Forum d'information, de psychoéducation et d'entraide pour les personnes avec un trouble bipolaire (maniaco-dépression).
Le forum des bipotes  Index du Forum FAQ Rechercher S’enregistrer Connexion

retour de la clinique...

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le forum des bipotes Index du Forum ->
Questions / Réponses
-> Aide aux proches.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
tonia
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2015
Messages: 24

MessagePosté le: Sam 25 Juil 2015 - 16:24    Sujet du message: retour de la clinique... Répondre en citant

Bonjour à toutes et tous...
suite à un coup de téléphone d'un infirmier hier soir, ce matin je me suis rendue à un rendez-vous avec la chef du service de la clinique psychiatrique qui accueillait mon beau-fils depuis un mois (seule car son père est absent pour le week-end), pour "parler de sa sortie"...
Et en fait j'ai du repartir avec lui : ils m'ont fait venir, non pas pour parler avec nous et nous permettre de nous préparer à ce retour, mais pour que je vienne le chercher...
J'étais complètement désarçonnée, son père ne rentrera que lundi, et ce soir je dois partir emmener mon fils dans la famille... Comme il ne veut plus entrer en contact avec son grand frère pour l'instant, et qu'après réflexion nous avons convenu que c'est son droit, nous avions fait en sorte qu'il soit ailleurs au moment du retour du grand...
J'ai essayé de dire que je n'étais pas prête, que j'étais venue pour parler mais pas pour le remmener tout de suite, j'ai essayé d'expliquer mes angoisses et je n'ai même pas réussi à ne pas pleurer devant cette "psy"... Rien n'y a fait, "il est stabilisé et il prend son traitement", "il est sortant" "nous ne pouvons rien faire de plus"...
J'ai quitté le bureau en pleurs, et dans la voiture je n'ai fait que renifler... Nous n'avons pas échangé un mot jusqu'à la maison... En arrivant je l'ai laissé se réinstaller dans son studio et je lui ai apporté son repas de midi en m'excusant de ne pas pouvoir être plus accueillante...
Je m'en veux, on dirait bien que je ne suis pas très solide au niveau nerveux... Je pensais avoir au moins le week-end pour tout préparer pour le retour du grand, et l'accueillir avec son père, et j'aurais voulu savoir comment lui parler...
Au lieu de ça je ne sais que renifler et m'en excuser, et je le laisse tout seul...
Il faut dire aussi que la dernière fois que nous avons été le voir, nous avons cru le revoir comme peu de temps avant son hospitalisation : irréaliste et agressif, impossible à raisonner... Et en arrivant ce matin il m'a fait la même impression... Pour moi son traitement est inopérant, et s'il "se tient très bien" d'après la psy, ce n'est qu'une façade... Et qu'il ait accusé un autre patient de vouloir l'empoisonner avec du tabac "gazé" il y a 2 semaines sans qu'on puisse lui faire entendre que c'était délirant, ou qu'il ait agressé verbalement l'aide-soignant qui voulait faire le ménage dans sa chambre il y a 3 jours, ne compte pas... J'imagine qu'ils doivent en voir d'autres, mais quand même...
Maintenant à nous de nous débrouiller quoi...
Je vais me reprendre, et faire de mon mieux, dès demain... aujourd'hui je n'ai pas été à la hauteur, et là je dois partir emmener le plus jeune, je ne serai pas rentrée avant 23 h (2 h de route aller et autant pour le retour)...
Tonia, mal...
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 25 Juil 2015 - 16:24    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Perséphone
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 21 Déc 2013
Messages: 224

MessagePosté le: Sam 25 Juil 2015 - 18:32    Sujet du message: retour de la clinique... Répondre en citant

Bonsoir Tonia,

Je viens de lire ton histoire et comme je comprends ton désarroi. L'été dernier, j'assiste à la première crise de mon ami devant moi. Je te passe les détails de la crise et de l'hospitalisation mais j'ai été très désarçonnée aussi. On n'a pas pu voir mon ami pendant presque une semaine et d'un coup il y a eu 3/4 jours de visites de 30 minutes, puis ils ont accepté que je le prenne avec moi les après-midis et d'un seul coup, au bout de peut-être seulement 2/3 après-midis, on m'annonce qu'il est sortant. Là, je me suis prise une énorme claque!!! Ils ne se rendent pas compte de la violence que c'est pour l'entourage une telle annonce quand on n'est pas préparé et que la maison porte encore les traces de ce qui s'est passé (crise de rangement chez nous qui s'est avérée être en fait un déplacement de tous les objets et de toutes les pièces, garage compris. Je te laisse imaginer mes journées pendant son absence!!!).

Parce que même si tout semblait s'améliorer, mon ami restait encore beaucoup trop incohérent et j'avais la boule au ventre de le voir revenir, parce qu'une crise reste impressionnante et marque pour très longtemps l'esprit. Et lui lucide, me disait clairement qu'il savait comment baratiner la psy. Quand j'ai dit que je ne le sentais pas encore en forme, tout le monde m'a presque ri au nez (sauf lui qui a été surpris que je le connaisse aussi bien).

Donc on est rentrés à la maison, moi partagée entre le bonheur de le retrouver et la crainte que çà recommence, ce qui n'a pas été le cas, heureusement!!! (Par contre, si je peux me permettre, je suis très surprise que la psy reconnaisse que son bon état ne soit qu'une façade et qu'elle le laisse sortir ainsi! Remarque, nous son psy d'origine qu'on a appelé dès qu'on a senti la crise monter n'a consenti à nous accorder un rendez-vous qu'une semaine après, soit quand il était trop tard!!!)

La psy avait fait en sorte que le traitement soit fort même si d'un jour à l'autre, mon ami pouvait beaucoup changer et elle avait mis en place une consultation toutes les semaines dans un premier temps, puis plus espacées par la suite. Malgré tout, il était quand même bien assommé et elle a baissé progressivement le traitement.

On a repris nos marques en prenant le temps et en acceptant aussi qu'on marchait tous les deux sur des œufs et qu'on ne soit donc pas parfaits. Je lui ai clairement dit que j'avais été marquée et que je ne savais pas trop comment agir. Peur d'être trop absente, peur d'être trop présente, peur qu'il ne soit pas assez remis pour rentrer... Que de peurs en fait!!!

Tout ce que je peux te dire, c'est de t'ôter toute cette culpabilité de ne pas faire comme il faut, de ne pas faire assez bien. Laisse toi un peu plus porter avec lui et les choses vont se remettre tranquillement en place. Il faut que tu acceptes et que lui aussi accepte que c'est un coup dur et que cela va demander du temps pour que çà aille mieux. Parle lui, explique lui que ce n'est pas contre lui, que tu te sens toi un peu distante parce que tout cela t'a marquée et que tu as besoin de temps. Il comprendra.

Concernant son comportement encore un peu agressif, il peut venir aussi de l'hôpital. Mon ami ne l'a pas du tout bien vécu. Il était dans un pôle ouvert à d'autres pathologies et s'est retrouvé comme pris au piège et harcelé dans sa chambre. Il demandait lui-même à être enfermé à clef pour que plus personne d'autre que les soignants ne puissent entrer. Tout cela s'est calmé dès notre retour, quand il a retrouvé ses repères.

Voilà, pour te dire de te faire plus confiance, et surtout, surtout d'être bien plus tolérante envers toi même. Tu fais ce que tu peux, tu es là pour lui et c'est déjà énorme.

Bon courage à toi!
Revenir en haut
tonia
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2015
Messages: 24

MessagePosté le: Dim 26 Juil 2015 - 00:34    Sujet du message: retour de la clinique... Répondre en citant

Merci Perséphone,
ça me fait du bien de te lire...
J'espère que tu as raison, et que nous allons finir par trouver quelques repères tous ensemble...

petite précision : ce n'est pas la psy qui a vu que le "bon comportement" de notre grand n'était qu'une façade, c'est nous (son père et moi). Elle, elle trouvait qu'il allait très bien, point. Et que nous n'en soyons pas du tout convaincus ne l'a pas fait douter une seconde...

Je viens de rentrer, presque minuit... Il m'avait dit qu'il se coucherait tôt, vers 21 h comme à l'hôpital, mais il y a de la lumière chez lui, et j'ai entendu une voix de fille...
Lui ça a l'air d'aller donc... Mais ça ne me rassure pas vraiment en fait... C'est même assez gonflé, le premier soir de son retour... Si je n'avais pas du partir, et si son père avait été là, il nous aurait au moins parlé de cette invitation je pense... mais là, c'est n'importe quoi en fait...

Je crois que je ferais bien d'aller me coucher quand même... demain il fera jour...

Tonia, angoissée pour la suite des évènements à venir...
Revenir en haut
Sassandra
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2014
Messages: 488

MessagePosté le: Dim 26 Juil 2015 - 10:21    Sujet du message: Re: retour de la clinique... Répondre en citant

tonia a écrit:
Bonjour à toutes et tous...
suite à un coup de téléphone d'un infirmier hier soir, ce matin je me suis rendue à un rendez-vous avec la chef du service de la clinique psychiatrique qui accueillait mon beau-fils depuis un mois (seule car son père est absent pour le week-end), pour "parler de sa sortie"...
Et en fait j'ai du repartir avec lui : ils m'ont fait venir, non pas pour parler avec nous et nous permettre de nous préparer à ce retour, mais pour que je vienne le chercher...
.


Bonjour tonia - en fait tu as vécu exactement ce qui se passe actuellement
dans les services de santé (trou de la sécu)
Même après une opération grave
la personne doit quitter les lieux immédiatement - parfois sans pouvoir marcher (une amie est parti en pleurant de fatigue et de douleur

Une autre copine a du faire interner sa mère atteinte de démence sénile
deux jours après :" dehors" alors que rien n'était prévu pour son retour
heureusement elle travaille à la sécu et elle a pu retourner l'ordre des choses

On parle de la grèce mais notre système de santé est touché
ça se voit avec ce genre de fonctionnements ( mais ceci est un autre débat"
Revenir en haut
Sassandra
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2014
Messages: 488

MessagePosté le: Dim 26 Juil 2015 - 10:26    Sujet du message: retour de la clinique... Répondre en citant

tonia a écrit:
.. En arrivant je l'ai laissé se réinstaller dans son studio et je lui ai apporté son repas de midi en m'excusant de ne pas pouvoir être plus accueillante...
Je m'en veux, on dirait bien que je ne suis pas très solide au niveau nerveux... Je pensais avoir au moins le week-end pour tout préparer pour le retour du grand, et l'accueillir avec son père, et j'aurais voulu savoir comment lui parler...
Au lieu de ça je ne sais que renifler et m'en excuser, et je le laisse tout seul...
...


Franchement tonia - c'est extraordinaire ce que tu fais pour ton beau fils
peut être éviter de s'excuser et lui montrer ta fragilité
afin que il n'y aie pas de manip plus tard....
Revenir en haut
Sassandra
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2014
Messages: 488

MessagePosté le: Dim 26 Juil 2015 - 10:33    Sujet du message: retour de la clinique... Répondre en citant

[quote="Perséphone"] Remarque, nous son psy d'origine qu'on a appelé dès qu'on a senti la crise monter n'a consenti à nous accorder un rendez-vous qu'une semaine après, soit quand il était trop tard!!!)

/quote]

Bonjour perséphone - c'est hallucinant - dans le cmp
gratuit ou je vais et ou ils fonctionnent pas aux rendez vous pour faire bouillir la marmite
si j'ai un souci ou juste envie de parler
le rendez vous est pris avec l'infièrmière psy dans les deux jours
et encore je ne vis pas en tant que bipolaire ces situations d'urgence ( heureusement mon dieu)

Je suis issue du mileu médical
ces fonctionnements me laissent pantoise
totalement éloignés de toute déontologie médicale.

Perso j'ai écrit à toutes les instances possible et inimaginable
pour décrire la situation de ma fille toxico ( je suis persuadée qu'elle est bipolaire)
et très violente - si il y a un souci un jour j'ai les traces de toutes mes démarches

Je sais que c'est pas facile mais bordel changez de psy...
Revenir en haut
Sassandra
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2014
Messages: 488

MessagePosté le: Dim 26 Juil 2015 - 10:35    Sujet du message: retour de la clinique... Répondre en citant

.......
Revenir en haut
tonia
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2015
Messages: 24

MessagePosté le: Dim 26 Juil 2015 - 11:29    Sujet du message: retour de la clinique... Répondre en citant

Merci Sassandra,
ta remarque sur le risque à montrer sa fragilité à quelqu'un qui n'est pas réellement stabilisé me parait malheureusement très judicieuse...

ce n'était pas du tout calculé de ma part, mais en voyant sa réaction sur le coup, je m'étais dit qu'il avait l'air de comprendre, et que finalement quelque-chose de positif en sortirait peut-être... Quand je me suis excusée de ne pas pouvoir faire mieux que de le laisser manger seul, il m'a répondu "Non toi excuse moi, parce que c'est à cause de moi si tu es dans cet état"... Ensuite il a tenu à me montrer qu'il était bien allé chercher ses médicaments et à m'assurer qu'il allait les prendre sérieusement...

Mais la dose d'Abilify qu'il prend est moins forte que celle qu'il avait il y a 1 an, c'est une dose pour enfant... il a 18 ans maintenant et il fait quand même plus d'1,90 m... ce n'est pas sérieux...

Enfin il a rendez-vous le 30 avec la psy du CMP, j'espère qu'elle pourra voir et entendre ce qu'à l'hôpital ils ont raté...
Revenir en haut
Perséphone
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 21 Déc 2013
Messages: 224

MessagePosté le: Dim 26 Juil 2015 - 12:00    Sujet du message: retour de la clinique... Répondre en citant

Bonjour à toutes les deux,

Pour vous répondre, on a changé de psy dès le problème et sommes restés avec celle qui a suivi la crise. Le psy qui le suivait n'avait donné rendez-vous que le jeudi d'après (jour de la crise du coup, une semaine d'attente, c'est trop long) et quand on s'est retrouvés à l'hôpital, il n'a même pas daigné intervenir. Psy de m... Désolée, mais celui-ci, je ne suis pas là de l'oublier.

Pour ma part, je crois c'est toujours compliqué de savoir quoi conseiller, chaque personne étant différente. Moi, je me suis retrouvée à la maison avec ses parents le jour de la crise. On venait de quitter en trombe l'hôpital qui ne pouvait le garder (mais qui te dit que tu ne peux pas t'en sortir sans aide!!!) et je me suis mise à pleurer à peine arrivés à la maison. Mon ami m'a tout de suite prise dans ses bras, m'a rassuré! Quand notre doc de famille est venu, on a fait une table ronde juste lui, mon ami et moi (notre trio de confiance) et mon ami a accepté de se faire aider par amour pour moi. Donc pour ma part, dévoiler ma fragilité a aidé à sa "guérison".

Le fait que je lui dise que je ne savais pas comment "bien" agir à son retour a permis des discussions et beaucoup de tolérance chez l'un comme chez l'autre. Maintenant, je suis aussi d'avis de ne pas trop s'excuser, ni de trop vouloir bien faire. Car au vu de ce que tu dis Tonia, ton beau fils n'est pas non plus super stabilisé donc il est possible qu'au final cela se retourne contre toi. De prime abord, il semble vouloir faire les choses bien et te rassurer, mais il y aura peut être besoin de faire un point lors de votre prochain rendez-vous sur le traitement qui te semble léger. Il faut aussi le protéger de lui même et hélas parfois çà passe par un traitement un peu plus fort.

Il a quel traitement exactement? Moi, mon ami était assommé entre son téralithe (petite dose comme toujours), mais Risperdal et Loxapac en plus à forte dose, traitement baissé tous les 15 jours à chaque visite. Là, il n'a plus que son téralithe et c'est suffisant...

Pour finir, n'oublie surtout pas que ce que tu fais est admirable! Tu es là pour ton beau fils, tu essayes de trouver des solutions pour qu'il s'en sorte. Tu n'as rien à te reprocher! Retire toi toute cette culpabilité et tu verras, tu iras déjà mieux. Maintenant, pour être passée par là, je sais que c'est plus facile à dire qu'à faire!
Revenir en haut
tonia
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2015
Messages: 24

MessagePosté le: Dim 26 Juil 2015 - 12:10    Sujet du message: retour de la clinique... Répondre en citant

A propos des psy que j'ai pu rencontrer, je dois dire que celles de l'hôpital m'ont atterrée par leur manque de politesse, (elles ne savent ni dire bonjour ni se présenter, et encore moins écouter les personnes qu'elles n'ont convoquées que pour la forme, ou pire pour leur coller leur malade dans les pattes sans les avoir prévenus), et l'impression qu'elles m'ont donnée toutes les 2 de chercher à bâcler les entretiens et de nous faire nous sentir moins que rien, si jamais on pose trop de questions...
Je suis assez colère contre elles, et je me demande si je ne vais pas écrire à cette clinique pour leur dire ce que je pense de la façon dont ils nous ont maltraités, nous les parents... Notre fils lui a été bien traité je vous rassure, et ils l'ont quand même gardé un mois plein... je pense que c'est un établissement plus qu'utile, mais ils devraient vraiment revoir leur façon de communiquer avec les familles : et d'une un minimum de correction et de respect ne leur coûterait rien, et de deux en se renseignant un peu auprès des "aidants", en les écoutant, ils seraient aussi mieux à même de cerner leur patient et se laisseraient peut-être moins facilement abuser par ceux qui sont capables de simuler ou de se contenir un temps...
Tout le contraire de celle du CMP, qui n'a jamais cherché qu'à nous aider, a répondu présente à chaque fois que nous l'avons sollicitée, et très rapidement, et qui sait écouter premièrement, et répondre deuxièmement... Je la trouvais un peu trop prudente car elle ne veut pas poser de diagnostic, mais elle a pris la peine de m'expliquer sa façon de travailler... et j'ai compris qu'en tant que pédo-psychiatre, ayant donc à faire à des patients très jeunes, poser un diagnostic précis est pour elle peu pertinent, et que ça ne l'empêche pas de soigner au mieux ses patients, tout en laissant le temps au temps, parce qu'avant l'âge adulte, on ne peut rien prévoir avec certitude...
Est-ce une question de personne, ou de lieu ? Sans doute un peu des deux...
Revenir en haut
tonia
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2015
Messages: 24

MessagePosté le: Dim 26 Juil 2015 - 12:24    Sujet du message: retour de la clinique... Répondre en citant

Son traitement c'est une injection d'Abilify par mois : il a reçu la première à l'hôpital, qui devait être moins dosée que ne le seront les suivantes parce qu'il doit encore prendre un comprimé par jour pendant 10 jours, mais ensuite ce ne sera plus nécessaire... Si j'ai bien tout compris au total ça devrait lui faire 10 mg par jour... Il était à 12.5 il y a un an, et j'ai lu que la dose minimale pour adulte c'est 30... Même la pharmacienne lui a fait remarquer qu'un si faible dosage ne correspond pas à son âge et à sa stature... Mais je me demande brusquement si elle a aussi vu sur l'ordonnance la dose injectable...
Il a en plus un anxiolitique, Risperdal je crois, un demi comprimé le matin, un entier le soir et un ou un demi le midi "si besoin"...
Revenir en haut
tonia
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2015
Messages: 24

MessagePosté le: Dim 26 Juil 2015 - 15:48    Sujet du message: retour de la clinique... Répondre en citant

Je viens de rencontrer "la fille" d'hier soir...
En fait c'est une jeune femme de 34 ans, très sympathique et même charmante, qui m'a demandé la permission de loger quelque temps chez nous, dans le studio, le temps de trouver un appartement dans la ville d'à côté... Elle va commencer une formation de paysagiste en septembre, financée par Pôle Emploi : c'est la branche dans laquelle notre grand veut se lancer... Ils disent ne pas être du tout "en couple" et elle semble avoir à coeur de rendre comme elle peut les services qu'on lui rend. Elle a proposé de m'aider à arroser et entretenir le jardin, et elle a l'air de prendre soin de notre grand comme une vraie petite mère : elle sait qu'il rentre d'une clinique psychiatrique et qu'il a un traitement à prendre, elle veille à ce qu'il le prenne, se nourrisse et s'hydrate correctement... Et lui il a l'air calme et bien en sa présence... Elle lui a même fait un emploi du temps pour qu'il n'oublie surtout pas ses rendez-vous médicaux, au milieu d'activités avec des amis : promenades en ville, vide-grenier du village, visite du centre équestre du coin (il est passionné de chevaux, il allait souvent à ce centre rendre des services en échange du droit de monter parfois, et elle est fille d'éleveur)...
C'est un peu trop beau pour être vrai vous ne trouvez pas ?
Je suis d'un naturel confiant, je me suis laissée charmer par cette jeune personne bien élevée, bienveillante, un peu hippie (ce qui n'est pas pour me déplaire) et je me demande si je ne suis pas un peu naïve...
Qu'est-ce qui va clocher, qu'est-ce que je n'ai pas senti ?
Et puis le studio est petit, il n'est pas tout à fait terminé, la plaque de cuisson ne fonctionne pas (on hésite encore à mettre une bouteille de gaz), et il n'y a qu'un lit... Ils ont dit que ça ne les dérangeait pas, vu que ce n'est que très provisoire...
J'aimerais vraiment me réjouir pour lui, et si je n'étais pas si fatiguée avec le dos aussi douloureux depuis mon lever ce matin, je crois que j'aurais essayé d'en savoir plus sur elle et sur ce qu'ils pensent faire au-delà des 2 prochains jours...
Tonia, perplexe...
Revenir en haut
Sassandra
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2014
Messages: 488

MessagePosté le: Dim 26 Juil 2015 - 21:34    Sujet du message: retour de la clinique... Répondre en citant

tonia a écrit:
.
Qu'est-ce qui va clocher, qu'est-ce que je n'ai pas senti ?

Bonsoir ,
Tonia je pense que tu t'implques beaucoup trop personnellement

Si moi je reconnais que je suis impuissante devant ma maladie
que je sors du déni et que je fais ce qu'il y a à faire pour ma santé
il a fallu à un moment que j'accepte d'être impuissante devant la maladie de ma fille...

Ce n'était plus vivable.
Revenir en haut
Sassandra
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2014
Messages: 488

MessagePosté le: Dim 26 Juil 2015 - 21:42    Sujet du message: retour de la clinique... Répondre en citant

Perso, je trouve pas ça de bon aloi
- d'une de parler et de comparer les traitements
- deux de presque se substituer à la gente médicale à ce sujet

Les connaissant - si vous les approchez comme ça , ça fonctionnera pas..
ça créera des tensions
c'est leur métier et pas le votre
si vous n'avez pas confiance changer de toubib - mais c'est au compagnon et au jeune adulte de le décider
mais vous parlez ici de personnes "adultes malade" qui ont leur mot à dire
Et vous n'avez aucune idée de ce qui se passe dans le bureau..

Je m'excuse , ce n'est pas une critique
mais je le ressens ainsi
on ne sauve pas quelqu'un de la maladie mentale
de "sa" maladie mentale
en s'arqueboutant ainsi - on ne peut le sauver dailleurs
lui peut faire ce qu'il faut pour aller mieux.

Je n'aimerais pas qu'on s'introduise ainsi dans ma maladie
bien que je comprenne toute l'empathie qu'il y
a derrière vos tentatives.

Je vous embrasse
Revenir en haut
Perséphone
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 21 Déc 2013
Messages: 224

MessagePosté le: Dim 26 Juil 2015 - 22:41    Sujet du message: retour de la clinique... Répondre en citant

Bonsoir Sassandra,

Pour ma part, je ne suis pas d'accord avec ce que tu dis. Je préfère le dire de suite car j'ai déjà été confrontée aux discussions où les conjoints sont attendus au tournant et où tout ce qu'ils peuvent dire est analysé, critiqué et où ils sont remis en question. Je n'ai pas envie que ce soit le cas ici, donc voilà mon humble avis concernant ce que tu dis!

Il n'a jamais été question de comparer les traitements!!! Pour ma part, nous venons de déménager à l'étranger et ici, ils ne prescrivent aucunement le lithium et proposent d'autres molécules. Le psy actuel a conservé le lithium pour que mon ami n'ait pas de grands changements mais a évoqué que dans le temps, il serait judicieux pour ses organes d'évoluer vers une autre molécule. Donc j'avoue, je me renseigne sur le type de traitement existant. Il n'a jamais été question de comparer, mais juste de se renseigner! Et de savoir si le beau fils de Tonia avait un traitement plus fort que d'habitude, rien de plus. Je ne vois pas ce qui te fait dire qu'on cherche à comparer!!! Je suis la première à dire que chaque cas est différent!

Maintenant dire qu'on se substitue aux médecins, je trouve cela un peu poussé! On dit juste que l'accompagnement n'est pas toujours adéquat et que la famille n'est pas assez prise en compte. Comment expliques-tu un malade dont on te dit que tout va bien, que tu t'inquiètes de trop alors que toi tu dis qu'il ne va pas encore bien et pour lequel on t'appelle le lendemain matin en te disant qu'il a fait une grosse crise dans la nuit et qu'ils ont besoin d'infos pour mieux comprendre? Moi, je partage l'avis de Tania! La famille n'est pas assez sollicitée et très vite reléguée au second plan! Comment expliques-tu qu'un psychiatre d'urgence à qui tu dis que ton ami est en phase mais prêt à se faire aider si on sait le prendre à condition de ne pas lui parler de manie etc et qui devant le malade emploie ces termes à tel point que ton ami fugue et qu'on te dit juste "On ne peut rien faire mais vous n'y arriverez pas seule". On a beau vivre avec notre bipote, on nous fait bien comprendre qu'on ne sait pas, qu'on ne comprend pas.

Quant au fait de changer de psy, nous l'avons fait, mais qu'avec l'envie de mon ami de faire ainsi. Comment rester avec un psy qui ne prend pas en compte l'urgence d'une situation? Qui ne prend même pas de nouvelles? Donc oui, nous avons changé de psy pour rester avec celle qui a suivi la crise mais conservé notre trio de confiance avec mon ami, son doc généraliste et moi.

Quant à l'intrusion dans la maladie, pour ma part, elle n'existe pas et je trouve cela très réducteur de ta part. Le fait que mon ami m'intègre à sa vie dans ses bons et mauvais moments, avec sa maladie et ce qu'elle comporte, n'est en aucun cas m'ouvrir la voie à être intrusive mais plutôt une grande confiance de sa part et une réelle envie d'avancer ensemble. Et comme il dit si bien, qui mieux que moi qui partage sa vie, peut l'aider à trouver des clefs pour mieux vivre et mieux vivre ensemble? Où est le mal à cela?

Voilà, c'est une Perséphone un peu gonflée des jugements toujours hâtifs qui répond ce soir et se justifie d'une certaine manière.

Je peux parfois sembler sûre de moi, mais c'est parce que nous avons fait de la maladie de mon ami notre réalité, notre problème que je peux me le permettre. Cet après-midi encore, il me faisait une très belle déclaration sur les combats menés ensemble. Je n'aime pas ce côté le malade d'un côté, la famille de l'autre. On forme une "famille", sinon il ne faut pas vivre ensemble!
Revenir en haut
Perséphone
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 21 Déc 2013
Messages: 224

MessagePosté le: Dim 26 Juil 2015 - 22:46    Sujet du message: retour de la clinique... Répondre en citant

Bonsoir Tonia,

Pour ma part, je comprends ton implication et tout ce stress. Je suis passée par là l'été dernier. Je ne dis pas que c'est la bonne réaction, loin de là, je dis juste que je la comprends. On est tellement marqués par ces événements, tellement angoissés à l'idée que çà puisse recommencer si jamais il n'a pas assez récupéré qu'on en oublie de se détendre et de relâcher la pression.

Je te dirais juste de laisser venir. Ton beau fils semble faire beaucoup d'efforts pour te rassurer et la jeune femme que tu as rencontrée a l'air bien selon tes dires, donc ne vois pas le pire de suite (même si c'est ce que fait notre cerveau dans ces situations là, crois moi, le mien faisait la même chose!!!), laisse lui / leur le bénéfice du doute.

L'essentiel est que ton beau fils aille mieux, qu'il soit bien encadré et épaulé et cela a l'air d'être le cas. Peut être que ce sera plus facile aussi pour toi demain, de mémoire, ton mari revient?
Revenir en haut
Sassandra
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2014
Messages: 488

MessagePosté le: Dim 26 Juil 2015 - 23:19    Sujet du message: retour de la clinique... Répondre en citant

......
Revenir en haut
tonia
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2015
Messages: 24

MessagePosté le: Dim 26 Juil 2015 - 23:43    Sujet du message: retour de la clinique... Répondre en citant

Merci à vous deux !

c'est sûr que je m'implique beaucoup, peut-être trop... c'est pas évident de trouver la bonne distance...
je me décris souvent comme "monomaniaque", pour exprimer que quand je me penche sur quelque-chose qui m'importe, ça me prend tout le temps qu'il faut, et je ne lâche pas tant que je n'ai pas la sensation d'avoir fait tout mon possible... ça a ses avantages et ses inconvénients...

mais le temps est peut-être venu de lâcher un peu prise là... mon dos essaie de me le dire je crois... et vous deux aussi, chacune à votre façon...

Message reçu, je vais me coucher plus zen qu'hier...
merci encore à toutes les deux, la chaleur et la franchise, ça fait du bien !

Tonia, philosophe ;-)
Revenir en haut
Sassandra
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 04 Oct 2014
Messages: 488

MessagePosté le: Lun 27 Juil 2015 - 09:42    Sujet du message: retour de la clinique... Répondre en citant

Revenir en haut
Perséphone
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 21 Déc 2013
Messages: 224

MessagePosté le: Lun 10 Aoû 2015 - 15:12    Sujet du message: retour de la clinique... Répondre en citant

Coucou Tonia,

Quelles sont les nouvelles? Est ce que le retour de ton mari a permis de t'apaiser un peu?
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:06    Sujet du message: retour de la clinique...

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le forum des bipotes Index du Forum ->
Questions / Réponses
-> Aide aux proches.
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Wikipedia | Psychomedia | Troubles-bipolaires.com | camh.ca - Le trouble bipolaire : Guide d'information | Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com