Forum d'information, de psychoéducation et d'entraide pour les personnes avec un trouble bipolaire (maniaco-dépression).
Le forum des bipotes  Index du Forum FAQ Rechercher S’enregistrer Connexion

est-ce qu'on se cache?

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le forum des bipotes Index du Forum ->
Questions / Réponses
-> Entraide et soutien...
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Kahlan
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 16 Juil 2014
Messages: 69

MessagePosté le: Mar 11 Nov 2014 - 02:09    Sujet du message: est-ce qu'on se cache? Répondre en citant

Bonjour à tous,

on me reproche souvent de me cacher derrière la maladie. Bien sur le "on" sont des non bipolaire.

en fait mon point de vue est que j'ai toujours vécu même depuis que je suis diagnostiqué en essayant d'être normale, savoir que j'été malade mais ne pas laisser la maladie me poser de limites.

ça fait environ 1 an que je fais des dépression violentes a ne pas remonter et être basse avec envie de suicide et mal être vraiment insupportable a vivre et les psy me disent qu'il faut juste attendre que ça s'appelle la dépression et qu'il n'y a rien a faire car j'ai déjà un traitement.

du coup cette dernière année quand mon copain ou mes amis me reprochaient quelque chose je leur disait que j'été en phase dépressive et que je les écoutaient pas. en effet j'arrivait déjà a peine a prendre une douche alors j'allais pas repasser ce jour la, ou je pleurais avec l'envie de rien et très mal a l'intérieur alors je n'avais pas envie de faire un effort pour me "bouger le c**" en allant courir car le sport aide a garder le moral.

bref je me remet quand même en question, ma logique est que j'ai vécu toute ma vie en ignorant ma maladie et elle m'a rattrapé et ne m'a jamais autant pourri la vie que cette dernière année. maintenant j'écoute les limites qu'elles m'impose pour pas envenimer la situation.

vous qui êtes bipolaires, qui avez vécu ce qu'est la vrai dépression, cette incapacité à faire certaines choses qu'on voudrait pouvoir faire comme les gens normaux. Est-ce qu'on se cache derrière la maladie ou est-ce qu'on tiens seulement compte des limites qu'elle nous impose?

je suis toute ouïe à vos avis et vos conseils
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 11 Nov 2014 - 02:09    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
nini74
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 26 Juin 2013
Messages: 151

MessagePosté le: Mar 11 Nov 2014 - 09:45    Sujet du message: est-ce qu'on se cache? Répondre en citant

Bonjour kahlan,


Tes questions sont très pertinentes !!!! La dépression est une maladie que ceux qui ne l'ont pas vécu est difficile à être considérer comme telle mais plutôt comme un manque de volonté !

Il est très difficile quand on se retrouve dans cet état d'avoir envie de quoique ce soit !!! Même la base se laver manger deviennent des montagnes à gravir !!!!

Je ne suis pas trop d'accord avec ton psy qui te dit d'attendre car il y a des thérapies faites en hopital de jour en hopital ou clinique psy qui peuvent nous aider à sortir de ce mauvais pas !!!

Pour ta question " Est-ce qu'on se cache derrière la maladie ou est-ce qu'on tiens seulement compte des limites qu'elle nous impose? "

Je dirais que je ne pense qu'on se cache derrière cette maladie pour souffrir !!!! Car je pense que toute personne qui se trouve dans cet état a envie de s'en sortir !!!! Un psy qui s'est occupée de moi alors que j'étais en grande dépression m'a demandé si je me complaisais dans cet état. J'ai été en colère comme si on pouvait se complaire à souffrir il m'a répondu qu'il connaissait des patients pour qui c'était le cas !!! Et franchement je ne peux penser que si on était sensé on pouvait se complaire de souffrir!!! Et si tel était le cas pour moi cela prouvait qu'il avait un dysfonctionnement chez cette personne!! alors pour moi non on ne se cache pas derrière cette maladie mais plutôt on tiens compte des limites qu'elle nous impose!!!

Mais la stabilisation n'est pas impossible et il faut garder espoir !!!! Il m'a fallut 8 ans pour cela !!! Mais aujourd'hui je vois enfin le bout du tunnel et je vis en couple et j'ai enfin envie de reprendre le travail. Je passerai pas le biais d'une formation en premier temps cela prendra le temps qu'il vaudra mais à chaque jour suffit sa peine.

voilà je te souhaite une bonne journée et bon courage
Revenir en haut
TheValuk
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 24 Juil 2009
Messages: 1 361

MessagePosté le: Mar 11 Nov 2014 - 11:54    Sujet du message: est-ce qu'on se cache? Répondre en citant

Bonjour,

Citation:
Est-ce qu'on se cache derrière la maladie ou est-ce qu'on tiens seulement compte des limites qu'elle nous impose?


Le bon sens, et toutes deux le rejoignez, dirait que nous sommes contraints par les limites imposées par la dépression. Moi non plus je ne dirais pas que spontanément, on se cache derrière.

Mais ton psy, nini74, ne me semble pas avoir tort. Rappelons-nous cette expression de Victor Hugo, lui-même apparemment bipolaire à l'époque :
"La mélancolie, c'est le bonheur d'être triste."

Alors ce sont de grands mots plutôt romantiques sûrement, et peut-être Victor Hugo parle-t-il de cet état âme léger de tristesse passagère, et non pas les cas de dépression lourde.

Mais lisez le livre Bénéfices secondaires, de Sarah Bensaïd. Elle décrit bien, en tant que patiente/souffrante, les cas où elle tire des "bénéfices" de cette maladie.

Alors attention, moi-même atteint de troubles de l'humeur, je ne minimise surtout pas les effets dévastateurs de la maladie. Mais certaines personnes écrasées par la souffrance n'ont tout simplement pas cette volonté de s'en sortir (autre symptôme ?) qui ne fait pas défaut à d'autres.
Et certaines personnes, également "stabilisées" peuvent même se servir de cette étiquette qui leur colle toujours, pour se laisser aller à ne pas faire n'importe quelle tâche du quotidien.

Et de plus, tout cela peut être souvent inconscient je crois. Comme si l'esprit humain régressait vers un stade précoce de développement.

Sinon Kahlan, n'écoute pas ces gens (un minimum mais pas trop), et continue de prendre soin de toi.
Revenir en haut
sharissa
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 09 Jan 2013
Messages: 177

MessagePosté le: Mar 11 Nov 2014 - 14:59    Sujet du message: est-ce qu'on se cache? Répondre en citant

on ne se cache pas derrière la maladie, les phases dépressives sont difficiles, le moindre geste du quotidien peut demander des ressources incommensurables, surtout si tu n'as pas d’impondérables comme des enfants à t'occuper
ici quand je suis en phase dépressive je ne me lève que pour les emmener à l'école et les nourrir, faire les courses, je leur laisse faire le reste
il est vrai que d'une certaine manière je me "complet" dans mon oursitude cet envie de ne voir personne, parce que simplement les gens me fatiguent, m’énervent ou me gonflent que leur parler et une sinécure tout simplement. ( y compris les enfants à qui je ne parle quasiment pas )
je me lave tout les 3 jours en gros parce qu'il le faut mais vraiment parce qu'il le faut, tout est dur après tu peux expliquer cet état à tes amis ,
les miens l'ont compris, si ceux de vrais amis ils comprendront, ils cherche à te faire réagir mais ils ne s'y prenne pas de la bonne manière
Revenir en haut
cyrielle44
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2014
Messages: 221

MessagePosté le: Mar 11 Nov 2014 - 19:28    Sujet du message: est-ce qu'on se cache? Répondre en citant

oui difficile la dépression je l'ai vécu en avril et tout l'été jusqu’à fin aout, je dirais tombé du jour au lendemain je n'ai pas compris ...

Fervente du soleil je ne me reconnaissais plus ne pouvant plus sortir ... et ne voulant plus voir personne.
mes journées, je passais mon temps devant la télévision, je connaissais le programme par cœur

mon fils Ado, il prenait le car le soir pas de déplacement pour moi et j'appréhendais pour lui parler à son retour

pour les courses, je ne faisais plus et préparer les repas le repassage pas simple je pliais le linge en attente sur une chaise ma tête pensait faire le repassage mais cette fatigue me retenait.

On peut faire très peu de choses, la maladie nous fait du mal avec une fatigue excessive on pense à la seule solution d'en finir avec cet état

Puis j'appréhendais le lendemain, comme gravir une montagne envie de pleurer avec cette tristesse intérieure et dans c'est moment on garde tout pour soi

je ne pense pas que l'on se complet dans la maladie au bout d'un moment on veut s'en sortir

on pense à toutes les périodes positives que l'on a vécu avant

j'ai été traitée par des anti dépresseurs pour la dépression
qui faisaient l'inverse ne me soignaient pas]
depuis mes consultations chez un spécialiste de la bipolarité je vais mieux avec le bon traitement, et de la patience on retrouve le goût des choses,

On m'a conseillé une vie avec des rythmes réguliers, moi qui aimait sortir très tard je vois qu'il y a des limites
maintenant il faut accepter la bipolarité que je n'arrive pas

une journée de sortie en journée le lendemain je suis fatiguée

je me rencontre que je n'ai pas les mêmes capacités physiques j'ai recommencé a aller vers les endroits avec du monde je ressors exténué par le bruit l'idéal c'est l’extérieur la marche

n'écoute pas tout le monde ceux qui sont passés par là peuvent comprendre .... et on a besoin de calme

petit à petit on sort de cette impasse je pensais souvent, il y a un moment ou les choses changent un chemin de liberté
Revenir en haut
fontaine
Bipote Diamant

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2008
Messages: 2 386

MessagePosté le: Mer 12 Nov 2014 - 08:55    Sujet du message: est-ce qu'on se cache? Répondre en citant

nous sommes dans une société où tout le monde aime speeder, je veux dire: faire beaucoup,rapidement
nous sommes aussi une société en crise ou plus personne n'aide personne, n'écoute personne, sauve ses carottes personnelles.
or plus les gens sont durs, plus les personnes sensibles se fragilisent, notamment au travail, mais aussi dans la vie privé où on peux se ressentir comme absolument seul.
c'est pour cela que j'aime profondément ce forum, c'est un lien, un soutient entre "les émotifs anonymes"
nul ne choisit d'être en dépression, nul ne choisit d'être malade.
mes amis sont étonnés de l'épaisseur de mes bibliothèques. un jour j'ai dit à mon psychiatre qu'acheté un livre était pour moi un acte de résistance.
les écrivains, les peintres, les musiciens témoignent de nos cauchemars comme de nos joies.(il y eu cette grande exposition à paris sur le terme de la mélancolie)
je vie aussi dans le monde, mais avec des boules quies naturelle.
a l'heure des télés réalités sur toutes les chaines, il faut savoir se préserver.
couper le son et voir plus haut
regarder les nuages, les merveilleux nuages, tel Baudelaire.
merveilleuse journée à tous le monde
Revenir en haut
Hoppe
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 24 Sep 2012
Messages: 60

MessagePosté le: Mer 12 Nov 2014 - 13:22    Sujet du message: est-ce qu'on se cache? Répondre en citant

@ Fontaine, écris un livre, tu laissera ainsi ta place dans le témoignage de nos vies.... :-)

Je posterais peut être un post plus personnel parce que je pense avoir besoin de vous.

Mais celui ci m'interpelle :

1) La " normalité "

Je vais être direct, nous ne sommes pas normals, par parce que nous sommes malades mais parce que personne ne l'est.....

Cela veut dire quoi être normal ? Mesurer entre tant et tant pour un poids de X, aucun pb de santé, avoir un boulot où je gagne X en bossant Y H...

Avoir une maison, une clôture verte, un scénic, un chien, et deux gosses à 35ans ?

Alors après je dois être malade et avoir quoi combien de fois par an ?

Je suis allergique à X, merde c'est pas normal... Ou si ? ... Bon bref... :-) :-) Je crois que vous avez compris l'idée....

2) La Dépression.

Déjà, c'est quoi, faudrait peut être savoir de quoi on parle et sans manquer de respect même les médecins sont dépassés....

Coup de blues, dépression traumatique, passagère saisonnière etc ? ?

3) L'envie de s'en sortir...

The Valuk, post très intéressant, avoir l'envie de s'en sortir et la volonté...

Certaines bipolaires sont des génies, tu en cites un d'ailleurs, il y'en a plein d'autres dans plein de domaines et des vivants...

Pourquoi ? et pourquoi pas d'autres ?

C'est pareil pour le handicap physique, certains gagnent des médailles d'or aux jeux olympiques et d'autres sombres complétement... Une jeune française de 20ans atteinte de sclérose en plaque a remporté l'or en surf en Russie...

4) Les solutions.

Déjà, l'acceptation et c'est dur. Mais surtout trouver quelque chose qui vous plaise....

Le monde est riche, internet aussi, voyagez, lisez, intéressez vous à tout. Cela ne va pas, il y'a des jeux vidéos, des films, des livres... Etc

Voyez chaque étape comme une victoire, l'un d'entre vous parle de se laver une fois tous les 3 jours... Ben déjà, il y arrive.. Et c'est bien. Essaie de te laver tous les 2 jours....

Vous avez encore un coup de blues, encore passez deux heures à fixer le plafond, ben oui vous avez perdu deux heures de votre vie... Mais quand vous vous relevez pour faire n'importe quoi... Ben dites vous que vous n'avez perdu que 2 heures de votre vie..... :-)

Essayez de perdre moins de temps la prochaine fois :-)

Pour les limites, on a aussi celles que l'on se fixe... Essayer, et ne pas réussir, ce n'est pas échouer. Ne pas essayer, c'est échouer...

En espérant avoir été utile.

Désolé pour les fautes de syntaxe et d'orthographe, mais j'ai peu dormi...
Revenir en haut
Dédéjr
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 02 Aoû 2011
Messages: 174

MessagePosté le: Jeu 13 Nov 2014 - 02:04    Sujet du message: est-ce qu'on se cache? Répondre en citant

Se complaire? J'en suis persuade.

Pas pour tout le monde non non encore heureux. J'en connais personnellement des gens qui ne bats pas qui se laisse aller car "malade"

Comme j'étais ex alcolo j'en connais aussi des gens qui se disent malade ou qu'ils était malade pour ne pas confronter leur comportement....pour dire je ne crois pas l'alcoolisme est une maladie.
Revenir en haut
mabulle
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 17 Juin 2009
Messages: 279

MessagePosté le: Jeu 13 Nov 2014 - 10:34    Sujet du message: est-ce qu'on se cache? Répondre en citant

Bonjour,

Non, non, non!

J'ai entendu toute ma vie que je me complaisais dans la maladie, que j'aimais être en clinique ou en hôpital, que je ne faisais aucun effort pour aller mieux, que je pourrais mener une vie normale si je le voulais bien, que j'avais du plaisir à pourrir la vie des autres, que je ''identifiais avant tout en tant que malade.... Je pourrais vous en mettre trois pages.

La maladie bipolaire est une maladie. Et comme toutes les maladies ça ne se soigne ni en faisant des efforts, ni par la volonté. Demanderai t on à un diabétique de faire des efforts pour ajuster sa glycémie?

Comment pourrait on se complaire là dedans? Sérieusement? C'est juste l'enfer ce que nous vivons. Et dire qu'on ne veut pas sortir de l'hôpital c'est juste débile.

Je crois que nous essayons juste de faire au mieux. Nous essayons d'aller mieux, avec nos moyens et avec le peu d'aide qu'on peut recevoir.

Tout ce que j'ai écrit au dessus, c'est des choses que la plupart des gens pensent, et à mon avis en partie Parce que le mode de pensée psychanalytique est très ancré dans la culture française.

Alors il faut encore et encore rappeler aux gens autour de nous que la maladie bipolaire est une MALADIE!
Et que nous avons droit à un minimum de compassion....
Revenir en haut
Hoppe
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 24 Sep 2012
Messages: 60

MessagePosté le: Jeu 13 Nov 2014 - 11:10    Sujet du message: est-ce qu'on se cache? Répondre en citant

@Ma Bulle,

Comme je suis d'accord avec toi. Mais la compassion tu n'es pas prête de l'avoir.

J'ai demandé au CMP avec insistance, un rdv avec un psychologue une fois par semaine, au lieu d'un toutes les 3 semaines/ 1 mois... Une infirmière psy qui m'a eu 3 min 30 au téléphone m'a répondu M le service publique ne peut rien faire de plus pour vous.... Ah ben cela marque...

Et c'est pas un pb d'argent, mais de gestion, de l'argent en France, y'en a ce n'est pas le tiers monde non plus....

Pour la compassion, tu prends l'exemple des diabétiques, mais les gens sont d'une méchanceté, beaucoup te diront ah ben les chômeurs c'est de leur faute....

Tu crois franchement, qu'un chômeur sans pb de santé, c'est dit un jour dans sa vie, tiens, je vais être au chômage, me faire chier chez moi....

En effet certains font peut être pas le max, ok, mais au bout de X refus, De X entretiens où tu essuies un refus de plus sans recevoir aucune raisons... Ben oui certains sont brisés, et ne font pas le maxi.. C'est juste humain....
Revenir en haut
mabulle
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 17 Juin 2009
Messages: 279

MessagePosté le: Jeu 13 Nov 2014 - 11:52    Sujet du message: est-ce qu'on se cache? Répondre en citant

Je crois que notre statut est bien pire que celui des chômeurs.

Quand tu es au chômage, tu as ton un arsenal de choses que tu peux faire, et cela dépend de ta volonté.

La maladie bipolaire, on l'a, et on l'aura jusqu'à la fin de nos jours. Elle est comme une tumeur infiltrée dans notre personnalité. On peut avoir toute la volonté du monde, on sera toujours malade.

Ah les soins!
La sécu m'a payé environ 10 ans de psychanalyse, jusqu'à trois séances par semaines. A la fin je payait 85€. Ça doit faire au minimum 70 000€.
Tout ça pour des "soins" inutiles. Des soins dont partout ailleurs dans le monde on disait bien que justement ça n'était pas des soins. Mais il y a toujours des psy en France, et surtout dans les hôpitaux et les CMP, que c'est notre seule solution de salut.

Par contre pour ce qui est de bénéficier d'une thérapie comportementale, c'est non. Ça serait pourtant beaucoup moins cher, et plus utile! Et pour la sécu, une économie importante. Parce que si je vais mieux, je prends moins de médicaments, si je vais mieux, j'ai moins d'arrêts de travail. Mais non.

Il va falloir attendre. Parce que je crois qu'on manque sérieusement de professionnels capables de nous soigner, avec des méthodes modernes, au fait des avancées scientifiques.

Dans cette société nous sommes des parias, des parasites, des dangers, des fainéants...
La vision que la société française a de nous est carrément flippante...
Revenir en haut
Kahlan
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 16 Juil 2014
Messages: 69

MessagePosté le: Ven 14 Nov 2014 - 02:01    Sujet du message: est-ce qu'on se cache? Répondre en citant

Bonjour,

merci de vos réponses,

effectivement je ne me complet pas dans cet état, et si je le pouvais je changerais les choses, le truc c'est que je pense d'après vos commentaires que je fais bien ce qu'il faut a essayer d'ecouter mes limites pour vivre avec la maladie.

je ne sais juste pas trop comment faire parce que j'ai jamais voulu l'écouter et je dois apprendre a le faire après être tombée trop bas.

pour mes amis j'ai compris, ça a beau êtes des amis seulement 2 ou 3 le comprendrons puisque c'est comme cela que fonctionne notre société.

ça me conforte aussi même si ça devrais pas de savoir que d'autre aussi vont se laver que tous les 2 ou 3 jour en pleine dépression. je me rend compte que ce n'est pas moi mais bien la maladie et qu'effectivement je voudrais ne pas avoir ce blocage quand je vais mal.

l'exemple des diabétique est souvent utilisé par ma psy, merci de me le rappeler, souvent je me dis que les diabétique c'est visible avec leur taux de glycémie, nous une fois que le lithium nous donne le bon dosage c'est plus visible et pourtant la maladie est toujours là. je vais essayer de me rappeler le plus souvent des diabétiques.

merci d'être là et de me rassurer. c'est vrai que c'est un poison cette maladie et c'est pas évident de vivre avec les critères attendus par notre société actuelle et les nombreuses personnes qui ne nous comprennent pas.
Revenir en haut
Parabellum
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 23 Déc 2013
Messages: 150

MessagePosté le: Ven 14 Nov 2014 - 10:01    Sujet du message: est-ce qu'on se cache? Répondre en citant

Bonjour,
qui peut dire que l'on se complet dans la maladie ou qu'on en profite ? Je ne vois pas quels avantages ont a à etre dans un état psychologique désatreux depuis notre enfance ou adolescence. Les montées et descentes successives nous détruisent petit a petit, nous épuise et on détruit pas mal de chose autour de nous. On sauve les apparences en essayant de construire une vie normale mais le "monstre" est toujours là en nous. Les médicaments endorment plus ou moins la maladie, c'est tout !!@Mabulle : "Elle est comme une tumeur infiltrée dans notre personnalité." Cette affirmation est juste, la maladie est pour moi connectée à notre cerveau et notre personnalité. J'ai essayé de lutter et je suis toujours revenu à la case départ.
Vis a vis des autres, moi perso je ne dit jamais rien, l'envie me démange par moment, mais une fois démasqué, je pense que nous sommes vulnérables, nous devenons sujet de moqueries, dénigrements, minimisation de la maladie et incompréhensions.
Bonne journée
Revenir en haut
luciel
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 27 Nov 2013
Messages: 344

MessagePosté le: Ven 14 Nov 2014 - 11:29    Sujet du message: est-ce qu'on se cache? Répondre en citant

Bonjour à tous,
non, on ne se complait pas mais pour les "non bipolaires", il y a encore beaucoup de clichés sur notre maladie et ils ne comprennent pas toujours. Surtout quand, comme pour moi, ils m'ont vue jusqu'à l'âge de 47 ans comme une fille super dynamique et attentive aux autres, souriante et solide. Ils ne savaient pas qu'il y avait des tas de jours terribles. Seule ma compagne y était vraiment confrontée. Nous n'avons pas tous les mêmes ressources, la même force face à notre maladie. Car, ne l'oublions pas : nous ne sommes pas que des malades ET CA, C'EST IMPORTANT DE NE PAS LE PERDRE DE VUE. Oui, nous sommes bipolaires, avec souvent des comorbidités gênantes (tocs et déréalisation pour moi) mais nous sommes aussi des hommes et es femmes avec nos vécus, notre personnalité, nos goûts, nos parcours, ce qui fait que chacun d'entre nous est unique. Quand c'est difficile, c'est comme ça que je raisonne.. Je suis multiple et c'est pour ça que mon entourage m'aime...
Revenir en haut
mabulle
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 17 Juin 2009
Messages: 279

MessagePosté le: Ven 14 Nov 2014 - 17:06    Sujet du message: est-ce qu'on se cache? Répondre en citant

Ce qui est important c'est d'avoir un peu de compassion pour soi même, surtout qu'il est rare d'en recevoir de l'extérieur. Soyons bienveillants pour les malades que nous sommes.

Rien ne sert de culpabiliser quand on arrive pas à décoller du canapé de la journée. Rien ne sert de se mortifier sur les conséquences de notre maladie sur les autres. Nous sommes malades, et même si certains sont incapables de compassion à notre égard, nous méritons au moins le respect.

La psychanalyse a fait des ravages. Elle a semé dans l'inconscient public que nous étions responsables et même coupables de nos maux. Apprenons à nous réconcilier avec notre histoire. Nous n'avons rien fait de mal (et nos mères non plus).

Il ne reste plus qu'à aller de l'avant. Et tout reste à écrire!


P.S.: oui oui je suis méga positive, j'ai commencé la psychoéducation hier soir!
Revenir en haut
luciel
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 27 Nov 2013
Messages: 344

MessagePosté le: Ven 14 Nov 2014 - 17:57    Sujet du message: est-ce qu'on se cache? Répondre en citant

J'ai de la chance, mon entourage est très attentif, certains de mes amis me conseillent même des livres et des émissions sur les bipolaires. Et je ne sais pas si c'est le cas pour vous, lorsque je suis allée en clinique et qu'ils sont venus me voir, j'ai découvert les fêlures de mes proches. Plusieurs étaient en thérapie ou avaient fait des dépressions ou avaient vécu des choses affreuses (inceste, par exemple) et me l'ont dit à ce moment-là. Ils savaient donc ce qu'est la souffrance. A mon retour de Meudon, toutefois, certains ont été étonnés, ils pensaient que ça n'était qu'une phase et que je redeviendrais "la fille d'avant". J'ai expliqué à ceux-là patiemment les moments difficiles, les up et les down à gérer. Quand on dit simplement les choses, en tout cas pour moi, ça passe. C'est comme mon homosexualité, je n'ai presque jamais connu l'homophobie parce que j'ai dit les choses simplement, naturellement. Quand j'étais à Meudon, j'ai eu un gros délire de 15 jours et j'affirmais que j'étais dans un "monopotel" (j'ignore ce que je voulais dire par là !!!). Aujourd'hui, ils me taquinent et me disent : "Si tu n'es pas sage, on te ramène au monopotel". Et ma compagne me parle de ma "tête de fou". Tout cela est fait avec humour, ils savent, compatissent ou en rient, c'est selon. Comme je le fais avec eux pour leurs propres problèmes. L'humour, c'est la clé de tout, pour moi.
Revenir en haut
fontaine
Bipote Diamant

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2008
Messages: 2 386

MessagePosté le: Ven 14 Nov 2014 - 18:18    Sujet du message: est-ce qu'on se cache? Répondre en citant

bonjour mabulle
je ne comprends pas ta charge sur la psychanalyse.
certes on peut douter de ses résultats ( a mon avis, un jour, sans passion, on fera un tri sur les apports de Freud et ses successeurs)
celle ci ne rend pas responsable le malade de sa maladie
il invite juste, par la parole, a déroulé le film de notre existence, a retrouver l'origine de certaines de nos peurs ou de nos angoisses.
c'est assez proche d'une psychothérapie, sauf que le psychanalyste n'intervient pas dans le fil de nos conversations. Ce qui me donne personnellement le sentiment de fonctionner à sens unique et après deux séances j'ai laissé tombé ce type de suivi.
je suis bien sur au courant du procès que l'on tient contre les psychanalystes, notamment pour le traitement des enfants autistes.

je crois simplement qu'il existe un penchant humain pour considérer que le mal est toujours la conséquence d'une faute :le péché originel, un mauvais karma, quelques abus (si ta le cholestérol c'est que t'aime trop le beure et toc!)
quant on a pas de faute sous la main, on trouve un chat noir ou un jeteur de sort.
au final, a titre personnelle, je m'intéresse beaucoup aux croyances, aux superstitions, cela fini par être rigolo tant cela peut être absurde.

je n'écris pas de livre, mais mes poèmes sont publiés dans un blog à mediapart, voir la femme penchée.

bonsoir à tous
Revenir en haut
luciel
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 27 Nov 2013
Messages: 344

MessagePosté le: Ven 14 Nov 2014 - 18:28    Sujet du message: est-ce qu'on se cache? Répondre en citant

Fontaine / faut qu'on en parle, de poésie
Revenir en haut
Dédéjr
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 02 Aoû 2011
Messages: 174

MessagePosté le: Sam 15 Nov 2014 - 00:29    Sujet du message: est-ce qu'on se cache? Répondre en citant

Pfffff

J'avais prévu de faire un long poste argumenter mais non. Ca fini par les uns et les autres et d'autres certitudes que personne ne se complait dans sa merde, ce que est faux. Bref
Revenir en haut
Parabellum
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 23 Déc 2013
Messages: 150

MessagePosté le: Sam 15 Nov 2014 - 11:36    Sujet du message: est-ce qu'on se cache? Répondre en citant

@Dédéjr : d'après ton post tu sembles etre d'un avis opposé, étant donné que la majorité n'a pas forcément toujours raison, tu peux argumenter et donner ton avis.
Revenir en haut
mabulle
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 17 Juin 2009
Messages: 279

MessagePosté le: Sam 15 Nov 2014 - 12:15    Sujet du message: est-ce qu'on se cache? Répondre en citant

Bonjour Fontaine,

En fait, si, les psychanalystes cherchent dans notre passé la raison de nos maux et trouvent toujours un responsable que ce soit nous, nos mères ou tout autre personnes de notre entourage.

La psychanalyse est basée sur une série de mensonges, puisqu'on sait aujourd'hui qu'aucun des patients de Freud n'a guéri, contrairement à ce qu'il a écrit, et il le savait. Et difficile de faire confiance à un type qui prétendait pouvoir tout guérir mais n'était même pas capable de se sevrer de ses propres addictions. Et les suivants ne valent pas mieux, avec Lacan qui recevait 80 patients par jour, pour prendre un des plus célèbres.

Rien a vraiment changé. La psychanalyse n'a fait que faire obstacle depuis des dizaines d'années à l'arrivée en France de méthodes qui sont de véritables soins que ce soit pour nous ou pour les autistes. A la place nous avons eu droit à des théories qui sont pour moi de l'ordre de la maltraitance, et qui au minimum, nous ont privé d'avoir une qualité de vie acceptable alors qu'il était possible de faire autrement.

Ce que la psychanalyse a apporté à la psychiatrie? De sortir cette branche de la médecine de la science pour en faire un dogme. De créer la psychiatrie franco-française opposée au reste du monde.
Si on soignait des cancers avec des cataplasmes à la feuille de choux (uniquement en France) tout le monde serait choqué, il y aurait même des manifs.
Et pourtant la psychanalyse n'a pas plus d'efficacité que la feuille de choux. L'étude de l'INSERM en 2004 l'a montré.

Tu as eu la chance d'éviter ça, tant mieux pour toi. Moi je n'ai pas eu le choix, et la psychanalyse m'a pris beaucoup. Et ça n'a rien à voir avec une TCC, et si, le psychanalyste intervient à certains moments. Et certains chercheurs ont montré que le pouvoir de suggestion de l'analyste était très important. Mais la psychanalyse refusant toute évaluation de ses résultats...

Si certains ont envie de se lancer là dedans par choix personnel, tant mieux pour eux, ou plutôt tant pis. Mais qu'on ne vienne pas me dire que c'est un soin, qu'il y a une quelconque action thérapeutique. Et donc à ce titre ça n'a rien à voir avec la médecine. Les psychiatres qui pratiquent la psychanalyse ne devraient pas pouvoir le coupler avec leur titre de médecin, et surtout pas se faire rembourser par la sécu. (Ce qui a en grande partie participé au maintien des psychanalystes)

Sinon pourquoi ne pas avoir des cabinets de dermatologie manucure? Remboursé par la sécu bien sur...
En même temps une manucure, ça fait plus de bien au moral qu'une séance de psychanalyse.

Dédéjr tu as tout à fait le droit de pas être d'accord. Ici ça n'est pas le règne de la pensée unique, on peut discuter.
Revenir en haut
TheValuk
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 24 Juil 2009
Messages: 1 361

MessagePosté le: Sam 15 Nov 2014 - 14:54    Sujet du message: est-ce qu'on se cache? Répondre en citant

Disons que la psychanalyse peut être utile et très intéressante pour des gens "simplement" névrosés qui tenteraient de faire un travail sur eux-mêmes, mieux se connaître.

Du coup la connaissance passerait avant une "guérison".
Revenir en haut
mabulle
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 17 Juin 2009
Messages: 279

MessagePosté le: Sam 15 Nov 2014 - 16:38    Sujet du message: est-ce qu'on se cache? Répondre en citant

Peut être, au même titre qu'une religion...

Mais la psychanalyse n'a rien à voir avec la maladie. Pourtant les psychiatres-psychanalystes profitent de leur aura de médecin pour laisser croire que c'est une thérapie efficace. Quand tu dis aux gens que l'efficacité de la psychanalyse, et de ces préceptes appliqués par exemple aux autistes, n'a jamais été prouvée bien au contraire, très peu te croient. C'est du même acabit que la saignée, pratiquée pendant des siècles.

Parlons un peu aussi de ses effets négatifs, du mal que Bettelheim a fait aux autistes.... Il suffit de regarder le documentaire "Le mur" de Sophie Robert, qui a fait beaucoup parler, pour être totalement atterés.
Le mal qu'elle a fait à tous ceux qui au nom de la psychanalyse ont étés privés de soin scientifiquement prouvés. Et ces soins qui existaient depuis des dizaines d'années, les psychiatres-psychanalystes ont tout fait pour qu'ils n'arrivent pas en France, et le font encore aujourd'hui.

Récemment une de mes amies, très dépressive est allée voir plusieurs psychiatres, et une psychologue. Les tarifs de la psychologue n'étaient pas dans ses moyens. Les psychiatres ont tous eu le même discours: médocs + psychanalyse. Elle a finit par commencer une psychanalyse....
Le discours de son psy:
La dépression n'est qu'un symptôme d'un mal être profond. (Non, c'est une maladie)
Les médicaments ne sont qu'un pansement sur une jambe de bois (alors pourquoi il lui en donne autant?)
Elle ne s'en sortira qu'au prix d'un long travail sur elle même. Si elle souffre énormément à la suite des séances c'est pour un bénéfices ultérieur.
Et puis elle a commencé à m'expliquer que sa mère l'avait détruite à cause de la manière dont elle avait été élevée et que ça l'empêchait aujourd'hui de vivre sa vie.

C'est tellement caricatural que ça pourrait être drôle, sauf qu'il s'agit de sa vie et aussi de celle de sa famille.

Le médecin a le devoir, devant la loi, de proposer à son patient des traitements scientifiquement éprouvés. Il a le devoir de lui proposer les différents traitements quand ils existent.

Est ce que c'est ce qu'a fait ce psychiatre avec ma copine. Non.

Ces médecins se croient au dessus de la loi. J'aimerais pouvoir attaquer ces deux psys qui m'ont soignée pendant près de 20 ans en justice. Vraiment. Mais je n'aurais aucune chance, les experts judiciaires sont majoritairement psychanalystes.
Revenir en haut
fontaine
Bipote Diamant

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2008
Messages: 2 386

MessagePosté le: Lun 24 Nov 2014 - 10:38    Sujet du message: ma réponse Répondre en citant

je te sens très en colère Mabulle
Je laisse à part l'intérêt ou non de la psychanalyse
Tout les psychiatres ne s’intéressent pas à la psychanalyse, beaucoup soulignent ses abus. Surtout chez les jeunes praticiens.
Trouver un psychiatre qui propose une thérapie comportementale, remboursé par la sécurité sociale est parfaitement possible. Sur Paris, nous avons un grand choix de professionnels.(je trouve parfaitement injuste et odieux les déserts médicaux)
Le hic, ce sont les dépassements de tarif. Cependant ils arrivent que des professionnels se renseignent sur tes moyens financier, la souscription ou non d'une mutuelle, pour modifier leurs tarifs.
Il est vrai qu’on parle de médecine à deux ou trois vitesses. En matière de psychiatrie la situation est impressionnante, le niveau des dépassements d’honoraire et les tarifs des cliniques privés..
Sur, le fric c’est chic…comme dans la chanson
Pour revenir à la psychothérapie ou à la psychanalyse :
Un psychiatre soignant une dépression ne la prendra jamais comme un accident mécanique, telle une angine ou la varicelle.
Certes, nous pouvons avoir des fragilités génétiques, des prédispositions.
Choses intéressantes, la chimie du cerveau continue à se faire dans la jeune enfance, un trauma peut influencer cette construction.
Mais une dépression n'a rien de mécanique, il faut chercher l'historique.
À ce stade on te conseillera une psychothérapie ou une psychanalyse.
La psychothérapie consiste à analyser le fonctionnement de ses troubles, réfléchir pour trouver des solutions dérivatives, tu peux avoir une therapie comportementale.
Tous psychiatre qui se respecte fait un travail de psychothérapie (je ne vois pas comment il peut décider d’un traitement sans un minimum de compréhension de son patient), mais peut désirer se faire seconder par un autre professionnel, s’il estime que tu as besoin d'un fort soutient.
Le hic de la psychothérapie et le même que la psychanalyse : ces soins ne sont pas remboursés
ainsi, soit on a un suivi complet chez un psychiatre, soit comme moi, on a la chance d'avoir un médecin qui a une activité annexe de psychothérapie, ainsi je suis au moins remboursée pour le montant d'une consultation médicale.
Je reprends la chanson : le fric, c’est chic
Et la MDPH sous-estime profondément l’impact de notre maladie dans notre immersion dans le monde du travail, notre grande vulnérabilité au stress, alors que le stress est une donnée les plus rependue dans la vie professionnelle actuelle.
Est-ce la peine de comparer notre situation avec le mec qui fait la queue au pôle emploi ?
Le gamin de 18 ans sans expérience, le chômeur de plus de 50 ans
J’ai été inscrite au pole emploi pendant un long moment, par peur d’accepter des métiers que mentalement je ne pouvais assurer, j’ai attendu 43 ans pour être déclaré bipolaire, deux ans de plus, pour l’on ajoute borderline. Il y a d’autres que moi.
Handicapes mentaux de tous types, nous sommes mal protégés, beaucoup terminent sdf ou simplement en taule.
Moi j’ai fini par arrêter d’être inscrite, je suis devenue femme au foyer, sans réfléchir que je me couper de tous mes droits personnels (c’est vrai que la situation de mon mari, sa protection m’a incliner à faire ce choix)
Mais lâchons les comparaisons aux plus malchanceux, cela fait le lit de mouvement pas très clair, cela ne fait pas beaucoup avancer.
Par contre, dans le cadre de nos écrits, de nos poèmes, ou récits, dessins, témoignons.
J’ai toujours rêvé de pour créer dans la petite ville une exposition de sensibilisation.
C’est du rêve, peut être.
Et pourtant
Deux de mes textes publiés sur le forum des bipotes ont été refondus, et publié dans une collection virtuelle, « raconter la vie », http://raconterlavie.fr/recit/il-faut-etre-en-vie-avant-d-etre
Tous le monde peut participer
Autre chanson que j’aime :
Rêver, c’est déjà ça…(souchon)



Mais aussi
C’est peur être un jour sans, ou je resterais couché, car une force me colle au plancher
C’est peut être un jour ou à neuf heure je prendrai un whisky (je dois refaite un sevrage après les fêtes)
Bonjour à tous…nous sommes peut être des indiens coincés dans la ville…restons beaux et nobles avec nos peintures de guerres…
Revenir en haut
fontaine
Bipote Diamant

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2008
Messages: 2 386

MessagePosté le: Lun 24 Nov 2014 - 10:39    Sujet du message: est-ce qu'on se cache? Répondre en citant

http://youtu.be/jBIWL9S32QQ pour la chanson de souchon
Revenir en haut
mabulle
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 17 Juin 2009
Messages: 279

MessagePosté le: Jeu 27 Nov 2014 - 20:08    Sujet du message: est-ce qu'on se cache? Répondre en citant

Bonjour,

Oui, je suis en colère, et il y a de quoi.

C'est vrai tous les psychiatres ne sont pas pro-psychanalyse, mais ça reste tout de même la majorité. Et il est beaucoup plus facile de faire une psychanalyse remboursée par la sécu que de trouver une TCC elle aussi remboursée. On manque méchamment de praticiens psychiatres dans ce domaine.

De même la psycho-éducation si elle ne se fait pas à l'hopital n'est pas prise en charge, et ce même si elle est faite avec un psychiatre. Et pourtant les chiffres sont éloquents, cela permet de diminuer les rechutes et hospitalisations de 50% en moyenne. Pour la sécu, c'est synonyme d'économies monstres.

Pour ce qui est de la dépression, je suis d'accord ça ne se soigne pas uniquement avec des médicaments. Mais une psychanalyse n'aidera pas du tout.

La question c'est de savoir si une pratique qui n'a rien à voir avec la science, qui n'a jamais fait la preuve de la moindre efficacité a sa place dans la psychiatrie.
La psychiatrie c'est de la médecine et donc de la science!

Si, la première fois où je suis allée chez la psy qui m'a soignée pendant 20 ans, si elle m'avait dit ceci:
Je ne vous communiquerais pas mon diagnostic (je ne lai eu que 10 ans après qu'elle m'ait mise sous thymorégulateur)
Je pratique de la psychiatrie franco-française, que je considère différente de la psychiatrie anglo-saxonne
je ne tiendrais pas compte des recommandations internationales en matière de traitement, ni des classifications internationales en terme de diagnostic
Je ne vous proposerais que les traitements auxquels je crois, sans que cette croyance soit basée sur des faits scientifiques
je vous orienterais vers des soins qui n'ont jamais fait la preuve de leur efficacité et uniquement vers ces soins là.
Je ne vous proposerais aucun des autres traitements possibles et si vous m'en parlez je les dénigrerais, bien que ces traitements là soient basés sur des résultats scientifiques.

Si j'avais su cela, il est clair que je ne serais pas restée. Parce que c'est exactement ce qu'elle a fait. Et non contente de me prodiguer des soins inadaptés, elle m'a privé de la possibilité d'avoir des soins dignes de ce nom.

Quand à la psychiatre-psychanalyste, si dès le départ j'avais su que:
Elle allait faire son possible pour empirer mes symptomes afin de mieux les observer (la régression)
Qu'elle maintiendrait mon état de souffrance, toujours pour la même raison
Q'en aucun cas elle n'envisageais de faire disparaitre mes symptômes, puisqu'elle considérait que ce ne serait que les déplacer et qu'ils réapparaîtraient sous une autre forme, une autre maladie (comme un cancer)
Que je serais incapable de me rendre compte que je vais mieux, mon entourage non plus, elle seule saurait.

Là aussi je me serais barrée.

Ce qui est grave, c'est que ce sont des médecins qui ont ces pratiques, et qu'elles sont contraires à la loi et au serment d'Hyppocrate.

Ce qui est grave aussi, c'est que des personnes sont dirigés vers la psychanalyse et y vont en pensant que c'est de la médecine, et que ça n'est pas le cas. Et tant que la sécu remboursera ça continuera. Effectivement, le fric est le nerf de la guerre.
Revenir en haut
lisette
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 16 Déc 2013
Messages: 12

MessagePosté le: Lun 1 Déc 2014 - 23:01    Sujet du message: est-ce qu'on se cache? Répondre en citant

Mabulle,

tu as raison il y a derrière ce nom respecté de psychanalyste des personnes sans scrupules qui mériteraient plutôt celui de charlatan ou de gourou. J'ai rencontré quelques-uns de ces personnages. Après une séance que j'avais entièrement passée à pleurer de tristesse et de culpabilité sans un mot de compassion de la part de cet homme impassible derrière son bureau j'ai décidé d'arrêter. Deux ans plus tard environ dans une autre phase difficile, mais où je n'étais pas abattue, je suis retournée le voir. Il m'a reprochée d'avoir interrompu les séances! Je lui ai alors rappelé cet épisode en lui disant que je pensais aller moins bien au fur et à mesure des séances. Ce qu'il m'a répondu n'est pas piqué des vers : il fallait accepter d'aller moins bien et affronter cela, cela fait partie de la cure. C'est le même qui m'a reproché (encore des reproches) d'avoir interrompu une autre cure. Ils voient ça comme un traitement "à vie". Si c'est destiné à se prolonger jusqu'à ce qu'un miracle se produire on peut toujours attendre et se préparer à dégainer le chéquier encore de longues années. Un ressort de cette fidélisation est la culpabilité.

Mais je ne pense pas qu'il faille tout rejeter en bloc pour autant.Ce que tu dénonces Mabulle ce n'est pas la psychanalyse mais les gourous déguisés en psychanalystes.
J'ai fait un autre post pour défendre un peu la psychanalyse, dans la section "traitements" du forum".

Kahlan,
tu demandes si l'on se cache derrière notre petit doigt maladie. Je pense que la question se pose à partir du moment où on a nommé une maladie qui affecte les comportements. A chacun à trouver sa réponse. Je pense que dans mon cas perso cette "prise en compte des limites" va un peu trop loin et qu'elle peut justifier une certaine paresse. Cette pensée m'angoisse car je me dis que je vais devoir renoncer à mes projets à cause de cela. Toujours est-il qu'on aura beau crier "c'est pas juste" sur tous les tons, ça ne fera pas avancer le schmilblick. ça sera toujours à nous à lever le cul du canapé pour aller faire les courses (oui je ne fais plus les courses), la tête de l'oreiller pour aller au taf (je ne vais plus au taf). Je pense que dans mon cas le TB vient en renfort d'une certaine immaturité, justifier mon manque d'envie de me mettre aux tâches les plus rébarbatives et pourtant les plus essentielles car ma survie dépend de mon alimentation mais aussi de mon travail!
Revenir en haut
mabulle
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 17 Juin 2009
Messages: 279

MessagePosté le: Dim 7 Déc 2014 - 18:57    Sujet du message: est-ce qu'on se cache? Répondre en citant

Bonjour,

Oui ton expérience est caractéristique des séances de psychanalyse. Et ça n'aide personne...
Dans le même genre quand je disais à la psychanalyste que la souffrance était intolérable, elle m'expliquait que c'était le signe que je progressais, que c'était une bonne chose, que j'étais courageuse...

Par contre tu penses que ce que je décris est tout à fait marginal dans la psychanalyse. Mais non, ce que je décris ce sont les bases de la psychanalyse, et tous les psychanalystes les appliquent.
Et ces deux personnes, une psychiatre et une psychiatre-psychanalyste, n'étaient pas des psys "marginales". Je l'ai dit dans une autre discussion, elles travaillaient toutes les deux au CMME de Sainte Anne, ce qui était à l'époque et surement encore aujourd'hui, la crème de la crème de la psychiatrie française.

Quel sont les devoirs d'un médecin?
- Informer son patient de son diagnostic
- Lui proposer un ou plusieurs traitements basés sur des connaissances scientifiques internationales et récentes
- Tenir compte des recommandations françaises et internationales en terme de diagnostic et de traitements
- Informer son patient des traitements alternatifs existants

Et ce qu'il ne peut pas faire:
- Soigner son patients avec des techniques qui n'ont pas fait la preuve scientifique de leur efficacité.

C'est ce que dit la LOI et le SERMENT D'HYPPOCRATE.

La psychanalyse ne rentre pas dans ces règles, et il n'y a rien de plus à dire.
Revenir en haut
leviathan
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 27 Nov 2014
Messages: 62

MessagePosté le: Dim 7 Déc 2014 - 20:20    Sujet du message: est-ce qu'on se cache? Répondre en citant

Bonsoir a toi !!

Je vois dans ton post des choses qui me parle énormément. Tout comme toi je suis diagnostiqué bipo et résultat j'me sens mieux car je comprend mon parcours.

En revanche je n'ai pas l'impression que tu aie toutes les cartes en main. Quand je lis que tu te bornes a des limites c'est pas tout a fait vrai. Nous avons des limites certes mais sociales. Aucunement intellectuelles.

Dans ton état je me retrouve il y a un an et demi. Je me qualifiais de pomme de terre. Aucune envie, complètement enchainé a mon traitement, alors que je n'avais meme pas de diagnostic.

Résultat en vacances d'été il y a 1 an et demi dans ma belle famille j'ai zappé mon traitement. De retour un mois après chez moi je ne l'ai repris. Petit a petit j'ai pris du recul et pris conscience que je faisais mal certaines choses.

Ta maladie n'est pas la cause de tout tes maux. C'est juste que nous n'avons pas de limiteurs et pouvons mal faire ou trop faire certaines choses jusqu'a nous faire du mal.

Le thérapeute a un role très important surtout dans la connaisance de nous memes, car contrairement aux "normaux" être dans la norme, dans la limite nous demande de rester vigilant et de rester dans une certaine zone.

Je ne suis pas thérapeute mais peut-être devrais tu aborder la question du traitement avec lui, peut-être est il trop lourd et voir également si coté comportement tout vas bien, la psycho éducation joue en effet un role primordial.

Bonne route vers des jours plus ensoleillés ;)
Revenir en haut
lisette
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 16 Déc 2013
Messages: 12

MessagePosté le: Lun 15 Déc 2014 - 15:54    Sujet du message: est-ce qu'on se cache? Répondre en citant

Salut Mabulle,

je suis désolée mais j'ai connu une psychanalyste, qui n'était pas médecin, et qui ne m'a pas culpabilisée mais au contraire encouragée, de façon soutenue. Cela m'a aidée à lever la tête et à continuer. Elle se voulait freudienne, dans la tradition de la psychanalyse, face-à-face puis divan si on le souhaite et si on est prêt, avec avertissement du "danger" que cela comporte. Il a pu m'arriver de me sentir sous emprise, à certains moments, mais j'ai aussi relativisé et surtout je ne me suis pas sentie remise en question dans mes choix, son rôle n'était pas de me juger ou de me faire des reproches.

Voilà, je pense qu'on ne peut pas faire le procès de la discipline parce qu'on a eu affaire à des personnes qui ne nous on pas convenu.

Ce que je pense avec certitude par contre c'est que face à une personne en dépression la dernière chose à lui adresser ce sont des reproches.

S'interroger sur la pertinence de ce travail est je pense primordial : quoi en attendre? Pour moi ce que je souhaite résoudre ce n'est pas le trouble bipolaire mais une certaine façon de percevoir et d'agir. Et encore, "résoudre" n'est sans doute pas le mot approprié.

...

Je m'arrête sinon je vais encore faire un pavé :p

...
Revenir en haut
mepine
Bipote Diamant

Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2012
Messages: 3 840

MessagePosté le: Mar 16 Déc 2014 - 00:30    Sujet du message: est-ce qu'on se cache? Répondre en citant

Salut à vous,

Je pense au contraire qu'il ne faut pas cesser de remettre en cause une discipline parce que l'on a rencontré des praticiens dont la personnalité nous a convenu à un moment donné de notre vie.

Puisqu'on évoque des expériences personnelles, j'ai eu affaire à un psychiatre durant deux ans bien avant d'être diagnostiquée, auprès duquel ma généraliste de l'époque m'avait orientée car j'avais des troubles alimentaires. Ce psychiatre était aimable et compréhensif. Mes troubles alimentaires ont cessé, sans doute grâce à son écoute. Mais le problème de fond n'a jamais été évoqué: il m'a affirmé que je ne souffrais d'aucune maladie, alors que je présentais des symptômes déjà sévères. On a fouillé dans ma vie de famille, et évidemment découvert que j'avais des rapports problématiques avec ma mère. Il fallait donc couper le cordon. Il m'a confortée dans l'idée de déménager loin de ma famille, et c'est au cours de changement de vie que j'ai fait ma première crise maniaque. Ce n'est que plus tard que j'ai compris ma bipolarité et commencé à être traitée. J'ai ensuite été reçue par une autre psychanalyste, qui a commencé à ne pas vouloir parler de maladie lors des consultations car "je ne me réduisais pas à un trouble". Elle a souligné le comportement de mon père, "un père nourricier", car il essayait tout simplement de me faire manger après que j'ai perdu une dizaine de kilos. Cette fois-ci, j'ai fui!

Ce que j'attends d'un travail avec un psychologue, c'est un progrès. Assez de vouloir chercher chez tout un chacun des causes traumatiques qui expliqueraient une maladie qui en fait a une part biologique. Je ne remets pas en question les traumatismes de certains qui ont pu déclencher le trouble. Mais il faut trouver des personnes qui acceptent de soigner une maladie, pas de résoudre une névrose.

Amicalement,

Mépine
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 16:24    Sujet du message: est-ce qu'on se cache?

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le forum des bipotes Index du Forum ->
Questions / Réponses
-> Entraide et soutien...
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Wikipedia | Psychomedia | Troubles-bipolaires.com | camh.ca - Le trouble bipolaire : Guide d'information | Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com