Forum d'information, de psychoéducation et d'entraide pour les personnes avec un trouble bipolaire (maniaco-dépression).
Le forum des bipotes  Index du Forum FAQ Rechercher S’enregistrer Connexion

bipolarité, alcool et baclofène, addictions, tocs
Aller à la page: 1, 2  >
 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le forum des bipotes Index du Forum ->
Questions / Réponses
-> Entraide et soutien...
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
sylvainlp
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2015
Messages: 27

MessagePosté le: Mar 23 Juin 2015 - 20:04    Sujet du message: bipolarité, alcool et baclofène, addictions, tocs Répondre en citant

Bonjour à toutes et à tous.
Je suis Sylvain, j’ai 41 ans.
Je ne vais pas raconter toute ma vie. J’aurai peut-être l’occasion d’entrer dans les détails ultérieurement.
Je suis bipolaire de type I. Et comme la plupart des bipolaires je suis addictif (tabac, jeu, alcool), et atteint de tocs.
Je prends lithium, alprazolam, tercian, seresta, sertraline, alvocardyl.
Je suis suivi par des psys depuis l’âge de 15 ans et un médecin alcoologue depuis quelques mois.
Celui-ci m’a prescrit, à ma demande, du baclofène.
Il a adapté la posologie en tenant compte de mon traitement et de mes troubles psychiques.
Malgré tout cela les effets secondaires ont été terrifiants.
J’ai décidé de m’inscrire en février sur un forum dédié au baclofène.
Bien mal m’en a pris.
On ne m’a pas compris. On m’a traité de « pseudo-bipolaire », alors que je suis rqth et en invalidité.
On a affirmé que c’est l’alcool qui qui créé mes troubles et les effets secondaires.
On n’arrête pas de me conseiller sur la répartition du baclofène, j’appelle cela exercice illégal de la médecine.
J’espère trouver ici écoute et compréhension.
Sylvain
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 23 Juin 2015 - 20:04    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Sassandra
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2014
Messages: 488

MessagePosté le: Mer 24 Juin 2015 - 01:13    Sujet du message: bipolarité, alcool et baclofène, addictions, tocs Répondre en citant

salut , je suis ancienne alcoolique - sevrée depuis 20 ans - mon frère a pris du baclofène : c'était pas le top
il continuait à boire , et ça plus le baclo plus les médocs "anti alcool" , plus le reste c'était pas jojo...

je ne dénie pas l'effet du baclo , il parait que ça aide certaine personne

j'ai été alcoolique avant d'être bipolaire ou en l'étant peu importe
je préfère être bipolaire sobre -ya pas photo
ce que j'ai pu voir de mon expérience c'est que les symptômes de comportement alcoolo - bipolaire ou alcoolo et bipolaire
qu'importe encore semblent parfois bien similaires l'alcool étant un psychotrope.

De mon expérience , si j'étais bipolaire quand je buvais - j'ai été diagnostiquée après "avoir posé le verre",
je me dis ouf - bipolarité plus folie éthylique égal double folie si ce n'est tripolarité multipliée.

je ne pose pas de jugement , je parle juste de ce que je connais bien

je te souhaite bon courage
Revenir en haut
Sassandra
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2014
Messages: 488

MessagePosté le: Mer 24 Juin 2015 - 01:15    Sujet du message: bipolarité, alcool et baclofène, addictions, tocs Répondre en citant

ah aussi : ya des bipolaire et des schizo accro c'est un fait mais j'en connais qui ne le sont pas ...
Revenir en haut
fontaine
Bipote Diamant

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2008
Messages: 2 386

MessagePosté le: Mer 24 Juin 2015 - 16:52    Sujet du message: bipolarité, alcool et baclofène, addictions, tocs Répondre en citant

je suis sous baclofene et cela m'a sauvé au niveau de mes consommations. Cela et une longue psychothérapie. Je consomme encore, il y a une interaction entre mon niveau d'angoisse et de consommation ( d'où l'interaction trouble de l'humeur/addiction) Cela demande une régulation de tous les jours et un bonne entourage. Pas mal de bol
Le baclofene assomme pas mal, il faut y aller doucement. Je crois que la grande difficulté est que le niveau de "prise" varie selon les personnes. De toute façon il y a une grande variété de ressenti, j'ignore de quel type fut ta réaction. On peut ne pas y trouver d'avantage. Je crois qu'en alcoologie il faut être modeste dans ses propos, il reste pas mal de points obscurs.
J'ai testé le sélincro, nouveau medoc sur le marché, celui ci je ne le supporte pas, il est censé aussi agir sur le niveau de consommation, je suis malade comme un chien avec ce médicament.
Des personnes extérieures peuvent se gratter la tête sur ces essais de médicaments.Mais la voie inéluctable de l'alcoolismes peut amener certains, comme moi même, a testé tous l'arsenal médicamenteux ( et suivi en psychothérapie, alcoologue, ttc, groupe de parole)
je pense qu'il ne faut négliger aucune piste et ne mépriser personne.
bonne journée.
Revenir en haut
sylvainlp
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2015
Messages: 27

MessagePosté le: Mer 24 Juin 2015 - 17:47    Sujet du message: bipolarité, alcool et baclofène, addictions, tocs Répondre en citant

Merci à toutes les deux pour vos témoignages.
Je constate beaucoup d'ouverture d'esprit.
Comme vous le dite chaque cas est bien particulier. Et personne ne détient la vérité universelle.
Ce qui marche pour les uns ne fonctionnera pas pour les autres.
En ce qui me concerne et contrairement à Sassandra, je suis alcoolique parceque je suis malade.
Et je suis malade depuis l'âge de 15 ans. Je ne buvais pas avant.
Tout a commencé par de fortes angoisses.
Puis ma vie n'a été faite que de périodes dépressives et périodes d'euphorie entrecoupées de périodes mixtes, un parcours professionnel chaotique.
Je n'ai été diagnostiqué bipolaire qu'il y a quelques années.
Avant j'ai testé tous les antidépresseurs. Bien sûr ça augmentait mes épisodes maniques.
Dans toute cette vie l'alcool a été récurrent, quelques soient les phases.
J'ai commencé vers l'âge de 20 ans, entre copains.
Il a fallu que j'arrive à 40 ans pour que je prenne conscience que ma santé a été altérée autant physique que psychique.
Le mélange alcool et médicaments n'a pas été bien sûr à mon avantage.
Suite à une radio des intestins pour des diverticules, on a aperçu un foie en mauvais état.
Et puis il y avait cette visite médicale pour le permis de conduire aussi que j'ai passé fin mai.
J'ai d'abord demandé à ma psy pour le baclofène, elle m'a redirigé vers un médecin alcoologue.
Les prescriptions sont très espacées parceque les effets secondaires peuvent être décuplés en raison de mes troubles psychiques et de mes autres médicaments.
Ces effets ont été terrifiants au début.
Ils se sont estompés.
Aujourd'hui ma consommation a nettement baisse et j'en ressens les bienfaits sur mon psychisme.
Mon entourage me dit que je suis moins colérique, plus calme, moins versatile.
Pour contrer les es du baclofène ma psy m'avait prescrit de l'abilify.
Catastrophe ! J'étais encore plus mal. Je l'ai arrêté de moi même. Et oui les médecins sont tellement débordés que parfois il faut faire de l'automédication.
Ca va beaucoup mieux.
La sertraline que je prends (zoloft) c'est pour mes tocs.
Je vérifie tout une dizaine de fois : portes, fenêtres, gaz, frein à main, mégots, lumière, etc, etc
C'est assez épuisant.
Voilà
Sylvain
Revenir en haut
lilychipie
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 30 Mai 2015
Messages: 95

MessagePosté le: Mer 24 Juin 2015 - 18:42    Sujet du message: bipolarité, alcool et baclofène, addictions, tocs Répondre en citant

lors de ma période pastis (un bon demi litre par jour), l'aotal m'avais bien aidé

courage
Revenir en haut
Sassandra
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2014
Messages: 488

MessagePosté le: Mer 24 Juin 2015 - 19:40    Sujet du message: bipolarité, alcool et baclofène, addictions, tocs Répondre en citant

l'alcoolisme est considérée comme une maladie.
Revenir en haut
sylvainlp
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2015
Messages: 27

MessagePosté le: Mer 24 Juin 2015 - 19:49    Sujet du message: bipolarité, alcool et baclofène, addictions, tocs Répondre en citant

C'est bien sûr une maladie.
C'est aussi le symptôme d'un malaise profond, de problèmes graves dans sa vie, ou d'un trouble psychique.
Si on boit il y a une raison.
J'ai pris de l'aotal également.
J'ai pris aussi du revia.
Le selincro est fortement déconseillé en cas de troubles psy.
Le baclofène est à manier avec grande précaution chez les bipolaires : http://www.vidal.fr/actualites/13766/rtu_baclofene_il_faut_qu_il_y_ait_une_…
Revenir en haut
Dédéjr
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 02 Aoû 2011
Messages: 174

MessagePosté le: Mer 24 Juin 2015 - 21:39    Sujet du message: bipolarité, alcool et baclofène, addictions, tocs Répondre en citant

L'alcoolisme n'est plus considère comme maladie de plus en plus de nos jours, n'en déplaise a beaucoup du monde...

On parle de consommation modéré puis selincro, baclo entre autres. Et de l'ambulatoire ca coute moins chère...

Enfin moi j'étais alcolo, j'ai fais trois sevrages, le dernier été le bon je suis abstinent depuis septembre 2011 mais je pense peut être un jour je boirai une verre, parce que je me considère pas malade alcoolique.

Je fais partie de l'assos Vie libre, bien sur eux croit toujours que l'alcoolisme est une maladie, je comprends pour certains c'est mieux ainsi psychologiquement parlant....
Revenir en haut
sylvainlp
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2015
Messages: 27

MessagePosté le: Mer 24 Juin 2015 - 21:41    Sujet du message: bipolarité, alcool et baclofène, addictions, tocs Répondre en citant

Bonjour Dédé,
C'est quoi alors pour toi l'alcoolisme ?
Sylvain
Revenir en haut
fontaine
Bipote Diamant

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2008
Messages: 2 386

MessagePosté le: Jeu 25 Juin 2015 - 07:51    Sujet du message: bipolarité, alcool et baclofène, addictions, tocs Répondre en citant

non dedjr, l'alcoolisme est toujours considérée comme une maladie, interroge n'importe quel psychiatre ou alcoologue.
derrière se cache une hérédité, des troubles de l'humeur, des chocs psychologique, des dépression.
c'est assez tristement classique des anciens buveurs de regarder de haut les autres. Et ce terme "alcolo", le mépris.
facile, quand la vie se regarde de par son seul regard, son trop de recherche littéraire, médical,scientifique.
je me tape de ce type d'attitude, je suis au niveau connaissances personnelles suffisamment armées
je me soucis pour des personnes plus fragile, précisément sur ce site
un cas particulier n'est pas un cas général, dans la maladie comme dans la guérison, Anne.
Revenir en haut
sylvainlp
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2015
Messages: 27

MessagePosté le: Jeu 25 Juin 2015 - 08:01    Sujet du message: bipolarité, alcool et baclofène, addictions, tocs Répondre en citant

Oui Anne, c'est une maladie qui en cache une autre.
Et tu as raison, c'est comme les anciens fumeurs, les anciens alcooliques nous regardent un peu de haut.
Il disent mais arrête de ta cacher derrière ta bipolarité.
Je n'avais jamais vraiment réalisé cela.
C'est exactement ce qui s'est passé sur le forum sur lequel j'allais.
Il y avait incompréhension.
Revenir en haut
sylvainlp
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2015
Messages: 27

MessagePosté le: Jeu 25 Juin 2015 - 08:22    Sujet du message: bipolarité, alcool et baclofène, addictions, tocs Répondre en citant

J'ai oublié de dire Anne, ton intervention est vraiment pleine de vérité. Merci.
Revenir en haut
Sassandra
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2014
Messages: 488

MessagePosté le: Jeu 25 Juin 2015 - 12:32    Sujet du message: bipolarité, alcool et baclofène, addictions, tocs Répondre en citant

En ce qui concerne le baclo :j'avais entendu dire que ça permettait de boire quelques verres
et d'en rester là : moi dans l'alcool ce qui m'interesse
c'est l'ivresse la défonce à fond la caisse et rien d'autre - siroter un verre de bon vin
je m'en bats l'aile et je sais pour l'avoir déjà tenté que un verre c'est trop et un million c'est pas assez.

je suis toujours alcoolo et je le demeurerai : je ne suis pas une ancienne buveuse - je suis une alcoolique
qui a posé le verre - et qui doit rester consciente de ce statut - ça a été vraiment trop - trop difficile
(une lutte de trois ans) pour y arriver.

Je n'ai rien contre les termes alcoolo - alcoolique : je me les applique à moi même
les alcoolo c'est mes frangins (es) : je les comprends

Et puis j'en ai marre de cette hypocrise sociale au sujet de l'alcool
si quelqu'un veut bien vouloir regarder autour de lui
il trouvera toujours dans ses proches et son entourages
un "alcoolo" - qu'importe le terme , je me fous de ce que les gens en pensent.
c'est une drogue sociale et culturelles alimentées par les lobbies de l'alcool
et qui fait des ravages - je me fous également de ce que la populace même de bon ton
pense également de ma bipolarité - 1% DE BIPO 1% de schizo - combien pour les alcoolos et les dopés ?
90% dans les prisons - c'est mon chiffre - suite à drogue et alcool ou les deux.

C'est peut être assez incompréhensible
mais je ne cherche pas à être "acceptée"
on me prend telle que je suis ou on me prend pas
et quelque part je sus fière de mes différences.
Revenir en haut
sylvainlp
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2015
Messages: 27

MessagePosté le: Jeu 25 Juin 2015 - 19:55    Sujet du message: bipolarité, alcool et baclofène, addictions, tocs Répondre en citant

Bonsoir Sassandra,
Je n'ai pas compris tout ton message mais au final tu as un sacré caractère.
Tu as raison, c'est une qualité dans les aléas de la vie.
Moi je manque de caractère, trop sensible.
Je suis un écorché vif.
On est tous différents des uns des autres.
L'essentiel est de s'assumer.
Mais de là à être fier d'être bipolaire ou alcoolique, non.
Je ne ressens ni honte ni fierté.
Comme tu dis on m'accepte tel quel avec mes maladies, avec mes différences.
Il m'arrive d'aller sur des sites des rencontres (je suis gay et célibataire).
Quand on me demande ce que je fais dans la vie, bien je le dis franchement je suis en invalidité.
Et si on me demande pourquoi je le dis aussi.
Après c'est à prendre ou à laisser.
Merci en tous cas d'intervenir sur mon topic.
Bises
Sylvain
Revenir en haut
Dédéjr
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 02 Aoû 2011
Messages: 174

MessagePosté le: Jeu 25 Juin 2015 - 23:27    Sujet du message: bipolarité, alcool et baclofène, addictions, tocs Répondre en citant

Ben Fontaine

Je m'en tape aussi je parle de expérience aussi. N'en déplaise aux gens qui veut être malade alcoolique, et ben non ce n'est pas une maladie. Moi je puis dire que je fais de la prévention dans les écoles et puis je fais le "promo" de vie libre en maison de cure.

C'est bien beau d'être "malade" quand tu rebois parce que t'as envie, c'est la "maladie" comme si tu es une pauvre petite chose sans maitrise de soi, donc pas redevable..

Belle façon de prendre aucune responsabilité pour ses actes.
Revenir en haut
sylvainlp
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2015
Messages: 27

MessagePosté le: Jeu 25 Juin 2015 - 23:54    Sujet du message: bipolarité, alcool et baclofène, addictions, tocs Répondre en citant

Dédéjr merci de rester courtois.
En outre, c'est difficile de dire bonjour, merci et aurevoir ?
Sylvain
Revenir en haut
Montagnes Russes
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 08 Mai 2011
Messages: 25

MessagePosté le: Ven 26 Juin 2015 - 00:03    Sujet du message: bipolarité, alcool et baclofène, addictions, tocs Répondre en citant

Bonjour Dédéjr,

Tu as écrit :
Dédéjr a écrit:
C'est bien beau d'être "malade" quand tu rebois parce que t'as envie, c'est la "maladie" comme si tu es une pauvre petite chose sans maitrise de soi, donc pas redevable...
Ce genre de phrase a-t-il réellement sa place sur un forum d'entraide ?

On lapide gratis aujourd'hui ???
Revenir en haut
Dédéjr
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 02 Aoû 2011
Messages: 174

MessagePosté le: Ven 26 Juin 2015 - 00:33    Sujet du message: bipolarité, alcool et baclofène, addictions, tocs Répondre en citant

Ach

Parfois il faut taper dans le lard. Prendre ses responsabilités est primordial. Soit en a la possibilité de changer notre vie ou soit on subis. J'ai assez subis, merci beaucoup.
Revenir en haut
fontaine
Bipote Diamant

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2008
Messages: 2 386

MessagePosté le: Ven 26 Juin 2015 - 08:20    Sujet du message: bipolarité, alcool et baclofène, addictions, tocs Répondre en citant

bonjour dedej

je crois que tu m'as mal lu.
La maladie est une chose, la personne en est une autre.
La maladie est un constat, après on se soigne
quand une personne a un cancer, on dit qu'elle se bat avec la maladie
pareille pour une personne souffrant d'addiction
bien sur, il y a des gens qui non pas cette démarche, trop atteinte, suicidaire, si loin du gout de vivre. Je l'ais plein profondément.
j'ai parlé de psychothérapie, de ttc, de rendez vous chez les alcoologues, les psychiatres, les psychothérapie de groupe. cela demande un travail personnel
personnellement j'habite à bry sur marne, j'ai suivi une session de groupe avec ttc sur le thèmes de la gestion de la sensibilité et la prise d'alcool a vannes, soit à deux heures de chez mois.
quatre heures de transport: rer,metro,bus, pour réfléchir a des comportements ,des stratégies personnels pour éviter le verre.(ce type de psychothérapie était seulement en cours à vannes)
une réflexion, des efforts loin de la "paresse" dont tu parles.
a titre personnel cela a porté ses fruits
la lourdeur des hospitalisations, pour ma part, j'écris pendant mes hospitalisations et je dessine. J'ai écrit un petit livre lors de ma dernière hospitalisation.
je n'aime pas me citer, mais je mets de extrait, crois mois, les petites cellules grises fonctionnent à plein.
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
UN

Sur terre
Il y a des îles
Elles ont des pattes
Et s’en vont en promenade
Elles sont un peu myopes
Elles confondent l’oursin et le goéland
Parfois elles croisent une baleine et salut le capitaine
Elles connaissent les Mayas, les Javanais et les haïtiennes
Elles parlent aux Etoiles, notamment lorsqu’elles sont un peu perdues,
Elles demandent leurs chemins à la grande ourses
Elles jouent avec les dauphins et les sirènes
Mais se méfient des marins dompteurs d’ilots sauvages
Il creuse une fusée cyclopéenne et ordonne à l’ile de ne dormir que d’un œil
Et surtout, plus encore, d’arrêter de divaguer ;
Alors quand souffle les alizées
Elles chantent leurs chansons de prisonnières aux milieux des jungles
Bien sûr, elles pourraient dans un grand bruit tout engloutir, mais les iles sont pacifiques ;
Et de leur œil borgne elles mettent en gardent les calamars
Entends-tu cet air doux sous la voie lactée ?
Comme elles mettent en gardent contre les grands aventuriers, mangeurs de monde.




Sortie de clinique

La sortie de clinique
La valise occupe le salon, accompagnée d’un nombre incroyable de sacs
Je me fais toujours avoir
J’ai l’âme d’un escargot
Je transporte ma maison sur le dos
Seul le chat n’entre pas
C’est pas qu’il veut pas
Amener son chat en clinique est interdit, tout simplement
Cependant nos docteurs sont prévenants
La clinique a son propre chat
Chat thérapeutique qui surveille merles et mulots dans le parc
Et va parfois accorder un salut à un patient.
Il s’appelle Félix.
Comme le bocal à poisson à l’accueil
il est indispensable à l’équilibre des choses
Mais
Je m’égare.
La valise occupe le salon.
Un peu comme un gros reproche.
Surtout comme la promesse d’un gros boulot.
A court, moyen, long terme.
Dans l’immédiat
Ouvrir cette boite de pandore
Sortir
Objets par objets
Ce à quoi la vie à tenu pendant quatre semaines.
Certains furent indispensables, d’autre complément inutile
Certains furent à l’origine de haute lutte avec le règlement
Ainsi mon plaid, désormais prohibée par une législation sur une literie ignifugée seule admise
En clinique, je ressemble fortement au Linus de Snoopy
J’aime avoir mon bout de tissu personnel, doux et coloré
Tout contre moi
J’ai vu la responsable

-Ton plaid il est crade et pas conforme
-Moi j’lui dis
Laisse béton !
Y m a filé une baigne, j’y ais t filé une torgnole
M’a filé une châtaigne, j l’uis est filé mon plaid
Mais j’ai trop écouté Renaud

Une valise dans le salon de retour de clinique est à chaque bout une histoire
Chaque histoire contient la clé de la réussite ou de l’échec d’un sevrage

Le bout de chausson
Le gros pull
Le très gros pull
La brosse à cheveux
En clinique
J’écoute pousser mes cheveux,
Oui comme Brel
Les livres
Toujours indispensables
Toujours en trop
Lecture du matin
Lecture du soir
Lecture de salle d’attente
Lecture pour rire avec toute l’armée de Franquin et Goscinny
Lecture pour s’échapper
Depuis des années je travaille le recueil d’anthologie « des poètes en partance « des éditions Gallimard
Quand le vin n’est plus, il faut absolument une autre forme de fusée
Un livre sur jules vernes
Un sur les mayas
Une histoire des religions du Monde sur la religion des mayas
Trouver un dieu provisoire pour une abstinence qui se lamente
Je les collectionne un peu tous
Mon bouddha sur la table, mon saint François d’assise sur la table de chevet
Ma boule à neige, girafe de Vincennes, tout à coté

Un pinceau
Non
Dix pinceaux
Non, pas trop
La chambre n’a pas de vocation à la transformation en atelier
Je suis en clinique privée
Une institution qui se pait rudement cher
La chambre n’a pas de vocation au cirque
Le malade ne doit pas être ni trop pauvre ni trop dément
Alors j’étale des trucs qui ne tachent pas
Des formats pas trop grands
Quand une peine
me cloue au fond du lit
Adieu l’alcool
Adieu la vie
C’est un parasite que l’on assomme
C’est un escroc enchanteur d’existence
La peine de perdre cet ami
Le manque du manque
Le manque de magicien
Qui sait si bien te chanter à l’oreille
La douleur de cette abstinence de rêve
A crever l’oreiller
J’évite Bashung et ses nuits qui partent en vrille
Eternelle kamikaze

Le psychiatre est un fakir au cobra
Sur le fil, des mots s’alignent
La révolte se réveille au moindre défaut de notes
Le mutin
La mutine
Le psychiatre est un fakir au cobra
La rage siffle entre mes dents
La pupille ovale des idées meurtrières
Je tue
Je te tue
Je me tue
Je nous tue
L’abstinence est une grande mort pas drôle.

Des carnets d’écritures
Couverts de mots tordus
Violet, violent
Le jeu de domino
J’ai rendu la télécommandé de la télé
J’ai tout avalé, il faut supprimé le CSA
Un fond de parfum
Une fin de courage
Des questions sur l’opium
Ecouter John Lee Hooker
Le blues des jours
Le blues du blues qui doit chercher la mesure
Une limite à sa peine
Ne me parle pas d’océan
Ne me raconte pas la mer en ces jours de grandes marées

La valise
Est une valise de magicien
Une malle à miroir
Tu sautes pour t’y cacher du monde
Tu sautes plein d’espoir du transformisme
Et tu te retrouves
Sur 4 faces
Des milliers de reflets du toi
Qui te Fixent
Qui te rentre dans la peau
Inaltérable
Comme des aiguilles
Et dans tout cet argent
Ne trouver que son regard
N’éprouver que le manque d’oxygène
Ne plus bouger
Ne plus sentir
Ne plus respirer
Ne plus éternuer
Claustrophobie, tu entres par les veines.

La malle du magicien se transforme en tombe de pharaonne
Ma peau sous les couches de tissus et de bitumes
Je m’endors au pays des marchands de sable

Je m’endors
Je me réveille
Je m’endors
J’ouvre les yeux
Jours
Nuits
Insomnies
Médicaments
Désespoirs
Je m’endors
Je me réveille
Je ferme mes paupières
Mon cœur respire encore
Ma fenêtre donne sur le parc
Le lierre sur l’arbre
Je me rendors
Peut importe l’heure
Peut importe la marche du monde à l’extérieur
Oui
En clinique
Il y a l’intérieur, l’extérieur de sa sueur
Il y a l’intérieur, l’extérieur du mur
Et le monde que l’on referme encore avec les yeux
Ma vie sur répondeur
Je ne prends pas d’appel

La valise dans le salon
Est un radeau empli de méduse et de déceptions
Le navire a craqué
Ne me parlez pas de volonté
Ni de nouveaux marabouts
Chacun oscule le résultat déjà chez moi, autour de moi
Normal qu’on finisse par se cacher un peu
Comme un vilain
Comme une vilaine
Un manant
Une croquante
pas très fréquentable
Je reste du bois des tonneaux
Juste un peu moins dans le besoin
Mais
Savoir qu’il faut se revoir
Savoir qu’il faudra chercher encore
Une stratégie nouvelle
Pour tromper cette peau
Qui n’en peut plus d’être blanche
Qui n’en peut plus de s’imprimer
Comme un journal en rotative
Sans jour de repos


Je suis toujours une femme en partance
Revenir en haut
Team bipote
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 13 Avr 2014
Messages: 863

MessagePosté le: Ven 26 Juin 2015 - 08:41    Sujet du message: bipolarité, alcool et baclofène, addictions, tocs Répondre en citant

Bonjour,

Nous rappelons la charte du forum:

Nos suggestions de règles de conduite et de respect
  • Une bonne communication est celle qui permet à tout le monde de dire ce qu'il pense et ressent tout en respectant ce que l'autre pense et ressent.
  • Merci de respecter la Nétiquette des forums et la politesse en particulier : dire bonjour en début de message, se présenter dans la rubrique présentation, remercier un contributeur qui répond utilement à une de vos questions, constituent des règles universelles de courtoisie.
  • Nous suggérons à celui/celle qui écrit d'identifier et de formuler son émotion (ex: colère, tristesse, ironie, joie,...) afin d'éviter tout malentendu ou interprétation erronée.
  • Nous conseillons à celui/celle qui répond de le faire avec empathie, c'est à dire comprendre l'autre, le soutenir, l'accompagner, l'aider à prendre du recul, lui proposer son aide pour trouver éventuellement des solutions ou un soutien aux problèmes posés et tout cela sans jugement.
  • Ne pas vous énerver : si quelqu'un vous énerve, la seule bonne conduite est d'ignorer ses messages tout simplement dans un premier temps, attendez que votre émotion soit d'une intensité moindre pour répondre si nécessaire.


Il est possible de débattre d'une idée, tout en respectant la sensibilité des uns et des autres. Et si vous n'en êtes pas capables sur ce sujet, qui est particulièrement délicat, nous verrouillerons ce fil.
Revenir en haut
fontaine
Bipote Diamant

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2008
Messages: 2 386

MessagePosté le: Ven 26 Juin 2015 - 10:52    Sujet du message: bipolarité, alcool et baclofène, addictions, tocs Répondre en citant

rebonjour
il m'a paru important de répondre sur sujet
bonne journée
Revenir en haut
sylvainlp
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2015
Messages: 27

MessagePosté le: Ven 26 Juin 2015 - 11:13    Sujet du message: bipolarité, alcool et baclofène, addictions, tocs Répondre en citant

Bonjour,

"Alcoolisme est une maladie chronique, se caractérisant par une recherche compulsive d’alcool, avec une perte progressive de contrôle et par la survenue de rechutes" (http://www.sfalcoologie.asso.fr/)

"L’addiction à l’alcool est une maladie chronique et hautement récidivante en dépit des traitements, notamment en cas d’association avec un terrain anxieux ou dépressif." (http://www.inserm.fr/)

"L'Organisation mondiale de la santé (OMS) reconnaît l'alcoolisme comme une maladie et le définit comme des « troubles mentaux et troubles du comportement » liés à l'utilisation d'alcool1. Cette perte de contrôle s'accompagne généralement d'une dépendance physique caractérisée par un syndrome de sevrage à l'arrêt de la consommation (pharmacodépendance), une dépendance psychique, ainsi qu'une tolérance (nécessité d'augmenter les doses pour obtenir le même effet)." (https://fr.wikipedia.org/wiki/Alcoolod%C3%A9pendance)

"L’alcoolisme n’est pas la maladie de la volonté ou de la faiblesse, c’est une maladie “biologique” " (http://www.parismatch.com/Actu/Sante/Olivier-Ameisen-baclofene-145953)

"L’alcoolisme est une maladie grave et dévastatrice, responsable en France de 120 morts par jour pour laquelle il n’existe à ce jour toujours pas de traitement véritablement efficace." (http://www.arreterdeboire.fr/baclofene/association/la-dependance-a-lalcool/)

"ALCOOL ET SANTÉ MENTALE" (http://educalcool.qc.ca/alcool-et-vous/sante/alcool-et-sante-mentale/#.VY0XaNLtmko)

Je ne savais pas qu'en venant sur ce forum j'allais tombé sur des gens aussi peu bienséants.

Bonne journée
Sylvain
Revenir en haut
Deroute
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 22 Sep 2011
Messages: 251

MessagePosté le: Ven 26 Juin 2015 - 13:01    Sujet du message: bipolarité, alcool et baclofène, addictions, tocs Répondre en citant

Bjr,

il est vrai que l'alcoolisme est classé officiellement comme étant une maladie, personnellement, je ne la considère pas comme telle.

Mais c'est simplement pour le fait qu'alors je ne trouve absolument pas logique, dans ce cas, de ne pas reconnaître officiellement l'addiction/dépendance à d'autres produits comme étant des maladies à part entière.

D'ailleurs, il suffit de jeter un coup d’œil à ce tableau...vous imaginez le nombre de maladies!? lol

Moi j'y vois surtout le fait que c'est finalement une drogue comme une autre, à la différence qu'elle est légale, et donc qu'il y a une certaine hypocrisie (entre autre du lobbying derrière) à considérer l'alcoolodépendance comme maladie. (ha ben oui, c'est plus pratique que de la rendre illicite ou de devoir l'obtenir que sur ordonnance! lol )

Surtout qu'en dehors des clichés, beaucoup de drogues illicites ne sont pas plus (ou tout aussi!) toxique (ou moins!) et peuvent aussi bien être consommée de la même manière sans pour forcément tomber dans la dépendance, il suffit de voir un tableau comme celui ci-dessous pour sortir des clichés.

De mon point de vue, s'il y a maladie, alors la maladie devrait être la toxicomanie, et donc incluant l'alcool.

Mais bon, tout ceci n'est jamais que du blabla de "statuts", et hors sujet au fond

Comme lis plus haut je crois que l'important est de se soigner, et je pense aussi que les addictions/ dépendances sont souvent des maladies (dans le sens d'en souffrir) qui sont des conséquences de problèmes plus profonds ; la partie visible de l'iceberg en somme.

Bien à vous :-)

Revenir en haut
sylvainlp
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2015
Messages: 27

MessagePosté le: Ven 26 Juin 2015 - 15:09    Sujet du message: bipolarité, alcool et baclofène, addictions, tocs Répondre en citant

Bonjour Deroute,
Ton raisonnement est logique et ton schéma très explicite. Merci.
Maintenant maladie ou pas, comme tu dis, c'est une addiction grave, tout le reste c'est du blabla, une question de dénomination.
C'est une addiction qui résulte de problèmes plus en amont, d'autres maladies comme des problèmes d'ordre mental (dépression, bipolarité,...) eux mêmes dus à d'autres événements survenus dans l'enfance où dans la vie.
Et c'est une addiction qui elle même entraîne d'autres maladies qui conduisent inéluctablement directement vers la fin.
C'est un peu le le domino qui fait tomber l'autre et ainsi de suite jusqu'au dernier.
D'où née l'importance d'un suivi psycho thérapeutique pour arrêter la cascade et la chute.
Jetez un oeil sur ceci http://educalcool.qc.ca/alcool-et-vous/sante/alcool-et-sante-mentale/#.VY0X…
Sylvain
Revenir en haut
fontaine
Bipote Diamant

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2008
Messages: 2 386

MessagePosté le: Ven 26 Juin 2015 - 15:19    Sujet du message: bipolarité, alcool et baclofène, addictions, tocs Répondre en citant

bonjour deroute

la dépendance aux drogues types extasy, solvant, amphétamines, les addictions sont analysées également sur le plan maladie et symptômes.
de façon général, les addictions sont souvent des symptômes de difficultés psychologies: mal être, fuite.
Que le produit soit licite ou pas est un autre débat. cela n'entre pas dans la définition des addictions
mais sur ce sujet, je lâche l'affaire.
Revenir en haut
sylvainlp
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2015
Messages: 27

MessagePosté le: Ven 26 Juin 2015 - 15:49    Sujet du message: bipolarité, alcool et baclofène, addictions, tocs Répondre en citant

Les tocs sont ils une addiction ?
Revenir en haut
lilychipie
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 30 Mai 2015
Messages: 95

MessagePosté le: Ven 26 Juin 2015 - 16:06    Sujet du message: bipolarité, alcool et baclofène, addictions, tocs Répondre en citant

oui Sylvain, je pense en tous cas..tout comme l'anorexie

moi j'étais toxico et c'est en soignant ma bipolarité que j'ai put résoudre mes problèmes de drogues

donc pour moi (directement ou indirectement), alcoolisme,tocs,drogues et anorexie sont de vraies maladies
Revenir en haut
sylvainlp
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2015
Messages: 27

MessagePosté le: Ven 26 Juin 2015 - 16:22    Sujet du message: bipolarité, alcool et baclofène, addictions, tocs Répondre en citant

Merci Lily,
C'est une addiction dont je me passerais bien.
Vérifier une dizaine de fois si tout est bien éteint, fermé, etc, c'est épuisant.
Si je prends de la sertraline c'est pour ça. Ca soulage un peu.
J'ai commencé à voir un psychothérapeute pour débuter une thérapie cognitive comportementale.
Il y a un lien avec mes désordres mentaux, c'est certain, mais je ne sais pas si il y a vraiment un lien direct avec ma bipolarité ?
Sylvain
Revenir en haut
Deroute
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 22 Sep 2011
Messages: 251

MessagePosté le: Ven 26 Juin 2015 - 17:26    Sujet du message: bipolarité, alcool et baclofène, addictions, tocs Répondre en citant

J'aime bien cet article sylvain, ça me paraît plus sincère que "ce qu'on médiatise"

Sylvain, te pose pas trop de question, déjà l'alcool c'est pas mal pour commencer, après tu verras, l'important, c'est que tu le fasses ;-)
Revenir en haut
sylvainlp
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2015
Messages: 27

MessagePosté le: Ven 26 Juin 2015 - 18:09    Sujet du message: bipolarité, alcool et baclofène, addictions, tocs Répondre en citant

C'est vrai que je me suis toujours pris trop la tête.
Est ce ma personnalité ou ma maladie.
Je fais avec.
Et avec l'âge je commence à prendre les choses avec philosophie.
Quant à l'alcoolisme, sa résolution, qui en en bonne voie grâce au baclofène, je veux dire par là.. les médicaments agissent mieux sans alcool.
Faut il guérir de l'alcoolisme pour mieux soigner la bipolarité ou l'inverse.
Tout est un ensemble et tout interagit.
Chaque être est unique et comme dit précédemment il n'y pas d'universalité dans les différents traitements.
La médecine a tort de soigner les différents éléments du corps individuellement.
Sylvain
Revenir en haut
lilychipie
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 30 Mai 2015
Messages: 95

MessagePosté le: Ven 26 Juin 2015 - 18:20    Sujet du message: bipolarité, alcool et baclofène, addictions, tocs Répondre en citant

l'alcool je sais pas mais perso j'ai stoppé les joints car un seul pétard me provoquait (quitte ou double) ou bien être ou crise d'angoisse
et de toutes façons ça me foutait en l'air mon traitement pour une petite semaine...
du coup j'ai dis "j'arrêtte les frais là"
(ça fait 2 ans et demi, on m'en a reproposer plusieurs fois depuis mais chaque fois j'ai un reflexe de survie: je dis "non merci" et j'me sauve)

ma psychiatre (spécialisée chez les toxs) m'a dit: "les pires drogues pour les bipolaires c'est le cannabis et la cocaïne"...bref, mes 2 plus grosses dépendances!!!!
Revenir en haut
Deroute
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 22 Sep 2011
Messages: 251

MessagePosté le: Ven 26 Juin 2015 - 19:09    Sujet du message: bipolarité, alcool et baclofène, addictions, tocs Répondre en citant

sylvainlp a écrit:
C'est vrai que je me suis toujours pris trop la tête.
Est ce ma personnalité ou ma maladie.
Je fais avec.
Et avec l'âge je commence à prendre les choses avec philosophie.
Quant à l'alcoolisme, sa résolution, qui en en bonne voie grâce au baclofène, je veux dire par là.. les médicaments agissent mieux sans alcool.
Faut il guérir de l'alcoolisme pour mieux soigner la bipolarité ou l'inverse.
Tout est un ensemble et tout interagit.
Chaque être est unique et comme dit précédemment il n'y pas d'universalité dans les différents traitements.
La médecine a tort de soigner les différents éléments du corps individuellement.
Sylvain

j'ai l'impression qu'il y a une histoire de coeur là dedans!?
Revenir en haut
lilychipie
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 30 Mai 2015
Messages: 95

MessagePosté le: Ven 26 Juin 2015 - 19:16    Sujet du message: bipolarité, alcool et baclofène, addictions, tocs Répondre en citant

Deroute, un tableau scientifique face à des sensations humaines...Jsuis pas sure...
Revenir en haut
sylvainlp
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2015
Messages: 27

MessagePosté le: Ven 26 Juin 2015 - 19:30    Sujet du message: bipolarité, alcool et baclofène, addictions, tocs Répondre en citant

Deroute a écrit:

j'ai l'impression qu'il y a une histoire de coeur là dedans!?


Tu es loin du compte.
J'ai vécu des aventures mais jamais de véritables histoires d'amour. Je suis étais trop instable.
Au contraire la solitude me pèse.
Revenir en haut
Sassandra
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2014
Messages: 488

MessagePosté le: Sam 27 Juin 2015 - 09:06    Sujet du message: bipolarité, alcool et baclofène, addictions, tocs Répondre en citant

[quote="lilychipie"]l'alcool je sais pas mais perso j'ai stoppé les joints car un seul pétard me provoquait (quitte ou double) ou bien être ou crise d'angoisse
et de toutes façons ça me foutait en l'air mon traitement pour une petite semaine...
du coup j'ai dis "j'arrêtte les frais là"
(ça fait 2 ans et demi, on m'en a reproposer plusieurs fois depuis mais chaque fois j'ai un reflexe de survie: je dis "non merci" et j'me sauve)

ma psychiatre (spécialisée chez les toxs) m'a dit: "les pires drogues pour les bipolaires c'est le cannabis et la cocaïne"...bref, mes 2 plus grosses dépendances!!!![/quote]


Bonjour :schtroumf: ...

Mon alcoolismes et ma toxicomanie (héroïne) - et de toute façon tout ce qui se gobe - je peux pas le changer
il n'y a qu'un seul remède pour moi : ne pas prendre le premier verre , sniff cachet etc

Bien sur comme tout un chacun j'ai bu ( c'est ma drogue de choix- celle que je préfère) - pour échapper
aux malaises , surement issus de la bipo , pour échapper à la vie et pour moi en tout cas c'était arrivé à un tel stade
que si j'avais du attendre les résultat d'une psychothérapie longue et chère pour stopper : je ne serais plus là.
j'étais bipo angoissée dans la m...multiplié par dix cause la prise de " toxique"
et quand je me réveillais je buvais pour éviter de voir en quoi mes dernières cuites
avaient déglingué encore plus la réalité...

maintenant je suis toujours bipé - mais je fais un peu plus ce qu'il faut pour me soigner
et accepter ma maladie ( pas le choix) - maintenant mes solutions sont dans
l'acceptation de ce qui est et que je ne peux changer
et dans le courage de changer ce que je peux changer et cela : je ne peux le faire que la tête claire...

Si je suis schtrak je vois pas comment je peux améliorer les choses.
Bien sur encore une fois - c'est juste mon expérience et ressenti
Revenir en haut
Sassandra
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2014
Messages: 488

MessagePosté le: Sam 27 Juin 2015 - 09:11    Sujet du message: bipolarité, alcool et baclofène, addictions, tocs Répondre en citant

désolé - le quote et le schtroumph - mauvaise manip?
Revenir en haut
sylvainlp
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2015
Messages: 27

MessagePosté le: Dim 28 Juin 2015 - 19:42    Sujet du message: bipolarité, alcool et baclofène, addictions, tocs Répondre en citant

Etre bipolaire, est-ce avoir deux personnalités ?
Revenir en haut
lilychipie
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 30 Mai 2015
Messages: 95

MessagePosté le: Dim 28 Juin 2015 - 21:31    Sujet du message: bipolarité, alcool et baclofène, addictions, tocs Répondre en citant

nan, enfin pas pour moi
être bipo c'est un trouble de l'humeur, pas de personnalité
du moins c'est comme ça que je le vois
Revenir en haut
Sassandra
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2014
Messages: 488

MessagePosté le: Lun 29 Juin 2015 - 01:07    Sujet du message: bipolarité, alcool et baclofène, addictions, tocs Répondre en citant

Bonsoir à vous : être bipolaire pour moi c'est avoir des phases up "hyper excitée, hyper active tout plutôt que rien"
sentiment de puissance , parfois achats compulsifs, parler à toute vitesse, comprendre à toute vitesse
s'énerver parce que l'on trouve les autres lents - s'énerver parcque avec le cerveau qui carbure à cent à l'heure
j'ai du mal à me concentrer sur une tâche,c'est des exemple comme tout ranger au cm près et en uns seconde
il y a un typhon qui est passé dans la maison...

Et puis ya la phase down : pouf plus rien - impossible de se laver , de cuisiner pour moi pas d'idée de suicides
mais comme une grosse baleine échouée - je fais tout au ralenti , je peux dormir deux mois d'affilée

Les traitements m'aident à ce que ces états soient moins fréquents - disons plutôt que de passer
tous les deux mois du up au down maintenant les espaces sont plus longues entre chaque périodes.
Qualité de vie améliorée..

Pour moi être bipolaire c'est être également hyper fragile dans mes relations
Une personne malsaine m'atteint très facilement
même si je sais qui elle est et même si j'ai beaucoup de forces en moi
ça peut précipiter des phases "down" : pour moi avancer comme un escargot
et n'être même plus capable de me laver.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 16:20    Sujet du message: bipolarité, alcool et baclofène, addictions, tocs

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le forum des bipotes Index du Forum ->
Questions / Réponses
-> Entraide et soutien...
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Wikipedia | Psychomedia | Troubles-bipolaires.com | camh.ca - Le trouble bipolaire : Guide d'information | Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com