Forum d'information, de psychoéducation et d'entraide pour les personnes avec un trouble bipolaire (maniaco-dépression).
Le forum des bipotes  Index du Forum FAQ Rechercher S’enregistrer Connexion

mon ado de 18 ans : trop jeune pour un diagnostic ?

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le forum des bipotes Index du Forum ->
Questions / Réponses
-> Aide aux proches.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
tonia
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2015
Messages: 24

MessagePosté le: Sam 18 Juil 2015 - 12:38    Sujet du message: mon ado de 18 ans : trop jeune pour un diagnostic ? Répondre en citant

Bonjour à tous,
je suis la nouvelle épouse du papa d'un jeune garçon qui vit avec nous depuis 1 an, et qui a accepté de se faire hospitaliser fin juin suite à ce que j'appellerais une crise "up"...
Son histoire est déjà longue, il a été admis en ITEP à l'âge de 7-8 ans pour troubles du comportement, et il est sous traitement médicamenteux depuis plusieurs années. Il a toujours été colérique et imprévisible, même tout petit... Sans doute hyperactif depuis le plus jeune âge, mais pas seulement...
Quand sa mère, qui vit à 5 heures de route de chez nous, a déclaré qu'elle ne pouvait plus du tout s'occuper de lui parce qu'il lui faisait peur, était ingérable, violent, menteur, voleur etc..., nous l'avons accueilli de notre mieux en essayant de lui offrir un cadre de vie sécurisant et en prenant en compte ses particularités. Nous n'avons jamais réussi à obtenir son dossier médical, aucun diagnostic pour expliquer ne serait-ce que son traitement aux antipsychotiques et sa reconnaissance comme enfant "handicapé" par la MDPH : du fait qu'il avait été admis en ITEP, cette reconnaissance est automatique. Mais nous lui avons trouvé un lieu où il pouvait voir chaque mois une psychiatre qui lui prescrivait ses médicaments, et chaque semaine une psychologue. Nous lui avons trouvé un maître de stage et une école pour qu'il puisse se former comme apprenti cuisinier, ce qui lui plaisait et lui permettait de gagner un peu d'argent. Et nous avons aménagé pour lui un studio dans notre maison, pour qu'il ait un peu d'indépendance sans être trop livré à lui-même non plus, et aussi pour pouvoir nous préserver un peu plus, nous... Car vivre avec lui, même s'il n'est pas toujours en crise aigüe, est loin d'être facile...
Il a eu 18 ans au mois d'avril dernier, et c'est là que nous lui avons donné les clés de son studio... et c'est à partir de là que les choses ont commencé à déraper plus sévèrement que d'habitude je pense, mais nous n'avons pas tout vu tout de suite...
Ce n'est que fin juin que nous avons appris plein de choses affolantes, je vous passe les détails mais sa psy vue en urgence (sans lui car il n'a pas voulu venir), nous a conseillé de porter plainte et de le faire hospitaliser, avec ou sans son consentement...
J'étais de mon côté catastrophée, et aussi très en colère contre lui... Je ne comprenais pas comment on peut être aussi acharné à sa propre perte et aussi détestable avec ceux qui essayent de vous aider, aussi irrespectueux de soi-même, de tout et de tous... J'avais l'impression que cet "enfant" (qui est en fait un beau garçon d' 1m95 et qui est majeur officiellement) n'était plus qu'un mur d'arrogance et d'imbécillité, d'indifférence totale au ressenti de ses interlocuteurs , et même de mépris ostensible devant nos tentatives de comprendre ou seulement de nous protéger un peu nous aussi (j'ai aussi un fils plus jeune de 14 ans, qui n'en sort pas plus indemne que nous)...
Et c'est en fouinant sur la toile que j'ai fini par trouver une piste intelligible : en lisant la liste des symptômes d'une crise "up" chez des personnes souffrant de bipolarité, j'ai cru trouver le portrait de mon ado... Ma colère, qui était intense et me décevait de moi-même, est tombée d"un coup... J'ai lu tout ce que j'ai trouvé, sur le net, sur votre forum, j"ai commandé des livres de C. Gay... Et nous avons pu renouer un semblant de contact avec notre ado en crise, jusqu'à lui proposer de se faire hospitaliser... Contre toute attente il ne l'a pas mal pris et a demandé à y réfléchir... et au bout de 3 jours il a dit oui...
J'avais trouvé beaucoup d'espoir dans mes lectures, et son hospitalisation me semblait être une première étape vers une prise en charge plus sérieuse, plus consciente et plus efficace...
Mais une entrevue avec la psy du service nous a beaucoup déçus, elle refuse de poser un diagnostic, et devant mon insistance, a prétendu qu'il ne faut surtout pas lui dire qu'il pourrait être bipolaire, car alors "il va aller lire sur internet la liste des symptômes et s'autoriser à les présenter tous"... Qu'il est encore trop jeune et qu'on ne pose pas un tel diagnostic à la première crise... Mais elle n'a même pas cherché à savoir si c'était bien sa première crise, ni à se renseigner le moins du monde sur son parcours et ce qui l'a amené dans son service, à part ce qu'il a bien voulu dire, lui. Pour elle il est stabilisé avec un peu d'Abilify, le traitement qu'il avait en arrivant chez nous et qu'il avait cessé de prendre vers Noël (avec l'accord à postériori de sa psy en ville)... Lundi après l'avoir reçu en entretien elle a augmenté la dose d'Abilify et ajouté un anxiolitique, laissé un mot à l'équipe d'infirmiers en ce sens, et un post-it "voir avec les parents pour la sortie", et puis elle est partie en vacances... Est-ce que c'est sérieux ???
Comment convaincre un jeune adulte intelligent qu'il doit prendre des antipsychotiques "pendant plusieurs années" alors qu'il n'a rien de nommable ? D'un côté elle insiste sur le fait qu'il est impératif qu'il se soigne sur le très long terme, sous peine de rechute avec des séquelles cognitives plus graves à chaque fois, elle lui fait remarquer que son discours est parfois encore un peu délirant, mais de l'autre la seule "étiquette" qu'elle veut bien lui coller c'est "hyperactif" et "immature pour son âge"... Et moi qui pensais qu'on allait parler psychoéducation, triple alliance thérapeutique... Je suis sortie très déçue, et un peu découragée...
Moi et son père nous voyons très bien que notre ado n'est pas complètement "redescendu", même s'il est plus calme et plus posé, et qu'en fait il donne le change pour sortir le plus vite possible, mais que rien n'est réglé, qu'il n'a aucune conscience de la gravité de ce qu'il a fait, ou imaginé faire, et que s'il sort maintenant ça va recommencer très vite... et là c'est l'angoisse...
Je pense qu'il faudrait que nous lui trouvions un psy qui accepte au moins d'évoquer un diagnostic, et qui ait entendu parler de psychoéducation, car en fait jusqu'à présent tout était à peu près fait comme préconisé (les médicaments, la prise en charge régulière par un psychiatre et un psychologue, un cadre de vie protégé, dans sa nouvelle famille avec un père à la fois ferme et présent)... la seule chose qu'on peut faire de plus, c'est la psychoéducation... Mais peut-être est-il effectivement trop jeune ??? Et comment trouver cette perle de psy près de chez nous ?
Désolée d'avoir été si longue...
Tonia
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 18 Juil 2015 - 12:38    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Sassandra
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2014
Messages: 488

MessagePosté le: Dim 19 Juil 2015 - 10:56    Sujet du message: mon ado de 18 ans : trop jeune pour un diagnostic ? Répondre en citant

Bonjour tonia tu évoques à la virgule prêt ce que j'ai pu vivre avec ma fille
dans ses comportements , ses agissements , et ses réactions..

J'ai tout fait comme toi pour essayer de sortir du bourbier
ce qui a l'air bien chez ton ado c'est qu'il
accepte au moins une formation et que ça se passe bien
car chez moi , ça n'a jamais été le cas en rien..

il semble que dans tes rapports avec les "soignants ' de ton fils
tu oublies qu'il est majeur et que donc
tel que ça se présente à l'heure actuelle
il me semble que tu ne peux avoir
une approche invasive ( le secret médical)

Qu'a t-il fait ?

Use t-il de la drogue ?

Tel que tu présentes les choses ( je dis ça sans jugement)
tu penses que les solutions
doivent être présente
bim bam boum

Or ça marche pas comme ça

et d'une faut il que le gamin qui est majeur dailleurs
accepte d'dadhérer à ce qui lui est proposé
et de deux trouver la psycho éducation c'est très rare.

Tu ne peux pas te poser
en "diagnostiqueuse de sa maladie
à savoir que un il est dit que la bipolarité est très rare à cet âge là

deux schizophrénie et bipolarité et d'autres maladies ont des points communs..

Quand au conseil de la psy te disant de ne pas évoquer cela devant lui
elle a raison : tu as peut être a faire à un jeune adulte manipulateur
ce qui a été mon cas (outre ses ou sa pathologie)..

Le problème dans tes rapports avec les soigants
je l'ai aussi rencontré pour ma fille et pour moi...
ma fille elle a toujours refusé de se faire suivre.
Elle a dailleurs refusé TOUT

Les psy maintenant c'est souvent : un quanrt d'heure prends ta dose et tire toi
c'est ce que j'a vécu en tout cas..

Pour ma fille auquel je pense un trouble psychique ( bipolarité - scyzophrénie , border line ? perverse manipulatrice agravé par drogue)
a été évoqué devant son dernier juge pour des faits graves de violentce
et auquel j'ai demandé : est elle responsable de ses actes
celle ci m'a répondu sans l'ombre d'un doute : "oui madame"..

Si ma fille refuse tout, les injonctions de soin
et laisse parler sa violence et sa manipulation
que faire ?

J'ai pas dautre choix que de me préserver..
Revenir en haut
Sassandra
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2014
Messages: 488

MessagePosté le: Dim 19 Juil 2015 - 11:08    Sujet du message: mon ado de 18 ans : trop jeune pour un diagnostic ? Répondre en citant

Revenir en haut
tonia
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2015
Messages: 24

MessagePosté le: Dim 19 Juil 2015 - 12:46    Sujet du message: mon ado de 18 ans : trop jeune pour un diagnostic ? Répondre en citant

Merci Sassandra de me répondre avec ton expérience et le recul que tu sais prendre...
Je sais bien que diagnostiquer une maladie psychique avec précision est très compliqué et peut prendre du temps, mais je m'attendais à un dialogue plus ouvert avec la psy...
Quand j'ai vu mon ado hier après-midi, nous avons parlé longuement et sérieusement : je l'ai trouvé enfin apaisé, très calme et commençant enfin à prendre conscience de sa situation... Il ne parle plus de sortir au plus vite, au contraire il dit qu'il voudrait être sûr que son traitement soit bien calé avant, et qu'il sent que ce temps qu'il passe à la clinique lui est profitable... Ouf... J'ai eu l'impression de le redécouvrir, et d'avoir, peut-être pour la première fois, le "vrai" garçon en face de moi...
Bon, je reste prudente quand même, parce que oui, il est manipulateur et je le sais capable de dire ce qu'on attend qu'il dise...
Mais ce qui m'a fait du bien en lisant la liste des symptômes des crises "up", c'est que j'ai compris que toutes ces manifestations que je prenais pour des traits de caractère de mon ado, sont en fait ceux de la maladie...
La familiarité excessive, le manque de limite, la surestimation de soi, l'agressivité, voire la violence, les conduites "à risque", les comportements incompréhensibles, l'incommunicabilité, les dépenses inconsidérées, le mensonge, le vol, les compulsions, et aussi la manipulation, sont des expressions de la maladie, pas de la personnalité profonde...
Sinon il fume beaucoup, mais je ne crois pas qu'il prenne d'autre drogue... à part le Coca et les boissons énergisantes, que par périodes il consomme de façon compulsive et en cachette...
Nous avons porté plainte sur les conseils de sa psy en ville, parce qu'en quelques semaines, après avoir vidé son compte épargne (il avait touché 3000 € en tant qu'apprenti aidé, mais sous condition de mener à terme ses 2 années d'apprentissage), il avait aussi pris des chèques dans mon sac à main, et avait imité ma signature pour faire encore d'autres achats... C'est aussi à ce moment qu'il a décidé d'abandonner son apprentissage et de ne plus aller à son travail tout bêtement, sans prévenir qui que ce soit... Il avait aussi prévu d'aller dormir je ne sais où au bord de l'eau avec notre tente et sa guitare...
Je passe les scènes de violence quand on a voulu l'emmener avec nous voir sa psy ou quand on a voulu le raisonner par rapport à son travail, à son argent et au vol de chèques...
Quand nous sommes revenus de chez la psy, nous l'avons trouvé à peu près calmé chez lui, et nous lui avons dit que nous allions suivre son conseil de porter plainte pour les chèques... Il a semblé ne pas entendre, mais quand nous sommes allés chez les gendarmes le lendemain après-midi, ils nous ont dit qu'ils l'avaient vu le matin même, parce qu'il voulait porter plainte contre lui-même (!) et qu'il avait prétendu que son père lui devait de l'argent (!!) Nous avons bien parlé avec ce gendarme, qui nous a conseillé lui aussi de faire hospitaliser notre enfant...
Alors en rentrant nous lui avons soumis cette idée, et voilà il y est, et on dirait qu'il commence enfin à se retrouver...
Pour ta fille elle est peut-être pénalement responsable, ça ne veut pas dire que toutes ses errances ne sont pas en grande partie dues à sa maladie : le déni fait aussi partie du tableau, malheureusement... Et on ne peut vraiment pas parler avec quelqu'un qui est sous l'emprise d'une maladie psychique en phase aigüe... Il n'y a pas moyen tant que la crise n'est pas passée, il faut attendre une descente au moins partielle, et je ne sais pas comment on peut aider à la descente...
Si la jeunesse de mon ado est un obstacle à la pose de diagnostic, j'ose espérer que c'est aussi un facteur d'espoir : à cet âge la plasticité du cerveau est encore énorme, et nous avons encore un peu d'ascendant sur son esprit, du moins quand il redescend et en passant par le côté affectif... Si nous arrivons à lui trouver les soins les mieux adaptés à son cas, si nous pouvons l'aider à reconnaître les signes de rechute, à trier entre ce qui est vraiment "lui" et ce qui vient de la maladie, alors il devrait pouvoir construire sa vie comme n'importe quel jeune adulte... enfin c'est ce que je veux pour lui, et aussi pour nous...
Demain lundi j'appelle l'UNAFAM, ils pourront peut-être nous aider à trouver un organisme ou une personne qui a entendu parler de psychoéducation : nous y sommes tous prêts, notre ado en premier lieu, et aussi toute la famille... Sauf peut-être mon plus jeune fils, qui pour l'instant refuse d'aller voir son grand frère à l'hôpital, qui "en a marre"... Je voulais lui demander de faire un effort, et puis finalement en en parlant autour de moi, j'ai suivi les conseils de mes proches de respecter cette réserve... Ce n'est pas facile non plus pour lui, et il se préserve comme il peut, après tout il en a bien le droit...
Encore merci Sassandra de tes encouragements... Je t'envoie aussi tous les miens, de tout coeur !
Tonia
Revenir en haut
Sassandra
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2014
Messages: 488

MessagePosté le: Dim 19 Juil 2015 - 14:40    Sujet du message: mon ado de 18 ans : trop jeune pour un diagnostic ? Répondre en citant

j'ai eu l'unafam en ligne,ils sont très bien...

C'est vraiment une bonne chose que il accepte les soins - pour ma fille elle refusait tout.

Jeune je l'avais amené chez des psy : mais votre file est très normale madame

Il y a t-il des prédispositions de fragilité mentale dans la famille de ton jeune adulte ( ce n'est plus un ado) ????

En tout cas - restez fermes - je trouve que ce que tu décris est bien : il accepte de participer
: je compare à mon vécu ....Bon courage à vous et restez ferme , je ne l'ai pas été assez


je trouve curieux qu'il cache les boissons énergisantes - ce n'est surement pas considéré comme une drogue
par les jeunes de sa génération
Revenir en haut
Sassandra
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2014
Messages: 488

MessagePosté le: Dim 19 Juil 2015 - 14:47    Sujet du message: mon ado de 18 ans : trop jeune pour un diagnostic ? Répondre en citant

Ah j'oubliais : son père ( à qui j'avais demandé de prendre le relais car je n'en pouvais plus)
et moi étions toujours très étonnés que les comportements difficilement acceptable à la maison
semblaient disparaître à l'extérieur car elle vivait dans un milieu dur
et il paraissait impossible qu'elle ne prenne pas de coups en se comportant comme elle le faisait avec nous.
Pareil pour la prison : un véritable ange
De quoi vraiment se poser des questions...

Revenir en haut
Sassandra
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2014
Messages: 488

MessagePosté le: Dim 19 Juil 2015 - 14:48    Sujet du message: mon ado de 18 ans : trop jeune pour un diagnostic ? Répondre en citant

Garder espoir et ne pas s'arquebouter
Revenir en haut
tonia
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2015
Messages: 24

MessagePosté le: Dim 19 Juil 2015 - 17:53    Sujet du message: mon ado de 18 ans : trop jeune pour un diagnostic ? Répondre en citant

Tu sais Sassandra, je crois que j'ai beaucoup de chance d'avoir trouvé des infos sur internet à temps pour ne pas devenir chèvre et ne pas faire trop de bêtises avec "mon ado"...

Sans ça, les médecins en général et les psy en particulier étant toujours très prudents, évasifs et avares d'infos claires, je n'aurais toujours rien compris à la maladie de mon ado (oui je continue de le considérer comme un ado plus que comme un adulte, tant il est évident qu'il a toujours besoin de nous, de notre soutien financier et pratique, mais aussi de notre affection et de notre présence)... Et je crois que je serais toujours en colère contre lui, et que je chercherais plus à me protéger de lui qu'à l'aider... Je ne saurais d'ailleurs pas du tout comment l'aider... Là au moins j'ai quelques idées, et je sais aussi ce qu'il ne faut pas faire, (se mettre aussi en colère, s'énerver comme j'ai pu le faire) enfin essayer de ne pas faire parce que des fois nous aussi on peut avoir du mal à se contrôler...

Pour les boissons énergisantes, c'est un peu comme pour le café ou l'alcool, il n'y avait pas droit du tout chez sa mère à cause de ses médicaments, nous avons gardé le même principe, qu'il acceptait... Nous n'avons pas continué à lui interdire de fumer par contre, parce que ça ne servait à rien, il fumait de toutes façons : nous avons seulement insisté pour qu'il ne fume pas dans la maison, ni dans son studio... Et le coca il y en a parfois à la maison, il pouvait en boire comme tout le monde, mais il ne fait pas grand chose comme tout le monde... Par période il lui fallait plusieurs litres de coca (ou de boisson énergisante) par jour, et comme il savait que ce n'était pas vraiment normal et que nous le lui aurions fait remarquer, il allait s'acheter des bouteilles tout seul, ou en piquait à gauche à droite (au resto où il travaillait, au club hippique où il allait souvent...)

Quand nous le prenions pour quelques semaines pendant les vacances avant qu'il vienne s'installer chez nous, ça se passait toujours plutôt très bien, par rapport à ce que sa mère nous racontait (et surtout par rapport à ce qu'elle n'osait même pas nous dire)... On voyait bien qu'il était "spécial", toujours un peu survolté, un peu trop familier trop vite, même avec de parfaits inconnus, très crédule pour tout ce qui est "bizarre" (paranormal, hoax en tous genres) et bizarrement incrédule et critique mal à propos (infos du 20h, reportages, faits historiques...), un peu dans un monde à part quand on essayait de parler... on avait l'impression que parfois, il ne comprenait rien à rien, interprétant étrangement des détails futiles, négligeant toute logique, mais il pouvait être aussi gentil, serviable, plein d'énergie et débrouillard...

Pendant plusieurs mois à son arrivée chez nous il s'est assez bien comporté... petit à petit, il y a eu de plus en plus de choses de moins en moins normales : des vols de nourriture, d'objets et d'argent, des dégradations, des comportements agressifs et/ou inadaptés... Le plus pénible au début c'était que quand on s'apercevait par exemple qu'il avait pris quelque-chose (les 5 plaquettes de chocolat qu'on venait d'acheter, les 30 € de la tirelire de mon fils, la chemise préférée de son père, un outil disparu etc...), il niait en bloc, voulait nous prouver par a + b que ça ne pouvait pas être lui le coupable et finissait par nous engueuler, parfois méchamment... ça durait quelques jours, et puis si on ne lâchait pas prise (quand on était absolument sûrs que c'était lui et que ça nous paraissait assez grave pour dépenser toute cette énergie) il finissait par reconnaître que oui il avait bien pris quelque-chose et par le rendre, il s'excusait pour son geste et pour son agressivité, promettait de ne pas recommencer mais ne pouvait pas expliquer son comportement... Il a fallu aussi parfois intervenir pour qu'il ne se batte pas avec les kékés du village, avec lesquels il a réussi à s'embrouiller dès son arrivée...
Et à son travail aussi, il s'était fait apprécier, son "chef" l'avait pris en sympathie. Même quand il a piqué les pourboires des autres employés, ou quand il a piqué dans la caisse, il ne l'a pas viré, il a essayé de l'aider, de le recadrer gentiment mais fermement... Je le trouvais génial et je me disais que ce "chef" était une chance incroyable pour nous... Par contre quand il a cessé de venir sans explication et que dans les mêmes moments la porte de derrière du resto a été fracturée, et la caisse (qui heureusement était vide) ouverte, et qu'au téléphone il lui a menti éhontément, il a décidé que c'en était trop... et maintenant son ancien patron lui en veut beaucoup : il ne remplit pas correctement les papiers pour qu'il puisse être déclaré en arrêt maladie, je crois qu'il cherche à se venger un peu de tout son investissement affectif et éducatif perdu...

Bref je crois que j'ai toujours connu "mon ado" en phase plus ou moins hypomaniaque, jusqu'à la crise aigüe du mois de juin... et je crois (je n'en suis pas tout à fait sûre) que je l'ai vu pour la première fois en phase "normale" hier...

Tu sais pour ta fille, si elle se met vraiment dans des situations dramatiques, l'hospitalisation est peut-être le seul début possible d'une solution. Et si elle ne veut pas, tu peux demander une "Hospitalisation à la Demande d'un Tiers", autrefois appelée hospitalisation sous contrainte... Mais je reconnais que c'est sûrement plus facile à dire qu'à faire, parce que si notre ado n'avait pas voulu aller aux urgences, je ne vois pas comment nous aurions pu faire pour l'y amener de force... En plus on a du poireauter 7 heures avant qu'il soit pris en charge... S'il avait voulu se sauver, il aurait eu beau jeu de le faire... Et la psy qui nous avait conseillé de l'emmener à l'hôpital ne voulait pas s'en mêler personnellement... Il y a peut-être moyen de faire intervenir une ambulance qui vient chercher la personne récalcitrante, mais à mon avis, là, il faut au moins un médecin qui accepte de se mouiller pour te soutenir dans ta démarche...

Bien à toi...
Tonia
Revenir en haut
tonia
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2015
Messages: 24

MessagePosté le: Dim 19 Juil 2015 - 18:01    Sujet du message: mon ado de 18 ans : trop jeune pour un diagnostic ? Répondre en citant

Je n'ai pas répondu à ta question sur l'hérédité possible, parce que du côté de son père, apparemment pas de problème de cet ordre, et du côté de sa mère je ne sais vraiment pas assez de choses...
Revenir en haut
Sassandra
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2014
Messages: 488

MessagePosté le: Dim 19 Juil 2015 - 19:20    Sujet du message: mon ado de 18 ans : trop jeune pour un diagnostic ? Répondre en citant

tonia a écrit:


Tu sais pour ta fille, si elle se met vraiment dans des situations dramatiques, l'hospitalisation est peut-être le seul début possible d'une solution. Et si elle ne veut pas, tu peux demander une "Hospitalisation à la Demande d'un Tiers", autrefois appelée hospitalisation sous contrainte... Mais je reconnais que c'est sûrement plus facile à dire qu'à faire, parce que si notre ado n'avait pas voulu aller aux urgences, je ne vois pas comment nous aurions pu faire pour l'y amener de force... En plus on a du poireauter 7 heures avant qu'il soit pris en charge... S'il avait voulu se sauver, il aurait eu beau jeu de le faire... Et la psy qui nous avait conseillé de l'emmener à l'hôpital ne voulait pas s'en mêler personnellement... Il y a peut-être moyen de faire intervenir une ambulance qui vient chercher la personne récalcitrante, mais à mon avis, là, il faut au moins un médecin qui accepte de se mouiller pour te soutenir dans ta démarche...

Bien à toi...
Tonia


je sais j'ai vécu ça mais il faut arriver à l'amener chez un psy - on avait prévu de lui sauter dessus et de l'attacher pour l'y emmener à une période ou ses éducs m'avaient annoncé qu'elle était séropositive - on l'a pas fait bien sûr, mais on y avait pensé car elle ne prenait aucun médicaments - à la finale il s'est avéré que comme elle devait donner des résultats aux services éducatifs qui lui passait un logement ( qu'elle sous louait) et de l'argent de poche gratos , il s'est avéré que elle leur a dit qu'elle était séro , je suppose pour justifier de son inactivité et ces imbéciles n'ont pas vérifié ce qui fait que j'ai cru pendant un an qu'elle avait le sida - ce qui n'était pas vrai....

Elle aussi a travaillé en cuisine - mais ce qu'elle volait c'était les litrons pour se pinter avec ses copines...

Chez moi elle a pas pu le faire , avoir vécu avec des tox et dans des milieux interlope faisait que "je dormais sur le tiroir caisse" ( il fallait bien j'avais peu de moyens et je connaissais trop les vices
des tox et de la rue pour ne pas fonctionner ainsi

Ma fille a surement des soucis psy mais la consommation de substances n'a fait qu'amplifier les choses.

Perso , il n e s'agit que de mon expérience et de mon intuition , quand il y a des vols et des violences dans la plupart des cas que j'ai pu voir , c'était largement lié à la consommation
de psychotropes...

Maintenant en plus il y a des produits qui n'existaient pas de mon temps ( donc avec d'autres effets)
et il y a les produits de substitutions..

le manque d'héroine rend très violent..

Je te parle juste de mon expérience - j'ai averti les instances de probabilité de bipolarité , monobstant le fait que je m'attend à ce qu'elle se serve
de cette inquiétude de ma part - mais son père et moi avons fait ce que nous pouvions et refusons toute forme de manipulation.

J'ai fait ce que j'ai pu , j'ai essayer et j'ai cherché toutes les possibilités
elle a tout refusé
et elle cultive une haine féroce à mon égard - je pense provoquée par la fin de toute possibilité de manipulation à mon égard
je m'en méfie quand même car elle est très violente et a fait des agressions à l'arme blanche
et notamment visé un policier à la pomme d’Adam
Elle est en prison pour un bout de temps - j'ai écrit à la directrice de la maison d'arrêt de possibilité de bipo..

Je ne vais pas au parloir
Son père et moi , la dernière fois qu'elle était incarcérée
lui avions dit : que ce serait pour notre part la dernière fois
que nous l'aiderions dans ce sens et nous nous y tenons...

Elle s'est rabattue sur ma mère - je sais pas ce que ça va donner

Rien de bien folichon - mais c'est la vie...
Revenir en haut
Sassandra
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2014
Messages: 488

MessagePosté le: Dim 19 Juil 2015 - 19:23    Sujet du message: mon ado de 18 ans : trop jeune pour un diagnostic ? Répondre en citant

Donc pour l'hospitalisation par un tiers on a laissé tomber le scénario prévu...

Elle a été internée en psy suite à un délire je pense également dux aux toxiques
j'étais rassurée je me disais : ils vont enfin s''en occuper...

Une semaine après elle était sortie.
Revenir en haut
Sassandra
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2014
Messages: 488

MessagePosté le: Dim 19 Juil 2015 - 19:25    Sujet du message: mon ado de 18 ans : trop jeune pour un diagnostic ? Répondre en citant

Elle est suffisamment intelligente pour manipuler les psy je crois
Revenir en haut
Sassandra
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2014
Messages: 488

MessagePosté le: Dim 19 Juil 2015 - 19:28    Sujet du message: mon ado de 18 ans : trop jeune pour un diagnostic ? Répondre en citant

Elle a maintenant 26 ans....

Faites vous aider - c'est très très dur à vivre
Revenir en haut
tonia
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2015
Messages: 24

MessagePosté le: Dim 19 Juil 2015 - 23:40    Sujet du message: mon ado de 18 ans : trop jeune pour un diagnostic ? Répondre en citant

Je vois que ça a été plus que difficile pour toi et ton mari, et pour ta fille...
J'ai lu que 60 % des personnes bipo connaissent ou ont connu un épisode de dépendance grave à une substance addictive... il semble que la bipolarité rende particulièrement fragile face à l'addiction, toutes les addictions possibles... et que souvent la dépendance masque aux yeux de tous la maladie préexistante... 26 ans, c'est encore très jeune aussi...
Je ne sais pas ce que je ferais à ta place, je crois que je voudrais me protéger et protéger mon couple aussi, en premier lieu... C'est une question de survie là...
Mais je vois bien que pour toi c'est un déchirement de devoir couper les ponts avec ta fille, alors qu'elle va de mal en pis... même si elle a tout fait pour ça apparemment... et d'ailleurs tu te préoccupes toujours d'elle...
Tu dis qu'elle est en prison et que tu as pris la peine de prévenir le personnel qu'elle pourrait être bipolaire, ou atteinte d'une maladie psychique (aggravée par la consommation de drogues)... Je ne sais pas du tout comment ça se passe en milieu carcéral, mais à défaut d'hospitalisation c'est peut-être pour elle l'occasion d'être soignée et de retrouver ses esprits... de souffler un peu qui sait... S'ils sont à même de prendre en compte ce que tu as pu leur dire, et s'ils ont qui que ce soit de compétent à faire intervenir...
Je le lui souhaite en tout cas, et à toi aussi... si on t'écoutait enfin quand tu t'inquiètes pour elle, et qu'enfin on la soigne, elle aurait au moins une chance d'aller mieux... de redevenir elle-même et de se rendre compte que sa mère l'aime encore et toujours... qu'elle n'a que 26 ans et la vie devant elle pour tout recommencer autrement...
On peut toujours essayer d'imaginer le mieux pour l'avenir, ça ne coûte rien et parfois ça aide à faire advenir quelque-chose qu'on n'aurait pas cru possible...
Bonne nuit à toi...
Tonia
Revenir en haut
Sassandra
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2014
Messages: 488

MessagePosté le: Lun 20 Juil 2015 - 08:21    Sujet du message: mon ado de 18 ans : trop jeune pour un diagnostic ? Répondre en citant

merci tonia

je n'attends rien du milieu carcéral que le pire

Maintenant il a fallu à un moment que je m'autorise à baisser les bras
contre ce contre quoi je ne pouvais rien...
j'ai fait ce que j'avais a faire comme je le pouvais

Je n'imagine rien pour l'avenir ni le mieux - ni le pire
la vie laisse des chances mais je veux pas miser sur quelque chose contre lequel je n'ai aucun pouvoir
je l'accepte douloureusement mais je l'accepte.

comme il existe des groupes de fraternités anonymes pour dépendants
dont j'ai fait partie
il existe également un groupe construit sur le même système en amérique pour bipolaires
dual recovery anonymous.

J'en parle parceque la première étape du programme de toutes ces fraternités issues de alcooliques anonymes
est celui ci :nous avons accepté et admis que nous étions impuissant devant la maladie de la bipolarité
( pour moi la mienne et celle de l'autre) et que nous avions perdu la maitrinse de nos vies..

En deux mots cette première étape est la sortie du déni
pour le dépendant et donc pour le bipoiaire
ou le proche du bipolaire..

Cette première étape pour le bipolaire
lui permet d'accepter pleinement et au plus profond de lui
qu'il a une maladie
cela permet un déclic qui pourra par la suite poser les bonnes actions.

Je suis impuissante devant la toxicomanie de ma fille et son éventuelle maladie psychique
le mieux ne peut venir que d'elle et à ce moment je pourrai lui tendre la main
si elle le désire.

Oui prendre soin de toi et de ton couple
ces situations sont génératrices de tellement de tensions !!!

Bien à toi
Revenir en haut
tonia
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2015
Messages: 24

MessagePosté le: Lun 20 Juil 2015 - 09:34    Sujet du message: mon ado de 18 ans : trop jeune pour un diagnostic ? Répondre en citant

Je suis très touchée de tout ce que tu dis, et de la façon dont tu le dis...
Merci de tes mots pleins d'intelligence et de sagesse...
Si tu me le permets, je t'embrasse...
Tonia
Revenir en haut
mepine
Bipote Diamant

Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2012
Messages: 3 840

MessagePosté le: Lun 20 Juil 2015 - 12:18    Sujet du message: mon ado de 18 ans : trop jeune pour un diagnostic ? Répondre en citant

Bonjour Tonia,

Bravo de ton implication auprès de ton beau-fils. Il a manifestement besoin d'aide, et il est important que ton époux et toi lui en apportiez, si sa mère se trouve à présent dépassée par la situation.

L'hospitalisation a dû l'aider à reprendre pied dans la réalité. Mais souvent les psychiatres des hôpitaux réagissent à des situations d'urgence, pour le suivi il faut aller voir ailleurs. Malheureusement, on ne tombe par sur une perle, il faut la chercher patiemment. Donc il va vous falloir vous adresser aux psychiatres de la région. Vous pouvez commencer par le CMP, quelquefois on y trouve des gens très bien. Vous pouvez vous informer auprès d'associations pour avoir des adresses. Ce sera à la longue qu'il sera possible de poser un diagnostic. La maladie bipolaire commence souvent chez les jeunes adultes, donc il s'agit d'une possibilité. Mais ton beau-fils devra absolument prendre part à ce suivi, donc prendre conscience de son état et accepter de se faire soigner - pas facile quand on a 18 ans...

Mais il faut aussi que vous appreniez à vous protéger. A mon avis, la manipulation n'est pas un symptôme de maladie psy, mais une façon de réagir aux bêtises que l'on commet, qui n'est pas acceptable.

Amicalement,
Revenir en haut
Sassandra
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2014
Messages: 488

MessagePosté le: Lun 20 Juil 2015 - 12:58    Sujet du message: mon ado de 18 ans : trop jeune pour un diagnostic ? Répondre en citant

mepine a écrit:
Vous pouvez commencer par le CMP,


merci pour le bisou ça me touche

pour le cmp j'adhère - perso je suis suivie là bas - et là ou je suis c'est plein d'avantage
dont les renouvellement d'ordonnances facilement accessibles pour moi ( j'ai pas de souci avec mon traitement)
et donc je suis pas obligée de retourner tous les mois chez mon toubib généraliste.
Une infiermière psy compétente reliant le psychiatre surbooké qui ne fait que les prescriptions
et avec une écoute efficace , une bonne connaissance de la bipolarité
ce qui n'est surement pas le cas de tous les soignants...

Des ateliers terre , dessin, des promenades , des visites de musée des après midi ensemble pour couper l'isolement
tout ceci totalement gratuit , ils sont pas à la pièce
style entretiens sur entretiens bâclés pour faire bouillir la marmite
franchement j'ai été surprise
de leur efficacité
et leur disponibilité
quand je suis arrivée dans cette région il y a deux ans ...
Revenir en haut
Sassandra
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2014
Messages: 488

MessagePosté le: Lun 20 Juil 2015 - 13:07    Sujet du message: mon ado de 18 ans : trop jeune pour un diagnostic ? Répondre en citant

mepine a écrit:
Bonjour Tonia,

. A mon avis, la manipulation n'est pas un symptôme de maladie psy, mais une façon de réagir aux bêtises que l'on commet, qui n'est pas acceptable.

,


ok aussi avec cela
les jeunes adultes même malades
demeurent de jeunes adultes ( j'insiste car son père et moi avons pêché
par laxisme , ignorance, culpabilité - toutes sortes de sentiments et émotions
que les grands ados ( lol) savent parfaitement repérer
et en usent et abusent à leur profit - si ça marche pourquoi pas ?

J'avais dit à ma fille qui avait lâché le système scolaire
et ne voulait absolument rien faire
qu'il était hors de question
qu'elle reste affalée à la maison
les doigts de pied en éventail
alors que je lui avais trouvé des portes de sortie...

Son père a voulu prendre le relai
par culpabilité de ne pas avoir pu s'en occuper avant ( nous étions séparés mais en bon terme)
et ne voulant pas écouter ce que je lui disais : il s'est fait plumer son héritage ..

Trop vu autour de moi des ces jeunes ado adultes
qui restent jusqu'à trente ans chez papa maman
en ne voulant rien faire

Je ne parle pas de ceux qui travaillent
et auxquels la dureté de la vie actuelle
obligent à cette situation.
Revenir en haut
Sassandra
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2014
Messages: 488

MessagePosté le: Lun 20 Juil 2015 - 13:10    Sujet du message: mon ado de 18 ans : trop jeune pour un diagnostic ? Répondre en citant

Peut être entretenir si c'est possible un dialogue avec la maman, pour mieux cerner les choses ?
Revenir en haut
tonia
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2015
Messages: 24

MessagePosté le: Lun 20 Juil 2015 - 14:38    Sujet du message: mon ado de 18 ans : trop jeune pour un diagnostic ? Répondre en citant

Merci Sassandra et Mépine,
j'ai appelé l'UNAFAM et suis tombée sur une dame super, mais qui m'a dit que dans notre département, la psychoéducation n'est pas encore arrivée... Par contre elle m'a parlé de "stages" pour les patients et leurs familles appelés "Prospect", il faut que je cherche de quoi il s'agit exactement, si ça peut nous correspondre...
J'ai rappelé la psychiatre qui le suivait depuis presque un an, qui est très bien mais qui est "pédo-psychiatre" et dans sa structure on s'occupe d'enfants et d'ados jusqu'à 18 ans... Comme il est majeur maintenant il va falloir qu'il s'adresse à un CMP pour adultes. Mais elle m'a dit aussi qu'ils n'étaient pas si rigides et qu'elle continuerait à s'occuper de notre fils le temps qu'il faudrait pour que la transition se passe au mieux...
Espérons qu'au CMP pour adultes il y aura un psy qui acceptera de nous rencontrer et d'échanger des informations avec nous aussi...

Pour votre réflexion sur la manipulation, moi je crois que toute communication est une forme de manipulation, mais ça devient anormal quand il n'y a plus aucun scrupule pour parvenir à ses fins, qu'il s'agisse de se faire aimer, de convaincre, de se faire plaindre, de se faire mousser, de se faire aider, ou de se faire pardonner ses conneries... Et comme le vol, le mensonge et les actions délictueuses, voire délirantes, la manipulation s'inscrit très bien, presque logiquement, dans le tableau d'une phase "up" avec perte du sens de la réalité... Elle n'en est pas plus acceptable pour l'entourage, qui doit bien sûr se protéger et ne pas entrer dans ce genre de jeu, mais la perte de contact avec la réalité c'est aussi la perte des limites et avec, des scrupules et des barrières que toute éducation même la plus imparfaite nous inculque dés le plus jeune âge.
Enfin c'est en pensant de cette façon que j'ai pu cesser d'être en colère contre mon beau-fils, et quand ma colère est tombée, un début de communication a pu reprendre...

Entre mon mari et la maman les contacts sont vraiment froids, ils ne se parlent que s'ils sont obligés, de la façon la plus expéditive possible... Je pense que la communication passera plus facilement par moi, c'est encore timide entre elle et moi mais ça passe déjà mieux... elle avait essayé de me prévenir quand elle nous a envoyé son fils, sans vouloir m'affoler non plus, et depuis nous avons eu quelques conversations téléphoniques constructives... Quand je l'ai appelée pour lui dire que son fils était à l'hôpital, elle a éclaté en sanglots mais elle m'a écoutée quand je lui ai expliqué que lui-même était d'accord et que c'était sans doute le mieux que nous puissions faire pour l'instant. Je pense qu'elle est en train de comprendre et d'accepter des choses qu'elle ne pouvait pas entendre jusqu'à il y a peu...

Tonia
Revenir en haut
Sassandra
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2014
Messages: 488

MessagePosté le: Lun 20 Juil 2015 - 18:11    Sujet du message: mon ado de 18 ans : trop jeune pour un diagnostic ? Répondre en citant

C'est cool comme rapport et c'est bien
Vu qu’apparemment ton "ado"
a du prendre des traitements assez tôt dans sa vie
et que en tant que famille monoparentale
parfois se créent des rapports "compliqués" fusionnels ou autres
( lol - tout est compliqué) ... La participation de la maman
à votre famille recomposée sera surement une aide pour une certaine compréhension..

Va bien après ce long roman à plus
Revenir en haut
tonia
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2015
Messages: 24

MessagePosté le: Mar 21 Juil 2015 - 10:07    Sujet du message: mon ado de 18 ans : trop jeune pour un diagnostic ? Répondre en citant

Encore merci Sassandra,
je vous tiens au courant des évolutions à venir...
Toi aussi porte toi bien !
Tonia
Revenir en haut
Caramel
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 29 Aoû 2015
Messages: 7

MessagePosté le: Mar 8 Sep 2015 - 11:23    Sujet du message: mon ado de 18 ans : trop jeune pour un diagnostic ? Répondre en citant

Je reconnais mon parvours avec mln fils dans vos posts.
J'aimerai que l'on puisse partager nos etapes
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 18:25    Sujet du message: mon ado de 18 ans : trop jeune pour un diagnostic ?

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le forum des bipotes Index du Forum ->
Questions / Réponses
-> Aide aux proches.
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Wikipedia | Psychomedia | Troubles-bipolaires.com | camh.ca - Le trouble bipolaire : Guide d'information | Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com