Son rôle aurait dû être de me protéger, mais aux lieux de cela il s'est servi et re servi de moi dès qu'il lui en prenait le désir et je fus condamnée à ne rien dire car ma mère m'aurait-elle seulement cru !!! Et je suis passé d'un enfer, à un repli total sur moi-même ayant peur de tout le monde, honteuse, sale, et coupable. Il aurait pu être condamnable si même une fois adulte, j'avais décidé de le poursuivre pour ces faits, mais il étais mon frère et j'ai eu peur de détruire ma famille. J'ai tout gardé, jusque 30 ans plus tard et cette fois où face à face il à dû s'expliquer.... Sa seule réponse fut celle qu'il ne se souvenait pas !!!!! avais-je rêvé? qui pourrait rêver ce genre de trucs? être autant meurtri dans sa chair par un rêve !!!
mais j'ai survécue, la preuve, mais tant bien que mal c'est vrai... je me suis mariée, avec sans doute le seul homme capable de me comprendre, accepter, et être encore là aujourd'hui, quelle belle revanche ! Et j'ai eu une merveilleuse fille, quel plus beau cadeau la vie aurait-elle pu me faire... Mais Jeanne, rien en moi n'est oublié en vrai. J'ai vécu cela entre mes 5 et mes 16 ans, j'en ai 55 bientôt, et tout est toujours, quoi que je fasse, inscrit en mon corps, sauf que j'ai appri une chose, une chose très importante, je n'étais coupable de rien, absolument de RIEN; Toi non plus Jeanne, tu n'es que la victime, mais je cherche quels pourraient être les mots les mieux appropriés pour te le faire admettre. Je n'aurais jamais songé dévoiler cela mais cette déclaration personnelle vient répondre à ton grand courage, et je t'en remercie. Le monde est peuplé de brutes et de gens biens, tu as comme moi croisé la route des premiers, mais avance toujours car je veux aujourd'hui et de plus en plus croire que la balance penche en faveur des seconds.
Merci infiniment et garde ce courage qui t'anime .
Je t'embrasse.
Revenir en haut
feuilledarbre
Bipote Diamant

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2008
Messages: 2 024

MessagePosté le: Mer 3 Sep 2014 - 20:23    Sujet du message: violences conjugales Répondre en citant

Bonjour les filles

Comme Brouillon, je ne me sens pas légitime à vous répondre, mais je tiens à vous exprimer ma porfonde admiration pour votre courage à toutes les trois, et te re-dire à toi 3zouzous ce que t'ont dit les autres : chasse ce sentiment de honte, c'est LUI, ce monstre qui devrait ployer sous la honte !!!!!!!!!!
Je suis révoltée par ce qu'il t'a dit en te quittant, et profondément admirative de ton comportement parce qu'envers et contre tout tu arrives à faire la part des choses pour préserver tes enfants. Tu devrais être au contraire très fière d'être ce que tu es : quelqu'un d'aussi courageux, honnête et responsable !
Chapeau, vraiment.
Revenir en haut
Mamounette
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 15 Oct 2013
Messages: 320

MessagePosté le: Jeu 4 Sep 2014 - 03:52    Sujet du message: violences conjugales Répondre en citant

Bonjour les bipotes,

Je me sens très proche de toi Jeanne. Je vis également avec honte et culpabilité suite à un viol à l'âge de 20 ans. C'était ma première expérience et de cette agression est né un enfant.
Rejetée par mes parents, je me suis retrouvée à vivre avec cet homme pendant toute ma grossesse et jusqu'au 6 mois de mon fils. Agression sur agression, je n'ai plus supporté et je me suis enfuie chez mes grands-parents.
J'ai poursuvie ma vie ainsi seule avec cet enfant puis j'ai rencontré mon époux actuel qui a su me faire oublié cette histoire négative de ma vie pendant un certain nombre d'année.
J'ai eu deux autres enfants avec mon mari et malgré mes troubles bipolaires, nous avons été heureux jusqu'au 20 ans de mon fils ainé
Mon fils ainé décide de partir de la maison poursuivre ses études sur Paris et à ce moment là, je fais un retour en arrière sur mon passé, et je disjoncte.
Une dépression qui dure 14 ans, pendant laquelle j'avoue tout à ma famille sur mon passé et je le regrette encore amèrement aujourd'hui.
Voilà, tout ce débat pour t'expliquer que certains secrets pour la tranquillité de l'esprit de nos enfants, il faut mieux les garder pour soi. Ils ne m'en veulent pas de leur avoir dit la vérité mais je les ai pertubé dans leur adolescence.
Et moi je reste à l'âge de 56 ans avec ma honte, j'ai eu beau travailler avec psychiatres et psychologues, je pense que je resterais toujours avec.
Courage et respect pour toi Jeanne.
Je t'embrasse
Revenir en haut
3zouzous
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 04 Juil 2012
Messages: 1 391

MessagePosté le: Jeu 4 Sep 2014 - 11:35    Sujet du message: violences conjugales Répondre en citant

merci du fond du coeur à toutes pour votre soutien et votre grande bienveillance à mon égard, c'est marrant, j'ai failli faire supprimer ce post après l'avoir écrit parce que j'avais peur des réponses que je recevrai...
je me rends compte que finalement chacune à sa manière me "rejoint" et m'encourage à continuer à me battre!!
je suis par contre désolée, mais j'ai du mal à vous répondre à chacune, le "langage", l'expression m'est encore pour le moment difficile...

mais sachez que chacun de vos témoignage, même de celles qui n'ont pas vécu des situations comme celles-là, est pour moi LEGITIME!! et source d'un grand apaisement!!
pas besoin d'avoir été "agressée" pour avoir de la compassion, et c'est ce qui me manquait justement..

alors merci à vous,
chacune m'a mis les larmes aux yeux, la chaire de poule, et une phrade m'a particulièrement parlé, updown "il convient de ne pas s'en vouloir de ce dont on est pas responsable"..... c'est tellement vrai!...

voilà, j'espère que d'autres ici auront la force de venir déposer un peu de leur expérience, l'union fait la force et je ne regrette finalement pas d'avoir osé briser ce silence grâce à vous!

je vous porte toutes dans mon coeur
bonne journée


Revenir en haut
pat-brady
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 04 Aoû 2014
Messages: 226

MessagePosté le: Ven 5 Sep 2014 - 07:31    Sujet du message: violences conjugales Répondre en citant

Bonjour 3zouzous, ne sois aucunement désolée de ne pouvoir répondre personnellement à toutes, (enfin je parle pour moi) car à mon avis tu as fait l'essentiel en écrivant " ce petit bout de toi " oh combien douloureux à écrire. Toutes les réponses font énormément plaisir c'est vrai, mais certaines, non formulées, nous parviennent cependant. Je voulais te dire merci, d'avoir ouvert cette porte , que d'autres pousseront je l'espère, se libérant ( avec chamboulements intérieurs peut-être) mais se libérant à leur tour de fardeaux si enfouis, si pesants , qu'ils demeurent tels des plaies incicatrisables. Je voulais juste te dire merci.

Bonne journée à toi , je t'embrasse.
Revenir en haut
3zouzous
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 04 Juil 2012
Messages: 1 391

MessagePosté le: Ven 5 Sep 2014 - 08:51    Sujet du message: violences conjugales Répondre en citant

bonjour pat-brady et merci de ta compréhension à mon égard...

tu décris l'inceste, c'est horrible, et je comprends car j'ai moi-même été abusée sexuellement et psychologiquement par mes parents (surtout ma mère...) jusqu'à mes 14 ans...
mais c'est une autre histoire... grâce à l'emdr je m'en suis "presque" remise, mais j'ai encore du boulot à faire là-dessus..
à croire que quand on est victime, on est souvent destinée à le rester et à être la proie inlassable de personnes manipulatrices qui profitent de nos fragilités et s'y engouffrent pour nous détruire...

ma vie est un combat permanent, et l'a toujours été.
je me suis battue d'abord seule, ne voit plus du tout ma "famille", aucun proche, puis pour protéger mes 3 enfants que j'ai la fietré de pouvoir élever seule, c'est vrai, mais avec tellement d'amour en retour que ma vie est parfois bien rose! et je suis consciente de cette chance qui me tient debout, et m'aide à transmettre d'autres valeurs que celles qu'on m'a inculquées avec violence : l'amour, le respect, la compassion, l'écoute, la bienveillance, et apprendre à m'exprimer et à défendre mes intérets sans violence, mais avec fermeté!

vaste programme, je sais, mais c'est ce que je veux pour "modèle" pour mes enfants!
une maman "fragile" certes, mais assez forte pour qu'ils comprennent que malgré les difficultés, aussi terribles soient-elles comme celles que nous 4 avons vécues, il est toujours temps et POSSIBLE de faire changer les choses....
voilà ma plus grande motivation... elle m'appartient et chacun trouve la sienne...l'essentiel étant de se retrouver et de savoir qui on veut vraiment être, au-delà des agressions et des humiliations, se donner le droit de vivre, tout simplement..

cet après-midi j'ai une séance d'emdr (tous les 15 jours 1h), et ça remue beaucoup alors je flippe un peu!!
mais ce matin je pars chez le kiné me faire masser donc je serai plus détendue!!

merci à toi de tes "merci"!! ça me rassure toujours dans le fait que j'ai bien fait de m'exprimer ici!
je t'embrasse aussi et te souhaite une bonne journée
Revenir en haut
Brouillon
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2011
Messages: 539

MessagePosté le: Ven 5 Sep 2014 - 09:17    Sujet du message: violences conjugales Répondre en citant

Dur que tu ais connu aussi le gouffre de l'inceste. Bravo à toi, d'avoir pu malgré tout avoir tes enfants, c'est une sacré revanche et c'est beau ce que tu veux leur transmettre !!! Bon courage pour ta séance d'EMDR.
Revenir en haut
Sealsheep
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 05 Mai 2014
Messages: 173

MessagePosté le: Ven 5 Sep 2014 - 09:45    Sujet du message: violences conjugales Répondre en citant

Bonjour,

La honte et la culpabilité sont des sentiments terribles, rancuniers, qui ne laissent jamais vraiment ces victimes en paix.
Parler de cette honte et de cette culpabilité est necessaire :
La honte du corps : que notre volonté refuse est une chose, mais le corps est une entité faites de nerfs, il reagit au caresse, à l'appui sur le clitoris, à tout. C'est l'amalgame horrible : je ne voulais pas mais j'ai ressenti quelque chose.
C'est là qu'il faut combattre la culpabilité : le corps c'est le corps, il reagit. Ce n'est pas ta faute, c'est la physiologie.
Puis dans la honte il y a aussi, le "et si j'avais lutter plus fort, et si j'étais partie, et si ... puisque je savais que ce qui se passait été mal, est ce que en ne faisant rien, je n'étais pas d'accord ? "
Ca c'est un palier complexe, parce que ça sous entend que c'est soi meme qui a declenché la chose. Mais au regard de la loi, au regard de la société, c'est les gens qui ne doivent pas etre violant et violer. Les victimes ne sont pas responsables, est ce qu'on dirait à une mamie qui s'est fait volé que c'est sa faute ? La société entiere essaie de plus en plus de sous entendre que les victimes sont consentantes (jupes trop courte, iphone à la main, naiveté etc). Mais c'est faux (ça permet seulement à la société de s'empecher de voir qu'il y a un probleme dans la façon dont on prend en charge, puni et reintrge les delinquants).
Tu sais je dis souvent, meme si tu avais été nu chez toi, en te pavanant, si tu dis "non", meme si tu es nue, c'est un "non". Meme un non, qui n'est pas dit "ici le fait que ton mari te garde enfermé pour dire, ça,c 'est bien une contrainte".

Et ça il faut te le dire, te le redire encore, jusqu'à ce que la honte et la culpabilité change de camps.
Ce n'est pas à toi d'avoir honte, c'est à lui, à eux, ce n'est pas la coupable c'est ceux qui ont enfrains la loi. Et il faut te le dire encore, entendre ton psy de le dire, entendre des gens censés de te le dire, et te le redire à chaque fois que tu sens la honte et la culpabilité revenir.

Pour le stress post traumatique et les calins de ton fils, ne te culpabilise pas, vois ça peut etre comme une idée où tu es toute fragilisée de l'interieur, donc il ne faut pas te brusquer.
Prends son temps, se rappeller que tu n'es ni honteuse ni coupable, ce n'est pas toi qui a commis tout ça. Et tu n'es pas coupable de n'avoir rien "fait", parce que tu n'y pouvais rien, parce que ceux qui ont commis à un acte defaillant vis à vis de la morale et de la société, c'est eux.

Je t'embrasse. :)
Revenir en haut
3zouzous
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 04 Juil 2012
Messages: 1 391

MessagePosté le: Ven 5 Sep 2014 - 11:34    Sujet du message: violences conjugales Répondre en citant

merci Brouillon de ton gentil message!

Sealsheep, ton message, en tout cas ses premières lignes sur le ressenti du corps indélébile, là, tout de suite, me donne envie de vomir...
je ressens exactement cela, c'est terrible de se dire qu'on a "ressenti" quelque chose et de se demander sans cesse si finalement "on a pas aimé ça??".... c'est à la fois irréel et terrifiant, complètement déstabilisant et psychologiquement insoutenable...

j'ai eu beaucoup de mal à finir de te lire du coup... j'avais déjà lu ce type de "réaction mécanique" corporelle terrible pour la victime sur le blog de Muriel Salmona, une psychiâtre justement spécialisée sur les violences faites aux femmes (extra ou intra familiales), mais de le lire ici m'est insupportable, j'en suis désolée... je ne suis pas encore capable de parler (ni même de penser) à cela, la honte est trop envahissante, ça m'étrangle complètement, me dégoutte au plus haut point!....

je te remercie par contre d'ouvrir cette porte nécessaire à travailler pour "guérir" complètement.... il faudra je le sais en passer par là, verbaliser...mais bouuuuuhhhhhhh.....doucement......là c'est trop pour le moment, au dessus de mes forces...

bonne journée à toi
je t'embrasse aussi
Revenir en haut
3zouzous
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 04 Juil 2012
Messages: 1 391

MessagePosté le: Sam 6 Sep 2014 - 19:45    Sujet du message: violences conjugales Répondre en citant

Sealsheep,
grâce à toi, j'ai réussi à ouvrir la bouche en emdr auprès de mon médecin pour lui parler de ce ressenti physique incontrolable puisqu'effectivement mécaniquement humain!!
ton message m'avait toute bousculée et j'étais sous le choc. impossible de faire la séance!! du coup il m'a tout expliqué en détails, m'a rassurée et bien déculpabilisée....
j'ai un peu moins honte, mais je pense qu'il va falloir qu'on me répète encore et encore nombre de fois que je n'ai rien désiré et que même si mon corps a pu ressentir des choses, ce n'était pas pour autant un "oui" ou un plaisir consenti...

j'aime bien ta phrase où tu dis que j'aurai pu me promener toute nue chez moi, un "non" est un "non"!!! c'est tellement vrai!!!

j'aimerai bien trouver un groupe pour rencontrer d'autres femmes victimes de viols ou d'agressions et entendre le ressenti de chacune, pour comparer, me sentir moins "anormale".... épaulée quoi!
je vais essayer de me renseigner là où j'habite. j'ai envie de parler maintenant, je crois que c'est en train de devenir un besoin nécessaire...

merci donc, merci encore de ton intervention ici, même si je m'en excuse, ma première réaction a été violente..

bonne soirée
bien à toi
Revenir en haut
Sealsheep
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 05 Mai 2014
Messages: 173

MessagePosté le: Sam 6 Sep 2014 - 20:24    Sujet du message: violences conjugales Répondre en citant

3zouzous,

Je suis contente si ça t'as un peu aidé.
Il faut te laisser le temps, ta premiere reaction était pas violente, elle était dans le langage de la souffrance. Personne ne peut te reprocher ça. Je ne sais pas si il y a des groupes pour parler de ça.
Moi mon psychiatre m'a pas mal aidé à ce propos, mais la vérité c'est que le chemin est long, je crois meme qu'il ne finit jamais. Mais on peut apprendre à ne plus etre la coupable et à mesure au fur et à mesure du temps. Meme si parfois la culpabilité revient, il suffit d'un geste, d'une phrase... Mais ça ne veut pas dire que tu echoues, ça veut dire que tu es humaine, toi , tandis que tes bourreaux ont laissé leurs humanités au placard.
Mais si il y a un groupe de parole vasy, il y a des pas mal d'associations de femmes ayant vecu des violences, peut etre y a t il des groupes de paroles, moi ça m'a fait un bien fou quand j'ai pu parlé de mon histoire et que les gens m'ont dit que je n'étais pas la coupable.
Puis j'en ai beaucoup parlé, j'ai beaucoup écris, pour me convaincre aussi que je n'avais pas à avoir honte, pas à culpabiliser.
Si tu veux je te partage mon histoire parce que plus j'en parle plus je sais que ce n'était pas moi la coupable.
Quand j'avais 10 ans j'ai expliqué à ma mere que mon voisin avez eu des gestes deplacés, abusé de moi. Ma mère m'a dit "ça arrive moi aussi j'avais un oncle comme ça)
alors que j'avais 11 ans, et le type 30 je me suis fais violer, je n'ai pas crié , je n'ai pas dis non, j'étais interessante pour un adulte, je pensais que c'était ça qu'il fallait faire pour etre aimer, j'ai donc passé 10 ans m'autoconvaincre qu'à 11 ans, j'étais d'accord, puisque je me sentais interessante, j'étais une grande. Personne dans mon entourage ne s'est dit qu'à 11 ans, je n'avais ni la maturité ni le corps pour ces choses là (ma mere m'a dit "tu es assez grande, tu savais ce que tu voulais ) Ca a détruit ma vie ensuite toute ma vie intime n'a été que pour me punir. Mecs violents, relations irrespectueuses..abus sexuels, dont je me considerais responsable.
Puis un jour j'en ai parlé, au psy, de cette histoire, ça faisait depuis mes 11 ans que j'étais suivi, et il m'a , arreté de dire "j'ai eu des relations avec quelqu'un de 30 ans" c'est un viol. Vous le savez, je le sais. Ce n'était pas votre faute à 11 ans votre maturité n'était pas assez elever pour comprendre ce que c'était une relation sexuelle, physiquement et psychologiquement. Il me l'a dit j'avais 22 ans.
Aujourd'hui je mets 10 minutes à prononcer le mot "viol" sur cet evenement, ces 10 minutes sont la honte et la culpabilité. je le sais. Je me bats contre elle. J'ai beaucoup de difficulté à dire "faire l'amour", à faire l'amour parce que les sensations de caresses sont les memes. Alors toute la violence de mon enfance et mon adolescente revient. A chaque fois que je trouve un calin agréable, le degout de moi, la peur de l'autre, la honte et la culpabilité revienne. Alors on arrete, je prends mon temps, parfois je veux pas qu'on me touche, je m'effondre. Parfois j'arrive à oublié.
Il y a autre chose, c'est plus j'étais coupable et honteuse, plus j'étais victime plus j'attirais les prédateurs, mon psy m'a dit ça, inconsciemment, le predateur sait, il remarque que j'ai cette attitude silencieuse qui lui permettera de mettre la main sur moi. Une fois il y a pas si longtemps, j'étais chez l'oncle d'un petit copain, je vais me reposer dans la chambre du haut, j'étais fatigué, l'oncle est arrivé il avait au moins 50 ans. J'étais habillé je me suis levée d'un coup, j'ai senti le truc arrivé, il a caressé ma joue et j'étais comme paralysé. Sa femme est arrivé et lui a dit de sortir de la chambre tout de suite. Je suis resté paralysée. Paralysée alors que j'ai fais tout ce travail sur moi, je suis partie tout de suite, j'ai pleuré pendant 2heures dans ma voiture, je m'en suis voulu. Mais cette fois ci je m'en suis pas voulu parce que j'étais coupable, je m'en suis voulu parce que j'aurais du le frapper, hurler. Je m'en suis voulu pour tout ce qui m'était arrivé, j'avais l'impression d'etre repartie à zero. Je me suis dis "que se serait il passé si sa femme n'était pas arrivé..". Maintenant je les evite ces types libidineux. Maintenant dès que je sens que quelqu'un me domine, parce qu'on le sent au fond de soi, ce danger. Je m'en vais. Mais surtout je lui ai envoyé une lettre à cet oncle, pour lui dire qu'il devrait avoir honte, qu'il a une fille de mon age, qu'il est marié, que je n'avais rien fait pour lui signifer une quelquoncque intimité entre nous. Que venir dans la chambre où je dormais, c'était degueulasse. Et que pire, étant avec son neveu il était incestueux.
Depuis j'ai quitté mon petit ami de l'époque, mais je ne regrette pas, meme si je l'ai fais après coup, d'avoir resitué la honte à la bonne personne : lui et pas moi.
J'ai décidé que malgré l'avis de ma mère, malgré les mauvaises langues. Je n'étais pas coupable, malgré ce que mon corps avait pu ressentir, ce n'était pas moi qui devrait avoir honte, c'est l'autre.
N'importe qui de sain d'esprit, te dire que tu n'es pas celle qui doit avoir honte, pas celle qui doit culpabilisé. Laisse les gens te dire ça. Et meme si parfois ça t'enerve , t'écoeure, te paralyse, ça ne veut pas dire que tu n'y arrives pas simplement que le temps de cicatrisation est proportionnel à la douleur ressentie.

Je te souhaite une bonne soirée
:)
Revenir en haut
3zouzous
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 04 Juil 2012
Messages: 1 391

MessagePosté le: Dim 7 Sep 2014 - 16:51    Sujet du message: violences conjugales Répondre en citant

bonjour Sealsheep,
bonjour à tous,

merci d'avoir partagé avec moi, nous, ici, ce passé douloureux.
dans ton premier message, j'avais déjà bien senti que tu avais du vivre une expérience similaire et faire un gros travail sur toi, car tu en parles avec recul et justesse...

Ce qui me frappe au-delà de l'acte subi est la réaction de ta mère....on dirait que pour elle une relation sexuelle entre une petite fille de 11 ans et qui que ce soit d'autre d'ailleurs, quel que soit son âge(!!!) est "banalisée"!! n'ayant pas été défendue en tant que victime dans une situation parfaitement ANORMALE, je comprends que cela ait accentué d'autant plus ton mal-être, la honte et la culpabilité... Ce n'est pas pour rien qu'on parle de "détournement de mineur" et en général il s'agit de jeunes beaucoup plus ados déjà!!!...

La première psy que j'ai vue il y a bien une douzaine d'années m'avait dit que mon corps m'appartenait, et que personne n'avait le droit d'y toucher si je ne lui en donnait pas l'accord. Pour moi, c'était déjà trop tard, malheureusement, le mal était fait et la perception de mon corps était plutot une chose utile aux autres et aucune estime de moi.
Par contre j'ai très jeune appris ce dogme qui me semble être la base finalement à ma petite fille...
Un jour, dans ma famille, un beau-fils un peu handicapé mental a essayé de là toucher en regardant un dvd dans sa chambre. elle avait 8 ans. elle a tout de suite eu la réaction de fuir la pièce à toute vitesse et est venue me le dire! bien sur j'en ai parlé immédiatement à mon père et sa mère, et ils l'ont envoyé en vacances ailleurs un moment. je n'ai pas laissé passer! j'étais hors de moi...

je suis heureuse parce que je me dis qu'elle avait eu les cartes en main pour ne pas se laisser faire et comprendre que ce n'était pas "normal", le message était visiblement bien passé, mais j'aurai aimé qu'on me le donne à moi aussi, quand petite j'en aurai eu besoin pour me défendre...et que ça ne se prolonge pas à la vie adulte...moi aussi dans des relations horribles "pour me punir"...

je comprends ta difficulté à dire "faire l'amour"..pour moi ce serait plutot "éprouver du plaisir"... parce que dans ma tête, s'il y a eu du plaisir, il y a eu consentement, donc pas de violence (alors que dans la réalité on est pas d'accord et il y a bien agression)... jusqu'à ce que j'en parle grâce à toi à mon médecin et que je lise ton témoignage, j'ai toujours fait l'amalgamme... ce qui entretient honte, culpabilité, remise en question ect.... ce mot "plaisir" me donne envie de vomir....je n'y arrive pas, c'est plus fort que moi...

mon ex était très manipulateur, j'étais prisonnière, tout était cadré pour que je lui appartienne et m'exécute.
Mon médecin m'a dit qu'en réalité c'était de l'esclavage pur et dur... j'ai 40 ans et je n'ai connu que ce genre de relation maltraitante, alors je ne sais pas si j'arriverai un jour à rencontrer une personne pour qui un "non" est un "non", et être respectée avec douceur et patience.. pour le moment, je me focalise sur mes enfants qui ont besoin de moi et avec lesquels je me sens en sécurité, et je vois très peu de monde.
L'isolement doit probablement être mon mode de défense à moi! j'en souffre, parfois, mais je préfère ça à l'enfer d'une répétition inlassable de relations violentes.

je compte bien sur l'emdr pour m'aider à moins souffrir aussi. c'est très efficace, même si ça demande bcp d'nrj! mais je veux que ma vie change!
je n'ai aucune épaule pour poser ma tête quand je fatigue, et mes enfants grandissent, alors je commence à appréhender leur départ ect... je voudrais pouvoir parler à un homme sans me dire que "celui là, il n'a qu'une envie, c'est de me sauter"...

ton histoire est terrible, mais tu sembles avoir déjà parcouru bcp de chemin! ça me donne de l'espoir pour le mien!!...

merci encore de m'avoir lue et répondu, de t'être impliquée dans mon post et d'être à mes côtés, c'est un cadeau non négligeable que tu m'as fait..

merci aussi du fond du coeur à updown, Brouillon, pat-brady, mamounette, feuilledarbre, de votre soutien et de vos témoignages qui me prouvent chacun que malgré nos histoires, nous somme bien plus que ça! des personnes sensibles, attachantes, à l'écoute et soutenante...ce sont de grandes qualités à laisser fleurir ici et à "l'extérieur"!...

Mamounette, je suivrai tes conseils, je n'en parlerai je pense jamais à mes enfants. je ne veux pas risquer de les détruire, c'est trop sordide...
Pat-brady, je pense aussi que ces épisodes très complexes à assimiler pour nos petits cerveaux souvent très jeunes ont pu provoquer, sinon aggraver notre "bipolarité". ce sont de véritables séismes émotionnels qui ont des conséquences dramatiques sur nos comportements, car notre gestion des émotions en devient très difficile (on arrive même à développer une véritable phobie des émotions, ce qui est mon cas, et que je bosse en emdr).
Ca se traduit souvent par des symptômes post-traumatiques comme le phénomène de dissociation que je commence à bien connaitre!! (j'ai mis un post là-dessus dans "troubles bipolaires, on en parle").

merci donc à tous de votre soutien et de vos témoignages
j'espère que d'autres encore oseront venir ici déposer quelques mots, ça fait du bien de vous lire, je me sens moins "folle"!!

bonne fin de journée
je vous embrasse
Revenir en haut
Brouillon
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2011
Messages: 539

MessagePosté le: Lun 8 Sep 2014 - 11:33    Sujet du message: violences conjugales Répondre en citant

Quel grand pas tu fais ! C'est super que tu veuilles maintenant être dans l'échange, je crois que cela te fera le plus grand bien, tu ne sera plus isolée. J'espère que tu trouveras une telle association près de chez toi.
Revenir en haut
3zouzous
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 04 Juil 2012
Messages: 1 391

MessagePosté le: Lun 8 Sep 2014 - 11:35    Sujet du message: violences conjugales Répondre en citant

voilà un poème que j'ai écrit il y a quelques mois.....bien adapté !.....

"petit journal de colère ordinaire..."

Va et vient va et vient va et vient va et vient.....
Cette obscène épopée Mes cuisses écartées
N en finit de briser Ma nuque sur les barreaux
Doudou retrouve au fond d un vieux carton
Enfoncé dans la bouche pour éviter tout son
Je le savais pourtant que tu n étais pas loin
Assise sur le banc en attendant l instinct
De vivre oui de vivre
Mais peut être autrement


La nuit couvre mes cris à travers tes mains
Qui baillonnent tout essaie de dégager enfin
Tu racles mon vagin racles visage crispé
Et toujours en cadence tu veux me pénétrer
Et tes genoux me bloquent je ne peux plus bouger
Poupée désenchantée par un viol mérite
Et oui tu le savais oui j en avais envie
De ce déchirement et de cette folie


Tu t acharnes dévores avec virilité
Mon sexe ensanglanté de ta violence inouïe
C est comme si dans l extase tu voulais l avaler
Et me déposséder de ma féminité
Quel avenir ici pour les femmes insoumises
Le machisme revient attention à nos filles
La mienne n a que 13 ans et je dois lui apprendre
Que ce n est pas en acceptant
Que l on se fait entendre


Tu t effondres soudain comme un gros sac trempé
Et je pense à tes mains qui m ont tant caressee
Battue et tripotée mordue torturée
Il n y a pas un jour ou je n ai pu dire non
A tes avances folles ton désir enflammé
Mon corps t appartient serait ce le mariage
Qui me tient en ton sein sans pouvoir te combattre
Le regard au plafond je peux me balader
Ailleurs que dans ce parc sous un ciel noir d été
Un ciel où tu m auras à jamais ravagée

Revenir en haut
3zouzous
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 04 Juil 2012
Messages: 1 391

MessagePosté le: Lun 8 Sep 2014 - 11:36    Sujet du message: violences conjugales Répondre en citant

merci Brouillon de tes encouragements!!! ça apaise mon coeur de me sentir soutenue et comprise, accompagnée aussi...
je t'embrasse!
bonne journée!
Revenir en haut
pat-brady
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 04 Aoû 2014
Messages: 226

MessagePosté le: Lun 8 Sep 2014 - 17:18    Sujet du message: violences conjugales Répondre en citant

Bonjour 3zouzous, j'ai lu tes écrits... relus... attendu... pour ne rien précipiter de ma réponse et donner alors à mes mots tout le poids qu'ils se révèlent être en moi...
J'ai donc lu... puis attendu... pour laisser au temps le pouvoir d'adoucir sans doute les miens, en leur ôtant la violence que le contenu des tiens à réveillé en moi.
Pour ne laisser aux miens, que la certitude de ce que je tiens à te répondre. Ton texte....? que puis-je cacher en vérité de ce bouleversement que sa lecture me provoque. Moi qui avoue ici ne pas pouvoir, ne pas pouvoir encore ? ou tout simplement ne pas oser.... écrire de ces images gravées.
Alors plus que de t'en féliciter simplement, je voudrais pardessus tout que ces mots sortis sous ta plume soient comme un pas vers une reconstruction.... j'ai dès l'autre jour reconnu ton courage, celui que je n'ai toujours pas car, si en te répondant l'autre jour j'ai osé grâce à toi évauquer de mes propres blessures , je sais que tout mon travail personnel est loin d'être rendu, là où tu en es. AI-je peur que l'on ne me crois ? ai'je peur de réveiller le mal ? ai-je peur de ne plus pouvoir m'arrêter dans ce qui pourrait devenir un déferlement de mots, lignes, pages ? je sais simplement que je ne suis pas prête encore... Mais que grâce à toi sans aucun doute, les portes des émotions libérées ne sont pas définitivement fermées.
Et si l'autre jour je te remerciais aux noms de toutes celles qui grace à ton premier pas oseraient à leur tour, ici, je te remercie en non nom, car, même si l'on tente à faire de ses jours des jours ordinaires et normaux, tout au fond, et pour être honnête , ils ne le sont jamais...
Ils ne le sont jamais...... parce qu'un jour lointain, tout à basculé.
merci
je t'embrasse
Revenir en haut
3zouzous
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 04 Juil 2012
Messages: 1 391

MessagePosté le: Lun 8 Sep 2014 - 18:05    Sujet du message: violences conjugales Répondre en citant

là, tout de suite, pat-brady, ton message d'amour mêlé de détresse me fait pleurer....et mes enfants viennent de sonner, ils rentrent du collège....donc kleenexs et quand je serai plus "à tête reposée", je viendrai te répondre, pour t'encourager!!

je t'embrasse bien fort
Revenir en haut
3zouzous
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 04 Juil 2012
Messages: 1 391

MessagePosté le: Mar 9 Sep 2014 - 15:21    Sujet du message: violences conjugales Répondre en citant

bonjour pat-brady,

je voudrais tout d'abord te dire que ta "plume" à toi écrit aussi bien que la mienne!!......alors sans aborder de sujets trop émotionnellement chargés, je pense que tu devrais peut-être te mettre à coucher certaines idées, pensées, histoires...qui te passent par la tête, ne serait-ce que quelques lignes, comme ça, pour t'essayer au plaisir de l'écriture. tu ECRIS très BIEN!!
la réponse que tu viens de me faire est à la fois d'une grande simplicité, mais tellement émouvante que j'en ai pleuré....
je ne sais pas on parle de "journal", peut-être juste essayer doucement de laisser glisser ta plume d'image en image qui te vient, de tout et de rien, sans chercher à "aller" forcément quelque part, comme un discours avec soi-même...

tu vois, ton message le prouve, tu ressens encore beaucoup d'EMOTIONS, tu sembles très sensible, ce qui veut dire que NON, avec ou sans mon intervention, la "porte de tes émotions" n'est pas fermée définitivement, parce que cette porte est bien là, certes, mais sans serrure aucune, et que parfois souvent nous là poussont sans même nous en rendre compte, comme tu viens de le faire par tes écrits, ainsi que par le partage de ton histoire l'autre jour et par le soutien que tu apportes aux membres de ce forum!

le passé est le passé. parfois on peut le mettre dans une boite pour toute la vie et vivre avec, parfois on a envie (ou on ne peut plus avancer sans) ouvrir cette boite.
le 2è cas est un peu le mien. j'ai chuté très profondément et pendant plusieurs années et me "défaire" de ce passé était un passage "obligé"..
ce n'est pas une question de "courage"!!! chacun fait comme il peut avec ce qu'il a dans les mains.
il n'y a pas de "forte" / "faible", "courageuse"/ ou pas, tout comme on ne peut pas dire qu'il y a des "méchants"/des "gentils"....il y a simplement des parcours, des trajectoires, des chemins de vie qui se croisent même parfois, et avant tout une envie de VIVRE qui, j'ose le croire, peut rester dans notre coeur quels que soit nos difficultés....

quand j'ai commencé à basculer il y a 7-8 ans, ma généraliste m'a dit un truc que je n'ai jamais oublié : "vous avez déjà fait un truc énorme : des enfants!! donc vous avez choisie la VIE!"

chaque jour je me le répète en moi-même!
et toi aussi, tu as choisi la vie!! tu as su te construire une famille aimante, donner la vie à une petite (grande aujourd'hui!!) fille qui éclaire tes journées, et faire confiance à un homme pour avancer malgré tes difficultés!! voilà ton VRAI COURAGE!!! et cela, personne ne pourra te l'enlever!! c'est gravé en toi pour toujours!!

tu sais, les "émotions", ce n'est pas que la peur, l'angoisse, la colère, le dégout, la honte......ect.......
les "émotions" c'est aussi la joie, le plaisir de faire plaisir, le partage de moments simples et agréables, la caresse de ses animaux (et je sais combien cela t'est cher!!), le sentiment parfois de se sentir utile, aimant, accompagant, aidant, être là, tout simplement, pour les personnes qu'on aime et le leur faire savoir...

tu es riche de toutes ces émotions, elles sont en toi. douloureuses ou agréables. Cependant, il ne sert à rien de t'obliger à ressentir les premières, car "s'obliger à ressentir les choses est une sorte de violence. Et la violence, qu'elle vienne de l'extérieur ou de l'intérieur, reste une forme de violence." Autorise toi à les ressentir un tout petit peu (comme tu viens de le faire ici) et peut-être te rendras tu compte qu'il ne "t'arrive rien de grave"....

pas besoin d'en écrire des romans!!
et puis tu sais, quand j'ai écrit tout ça, j'étais au début de l'emdr, et ça a fait ressortir bcp de choses violentes! je me suis mise à écrire de manière compulsive, car mon cerveau, sous l'effet du stress, s'est mit à penser en "rimes"!! toutes mes pensées se sont mises à rimer et quoi qui me traverse l'esprit, ça sortait sous forme de poésie!! bizarre non la complexité du cerveau humain??!! (c'est mon médecin qui me l'a expliqué et rassurée car moi, j'ai cru devenir cinglée!!).
je ne gérais plus rien, et surtout plus justement mes émotions!!...

Il m'a dit de tout garder, ce que j'ai fais! mais aujourd'hui, quel mal j'ai à relire!!.... c'est très difficile, JE me fais peur!!
alors pas la peine de suivre mon chemin!!

Par contre écrire, OUI!!! si tu ne le fais déjà, tu as un don à mon sens! tu devrais t'y essayer.... regarde avec quelle douceur tu parles de tes animaux!!...tellement de sensibilité!! continue!! raconte des moments qui t'ont fait du bien, des partages émouvants, des anecdottes drôles dans ton quotidien... je suis sûre que tu en trouveras, au-delà de la maladie, il y a toujours une minute dans la journée où on a pu respirer!!

bon désolée, j'ai écrit un roman pour le coup lol!!
je t'embrasse bien fort, toi, et toutes celles qui me lisent ou m'ont lue....

à bientôt
Revenir en haut
pat-brady
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 04 Aoû 2014
Messages: 226

MessagePosté le: Mar 9 Sep 2014 - 16:35    Sujet du message: violences conjugales Répondre en citant

Merci 3zouzous, merci tout d'abord pour avoir pris le temps de me répondre. Merci ensuite pour cette réponse, non évaluée par sa longueur mais par son contenu, la richesse de ton implication que je retrouve d'ailleurs dans tes messages en général. Ici, je ne veux pas être longue, car mon but est juste celui de te rassurer, car au delà de tous tes conseils j'aimerais que tu saches le réel plaisir que j' epprouve à écrire et donc avouer que depuis que je suis sur ce forum, Ta dernière phrase : "il y a toujours une minute dans la journée où on a pu respirer " se révèle être l'exacte vérité. En effet, j'ai découvert ici un endroit merveilleux où l'on peut être entièrement sois-même , vivre de poésies, distribuer notre gentillesse sans qu'il nous soit obligé de l'expliquer, être à 100/100 parce que l'on se saura compris et non jugés, donner de simples choses et tant recevoir en retour... Et cet endroit s'appèle bien sur "le café des bipotes"
Ne sois surtout pas "désolée" pour ce " roman" car avec sincérité , moi, je t'en remercie.
Très bonne fin d'après-midi, et moi de même t'embrasse très fort.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:15    Sujet du message: violences conjugales

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le forum des bipotes Index du Forum ->
Questions / Réponses
-> Entraide et soutien...
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Wikipedia | Psychomedia | Troubles-bipolaires.com | camh.ca - Le trouble bipolaire : Guide d'information | Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com