Forum d'information, de psychoéducation et d'entraide pour les personnes avec un trouble bipolaire (maniaco-dépression).
Le forum des bipotes  Index du Forum FAQ Rechercher S’enregistrer Connexion

Doute et déroute
Aller à la page: 1, 2  >
 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le forum des bipotes Index du Forum ->
Questions / Réponses
-> Diagnostic.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Empanda90
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 29 Mar 2015
Messages: 43

MessagePosté le: Sam 11 Juil 2015 - 15:11    Sujet du message: Doute et déroute Répondre en citant

Bonjour à tous,

Je reviens vers vous car les questions qui tournent dans ma tete, sans réponse, sans solution, commencent à m'obnubiler...

J'ai été diagnostiquée bipolaire il y a 10 mois par mon psychiatre et je vois également une psychologue depuis maintenant 1 an. Mon traitement c'est 2 * téralithe LP400 le soir, 1 téralithe 250 le matin, 1 paroxétine 1 jour sur 2, et de l'alprazolam en cas de besoin. Ma lithiémie est dans la limite basse de la dose efficace mais je me pose beaucoup de questions....
En effet, je ne vois pas de différences avec ce traitement, j'ai des effets secondaires importants : tremblements, perte de cheveux, prise de poids et des sautes d'humeur toujours aussi importantes (je tiens un journal pour suivre mon humeur au jour le jour et vraiment, pas de différence...).

Mon problème c'est que je suis assaillie de questions qui tournent et tournent encore dans ma tete :

-> étant donné que le traitement ne fonctionne pas, que j'ai des effets secondaires, des nausées, des vertiges....A quoi cela sert que je le continue ? le lithium peut poser des problèmes aux reins, à la thyroide, aux neurones, comment continuer à prendre ce risque si les effets ne se font pas voir ? comment etre sure que je ne suis pas train de creuser mon propre trou ? Et si le traitement (le 3eme différent testé) ne marche pas , cela ne veut il pas dire que le médecin s'est trompé de diagnostic ? qu'il y a une autre explication ?

-> en parallèle, depuis que je suis traitée, je prend du poids à vu d'oeil (et pas uniquement depuis que je prend du lithium...), le problème c'est qu'avec le lithium, la prise de poids a été très très rapide, très visible...Si bien qu'aujourd'hui je ne supporte vraiment plus mon image dans le miroir. Quand ca n'était que quelques kg, je pouvais encore le gérer mais là, je sui à près de 15kg en plus en quelques semaines. Problème : j'ai eu une longue période avec des troubles alimentaires, que j'avais réussi à contrôler, mais qui revient avec la prise de kg...Je ne peux plus rien manger sans culpabiliser et en plus des troubles alimentaires, je pratiquais souvent l'automutilation, pratique arretée mais qui est également revenu....Je creuse mon propre trou à vitesse grand V et tous mes efforts passés sont anéantis par ce traitement. Je grossis, je culpabilise par rapport à la bouffe et culpabiliser par rapport à la bouffe me fait culpabiliser tout court et j'ai besoin d'évacuer cette culpabilité par l'automutilation...
Comment accepter de se soigner si c'est pour s'enfoncer un peu plus dans d'autres travers à cause des médocs ?

-> je me pose beaucoup de questions sur la maladie.... et si le traitement , inefficace, était la preuve que je n'étais pas malade.... si il fallait que j'arrete au plus vite car cela me faisait plus de mal que de bien.....si je prenais les mauvaises décisions...

Je suis perdue ! vous etes vous déjà posé toutes ces questions ? comment faire pour les faire taire ? comment faire pour ne pas se tromper ? ne pas prendre des décisions qui vous font plus de mal que de bien ? comment accepter de prendre des médicaments "toxiques" lorsque l'on doute mm du bien fondé du diagnostic ? si tu prends des anti grippaux pour soigner une gastro, forcément ca ne marche pas....

merci pour ceux qui prendront quelques minutes de leur temps pour lire mes élucubrations.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 11 Juil 2015 - 15:11    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
mepine
Bipote Diamant

Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2012
Messages: 3 840

MessagePosté le: Dim 12 Juil 2015 - 16:57    Sujet du message: Doute et déroute Répondre en citant

Salut,

Je doute que le fait que ton traitement ne fonctionne pas signifie que le diagnostic de trouble bipolaire soit erroné. En dehors des troubles alimentaires, souvent associés à la bipolarité, tu as dû connaître des épisodes de dépression et de manie pour que le diagnostic soit posé.

Mais il faut te dire également que ton diagnostic est assez récent: 10 mois, ce n'est pas très long - même si cela peut te paraître une éternité si tu ne ressens pas de mieux.

Tu dis avoir essayé 3 traitements. Lesquels? Depuis combien de temps prends-tu du lithium? Il me semble que ce médicament met du temps à agir, alors peut-être ne fait-il pas encore effet... Mais il en existe d'autres, donc il faudra peut-être encore en ajouter ou en changer avant que cela agisse.

Par contre, il faudrait que tu informes ton psychiatre de ton mal-être actuel, tu ne peux pas rester dans cette situation. Prendre du poids alors que l'alimentation est déjà un souci porte un grand coup au moral.

Courage!
Revenir en haut
Empanda90
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 29 Mar 2015
Messages: 43

MessagePosté le: Dim 12 Juil 2015 - 19:04    Sujet du message: Doute et déroute Répondre en citant

Merci Mépine pour ta réponse.
En fait, cela fait 10mois que mon psychiatre m a mise sous traitement ms mon médecin généraliste avait déjà évoqué ce diagnostic il y a 8ans mais j avais refusé de l entendre...
J ai essayé de me prendre en main, bien aidée par ma psychologue. Donc depuis 10mois, j'ai testé xeroquel, depakote et téralithe depuis 3mois... Mais vraiment j'en peux pu de ce traitement, de ces traitements... Rien ne marche...
Certes j'ai eu de grosses dépressions, avec TS et à côté de ça, des périodes meilleures, pleines d'énergie, un peu trop ? Ou les gens me demandaient, sur le ton de la rigolade, à quoi je me droguais ... C'est vrai que je dépenses un peu de argent, que je suis un peu exubérante,que je conduis un peu vite ... Mais est ce vraiment grave ?? Est ce vraiment le signe d'une bipolarité ?n'est ce pas juste mon caractère...
Ma peur c'est est ce que je ne suis pas en train de me tuer à petit feu à prendre des médocs qui vont tuer la personne que je suis... Par exemple, si quelqu'un de non cardiaque prend des médocs pour son coeur, c'est pas bon ! Si qqn de non bipolaire prend des médocs pour la bipolarité, c'est dangereux aussi bon ??
Revenir en haut
mepine
Bipote Diamant

Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2012
Messages: 3 840

MessagePosté le: Mar 14 Juil 2015 - 13:45    Sujet du message: Doute et déroute Répondre en citant

Salut,

Je pense que ton raisonnement peut s'avérer dangereux s'il conduit au déni de la maladie.
D'après toi, les médicaments sont toxiques. Bien sûr qu'ils peuvent avoir des effets secondaires négatifs. Mais à mon avis le trouble bipolaire non traité est bien plus dangereux. Il nous ronge de l'intérieur. Il peut conduire au suicide: tu dis toi-même avoir fait des ts.
Il faut du temps pour trouver le bon médicament et le bon dosage. Mais lorsqu'on le trouve et que l'on est plus stable, on se rend compte que non, les périodes pleines d'énergie durant lesquelles on n'a plus de limites n'étaient pas normales et que oui, c'est grave.... et que sans doute ça pourrait l'être plus. Je ne suis pas sûre personnellement d'être capable de me remettre à nouveau d'une prochaine dépression mélancolique, alors je me bats pour ne plus en connaître.

A bientôt,
Revenir en haut
modjo
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 15 Juin 2015
Messages: 63

MessagePosté le: Mar 14 Juil 2015 - 13:52    Sujet du message: Doute et déroute Répondre en citant

salut empanda,
est ce que tu as lu des livres sur le sujet?
Revenir en haut
Empanda90
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 29 Mar 2015
Messages: 43

MessagePosté le: Mar 14 Juil 2015 - 14:36    Sujet du message: Doute et déroute Répondre en citant

Merci beaucoup Mépine de prendre le temps de me répondre.
C'est vrai que je me pose beaucoup de questions, et comme je suis en roue libre, sans traitement adapté, je pars peut être en vrille dans mon schéma de pensée mais je ne peux faire taire cette petite voix qui me dit:"c'est peut être pas ça "...
Aujourd hui de nombreux psychiatres font ce diagnostic à tour de bras, c'est devenu un terme très galvaudé... Et je n'ai personne. Je gère ça toute seule, ni ma famille ni mes amis ne sont au courant... Alors personne à part moi ne peut prendre soin de moi... Je suis terrifiée à l idée de partir sur le mauvais chemin...

Et oui modjo, j'ai lu beaucoup de choses sur les troubles bipolaires... Pourquoi cette question ?

Merci à vous deux d'essayer de répondre à mes questions témoignant du flou artistique dans lequel je me trouve actuellement.
Merci...
Revenir en haut
fontaine
Bipote Diamant

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2008
Messages: 2 386

MessagePosté le: Mer 15 Juil 2015 - 09:29    Sujet du message: Doute et déroute Répondre en citant

bonjour Empanda90
personne n'est obligée de se soigner, si tu trouves ton ordonnance plus nocive qu'utile tu peux laisser tomber.
Mepine a raison, le diagnostic d'une maladie et l'ordonnance sont deux choses différentes.
on peut accepter le diagnostic ou douter.
l'essentiel? savoir décoder ses conduites à risque, pour soit et pour autrui. Je crois que seule l'expérience, l'attention que l'on porte à ses réactions, donne des clés sur sa santé.
bonne journée!
Revenir en haut
tonia
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2015
Messages: 24

MessagePosté le: Ven 17 Juil 2015 - 22:43    Sujet du message: Doute et déroute Répondre en citant

Bonjour Empanda90
juste pour te dire : tu as trouvé ce forum, tu n'es donc plus seule...
ici tu peux parler, il y a des gens qui t'écoutent, même si tout ça est par écrit...
et je crois qu'à ta place je prendrais un rendez-vous en urgence avec mon psychiatre, pour lui expliquer tout ce qui t'arrive avec ces traitements, les effets secondaires vraiment gênants, les effets attendus qui se font attendre, et les questions qui te taraudent... c'est son métier, de faire très attention à tout ça, et à ses patients bien sûr...
Tu as la chance (oui je pense que c'en est une) qu'un professionnel ait posé un diagnostic : tu peux le mettre en doute, mais au moins tu as une piste : tu peux poser toutes les questions qui te passent par la tête, te renseigner, essayer de réfléchir... essaies quand même de ne pas te faire exploser le cerveau non plus, et pense à te reposer les neurones aussi...
Très bonne soirée, et douce nuit...
Tonia
Revenir en haut
jb53
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 05 Aoû 2015
Messages: 45

MessagePosté le: Mar 18 Aoû 2015 - 16:16    Sujet du message: Doute et déroute Répondre en citant

Bonjour Empanda90, mon psychiatre m'a diagnostiqué il y a prés de 10 ans. J'ai écouté sans refus, sans véritable acceptation non plus. J'ai arrêté le traitement souvent. J'ai rechuté en dépression à chaque fois. J'ai seulement admis, compris, ressentis, réalisé ce que bipolaire veut dire, surtout pour mon cas. Car le lire, c'est bien, l'entendre c'est important, mais ressentir au fond se soit que je suis en période maniaque quand je fais ceci ou cela, c'est autre chose. Et là, je deviens mon psy, je me contrôle. Mais pour cela, j'ai besoin de l'encadrement professionnel de mon généraliste, de mon psychologue et bien sur de mon psychiatre. C'est incontournable. Tout peut arriver, même pour les gens qui n'en souffre pas. Alors ! Vive la vie. Bon courage.
Revenir en haut
Béryle
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 21 Déc 2007
Messages: 766

MessagePosté le: Lun 24 Aoû 2015 - 07:40    Sujet du message: Doute et déroute Répondre en citant

Bonjour Empanda90,
Accroche-toi ! Ton traitement n'est (peut-être) pas le bon mais cela ne veut pas dire que tu n'es pas malade.
Pourquoi ne pas consulter un autre psychiatre ou un centre expert ?
Si cela peut t'y engager et pour te faire part de mon propre témoignage, je ne fixe pas le lithium, j'avais du théralite à dose maximale sans obtenir aucun résultat, mon psychiatre spécialiste de la bipolarité n'a pas baissé les bras et moi non plus, on a tâtonné pendant des mois mais on a fini par le trouver ce traitement médicamenteux quotidien lourd certes, mais qui me permet de travailler à plein temps, d'avoir une vie maritale, maternelle, familiale et amicale.
Je te souhaite bon courage.
Bien cordialement,
Revenir en haut
Empanda90
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 29 Mar 2015
Messages: 43

MessagePosté le: Dim 6 Sep 2015 - 15:50    Sujet du message: Doute et déroute Répondre en citant

Bonjour à tous, et merci pour vos réponses.

Excusez moi pour la réponse tardive mais j'ai eu de nombreux imprévus comprenant, entre autre, une intoxication au lithium à cause de la chaleur durant mes vacances, loin de mon psychiatre donc....J'ai du diminuer de moi meme mon traitement (dans les regles, c'est à dire petit à petit) et ce, sans l'accord du médecin sur le moment mais avec son approbation une fois de retour. Les symptomes étaient vraiment grave et il m'a dit que j'avais bien fait.

Par contre, depuis, alors que j'étais en up depuis début juin, j'ai bien l'impression que je sombre petit à petit. Je viens de me sevrer complètement au lithium et ai de l'abilify à la place mais je ne vois pas de changements....

Pourquoi est ce aussi compliqué ? J'ai pourtant l'impression de faire des efforts : suivi thérapeutique régulier et je m'entends très bien avec ma psychologue, je ne cache rien à mon psychiatre, je prends mon traitement, je me remets doucement au sport, j'ai un rythme de vie régulier, un boulot qui m'apporte une stabilité et viens, pendant ma phase up, d'acquérir une maison (mais c'est un beau projet qu'une première acquisition).... et malgré tout cela, dans ma tete, ca ne va pas...toujours ces montagnes russes, ces hauts très hauts, de plus en plus même pour moi qui ne fais "que" des hypomanies, on me dit carrément maintenant au travail : "c'est pas possible, pour etre aussi folle que toi, aussi exubérante, aussi à fond, tu dois forcément etre bipolaire"....mes collègues sont bienveillants avec moi, c'est pas dit méchamment mais, si je n'arrive mm plus à cacher ca à mes collègues, qu'est ce que je vais devenir par la suite....

Depuis un peu moins d'un an que je suis diagnostiquée, j'ai eu droit en thymo à du xeroquel, du dépakote, du lithium et maintenant de l'abilify .... à coté, j'ai eu de l'alprazolam, de la paroxétine, du cymbalta, du tercian et rien pour arreter ces montagnes russes....

Les hauts, je gère mais les bas et les pensées morbides....J'ai peur qu'elles viennent un jour à bout de mes espoirs .... à bout de ma vie tout simplement....

Avez vous autant galérer que ca ? plus peut etre ? comment avez vous gérer ? 1 an d'essais et je n'en peux plus....

C'est désespérant, frustrant....Je veux trouver des solutions mais je suis fatiguée psychologiquement.... je ne sais plus quoi faire.... Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad

Merci encore pour vos réponses précédentes....
Revenir en haut
mepine
Bipote Diamant

Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2012
Messages: 3 840

MessagePosté le: Mar 8 Sep 2015 - 01:58    Sujet du message: Doute et déroute Répondre en citant

Salut Empanda90,

Oui c'est long. J'ai mis 1 an et demi à me remettre d'une dépression mélancolique. J'ai eu 2 traitements avec des effets secondaires catastrophiques avant d'avoir le bon. Encore que longtemps j'ai pensé que le xeroquel ne me conviendrait pas, j'étais tellement fatiguée en le prenant. Mais mon psy a insisté pour que je le poursuive, et avec une diminution du dosage, j'ai pu reprendre mon travail. Depuis, je suis stable, mais j'ai à nouveau connu deux rechutes cette année, une dépressive, assez sévère, résolue avec un ajout d'AD. Puis dernièrement une montée en up, qui a duré environ 15 jours, que j'ai trouvée assez puissante, mais que j'ai pu contrôler et calmer. Maintenant ça va mieux.

Ce que j'en conclus, c'est qu'il faut accepter de devoir se battre en permanence, juger de son état, trouver des solutions médicamenteuses, qui peuvent ensuite poser problème, puisque par exemple, mon up n'aurait peut-être pas été aussi haut si je n'avais pas pris d'AD quand j'allais mal... Alors je me dis que la prochaine fois, si je dois en prendre, je l'arrêterai plus tôt. Mais toutes ces expériences me permettent de savoir mieux comment me comporter en cas de crise. Bref, le chemin est long, mais d'expériences en expériences, avec la volonté de comprendre cette maladie - si on est vraiment à même de la comprendre, toutes les maladies psy restent encore assez mystérieuse pour le corps médical - on peut vivre avec.

Manifestement tu n'as pas encore trouvé le thymo qui te convient, quand ce sera le cas, ta vie deviendra progressivement plus linéaire.

Tu parles de tes collègues. Mais si elles sont sympas, et ouvertes d'esprit, ne pourrais-tu pas leur dire qu'effectivement tu souffres de trouble bipolaire? Peut-être pourrais-tu compter sur elles pour t'aider lorsque tu as du mal à gérer. Personnellement, je l'ai avoué à une collègue qui est aussi mon amie. Durant la prérentrée, au lycée dans lequel je suis prof, j'étais en up, alors je lui ai demandé de jeter un coup d’œil sur moi de temps en temps. Cela m'a rassurée, et fait plaisir qu'elle me dise que ça ne se voyait pas.

A bientôt,
Revenir en haut
Empanda90
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 29 Mar 2015
Messages: 43

MessagePosté le: Jeu 10 Sep 2015 - 20:56    Sujet du message: Doute et déroute Répondre en citant

Merci Mépine de prendre à chaque fois le temps de répondre à mes interrogations ! c est vraiment réconfortant quand on sait que je n'ai personne, hormis ma meilleure amie habitant à l'autre bout de la France, qui soit au courant et qui puisse m'aider à gérer tout ca...

Mes collègues, je teste encore...deux sont au courant que j'ai un probleme de santé mais sans en savoir le type. C'est déjà ca car ca me permet de me délester un peu quand ca va pas...comme en ce moment par exemple...

et c'est pas sympa à dire mais, je suis "contente" de voir que je ne suis pas la seule à galérer... merci de me parler de ton expérience ! au bout de 4 thymo testés, les bras sont bien balant et le découragement est fort... plus que le traitement qui change, je me demande même s'il ne faudrait pas que je change de psychiatre tout simplement.... mais ne sachant pas les démarches et ayant peur d'aggraver encore les choses, je n'ose pas bouger. As tu garder toujours le mm psychiatre ? si non, comment as tu fait pour en changer ? le dossier médical est il transmis ? le nouveau psy prend il en compte le vécu précédent ou peut il tenter de nouveau des thymo déjà testés...? tout ca me fait peur.

On sait ce qu'on quitte, on sait jamais ce qu'on trouve. Si c'est quitter mon psy pour tomber sur un pire, je ne m'en releverai pas....

je me sens à bout et ai l'impression de verser mes dernières forces dans la bataille, si les résultats ne sont pas là, je me fais peur pour la suite.... rester toute seule dans sa vie, à faire souffrir son entourage bien souvent sans qu'ils comprennent pourquoi (étant donné que seule ma meilleur amie est courant), c'est tellement frustrant qu'on en vient à se demander le but de notre existence...

Merci encore Mépine !
Revenir en haut
Empanda90
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 29 Mar 2015
Messages: 43

MessagePosté le: Dim 27 Sep 2015 - 20:24    Sujet du message: Doute et déroute Répondre en citant

Bonjour à tous,

Le doute et la déroute sont toujours d'actualités. J'ai décidé de prendre mon courage à deux mains et demander un second avis médical, avec l'aval de ma psychologue.

Est ce ca ou autre chose, je ne sais pas....après une période fast en rebondissement, achat maison, achat voiture, reprise du sport, alimentation équilibrée voila que tout redérape à nouveau et a chaque fois encore plus bas que les autres fois....
les angoisses sont énormes mais je ne me sens pas écoutée par mon psychiatre alors je prends anxiolytique sur anxio pour me calmer mais à des quantités qui sortent de plus en plus de mon controle....accoutumance ou non, j'en viens à prendre 6 à 10 d'un coup pour tout oublier le plus rapidement possible.....

Je voudrais tellement que tout s'arrete....je voudrais tellement en finir avec tout ca, le désespoir est tellement grand que tout est une montagne infranchissable dorénavant....

Mon plus gros problème je pense, c'est que j'ai honte, honte de la personne que je suis, honte de la personne que je suis devenue....le terme haïr n'est mm pas assez fort pour exprimer ce que je ressens à mon égard. Je suis las de tout ca et lorsqu'on ne s'aime pas, lorsqu'on est seul, sans vie sociale, pour qui vit on ?

Je me déteste au plus profond de ma chair, du plus profond de coeur et de mon esprit.... c'est tellement dur tout ca....

Et rien qu'écrire toutes ses lamentations, à faire c**** les gens avec mes histoires pourries me donne envie de me taper la tete contre les murs, au sens propre comme au figuré...

Je voudrais juste en finir..... pourquoi la vie est aussi injuste ? prendre des jeunes personnes, bonnes, aimant la vie alors que moi je ne mérite pas d'etre sur cette satané terre.... je ne mérite pas de vivre....

excusez moi pour ce mot.

PS: ne perdez pas votre temps ni votre énergie à répondre, je ne sais mm pas pourquoi j'écris. Et d'autres personnes méritent beaucoup plus vos mots que moi.

Passez une bonne soirée les bipotes, et merci à ceux qui un jour m'ont aidé !
Revenir en haut
Sassandra
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2014
Messages: 488

MessagePosté le: Lun 28 Sep 2015 - 08:48    Sujet du message: Doute et déroute Répondre en citant

Bonjour Empanda

Ton désespoir fait mal au coeur
Je me sens un peu démunie devant ton ressenti car si j'ai vécu ce que tu racontes il y a 22 ans
pour ma part ces côtés extrêmes de la bipolarité se se calmés quand j'ai arrêté la drogue et l'alcool

Dans le temps quand je vivais ça ( le diagnostique n'avait pas été posé) je me faisais hospitaliser.

ça me permettait de souffler , d'avoir l'écoute des soignants de ne pas être engluées
devant la masse de "choses à faire", d'avoir un temps pour moi et que pour moi...

Les groupes de paroles m'ont beaucoup aidée
je pouvais parler de mes ressentis à des personnes qui vivaient ou avaient vécu ce que je ressentais
et écouter leurs conseils en prenant ce qui semblait adapté à mon vécu et en laissant le reste.

Je t'embrasse très fort - Prends soin de toi
Revenir en haut
Brouillon
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2011
Messages: 539

MessagePosté le: Lun 28 Sep 2015 - 09:16    Sujet du message: Doute et déroute Répondre en citant

Je suis contente que Sassandra t'ai répondu, tu mérites que l'on te réponde même si tu n'y crois pas tu es bien méritante de faire face à une telle tempête. Comme Sassandra, quand rien ne va plus, je me fais hospitaliser, cela me fait une parenthèse durant laquelle je suis protégée de moi même et je suis tant préoccupée à m'adapter à cet environnement que mes ruminations ralentissent, j'y reprends du poil de la bête ... Bien sûr, une hospitalisation n'est pas une cinécure, mais parfois cela vaut mieux que de rester seule dans son coin ... J'en parle à ma psychologue et à ma psychiatre et me laisse conseiller par elles, elles sont mon garde fou ... Parles en à tes soignants, tu ne peux pas rester comme ça, c'est trop dangereux.
Plein d'ondes positives pour toi
Revenir en haut
laelie
Bipote Diamant

Hors ligne

Inscrit le: 01 Sep 2013
Messages: 1 909

MessagePosté le: Lun 28 Sep 2015 - 10:20    Sujet du message: Doute et déroute Répondre en citant

Bonjour Empanda,

Je pense que tu fais bien de demander un 2eme avis si tu ne te sens pas écoutée par ton psychiatre actuel. La relation de confiance est primordiale pour bâtir une alliance thérapeutique solide et constructive. Et ne t'inquiète pas, il prendra forcément en compte ton historique de traitement, pense juste à préparer le détail de ton parcours avant la consultation.
Tu as déjà obtenu un rdv ?

Pour les anxiolytiques je sais par expérience qu'augmenter les doses ne résout rien... Le corps finit par s'habituer et ne réagit plus. C'est le traitement de fond (thymo) qui permet de gérer au mieux les angoisses, en gardant bien entendu la possibilité de prendre des anxiolytiques en cas d'attaque de panique ou lors de moments de vie stressants...

Je sais que c'est épuisant de tester les nouveaux traitements, avec souvent des effets secondaires pénibles... Mais il faut garder espoir, ton médecin finira par trouver celui qui te correspond et qui te stabilisera au mieux !

En attendant je suis d'accord avec les avis précédents, si l'angoisse et le désespoir deviennent trop envahissants une hospitalisation peut être bénéfique et te permettre de lâcher prise...

Je te souhaite beaucoup de courage, tu vas t'en sortir !
Revenir en haut
mepine
Bipote Diamant

Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2012
Messages: 3 840

MessagePosté le: Lun 28 Sep 2015 - 17:36    Sujet du message: Doute et déroute Répondre en citant

Coucou!

Un petit mot pour te dire que tu n'as pas à t'excuser d'écrire sur le forum, il existe justement pour aider ceux qui sont mal.

Essaie de tenir le coup, un jour après l'autre, un pas devant l'autre, car un jour ça ira mieux. Tu trouveras un bon psy, et un traitement efficace.

En attendant, si vraiment ça ne va pas, pense à l'hospitalisation, comme te l'ont conseillée les autres membres. Passe par les urgences s'il le faut.

Courage! Et donne nous vite de tes nouvelles!
Revenir en haut
Empanda90
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 29 Mar 2015
Messages: 43

MessagePosté le: Lun 28 Sep 2015 - 19:30    Sujet du message: Doute et déroute Répondre en citant

Sassandra, Brouillon, Laelie, Mepine.....

M-E-R-C-I.......
Revenir en haut
Sassandra
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2014
Messages: 488

MessagePosté le: Mar 29 Sep 2015 - 09:06    Sujet du message: Doute et déroute Répondre en citant

Revenir en haut
Empanda90
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 29 Mar 2015
Messages: 43

MessagePosté le: Mar 29 Sep 2015 - 13:58    Sujet du message: Doute et déroute Répondre en citant

Bonjour,

Voilà un peu de nouvelles... J'ai vu mon psychiatre ce matin qui ressort l artillerie lourde... Abilify augmenté à 15 mg, AD, et anxiolytique à des prises différentes... On va voir ce que cela donne, j'espère que l AD m'aidera à sortir de cette très mauvaise passe. Sans passer par l'hospitalisation, chose qui me terrifie au plus haut point...

Merci à tous pour votre soutien en tous les cas... Ça fait chaud au coeur surtout quand on est tout seul pour gérer cette saloperie de maladie...
Revenir en haut
Sassandra
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2014
Messages: 488

MessagePosté le: Mar 29 Sep 2015 - 14:32    Sujet du message: Doute et déroute Répondre en citant

Bonjour

il y a 25 ans j'ai été hospitalisée plusieurs fois à ma demande en service psy

C'était pour moi le moyen de :
poser les valises
trouver une écoute ( des soignants humains ça existe)
attendre que ça passe
me débarrasser momentanément du poids du quotidien et du regard des autres
rencontrer des personnes avec les mêmes pathologie (ça aide)
ou des pathologie plus lourdes que les miennes ( ça aide aussi)
J'aime essayer de comprendre la différence : je la trouve fascinante
ou j'ai compris que je n'étais pas la seule ni la plus malheureuse

C'est aussi un endroit ou j'ai découvert les groupes de parole
ou j'ai commencé à peindre et à écrire
ou j'avais du temps ( quand j'en avais la capacité - mais les soignants poussent à l'activité) - pour lire et réfléchir à ma vie
ou j'ai fait des tournois de ping pong
ou j'ai entrevu ce qu'était l'escalade
ou j'ai fait de la pate à sel
ou j'ai eu de vrais contacts humains

Et ou tout simplement je suis sorti mieux que lorsque je suis rentrée

Je t'embrasse - courage à toi
Revenir en haut
Empanda90
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 29 Mar 2015
Messages: 43

MessagePosté le: Mer 30 Sep 2015 - 20:01    Sujet du message: Doute et déroute Répondre en citant

Sassandra,

ta présentation est presque idyllique, malheureusement, je ne crois plus en grand chose, plus en la vie, plus en la stabilisation.... et tomber sur un bon hopital, je n'y crois pas non plus....

je vivrais tellement ca comme un échec que je ne pense pas pouvoir me relever d'une hospitalisation.

Une hospitalisation signifierait que je me suis laissée bouffer par cette maladie, qu'elle a gagné... et accepter ça.... très compliqué... Trop compliqué...

merci pour ton retour en tous les cas, merci de prendre de ton temps pour essayer de me remonter le moral. ca me touche... et ton témoignage donnera peut etre de l'espoir à d'autres...mon cas est irrécupérable j'en ai bien peur...
Revenir en haut
laelie
Bipote Diamant

Hors ligne

Inscrit le: 01 Sep 2013
Messages: 1 909

MessagePosté le: Mer 30 Sep 2015 - 20:16    Sujet du message: Doute et déroute Répondre en citant

Personne n'est irrécupérable ! Il faut "juste" trouver le bon traitement et le psychiatre/psychologue en qui tu auras confiance et qui te soutiendra dans ton évolution.

Pour ce qui est de l'hospitalisation, je comprends ton angoisse, j'étais moi aussi terrifiée avant me première entrée en clinique... Mais cela m'a permis de me poser et de faire tomber l'angoisse. Et surtout de mettre en place un traitement adapté. Il est beaucoup plus facile d'introduire un nouveau médicament en milieu hospitalier, cela permet une surveillance et une adaptation de la posologie plus rapide. Et c'est moins inquiétant d'avoir des effets secondaires en milieu médical que chez soi !

Je te souhaite beaucoup de courage, ne baisse pas les bras !
Revenir en haut
Empanda90
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 29 Mar 2015
Messages: 43

MessagePosté le: Mer 30 Sep 2015 - 20:26    Sujet du message: Doute et déroute Répondre en citant

2nd avis favorable sur l'hospitalisation de ta part Laelie.... mais c'est tellement dur pour de moi de m'imaginer en milieu hospitalier....pour cette maladie......

peut etre que la situation évoluera avec mon second avis médical. Psychiatre d'une clinique dans le pas de calais. RDV pris pour le 3 novembre.

En fait, c'est bete mais ma plus grosse crainte est par rapport à mon boulot. J'ai tout fait pour que cette maladie n'entrave pas cette partie de ma vie, je suis tellement dans la retenue et le controle au boulot (meme si ca ne marche pas toujours) que je le paye encore plus une fois rentrée chez moi. Mais mon boulot est la chose que j'ai réalisée dont je suis la plus fière.
Je ne veux pas que ma situation professionnelle change, je ne veux pas que cela se sache....Et un certificat d'hospitalisation dans une clinique / hopital psychiatrique....Si je présente ca aux RH, en 10 min ca aura fait le tour de l'entreprise et tout ce que j'aurai bati s'écroulera....Je ne veux pas que cela arrive.... mon boulot, c'est tout ce que j'ai pour le moment...

je ne vois pas de solutions....
Revenir en haut
laelie
Bipote Diamant

Hors ligne

Inscrit le: 01 Sep 2013
Messages: 1 909

MessagePosté le: Mer 30 Sep 2015 - 20:53    Sujet du message: Doute et déroute Répondre en citant

J'étais exactement comme toi pour le travail, c'était un domaine bien cloisonné où la maladie n'avait pas la moindre place, et je déployais des trésors d'énergie pour contrôler tout ça... Et puis la dépression a pris le dessus et j'ai dû m'arrêter. J'étais persuadée que j'allais tout perdre, mes patients, ma réputation, mes collègues...
Et puis finalement rien de tout ça n'est arrivé, les gens ont été très compréhensifs, et surtout j'ai réalisé que c'était impossible de fonctionner comme ça, en cloisonnant des parties de sa vie. Oui je mets la maladie de côté quand je vais travailler, mais ce n'est plus "vital" de tout contrôler. Je reprends progressivement, et j'essaie de trouver un équilibre au lieu de fonctionner en tout ou rien.

Quant au certificat, je sais qu'il est parfois possible d'obtenir des arrêts sans qu'il soit précisé qu'il s'agit de psychiatrie...

L'essentiel c'est de prendre soin de toi ! J'espère que le rdv de novembre t'apportera des pistes et du réconfort.
Revenir en haut
Empanda90
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 29 Mar 2015
Messages: 43

MessagePosté le: Sam 3 Oct 2015 - 12:56    Sujet du message: Doute et déroute Répondre en citant

Bonjour Laelie, merci encore pour cette nouvelle réponse.

Je ne peux m'empecher de remarquer que tu écris "J'étais persuadée que j'allais tout perdre, mes patients, ma réputation, mes collègues..." j'en conclus donc que tu bosses dans le milieu médical....Peut etre que l'ouverture d'esprit des gens que tu cotoyes au travail est bonne. Moi, sans dénigrer le monde dans lequel je bosse, je ne crois pas... l'industrie, l'industrie dans le monde des pêcheurs qui plus est, c'est pas top au niveau "ouverture d'esprit".... même si ca ne reste que des préjugés, et que tout le monde n'est pas comme ca, j'ai pu me rendre compte de cela lorsque j'ai appris qu'un collègue était bipolaire....

Cela s'est su à demi mot dans la boite et je peux vous dire que les remarques et conclusions à son égard ont été vite tirées.... aujourd'hui on ne cherche qu'une chose : le virer; et lorsqu'il a accepté son reclassement après un long arret et une inaptitude à son post, tout le monde en était dégouté et espérait qu'il refuserait....

mon travail, je m'y suis investie...je n'ai pas de vie social, je n'ai pas d'amis, ma famille n'est pas au courant de la situation....mon boulot est tout ce que j'ai et tout ce que j'ai construit de bien ces dernières années. Sans cette activité, je ne serais certainement plus là pour vous parler alors risquer de le perdre.... c'est bien trop dur....

peut etre que l'hospitalisation est la seule solution pour que j'aille mieux, pour que j'avance enfin, pour que je trouve le bon traitement qui me stabilise.... mais perdre mon boulot me tuerait.... c'est pour ca que je suis complètement perdue...

mon boulot est tout ce que j'ai
l'hospitalisation est la seule solution
mais l'hospitalisation me ferait perdre mon boulot
résultat = équation insolvable....

je me rends compte que, comme tu le dis laelie, c'est un fonctionnement en tout noir/tout blanc mais lorsque l'on écoute la loi du tout ou rien depuis toujours, bien compliqué de ne plus le faire...
Revenir en haut
laelie
Bipote Diamant

Hors ligne

Inscrit le: 01 Sep 2013
Messages: 1 909

MessagePosté le: Sam 3 Oct 2015 - 14:12    Sujet du message: Doute et déroute Répondre en citant

Bonjour Empanda,

Je travaille effectivement dans le milieu paramédical. Mes patients ne connaissent pas la cause de mon arrêt (certains m'ont fait comprendre à demi-mot qu'ils avaient compris que c'était un cancer..!). Peut-être que s'ils connaissaient la vraie raison certains auraient pris peur...

Ta situation est compliquée, mais tu peux peut-être voir avec ton médecin s'il est possible d'envisager une hospitalisation sans que la raison soit inscrite sur les documents que tu remettras à ton entreprise ?
L'augmentation de l'abilify n'améliore pas ton état ?

Je pense également que le fait que toute ta vie soit focalisée autour du travail n'aide pas à ta stabilisation. Il est essentiel de parvenir à trouver des moments de détente, où l'on peut se faire plaisir et prendre soin de soi.
Je sais que c'est très compliqué en période de dépression, mais quand tu iras mieux tu pourrais peut-être essayer de trouver une activité qui te corresponde ?
En attendant, essaye de profiter du soleil automnal, regarde un bon film, écoute de la musique... Tout ce qui peut te changer les idées !

Bon courage !
Revenir en haut
Empanda90
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 29 Mar 2015
Messages: 43

MessagePosté le: Sam 3 Oct 2015 - 15:29    Sujet du message: Doute et déroute Répondre en citant

Je sais que me centrer uniquement sur mon boulot n'est pas forcément sain mais j'ai un mal fou à aller vers les gens... Non pas que je sois insociable mais j'ai honte de la personne que je suis et n ose pas aller vers le monde ...
J'ai des tas de projets... Enfin j'ai eu des tas de projets de club ou m'inscrire mais ne suis jms allée au bout de ma démarche, comme une c**... Comme tout ce que j'entreprends en fait....

Pour l'hospitalisation, je me renseignerai le 3 novembre si tant est que la psychiatre que je vais voir soit bien et qu elle me convienne mieux...je croise les doigts....

Pour l'abilify, le problème c'est que dans ma thérapie avec ma psychologue, on est en train d'aborder des choses vraiment vraiment compliquées et que ça n arrange rien.

C'est comme si j'étais dans des sables mouvants... En bien mauvaise posture, mais que la moindre action que j'entreprenne ne me fasse sombrer encore un peu plus.........
Revenir en haut
Sassandra
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2014
Messages: 488

MessagePosté le: Sam 3 Oct 2015 - 19:23    Sujet du message: Doute et déroute Répondre en citant

Bonsoir à toi....

Je crois que je vis mieux depuis que j'ai accepté et admis au plus profond de moi
que j'étais impuissante devant ma maladie , que je le veuille ou pas
que je l'accepte ou pas : je suis bipolaire et la maladie
est plus puissante que ma volonté

J'utilise souvent pour illustrer cela l'image de deux taureaux cornes contre cornes
il ne peut y avoir aucune fluidité de vie
pour ma part chaque fois que je suis montée dans le ring en voulant me persuader
que j'allais vaincre la maladie j'ai pris ma raclée

je crois que le fait d'avoir honte de sa maladie
de se dévaloriser est un des symptômes de cette maladie
le perfectionnisme à outrance en étant le pendant..

En allant sur le net rapidement
car je m'étonnais de la perte du secret médical
j'ai lu qu'il y avait trois volets arrêt maladie
et que celui remis à l'employeur ne doit pas mentionner la maladie en elle même (?????)

A toi d'en parler à ton médecin rapidement
- perso si ce que tu décris m'arrivais
je ne laisserai pas traîner les choses :
je ne peux pas contrôler ma maladie
et elle peut prendre des formes graves...

Courage à toi
Revenir en haut
Empanda90
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 29 Mar 2015
Messages: 43

MessagePosté le: Sam 3 Oct 2015 - 19:36    Sujet du message: Doute et déroute Répondre en citant

bonsoir Sassandra,

il est vrai que j'ai du mal à accepter la maladie mais pour autant, je prends mon traitement, je vais à mes RDV, j'essaie de trouver des solutions.... l'admission de cette maladie pour ma part n'est pas très loin...Et le second avis médical que je demande est justement là pour cela.

pour le secret professionnel, tu as raison, les certificats ne mentionnent pas la maladie mais par contre, ils indiquent le nom du médecin...... et sa spécialité.... et c'est en connaissant juste ces éléments là que tout a été monté en épingle pour mon collègue....

Et mon médecin...je ne peux pas en parler avec lui. Nous avions déjà évoqué le sujet, il ne m'avait pas apporté de solutions. J'ai d'ailleurs été surprise quand Laelie a mentionné le fait d'avoir des certificats sans mention de psychiatrie...

aujourd'hui, j'ai juste envie de crever mais je m'accroche à ce second avis médical dans un mois pour espérer retrouver du courage et une lueur d'espoir que je n'ai plus....

je suis complètement perdue face au diagnostic. il y a un an, il a été posé en 10 min au premier RDV avec mon psychiatre, c'est peut etre cela qui me laisse sceptique. Je ne devrais certainement pas puisque un an après, mon psychiatre, ma psychologue pensent toujours la même chose : je le serais....enfin je le suis.

tout cela serait tellement plus simple si un examen sanguin existait : "vous etes bipolaire" et hop, on en parle plus et on se bat.

c'est tellement dur.....
Revenir en haut
emma16
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2012
Messages: 517

MessagePosté le: Sam 3 Oct 2015 - 20:11    Sujet du message: Doute et déroute Répondre en citant

Bonsoir empanda90,
Ta détresse me fait tellement écho, je me suis tellement battue pour faire bonne figure, au travail surtout, que j'ai tout perdu. C'est comme ça que je le vois aujourd'hui, tout perdu pour vivre, revivre. C'est difficile, très difficile. J'ai été hospitalisée il y a deux ans en urgence, amenée par une collègue !!! a l'hôpital psychiatrique. J'ai alors essayé de retrouver mes marques, le sens de ma vie, mais je n'y parviens pas.
Comme le disent laelie et sassandra, il faut prendre de temps pour soi, en dehors du travail et même de la famille rien que pour soi. Le sport m'a beaucoup aidé car il n'y a pas d'enjeu particulier, je me suis aussi mise à la poterie mais j'ai arrêté j'étais trop nulle. Et au violoncelle, là je tiens bon.
Pour en revenir à l'acceptation de la maladie, je trouve que c'est capital pour essayer de reconstruire une image de soi potable, à moins que ce ne soit le contraire. je suis encore perdue... Qui suis-je? Je n'en sais plus rien, je suis allee beaucoup trop loin. Alors pour la cuonfiance en soi, c'est impossible. Je commence à entrevoir le fait que je suis la seule à pouvoir me sortir de là et ça me donne le vertige. Je ne vais jamais y arriver.
Accepte de poser tes valises, de prendre soin de toi pour pouvoir revivre à nouveau. L'hospitalisation est une parenthèse ou l'on peut se reposer, comprendre certains aspects de la maladie grâce aux soignants et aux ateliers.
J'espère que tu auras confiance en ta nouvelle psychiatre et que tu arriveras à prendre une décision qui te permette de retrouver le courage de te battre. Enfin moi j'ai l'impression qu'il faut tout le temps se battre...ce n'est peut être pas la bonne vision des choses.
Emma
Revenir en haut
Empanda90
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 29 Mar 2015
Messages: 43

MessagePosté le: Dim 4 Oct 2015 - 18:25    Sujet du message: Doute et déroute Répondre en citant

merci pour toutes vos réponses !

Merci Emma...

Je vois au travers tes mots que tu traverses pour ainsi dire les même maux que moi, à cela près que l'hospitalisation a été une parenthèse dans ta vie, qui, comme les autres, t'a permis de te ressourcer. Mais encore une fois, tes mots m'interpellent.... j'ai du mal à comprendre comment l'hospitalisation peut etre aussi bénéfique alors qu' accepter de se faire hospitaliser équivaut à accepter d'etre battue par la maladie et impuissante face à elle....

Je me retrouve dans tes paroles. Le fait de devoir se battre, se battre chaque jour, chaque matin, pour vivre, survivre, est étourdissant....monstrueux. La montagne est tellement haute qu'elle parait insurmontable et donne le vertige ; mais en parallèle, ce vide peut avoir quelquechose d'attirant, comme un aimant. Le vide fait peur mais pour ma part, j"espère qu'un jour son appel me permettra de mettre un terme à tout cela....

si je veux parler au figuré, voila ce que je ressens et j'ai bien l'impression que tu n'es pas loin de ressentir la meme chose... ou en tous cas, l'avoir ressenti un jour.

Merci emma de me raconter ton expérience, merci à tous de l'avoir fait pour m'aider....pour m'apporter votre expérience afin que je vois d'autres horizons....

Etant seule face à la maladie, c'est étrange de se sentir aussi proche de personnes que l'on ne connait pas, aussi compris par des personnes qui ne nous ont jamais rencontrées....

Alors vraiment, j'ai l'impression de le dire dans tous mes messages, mais merci beaucoup beaucoup de votre aide !!
Revenir en haut
Sassandra
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2014
Messages: 488

MessagePosté le: Lun 5 Oct 2015 - 07:34    Sujet du message: Doute et déroute Répondre en citant

Pour l'ordonnance - je me demande si tu ne pêux pas en parler à ton médecin généraliste
c'est à lui que après avoir parlé à une copine bipo j'ai évoqué le fait que peut être je l'étais
qu'il m'a prescrit du tegretol et que mon fonctionnement avec dépressions saisonnière c'est amélioré comme par magie...

Tu n'as rien à perdre à évoquer le problème devant lui en lui disant que tu préférerais une ordonnance d'un généraliste
pour les raisons évoquées ci- dessus
Pour l'instant peut être qu'il n'est pas trop présent pour ta bipolarité
tout simplement car il sait que tu es pris en charge par des spécialistes

Et puis actuellement les médecins sont tellement surbookés!!!!!

Evoque ce problème avec tes soignants et demande leur comment tu peux faire pour que le secret médical soit protégé

Il y a les médecins du travail également , une copine me dit qu'ils sont très à l'écoute
et qu'elle en a été surprise

je crois que ton médecin généraliste a le droit de te prescrire un arrêt de travail
et je suis sûre que c'est possible avec le médecin du travail...

J'insisterai bien sur cette notion de secret médical qui est la base de notre conception de la médecine
je trouve ça effarant dailleurs que tel que vous le décriviez ça ne semble pas respecté :
j'ai lu sur le net que c'est une directive de 99 (? °

Le pilote qui a envoyé craché son avion
avait eu plusieurs arrêts de travail
et donc sûrement que il avait trouvé un moyen pour que son problème psy ne soit pas mis en avant (???????)
Revenir en haut
Sassandra
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2014
Messages: 488

MessagePosté le: Lun 5 Oct 2015 - 07:49    Sujet du message: Doute et déroute Répondre en citant

http://www.*les liens vers un autre forum traitant du même sujet sont interdits par la charte*

https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/N286
Revenir en haut
Sassandra
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2014
Messages: 488

MessagePosté le: Lun 5 Oct 2015 - 07:51    Sujet du message: Doute et déroute Répondre en citant

http://www.66millionsdimpatients.org/questions-de-sante-dans-votre-quotidie…
Revenir en haut
emma16
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2012
Messages: 517

MessagePosté le: Lun 5 Oct 2015 - 08:48    Sujet du message: Doute et déroute Répondre en citant

Bonjour Sassandra, empanda90,
concernant le médecin du travail, il  ne peut pas faire d’arrêt de travail. Il est là pour préserver la santé de l'agent de par le fait du travail ou de toute altération d'une pathologie préexistence. C'est uniquement un travail de prévention, il n'a pas le droit de faire de soin.
Par ailleurs, il est le conseiller de l'employeur, dans le respect absolu du secret médical. S'ils accompagnent au mieux le salarié, ils peuvent être amenés exceptionnellement à se prononcer sur des inaptitudes au poste de travail, ce qui parfois peut être un véritable électrochoc ou un choc tout court.
Vous pouvez vous confier à votre médecin du travail pour qu'il vous aide à aménager votre poste de travail :temps partiel thérapeutique, travail à 80 % (payé 80%, en tout cas dans la fonction publique), possibilité de pauses supplémentaires, possibilité d'absence pour soin en ADL (dans la fonction publique ). Pour nos pathologies, je ne vois pas plus d'aménagements, et en plus c'est super stigmatisant.
Moi, je dois reprendre dans un mois, sur un poste super aménagé, avec des certificats de psy à l'appui !!! pas très discret. A temps partiel thérapeutique, sur un poste de cadre, ça fait tache, dans une équipe avec un tuteur, la honte. Empanda90, je crois que tu as raison de préserver ton travail de tout ce m..... De toute façon quand je suis en phase hypomaniaque, je dis à tout le monde que je suis bipolaire, donc mon cas est désespéré. En fait après réflexion, fait en sorte que ça ne se sache pas. Tu peux effectivement faire faire tes arrêts par ton généraliste, en parler avec ton médecin du travail, pour avoir une autre soupape, quelqu'un qui te comprenne au travail, c'est rassurant.

Bon courage.

Emma
Revenir en haut
ponyo
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 09 Sep 2015
Messages: 15

MessagePosté le: Lun 5 Oct 2015 - 10:23    Sujet du message: Doute et déroute Répondre en citant

Bonjour Empanda, j'ai lu attentivement tout ce que tu as écrit depuis qlqs mois. ça me touche beaucoup et puis ça ma fait de la peine car je pense que la solution n'est pas très loin. En effet, tu as l'air déterminé à te soigner donc tu devrais trouver un traitement. Or, je trouve qu'il n'y a pas eu beaucoup de suivi et de patience de la part des médecins. Si je prends mon exemple de bipolaire "ex" déprimée 24-24, j'ai commencé le lithium il y a 12 mois, comme ma psy me l'avait dit, ça m'a fait prendre 15 kilos en 4 mois et j'ai commencé à me sentir bien qu'au bout de 9mois. J'avais du Solian(anti-psychotique) pour les crises. Les traitements sont très longs mais ils finissent par marcher. Je me suis évidemment séparée des psy et médecins peu à l'écoute, j'ai choisi ceux qui sont compétents. Tout ça pour dire que tu es sur la bonne voie, il n'y a pas de raison pour que ça ne t'arrive pas à toi. Il faudra peut-être, comme le dit si bien Sassandra, que tu acceptes que cette drôle de maladie, il faut l'écouter et apprendre à l'apprivoiser car elle a tendance à être imprévisible. C'est d'ailleurs pour cela qu'il est efficace d'aller dans une chouette clinique où on nous cocoone, pour se reposer, accepter la bienveillance et prendre du recul. Je connais tellement l'état dans lequel tu es et à quel point il nous éloigne de la vie et de réflexions saines sur le monde. BREF, je suis harchis d'accord avec tout le monde, ce n'est donc pas original, je voulais juste témoigner de la nette amélioration dans la laquelle on se trouve quand le traitement fonctionne.
Enfin, concernant le poids, j'ai entamé les hostilités. En plus de sport et autres, je prends 2 algues appelées Spiruline et Chlorella qui apportent plein d'énergie (protéine, fer....) et qui coupent la FAIM.....n'est-ce pas merveilleux? Très cordialement
Revenir en haut
mepine
Bipote Diamant

Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2012
Messages: 3 840

MessagePosté le: Lun 5 Oct 2015 - 14:15    Sujet du message: Doute et déroute Répondre en citant

Salut,

Je ne comprends pas ta vision de l'hospitalisation. Quand tu prends des congés ou des vacances, tu ne démissionnes pas, tu fais un break pour te reposer. C'est pareil pour l'hospitalisation: tu fais un break pour être soignée en milieu protégé, pour que ton rétablissement soit plus rapide et pouvoir reprendre ta vie ensuite.

Mais il faut trouver un bon hôpital ou clinique, pour être bien entourée.

Bon courage, que tu choisisses cette option ou celle de poursuivre chez toi!
Revenir en haut
Empanda90
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 29 Mar 2015
Messages: 43

MessagePosté le: Lun 5 Oct 2015 - 20:15    Sujet du message: Doute et déroute Répondre en citant

Entre vos encouragements, vos conseils, votre bienveillance….que demander de plus de ce type de forum ….

Votre vision des choses et votre expérience est une mine d’or. L’option du médecin généraliste en secours pour l’arrêt « anonyme » est plutôt très bonne !! la médecin de travail, ce sera plus compliqué, les personnes qui vont la voir sont tout de suite stigmatisées dans mon monde du travail… je prefère la laisser en dehors de tout ça.
Sassandra, merci pour ces informations !! je vais m’y pencher de plus près quand mon cerveau voudra bien se concentrer sur plus de deux mots d’affilés.

Emma, je te souhaite bien du courage pour ta reprise dans un mois ; je pense que tu peux etre fiere de toi d’avoir trouver la force en toi de traverser tout ca !

Ponyo, merci vraiment pour tes encouragements qui me font très plaisir ! c’est vrai que derriere mon caractère un peu buté, je n’ai qu’une envie, trouver des solutions à tout cela, même si je sais que la route sera longue.

Et Mépine, par rapport à l’hospitalisation, j’ai plus peur que l’on me pousse vers la sortie si l’on découvre que j’ai une petite faiblesse. La dépression, les faiblesses psychiques, etc sont mal vues. Par contre, j’aime beaucoup ta vision des choses sur l’hospitalisation et vais m’appliquer à essayer de me faire rentrer cette idée dans mon esprit un peu étriqué : « faire un break pour être soigné c’est comme faire un break pour se reposer pendant les vacances… », tu as tout à fait raison ….. !
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:25    Sujet du message: Doute et déroute

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le forum des bipotes Index du Forum ->
Questions / Réponses
-> Diagnostic.
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Wikipedia | Psychomedia | Troubles-bipolaires.com | camh.ca - Le trouble bipolaire : Guide d'information | Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com