Forum d'information, de psychoéducation et d'entraide pour les personnes avec un trouble bipolaire (maniaco-dépression).
Le forum des bipotes  Index du Forum FAQ Rechercher S’enregistrer Connexion

Peur de l'étiquetage

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le forum des bipotes Index du Forum ->
Questions / Réponses
-> Entraide et soutien...
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
titia16
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 09 Juin 2015
Messages: 28

MessagePosté le: Lun 15 Juin 2015 - 10:30    Sujet du message: Peur de l'étiquetage Répondre en citant

Comment abordez-vous le sujet de votre bipolarité quand vous le dites à quelqu'un? Dans quelles circonstances mettez vous quelqu'un au courant?
Pour ma part, mon diag étant récent, peu de personnes le savent. J'ai peur et horreur de l'étiquetage. En parcourant un peu le net, j'ai découvert des couvertures de magasines, des blogs etc traitant de bipolarité. La plus choquante pour moi a été la couv' d'un magasine avec un truc du genre "le phénomène de cet été : être bipolaire!" put*** de bordel de c** de pompe à mer**... Un phénomène de mode??? C 'est quoi ces conne****... J'ai un enfant HPI (Haut Potentiel Intellectuel) et le "phénomène de mode je connais entre ceux qui se disent que c'est une chance d'avoir un "surdoué" et qui n'en comprennent ni les tenants, ni les aboutissants et ceux qui découvrent que leur chere tête blonde a certaines des caractéristiques inhérentes aux HPI et qu'ils le sont peut-être (mais sans les tester biensur !) bref, cette parenthèse sur les HPI pour le parallèle du "c'est "in" d'être bipo... Qu'en pensez-vous?
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 15 Juin 2015 - 10:30    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
girl anachronism
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2011
Messages: 1 126

MessagePosté le: Lun 15 Juin 2015 - 12:23    Sujet du message: Peur de l'étiquetage Répondre en citant

Bonjour Titia16,

Parenthèse: je suis bipolaire et surdouée, donc doublement étiquetée Mr. Green

Je pense que le fait d'en parler aux autres dépend de notre degré d'acceptation/intégration/... du nouveau diagnostique. Pour ma part, je suis plus à l'aise pour parler de mes troubles bipolaires que de mon "surdon" (je dis "je souffre de troubles bipolaires", je ne suis pas bipolaire: je suis une femme avec des qualités, des défauts mais je ne me résume pas à ma maladie).

Je suis diagnostiquée bipolaire depuis plus de 5 ans et surdouée depuis moins d'1 an donc j'ai encore du mal à accepter cette deuxième particularité.
Je parle de ma maladie bipolaire uniquement à ceux qui sont susceptibles de comprendre, ceux qui sont trop "basiques", je préfère ne pas me prendre la tête à leur faire comprendre.
J'en ai parlé au moment opportun, quand les personnes te connaissent bien et savent t'apprécier en tant que personne et non en tant que malade (pour éviter l'amalgame cité plus haut selon lequel on est la maladie).

Enfin, j'en parle de façon assez détachée, un peu comme si je disais "je suis allergique aux acariens ou je fais de l'hypotension" de façon à dédramatiser. Jusqu'à présent, je n'ai eu qu'un seul cas d'incompréhension mais c'est parce que j'ai été contrainte de dire que j'étais bipolaire à cette personne (je ne lui en aurais pas parlé si la situation n'avait pas nécessité un éclairage).

Conclusion: parler ou non de sa maladie, c'est un choix personnel. Si on pense que la situation sera meilleure si la maladie est abordée, alors autant en parler, mais à son rythme quand on se sent prêt.
Si on sent que ça ne fera pas avancer le schmilblick, autant garder ça pour soi et les "happy few" ouverts d'esprit Razz

PS: j'ai l'impression que c'est encore plus dur de faire comprendre aux autres ce que c'est que la douance (d'ailleurs, aucun terme pour parler de "ça" ne me convient car je ne me sens pas "douée", j'ai même mis beaucoup de temps avant d'oser passer les tests tellement je ne me sentais pas légitime à les passer !)

Beaucoup de gens pensent: surdoué = super intelligent et surdoué = c'est super !
Alors qu'en fait, être surdoué, c'est être câblé différemment et penser, penser, penser encore et encore à décortiquer tout, être hypersensible, être toujours dans la recherche de nouveauté,... et tout ça, c'est pas simple à vivre au quotidien... surtout quand on est bipolaire.
Difficile de faire la part des choses entre le "pathologique" lié aux TB et le "normal" du surdoué ! On peut facilement confondre dépression bipolaire et dépression du surdoué. Pour l'hypomanie, j'ai un peu moins de mal à faire la part des choses, quoique...
Revenir en haut
girl anachronism
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2011
Messages: 1 126

MessagePosté le: Lun 15 Juin 2015 - 12:30    Sujet du message: Peur de l'étiquetage Répondre en citant

J'avais oublié de te répondre sur le fait que ce soit "in" d'être bipolaire. Je ne pense pas, je dirais plutôt que ça conduit à une banalisation excessive. Ils et assimilent bipolaire = lunatique et ne comprennent pas que c'est une vraie maladie.

En revanche, dès que tu auras un comportement excessif, ils auront vite faire de passer de la banalisation à l'extrême opposé en te cataloguant comme "malade psy" pour ne pas dire "folle".


Pour expliquer, je dédramatise mais je ne banalise pas: c'est une maladie, ce n'est pas avoir des sautes d'humeur ! Mais je ne suis pas pour autant une folle en puissance
Revenir en haut
titia16
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 09 Juin 2015
Messages: 28

MessagePosté le: Lun 15 Juin 2015 - 12:47    Sujet du message: Peur de l'étiquetage Répondre en citant

Bonjour girl anachronism

Juste pour satisfaire ma curiosité, qu'est-ce qui t'a poussée à faire un bilan?
tu m'as fait sourire avec "ton double étiquetage" lol Mais ça ne doit pas être facile. J'en ai parlé à une collègue/copine de boulot et qui m'a invité à prendre un café... la semaine dernière. Je ne l'ai pas recontactée parce-que je me sens mal de lui avoir dit en le prenant avec légèreté (déni??) Du coup, je n'ai pas envie d'en parler avec elle. Je l'ai dit à ma mère comme si je lui avais dit que je m'étais acheté une nouvelle paire de chaussures, et là aussi je me sens à côté de la plaque... Je comprends le fait que tu dises "je suis atteinte de troubles bipolaires" et non "je suis bipolaire" et ce qui motive sur le fond cette subtilité de langage. peut-être que j'y viendrai moi-même afin d'éviter l'amalgame entre un état pathologique et une période "normale". Cependant, pour moi, aujourd'hui, c'est bonnet blanc et blanc bonnet. On est bipolaire à vie même en phase euthymique car cette fragilité est toujours là. Remarque, je vais me contredire, mais une personne atteinte d'un cancer ne dit pas "je suis un cancer"... Bref, je suis un peu perdue mais j'espère qu'échanger me permettra d'aborder les choses différemment. Je vais passer un bilan aussi, dans le but de faire la distinction entre ma personnalité et ce qui est engendrée par mes troubles. Le tout, dans le but de comprendre pour mieux appréhender
Revenir en haut
titia16
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 09 Juin 2015
Messages: 28

MessagePosté le: Lun 15 Juin 2015 - 12:54    Sujet du message: Peur de l'étiquetage Répondre en citant

girl anachronism a écrit:
J'avais oublié de te répondre sur le fait que ce soit "in" d'être bipolaire. Je ne pense pas, je dirais plutôt que ça conduit à une banalisation excessive. Ils et assimilent bipolaire = lunatique et ne comprennent pas que c'est une vraie maladie.

En revanche, dès que tu auras un comportement excessif, ils auront vite faire de passer de la banalisation à l'extrême opposé en te cataloguant comme "malade psy" pour ne pas dire "folle".


Pour expliquer, je dédramatise mais je ne banalise pas: c'est une maladie, ce n'est pas avoir des sautes d'humeur ! Mais je ne suis pas pour autant une folle en puissance


Je suis entièrement d'accord avec toi. Un blogger, son blog est très intéressant cela dit, s'est vu proposer un passage tv destiné à traiter le sujet de la bipolarité. Mais, le détournement médiatique m'effraie un peu. Soit la banalisation, soit se retrancher derrière le "laisse tomber, elle est psy"... arrrfff
Revenir en haut
Parabellum
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 23 Déc 2013
Messages: 150

MessagePosté le: Lun 15 Juin 2015 - 19:10    Sujet du message: Peur de l'étiquetage Répondre en citant

Bonjour,
je ne dit rien à personne, hormis ma femme, psychiatre et généraliste. Pour les autres ça reste très vague, je n'explique rien je ne nomme pas la maladie. Je dit juste à certain que je prends un traitement et c'est tout. De toute façon, rien qu'au travail, j'écoute autour de moi les conversations et les gens mélangent tout, l'autre jour j'entendais 2 personnes dire que "la dépression ça marchait bien pour les arrêts de travail, le burn out aussi c'est pas mal...." alors comment expliquer la bipolarité. Et c'est vrai que maintenant c'est la grosse mode au états unis, toutes les starlettes sont bipolaires c'est in. Par contre, ce qui m'ennuie c'est que de bons films peuvent sortir (happiness therapy) ou de bonnes séries (homeland, black box...) cela permet de se reconnaitre en quelques sortes, mais c'est à double tranchant car cela banalise la maladie. En tout cas, impossible pour moi d'expliquer le mal être et la fatigue qu’entraine ces oscillations violentes de mes humeurs, je ne peut pas l'expliquer à quelqu'un d'autres qu'un professionnel donc je ne dit rien, au moins je suis tranquille.
Revenir en haut
girl anachronism
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2011
Messages: 1 126

MessagePosté le: Lun 15 Juin 2015 - 19:55    Sujet du message: Peur de l'étiquetage Répondre en citant

titia16 a écrit:

Juste pour satisfaire ma curiosité, qu'est-ce qui t'a poussée à faire un bilan?


Tout a commencé par un heureux hasard, je regardais le rayon médical à la médiathèque en quête d'un énième livre sur les troubles bipolaires qui pourrait m'aider à comprendre cette maladie. Mon regard s'est arrêté sur le fameux livre de Jeanne Siaud-Facchin "Trop intelligent pour être heureux" sans savoir de quoi ça parlait.

Le titre m'interpelait mais en voyant que ça parlait des surdoués, j'ai failli le reposer sur les rayonnages ("pas pour moi")
C'est dans des cas comme ça que la curiosité est loin d'être un vilain défaut Razz car je l'ai feuilleté "pour voir" et je l'ai emprunté pour le lire tranquillement.

Tout me parlait ! Tout ce qu'elle dit dedans est exactement ce que je ressens et en même temps, je me dis "mais ce n'est pas possible, il n'y a pas de surdoués dans la famille". Ah ! Pas de surdoués dans la famille ! Mdr

J'ai découvert après coup que si, il devait y en avoir et ceux que l'on prenait pour des cas limite psychiatriques étaient en fait inadaptés. Je me suis documentée sur la psychogénéalogie après le diagnostique et ça m'a beaucoup aidée à mieux comprendre mon arbre généalogique, je me sens plus en paix avec mes ancêtres (avant je les voyais comme ceux qui m'avaient refilé les TB)

Pour en revenir au bilan, je n'avais pas envie de le passer. Pour moi, ce qui comptait c'était de savoir comment gérer cette souffrance et non de passer des tests.
Mais qu'on le veuille ou non, tant qu'une psychologue ne t'a pas fait passer un bilan complet, tu continues à te dire "ai-je le droit de m'auto diagnostiquer "surdouée" ?" et ça te rend malade.


Donc je me suis jetée à l'eau l'année dernière, j'ai pris rendez-vous avec une psychologue pour en avoir le cœur net. Je craignais que les traitements et mon humeur à la passation du test ne faussent les résultats. ça a joué en ma défaveur, c'est certain mais au final, ça n'a pas eu un impact si énorme que ça. J'ai perdu des points au niveau de la rapidité et de la mémoire, mais bon, c'est bien aussi de voir qu'on est quand même capable de faire quelque chose même en étant dans un état pas terrible !

Si j'avais passé les tests dans une période "idéale", j'aurais attribué les scores à cet état et n'aurais pas cru les résultats. Au moins là, je ne peux pas contester, j'avais même pris des calmants le matin, pas dormi la nuit et en plein sevrage d'antidépresseur Mr. Green

L'entretien où j'ai reçu les résultats a été enrichissant et bouleversant (prépare les mouchoirs !) mais je suis déçue d'avoir été "lâchée dans la nature" après ça car j'aurais beaucoup aimé qu'elle me suive et m'aide à régler les problèmes spécifiques du surdoué.
J'erre un peu depuis, j'essaye de trouver par moi-même comment gérer le flot de pensée incessant mais comme on dit "chassez le naturel, il revient au galop !"

Je t'encourage à passer ces tests. Même s'ils s'avèrent négatifs, tu apprendras beaucoup de ton propre fonctionnement intellectuel.
Revenir en haut
Sassandra
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2014
Messages: 488

MessagePosté le: Lun 15 Juin 2015 - 21:28    Sujet du message: Peur de l'étiquetage Répondre en citant

je dis que je suis bipolaire - comme je dis que j'ai été alcoolique : il faut dire que j'ai vécu de façon marginale toute ma vie
avec une " certaine fierté de la différence" - parfois je me sers de ma bipolarité....ça m'est arrivé à pole emploi.

Là ou c'est plus difficile c'est par rapport aux proches lorsque je m'en veux de mes réactions excessivement nerveuses
ou j'essayais de leur faire comprendre ce qu'est la maladie : le constat ? Comme lorsqu'on veut expliquer la dépendance
à un non dépendant, il en est de même pour la bipolarité...

J'ai eu deux amis schizo et même si j'étais plus attentives aux manifestation de sa maladie
et donc à leur façon d'être, je n'arrive pas à capter leur ressenti..

Avec les proches j'ai jeté l'éponge - si c'est pour entendre :" alors dans ce cas - tout le monde est bipo"
c'est pas la peine. Dailleurs il faut que j'arrête une introspection trop poussée
qui me pousse à me demander sans cesse si je suis en up , en down , en début de down ou de up
introspection qui donne trop de place à la maladie psy - les derniers temps je me suis rendue compte
que mes phases down étaient peut être dues au fait que voulant combattre les phases down
je faisais trop de sport et que j'étais épuisée n'ayant tout simplement plus 20 ans.
Revenir en haut
Suidonez
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 17 Mai 2015
Messages: 80

MessagePosté le: Lun 15 Juin 2015 - 22:28    Sujet du message: Peur de l'étiquetage Répondre en citant

Merde.... Donc c'est vraiment possible d'être surdoué et bipolaire ? J'ai été diagnostiqué surdoué avant d'être diagnostiqué bipolaire, mais j'ai jamais prit ça au sérieux, étant en échec scolaire et professionnel... Mais c'est vrai qu'avant que la bipolarité prenne de l’ampleur, j'ai accomplit pas mal de chose dont n'importe qui n'est pas forcément capable, mais bon, maintenant c'est trop tard, ça marche plus xD
Girl Anachronism, les traitement t'ont pas fait perdre de ton intellect ?

Sinon.... J'en suis au même stade que toi, comment parler de la maladie... J'ai été confronté au même écueil que Sassandra quand j'ai tenté, "tout le monde ets pareil, t'es pas plus malade qu'un autre", d’ailleurs, en ce moment que j'aimerai trouver une compagne, savoir comment aborder le sujet est une question qui me taraude...

Et sinon, dans les faits, être bipolaire c'est réellement au sens propre du terme, depuis genre deux ans c'est le diagnostic que donnent tout les psys quand ils sont pas capable de comprendre ce qu'il se passe. J'étais dans le milieu médical avant que la bipolarité me bouffe (pratique de la PNL entre autre), donc j'en ai parlé avec mes contacts de l'époque, et c'est vrai que ça ressort même chez les thérapeutes comme un effet de mode, si bien que quand j'ai été diagnostiqué bipolaire j'ai eut beaucoup de mal à y croire, je me suis dit : je suis trop sensible, mes phases dépressives sont justifiées par mon enfance, etc... Mais nan, en fait, je crois bien que la bipolarité existe, même si..... C'est une maladie extrêmement mal comprise et soignée, même par les experts.
Revenir en haut
Sassandra
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2014
Messages: 488

MessagePosté le: Lun 15 Juin 2015 - 22:58    Sujet du message: Peur de l'étiquetage Répondre en citant

Suidonez a écrit:

Girl Anachronism, les traitement t'ont pas fait perdre de ton intellect ?



j'ai posé la question à mon toubib généraliste
il m'a répondu quelque chose de sensé
le cerveau c'est comme un muscle ça se travaille....

Alors bien sûr ya les traitements
mais je suppose que lire , faire des jeux flaschs pour la rapidité
ou d'autre exercices de cerveau
peuvent aider
Dans les périodes bien sur ou on peut le faire
Revenir en haut
Suidonez
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 17 Mai 2015
Messages: 80

MessagePosté le: Mar 16 Juin 2015 - 00:55    Sujet du message: Peur de l'étiquetage Répondre en citant

Le travailler je le travaille... Mais ça n'a clairement plus rien à voir avec avant, ma créativité, ma mémoire, ma logique et ma vitesse de calcul.. Tout ça, ça ne revient pas. :/
Revenir en haut
girl anachronism
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2011
Messages: 1 126

MessagePosté le: Mar 16 Juin 2015 - 07:51    Sujet du message: Peur de l'étiquetage Répondre en citant

Suidonez a écrit:
Merde.... Donc c'est vraiment possible d'être surdoué et bipolaire ? J'ai été diagnostiqué surdoué avant d'être diagnostiqué bipolaire, mais j'ai jamais prit ça au sérieux, étant en échec scolaire et professionnel... Mais c'est vrai qu'avant que la bipolarité prenne de l’ampleur, j'ai accomplit pas mal de chose dont n'importe qui n'est pas forcément capable, mais bon, maintenant c'est trop tard, ça marche plus xD
Girl Anachronism, les traitement t'ont pas fait perdre de ton intellect ?


Sincèrement, j'ai l'impression que depuis ce diagnostique de surdouée, je retrouve mes capacités intellectuelles mais il faut dire qu'en parallèle mon traitement a été allégé. D'une manière générale, même avant ce diagnostique, j'ai toujours fui les benzo qui ont mauvaise presse pour la mémoire.
Dans mon cas, j'ai regagné confiance en mes capacités mais dans la réalité, il fait faire avec les fluctuations d'humeur et la dépression est encore plus puissante que les médicaments pour mettre le cerveau dans le coton !

Et comme j'ai des cycles ultra rapides (un cycle complet sur une semaine mais étant "stabilisée" j'ai réussi à reprendre le travail à 1/2 temps) mes capacités intellectuelles sont très... fluctuantes. J'ai du mal à accepter de fonctionner par à-coup, c'est fatiguant.

Le Téralithe m'aide à mieux réfléchir à 400 mg LP, à 600 mg LP je n'arrive plus à penser. Mais à 400mg, la protection n'est pas assez suffisante.
Pouvoir travailler (quasi impossible à 600mg) ou être plus stable, c'est un gros dilemme.
Le lithium favorise la neurogénèse et densifie la matière grise (Goodwin et Jamison). Il permet de réparer le cerveau des effets de la dépression, le hic c'est que ce n'est pas un complément alimentaire et qu'il a les effets secondaires qu'on lui connaît.

Pour éviter toute confusion si des internautes non bipolaires passaient par là: le lithium ne vous rendra pas plus intelligent, ni plus performant intellectuellement. Il ne fait que réparer et restaurer nos fonctions intellectuelles mises à mal par notre maladie.

Moi qui avait une dent contre le lithium au départ (peur de perdre ma créativité), je suis conquise. La difficulté, c'est le dosage (pas le dosage sanguin, celui où l'on a le meilleur rapport bénéfice-risque). Dommage qu'on ait pas un dosage plus fin des comprimés, 500mg pourrait me contenir un peu plus sans m'engourdir de trop.

Bonne journée
Revenir en haut
fontaine
Bipote Diamant

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2008
Messages: 2 386

MessagePosté le: Mar 16 Juin 2015 - 07:53    Sujet du message: Peur de l'étiquetage Répondre en citant

je parle de mes problèmes de santé si nécessaire et j'ajuste mes mots selon les personnes.je fait l'impasse sur certaines personnes.
après j'évite de secouer la boue ; impasse sur le grand souk du net et des jt de tf1 et f2
je vérifie les références des auteurs de livres et d'articles, les références des éditeurs.
bref, je filtre.
c'est un peu hautain, mais j'évite le grand n'importe quoi des idées de tous sur tout , sans aucun études ou réflexions approfondies.
bonne journée
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 07:43    Sujet du message: Peur de l'étiquetage

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le forum des bipotes Index du Forum ->
Questions / Réponses
-> Entraide et soutien...
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Wikipedia | Psychomedia | Troubles-bipolaires.com | camh.ca - Le trouble bipolaire : Guide d'information | Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com