Forum d'information, de psychoéducation et d'entraide pour les personnes avec un trouble bipolaire (maniaco-dépression).
Le forum des bipotes  Index du Forum FAQ Rechercher S’enregistrer Connexion

La dépression modifie votre ADN

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le forum des bipotes Index du Forum ->
Informations
-> Psycho-Education, Actualités médicales et thérapeutiques.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Team bipote
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 13 Avr 2014
Messages: 863

MessagePosté le: Dim 3 Mai 2015 - 16:49    Sujet du message: La dépression modifie votre ADN Répondre en citant

La dépression modifie votre ADN


Actualité Sciences
Par Victor Garcia, publié le 28/04/2015 à 14:01 , mis à jour à 23:31



La dépression ne change pas seulement votre état d'esprit, mais aussi votre ADN. Une découverte qui pourrait aider à améliorer la détection de ce trouble de l'humeur ainsi que l'efficacité des traitements.

Tout le monde le sait, la dépression modifie votre humeur. Ce que les scientifiques du Wellcome Trust Centre for Human Genetics de l'université d'Oxford viennent de découvrir, c'est qu'elle modifie aussi votre ADN. Une étonnante découverte qui permettrait non seulement d'améliorer la détection de la dépression, mais aussi d'améliorer les traitements destinés à soigner ce trouble mental, rapporte Science News.org..

Les chercheurs ont eux-mêmes été surpris par les résultats de leur étude, obtenus un peu par hasard. Comme l'explique la prestigieuse revue Current Biology, les scientifiques tentaient initialement de déterminer s'il existait un gène responsable ou lié à la dépression. Ils ont mené l'enquête sur 11 000 personnes étant ou ayant été victimes de dépression, tout en leur faisant passer une batterie de tests médicaux.

Augmentation de la taille de l'ADN mitochondrial

Sauf qu'ils n'ont pas trouvé de gène lié à ce trouble de l'humeur. Pour autant, ce qu'ils ont découvert fortuitement n'est pas anodin: un lien entre la dépression, l'augmentation du nombre d'ADN mitochondrial -le "deuxième génome des cellules"- et... des télomères de plus petites tailles.

Une explication s'impose ici. Les mitochondries sont les centrales électriques des cellules. C'est elles qui fournissent l'énergie nécessaire à leur bon fonctionnement. Lors d'une dépression, elle deviennent moins efficaces. Le corps compense alors en augmentant leur nombre pour satisfaire les besoins en énergie.

Les télomères, ces petits "bonnets" positionnés au bout des brins d'ADN, ont pour rôle de protéger nos chromosomes de la dégradation et donc de la perte de l'information génétique. À chaque fois qu'une cellule se réplique, la longueur du télomère devient plus courte jusqu'à ce que la cellule ne puisse plus se diviser. Un phénomène qu'on peut résumer par un mot: le vieillissement.

La dépression réduit la durée de vie?

Les scientifiques ont ensuite cherché à confirmer ces changements moléculaires sur des souris, en les soumettant à quatre semaines de stress. Résultat: les petits mammifères ont bien augmenté leur génome mitochondrial et présentaient aussi des télomères de taille réduite.

Après quatre semaines, les chercheurs ont constaté que ces deux phénomènes étaient en parties réversibles. Or, dans le cas d'une dépression, la réversion est beaucoup plus compliquée, selon l'étude... Ce qui pourrait provoquer une baisse de la durée de vie.

Améliorer la détection et les traitements

Sans forcément répondre à cette dernière question, l'étude devrait permettre d'améliorer les futurs traitements contre la dépression. Par exemple en observant le nombre de mitochondrie et la taille des télomères pour détecter une dépression ou encore pour s'assurer de l'efficacité d'un traitement.

Elle permet aussi de comprendre comment le stress et la dépression -considérée d'habitude comme un trouble de l'humeur-, ont des répercussions jusqu'au niveau de nos cellules.


Read more at http://www.lexpress.fr/actualite/sciences/la-depression-modifie-votre-adn_1…
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 3 Mai 2015 - 16:49    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Team bipote
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 13 Avr 2014
Messages: 863

MessagePosté le: Mar 19 Mai 2015 - 22:31    Sujet du message: La dépression modifie votre ADN Répondre en citant

http://www.pourlascience.fr/ewb_pages/a/actu-la-depression-chronique-marque-l-adn-de-son-empreinte-35238.php



La dépression chronique marque l'ADN de son empreinte. Certains marqueurs moléculaires seraient altérés chez les personnes souffrant de dépression chronique. Des indices pour dépister la maladie ?
Sean Bailly1253216




Shutterstock.com/Stokkete 
 
Des épisodes stressants survenus dans la jeunesse peuvent conduire à des cas de dépression sévère. Les mécanismes par lesquels un événement influe sur la maladie des années plus tard restent à éclaircir. Des travaux récents suggèrent que le stress laisse une empreinte moléculaire. Une équipe internationale menée par Jonathan Flint, de l’Université d’Oxford, semble confirmer cette piste en démontrant un lien entre des épisodes de stress et des altérations dans l'ADN.Dans le cadre d’un programme international d’épidémiologie génétique, Jonathan Flint et ses collègues ont suivi près de 12 000 femmes présentant, ou non, une dépression chronique, et ayant pu subir un événement stressant dans leur jeunesse, tel un abus sexuel. Ils se sont focalisés sur les télomères et l’ADN mitochondrial, suspectés d’être influencés par le stress. Les premiers sont les régions non-codantes situées aux extrémités des chromosomes, connues pour se raccourcir avec l’âge. Les mitochondries sont pour leur part des organites qui fournissent à la cellule l’essentiel de son énergie, et qui ont un ADN propre.Les chercheurs ont mis en évidence que les femmes ayant souffert d’un stress et présentant une dépression chronique ont plus d’ADN mitochondrial que la moyenne et une longueur des télomères de longueur réduite. En revanche, celles qui ont connu un stress mais ne souffrent pas de dépression ont une concentration d’ADN mitochondrial et une longueur de télomère normales. Il y a donc un lien entre ces marques métaboliques et la dépression chronique.

Jonathan Flint et ses collègues ont étudié ce lien chez la souris. Pendant quatre semaines, ils ont créé des conditions de stress chez des souris et ont noté une hausse de la quantité d’ADN mitochondrial et une réduction de la longueur des télomères. Cependant, après quatre autres semaines sans stress, les deux marqueurs ont retrouvé des valeurs normales. Cela suggère que le processus est réversible et que, par exemple, les personnes qui ont connu un stress mais ne souffrent pas de dépression aujourd’hui ont peut-être vu ces marqueurs revenir à la normale.
Les chercheurs ont par ailleurs pu provoquer une perturbation similaire des deux marqueurs en donnant aux souris de la corticostérone, une hormone produite par les glandes surrénales. Ainsi, un épisode de stress activerait la production de corticostérone, qui imprimerait plus ou moins durablement la marque du stress sur les télomères et les mitochondries.

En outre, les chercheurs ont montré que l’augmentation de la quantité d’ADN mitochondrial réduit la production d’énergie par les mitochondries dans les cellules du foie. Ils avancent l’idée que cet effet pourrait être lié à la perte d’appétit chez les personnes souffrant de dépression – une hypothèse qui reste à confirmer.
 
 
Revenir en haut
Team bipote
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 13 Avr 2014
Messages: 863

MessagePosté le: Dim 1 Nov 2015 - 13:19    Sujet du message: La dépression modifie votre ADN Répondre en citant

DÉPRESSION: Et si elle rétrécissait le cerveau ?


Actualité publiée le 01-07-2015

Cette étude de l’Université de Sydney confirme une réduction du volume de l'hippocampe chez les personnes atteintes de dépression et l’associe aux effets néfastes de la maladie dépressive sur le cerveau. Elle apporte, dans la revue Molecular Psychiatry et sur un large échantillon, un éclairage nouveau sur les mécanismes possibles responsables de la dépression, une maladie « du siècle » mais dont la compréhension reste cependant très rudimentaire. Enfin, elle rappelle aussi l'importance de prendre en charge efficacement la dépression chez les jeunes, au cerveau encore en dévelopement.

La dépression majeure est une affection fréquente qui affecte plus d’1 personne sur 6 au cours de la vie. C’est un trouble grave de l'humeur dans lequel les sentiments de tristesse, de frustration, voire de colère interfèrent avec les activités de la vie quotidienne et peuvent donc être très handicapants.

Les chercheurs de l'Université de Sydney et du MIND Research Institute ont mené cette étude par IRM, la plus large menée sur le sujet au plan international, sur près de 9.000 personnes dont 1.728 personnes souffrant de dépression majeure et 7.199 personnes en bonne santé, à partir de données combinées en provenance d’Europe, des Etats-Unis et d’Australie.




L’analyse révèle que

· chez les personnes atteintes de dépression, l’hippocampe, la zone du cerveau impliquée dans la formation de nouveaux souvenirs est de taille réduite par rapport aux personnes en bonne santé.

· Cette constatation est particulièrement significative chez les participants souffrant de dépression récurrente ou chronique. Ces personnes représentaient 65% des participants souffrant de dépression, ce qui suggère un fort taux de récurrence de la maladie.

· Les personnes ayant connu une dépression majeure, soit ici avant l'âge de 21 ans, présentent également un plus petit hippocampe, ce qui suggère que nombre d’entre eux vont connaître des récidives de la maladie.

· En revanche, les participants en cours de premier épisode de dépression majeure, soit 34% des participants souffrant de dépression, ne présentent pas encore cette différence cérébrale structurelle. Cela implique, selon les chercheurs, que cette réduction de taille de l’hippocampe est bien le résultat des effets néfastes de la maladie dépressive sur le cerveau.


La nécessité d’une prise en charge efficace chez les jeunes : On retiendra donc que la dépression est une maladie à fort taux de récidive et que son développement chez les jeunes ou sa récurrence laisse une empreinte indélébile au cerveau. Des résultats qui soulignent la nécessité d'identifier et de traiter la dépression de manière efficace au plus tôt, en particulier chez les adolescents et les jeunes adultes, sous peine de séquelle.


L'hypothèse neurotrophique de la dépression : Des données qui apportent aussi un éclairage nouveau sur les structures du cerveau et les mécanismes possibles responsables de la dépression, explique le Dr Jim Lagopoulos de l'Université de Sydney et du MIND Research Institute, auteur principal de l’étude.

Car les mécanismes sous-jacents restent encore mal connus, en particulier en raison du peu de larges études mais aussi de la variabilité de la maladie, de ses symptômes et de ses traitements –dont leurs interactions complexes avec les différentes zones et structures du cerveau. Ainsi, l'hypothèse neurotrophique de la dépression soutenant que toute une gamme de processus neurobiologiques, dont ceux induits par les antidépresseurs, peuvent provoquer le rétrécissement du cerveau. C’est d’ailleurs l’hypothèse suggérée par une précédente étude de l’Université Yale qui soutenait que les personnes qui souffrent de stress chronique et de dépression subissent une perte de volume du cerveau, ce qui contribue au développement de leurs troubles affectifs et cognitifs.


Reste donc en synthèse, à préciser si ces anomalies de l'hippocampe résultent d’un stress chronique prolongé ou constituent un facteur de vulnérabilité pour la dépression, ou… les deux.


Source: Molecular Psychiatry 30 June 2015


http://www.santelog.com/news/neurologie-psychologie/depression-et-si-elle-r…
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 07:32    Sujet du message: La dépression modifie votre ADN

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le forum des bipotes Index du Forum ->
Informations
-> Psycho-Education, Actualités médicales et thérapeutiques.
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Wikipedia | Psychomedia | Troubles-bipolaires.com | camh.ca - Le trouble bipolaire : Guide d'information | Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com