Forum d'information, de psychoéducation et d'entraide pour les personnes avec un trouble bipolaire (maniaco-dépression).
Le forum des bipotes  Index du Forum FAQ Rechercher S’enregistrer Connexion

L'horloge biologique

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le forum des bipotes Index du Forum ->
Informations
-> Psycho-Education, Actualités médicales et thérapeutiques.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Team bipote
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 13 Avr 2014
Messages: 863

MessagePosté le: Sam 7 Mar 2015 - 17:14    Sujet du message: L'horloge biologique Répondre en citant

http://www.psychomedia.qc.ca/sante-mentale/2015-02-23/rythmes-ultradiens


Une deuxième horloge biologique serait importante pour la santé mentale
Soumis par Gestion le 23 février 2015 



Le cycle quotidien de veille-sommeil est régi par une horloge interne de 24 heures, l’horloge circadienne. Mais aussi, par des rythmes plus courts dits rythmes ultradiens. Une étude québécoise, publiée dans la revue en ligne eLIFE, montre qu'un cycle ultradien d'environ 4 heures est régulé par le neurotransmetteur dopamine.


Ce rythme de 4 heures pourrait notamment expliquer pourquoi nous mangeons trois repas par jour à intervalle régulier.


Habituellement, résume la journaliste Pauline Gravel dans Le Devoir, "les deux horloges circadienne et ultradienne tictaquent en harmonie, mais parfois, quand les niveaux de dopamine dans le cerveau sont anormalement élevés, comme chez les personnes atteintes de troubles bipolaires, ou à la suite d’une consommation de psychostimulants, l’oscillateur ultradien se désynchronise de l’horloge circadienne, ce qui chamboule notamment le cycle d’éveil-sommeil".


Kai-Florian Storch de l’Université McGill, chercheurs en chronobiologie, et ses collègues ont montré que des variations des niveaux de dopamine allongeaient ou raccourcissaient ces rythmes ultradiens (avec des souris génétiquement modifiées pour ne plus avoir de rythme circadien de 24 heures).


La méthamphétamine (meth), qui comme la plupart des autres psychostimulants, comme la cocaïne et le méthylphénidate (Ritalin), augmente la disponibilité de la dopamine, allongeait la période des rythmes ultradiens d’activité motrice alors qu'au contraire, des antipsychotiques comme l’halopéridol (Haldol) raccourcissaient ces rythmes.


Avec des souris dotées d’une horloge circadienne fonctionnelle, les chercheurs ont ensuite observé que l’administration de meth provoquait aussi un allongement des rythmes ultradiens. Cette observation montre que l’oscillateur ultradien a une certaine autonomie de fonctionnement par rapport aux rythmes circadiens. Ils ont ainsi montré que des troubles du sommeil, traditionnellement associés à des perturbations du rythme circadien, résultaient d'un dérèglement de ces rythmes ultradiens.


Les chercheurs mettent ces nouvelles observations en lien avec certaines données connues concernant des maladies mentales comme le trouble bipolaire et la schizophrénie.
Ce mécanisme ultradien offre une explication du cycle spécifique de 2 jours entre la manie et la dépression observé dans certains cas de bipolarité : l’oscillateur dopaminergique fonctionnerait sur un cycle de 48 heures.
Des enregistrements de l’activité de schizophrènes ont aussi révélé des cycles de 48 heures. Tous les deux jours, ils restent éveillés durant la nuit. Ce cycle particulier n’est pas dû à un dérèglement de l’horloge circadienne, mais à un dérèglement de l’oscillateur ultradien dopaminergique, dit le chercheur.


Les rythmes ultradiens sont facilement modifiables, montre l'étude, contrairement à l’horloge circadienne qui est beaucoup plus rigide et qui déroge peu de ses 24 heures.
"Normalement, l’horloge circadienne parle à oscillateur dopaminergique ultradien (DUO) et tend à l’ajuster à un cycle de 24 heures comme le sien. Mais chez les bipolaires, le DUO ne tient plus compte de l’horloge circadienne, il la domine. (...)", explique le chercheur.
Il serait particulièrement important d’aller au lit tôt, croit-il. « Demeurer éveillé tard le soir peut induire chez certaines personnes génétiquement prédisposées la maladie bipolaire ou la schizophrénie. »


Les chercheurs font aussi l'hypothèse de l'importance des repas à heures fixes sans grignotage à d’autres moments. Selon une hypothèse du chercheur, la plus grande régularité des repas et la relative absence de grignotage en France comparativement à l'Amérique du Nord pourrait contribuer à expliquer la moins grande prévalence de trouble déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité(TDAH).
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 7 Mar 2015 - 17:14    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Team bipote
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 13 Avr 2014
Messages: 863

MessagePosté le: Sam 23 Mai 2015 - 17:44    Sujet du message: L'horloge biologique Répondre en citant

http://www.fondation-fondamental.org/page_dyn.php?page_id=MDAwMDAwMDEzMg==&…











Troubles bipolaires : l'actigraphie pour prévenir les rechutes ?

24 Avril 2015






Une littérature scientifique internationale grandissante démontre l’existence d’anomalies du sommeil et des rythmes veille/sommeil (ou circadiens) dans le trouble bipolaire1. Ces anomalies existent lors des phases aigues de la maladie, avec la présentation classique d’une insomnie ou d’une hypersomnie au cours des épisodes dépressifs et une diminution du besoin de sommeil sans sensation de fatigue lors des épisodes maniaques. Mais ces perturbations peuvent apparaître ou persister également au cours des phases de stabilité de l’humeur 2.
Ainsi plus de huit patients sur dix avec trouble bipolaire en rémission ont une mauvaise qualité du sommeil et plus de la moitié souffrent d’insomnie. Or il est maintenant bien démontré que ces perturbations peuvent précipiter un nouvel épisode dépressif ou maniaque.
C’est ainsi que des chercheurs français, membres du réseau FondaMental, ont mené une série de travaux visant à mieux caractériser et à mieux comprendre ces anomalies du sommeil et des rythmes circadiens au cours des phases de stabilité de l’humeur 3–8.
Les chercheurs ont utilisé un outil de mesure embarqué original qui se nomme l’actigraphie.L’actigraphie permet une mesure objective non invasive et écologique, qui se présente sous la forme d’un accéléromètre, porté au poignet, qui va mesurer l’activité des sujets sur une période de temps prolongée. Sa facilité d’utilisation a rendu l’actigraphie de plus en plus utilisée en santé du sommeil et en neurosciences, mais aussi en utilisation grand-public avec des outils maintenant disponibles en grande surface qui se synchronisent avec de simples smartphones.
Cette série de travaux confirme avec force que les patients avec un trouble bipolaire en rémission souffrent d’un ensemble de perturbations du sommeil, dont une latence d’endormissement plus longue, un sommeil plus long, plus d’éveils nocturnes et une efficacité du sommeil diminuée. Ces travaux démontrent également que l’actigraphie est une mesure simple et utile pour dépister les anomalies du sommeil. Nous disposons déjà de chronothérapies chimiques et psychothérapeutiques, aussi cet outil pourrait possiblement être utilisé à terme pour prévenir les rechutes chez ces patients souffrant de trouble bipolaire.
------------------------------------------------------------------
Bibliographie :
1 Etain B, Milhiet V, Bellivier F, Leboyer M. Genetics of circadian rhythms and mood spectrum disorders. Eur Neuropsychopharmacol J Eur Coll Neuropsychopharmacol. sept 2011;21 Suppl 4:S676‑82.
2 Milhiet V, Boudebesse C, Bellivier F, Drouot X, Henry C, Leboyer M, et al. Circadian abnormalities as markers of susceptibility in bipolar disorders. Front Biosci Sch Ed. 2014;6:120‑37.
3 Geoffroy PA, Boudebesse C, Bellivier F, Lajnef M, Henry C, Leboyer M, et al. Sleep in remitted bipolar disorder: a naturalistic case-control study using actigraphy. J Affect Disord. avr 2014;158:1‑7.
4 Geoffroy PA, Scott J, Boudebesse C, Lajnef M, Henry C, Leboyer M, et al. Sleep in patients with remitted bipolar disorders: a meta-analysis of actigraphy studies. Acta Psychiatr Scand. 28 nov 2014;
5 Geoffroy PA, Scott J, Boudebesse C, Lajnef M, Henry C, Leboyer M, et al. Sleep in Patients with Remitted Bipolar Disorders: Analyses stratified on actigraphy devices, age and gender. Acta Psychiatr Scand. 4 févr 2015;
6 Boudebesse C, Geoffroy P-A, Henry C, Germain A, Scott J, Lajnef M, et al. Links between sleep and body mass index in bipolar disorders: An exploratory study. Eur Psychiatry J Assoc Eur Psychiatr. 4 juin 2014;
7 Boudebesse C, Geoffroy PA, Bellivier F, Henry C, Folkard S, Leboyer M, et al. Correlations between objective and subjective sleep and circadian markers in remitted patients with bipolar disorder. Chronobiol Int. juin 2014;31(5):698‑704.
8 Geoffroy PA, Boudebesse C, Henrion A, Jamain S, Henry C, Leboyer M, et al. An ASMT variant associated with bipolar disorder influences sleep and circadian rhythms: a pilot study. Genes Brain Behav. mars 2014;13(3):299‑304.


Revenir en haut
Team bipote
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 13 Avr 2014
Messages: 863

MessagePosté le: Sam 9 Jan 2016 - 11:01    Sujet du message: L'horloge biologique Répondre en citant

Le trouble bipolaire lié à des gènes impliqués dans le sommeil et les cycles d'activité



Psychomédia - Publié le 28 décembre 2015





Des chercheurs, dont les travaux sont publiés dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), ont identifié une douzaine de traits comportementaux et biologiques héréditaires impliqués dans le sommeil et les cycles d'activité.

Joseph Takahashi et Nelson Freimer ont, avec leurs collègues des universités du Texas et de Californie à Los Angeles, mené cette étude avec 500 membres de 26 familles du Costa Rica et de la Colombie choisies parce qu'elles comptaient plusieurs personnes ayant un trouble bipolaire sévère.

Ils ont identifié 13 traits liés au sommeil et à l'activité, la plupart hérités, qui étaient en corrélation avec le trouble bipolaire.

Ces traits étaient aussi liés à des chromosomes spécifiques, ce qui fournit, soulignent les chercheurs, des indices importants sur la nature génétique du trouble ainsi que des avenues potentielles pour la prévention et le traitement.

Les personnes atteintes du trouble bipolaire se réveillaient plus tard et dormaient plus en moyenne, étaient éveillées quelques minutes de moins dans l'ensemble, et étaient actives pendant des périodes plus courtes. Elles avaient des niveaux d'activité moins élevés et avaient de plus grandes variations dans les cycles de sommeil et de réveil.

Il est considéré que les causes du trouble bipolaire sont à la fois génétiques et environnementales et les chercheurs ont longtemps soupçonné que la perturbation des rythmes circadiens quotidiens, dont les cycles de sommeil et d'éveil, pouvait précéder les sautes d'humeur, expliquent les auteurs.

Psychomédia avec source : UT Southwestern Medical Center.
Tous droits réservés



http://www.psychomedia.qc.ca/trouble-bipolaire/2015-12-28/genes-rythmes-cir…
Revenir en haut
Team bipote
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 13 Avr 2014
Messages: 863

MessagePosté le: Jeu 23 Juin 2016 - 17:28    Sujet du message: L'horloge biologique Répondre en citant

Un lien entre cycle du sommeil et troubles bipolaires ?



Le 03 juin 2016


Les troubles bipolaires et les troubles du sommeil pourraient être associés via un neurotransmetteur, la somatostatine. Celle-ci joue un rôle sur l'anxiété et le stress et sa régulation dépend du bon déroulé du cycle circadien.





Comment expliquer la survenue de troubles bipolaires ? Ces dérèglements psychiques sont caractérisés par des alternances de phases maniaques avec excitation, irritabilité, effervescence, et de phases de dépression caractérisées par une grande tristesse et une apathie. Des chercheurs du Mc Lean Hospital (Etats-Unis) travaillent actuellement à comprendre les facteurs de risques de ces troubles, et se sont notamment penchés sur le lien entre bipolarité et anormalités du cycle circadien (cycle veille/sommeil). Leurs travaux sont publiés dans la revue Biological Psychiatry .


Le rôle clé de la somatostatine

Pour cela, ils ont étudié les cerveaux de personnes décédées en analysant la structure du réseau des neurones et la présence de neurotransmetteurs, molécules qui transmettent des signaux entre ces cellules. Les chercheurs disposaient de 15 cerveaux de personnes ayant souffert de troubles bipolaires, de 12 cerveaux de personnes atteintes de schizophrénie et de 15 cerveaux contrôles. Ils ont alors observé des changements neuroanatomiques chez les sujets bipolaires ou schizophrènes, particulièrement au niveau de l'amygdale, une région du cerveau qui régule la réponse au stress et à l' anxiété . Cette zone était en effet très pauvre en neurones réactifs à la somatostatine chez les personnes bipolaires et schizophrènes. Or, au niveau de l'amygdale, une faible expression de la somatostatine peut être causée par une perturbation du cycle circadien. La somatostatine jouerait donc un rôle clé dans les troubles bipolaires. Plus précisément, les pics d'anxiété en début de journée pourraient s'expliquer par une mauvaise régulation de la somatostatine au niveau de l'amygdale pendant le cycle de sommeil. "Depuis plus de 50 ans, il y a eu des preuves que quelque chose n'allait pas avec les rythmes circadiens des personnes bipolaires, mais il y avait un immense écart entre ce que nous comprenions du cerveau de ces personnes et comment cela altérait les cycles circadiens, ce qui contribue au développement de leurs symptômes", souligne le docteur Harry Pantazopoulos, principal auteur de l'étude, sur le site Science Daily .


Vers des traitements par photothérapie ?

Les auteurs restent cependant prudents et précisent que des études supplémentaires sont nécessaires pour comprendre le mécanisme de cette association entre cycle circadien et troubles bipolaires et pour savoir s'il s'agit d'une corrélation ou d'un lien de cause à effet. Leur espoir, à plus long terme, est de cerner suffisamment ce phénomène pour trouver de nouvelles pistes thérapeutiques par exemple en utilisant la photothérapie pour réguler le cycle circadien. En décembre dernier, des chercheurs en neuroscience et en psychiatrie avaient déjà montré que des gènes contrôlant les cycles circadiens pourraient être impliqués dans le déclenchement de troubles bipolaires .



http://www.topsante.com/medecine/psycho/troubles-bipolaires/soigner/un-lien…
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 19:12    Sujet du message: L'horloge biologique

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le forum des bipotes Index du Forum ->
Informations
-> Psycho-Education, Actualités médicales et thérapeutiques.
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Wikipedia | Psychomedia | Troubles-bipolaires.com | camh.ca - Le trouble bipolaire : Guide d'information | Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com