Forum d'information, de psychoéducation et d'entraide pour les personnes avec un trouble bipolaire (maniaco-dépression).
Le forum des bipotes  Index du Forum FAQ Rechercher S’enregistrer Connexion

Recommandations pour la santé somatique

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le forum des bipotes Index du Forum ->
Informations
-> Psycho-Education, Actualités médicales et thérapeutiques.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Team bipote
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 13 Avr 2014
Messages: 863

MessagePosté le: Dim 4 Oct 2015 - 16:51    Sujet du message: Recommandations pour la santé somatique Répondre en citant

DES RECOMMANDATIONS POUR LA SANTÉ SOMATIQUE


L’état de santé physique des patients présentant des troubles schizophréniques et bipolaires est longtemps resté méconnu des psychiatres et des généralistes. Leur préoccupation principale était la surmortalité par suicide de ces patients, qui présentent cependant les mêmes maladies somatiques aiguës et chroniques que la population générale, tout en ayant moins recours aux soins. Dans ce contexte, des recommandations de bonnes pratiques émises par la Fédération française de psychiatrie (FFP) et le Conseil national professionnel de psychiatrie (CNPP) ont été labellisées par la Haute autorité de santé (HAS).

Ces recommandations ont pour objectif de prévenir et repérer plus précocement les pathologies somatiques de ces patients et d’améliorer leur prise en charge pendant et après les hospitalisations en psychiatrie, ou lors de leur accueil en structure spécifique d’hébergement. Ces améliorations passent par une prise en charge pluridisciplinaire organisée et des formations des différents acteurs (soignants et personnels sociaux, mais aussi entourage et patient lui-même). Les auteurs attirent aussi l’attention sur les spécificités des patients, en particulier en ce qui concerne « l’expression de leur souffrance somatique qui peut prendre des masques inhabituels ». Globalement il est recommandé aux professionnels d’être « proactifs » pour améliorer ces soins somatiques (lire aussi Patients psychotiques en oncologie, M. Reich, Santé mentale n° 191, octobre 2014).

Recommandation de bonne pratique en psychiatrie : comment améliorer la prise en charge somatique des patients ayant une pathologie psychiatrique sévère et chronique, Fédération française de psychiatrie. Juin 2015, à télécharger sur www.psydoc-france.fr/conf&rm/rpc/

http://www.santementale.fr/actualites/des-recommandations-pour-la-sante-som…
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 4 Oct 2015 - 16:51    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Team bipote
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 13 Avr 2014
Messages: 863

MessagePosté le: Jeu 5 Mai 2016 - 16:46    Sujet du message: Recommandations pour la santé somatique Répondre en citant

L’erreur de séparer les soins primaires et les soins de santé mentale







Séparer les soins physiques et les soins psychiques et les gérer comme deux systèmes de soins différents est une erreur qui a été commise pendant des décennies. La progression de la tendance à l’intégration des soins a été lente, mise en question pour des raisons historiques et culturelles et entravée par des barrières institutionnelles. Le changement d’approche et la révision des pratiques et des services de soins sont l’occasion d’améliorer la santé et les soins ainsi que l’efficience des dépenses de santé.

Le lexique a également évolué parallèlement à cette tendance menant vers l’intégration en matière de santé. Le terme « intégration des soins en santé mentale » est utilisé pour définir la prestation de soins par une équipe de professionnels de soins primaires et de spécialistes en santé mentale qui travaillent avec les patients et leurs familles, et qui emploient une approche systématique et économiquement abordable pour une prise en charge physique et mentale centrée sur le patient.

Un vaste segment de la population souffrant de problèmes de santé mentale attend que les professionnels de la santé travaillent ensemble pour répondre à ses besoins. Heureusement, il existe des initiatives au niveau communautaire qui ont relevé le défi telles que l’Advancing Care Together (ACT) et l’Integrated Workforce Study (IWS). Les deux initiatives ainsi que d’autres études comparatives mentionnées dans l’article révèlent une série de bonnes pratiques sur ce que signifie la mise en œuvre d’une prise en charge intégrée, compte tenu de la variété de réalités sociales et démographiques qui existent. Ces études s’adressent principalement aux professionnels qui souhaitent améliorer la prise en charge des personnes atteintes de troubles somatiques et mentaux de façon conjointe. S’y ajoutent également des descriptions et des observations sur le nombre d’éléments clés pour élargir les cadres où la prise en charge intégrée a été établie et mise en œuvre dans les centres de santé.





L’article souligne également que des facteurs structurels comme la conception du centre de santé peuvent empêcher une prise en charge intégrée, et émet des recommandations concernant la reconfiguration ou la transformation de l’espace à partir de zéro. D’autres auteurs identifient une demi-douzaine de cas dans lesquels les professionnels de la santé mentale et des soins primaires ne disposaient pas d’une formation complète pour mettre en œuvre cette approche. Il est ainsi recommandé aux universités d’améliorer la préparation des futurs diplômés dans une perspective d’intégration en santé mentale intégrée. Une auteure indique la nécessité de vaincre les restrictions concernant la collecte de données et l’échange d’informations pour que cette approche soit possible.

L’article observe également que, selon le contexte, une approche de prise en charge intégrée peut s’exprimer et s’interpréter de façon différente en fonction du centre de santé. En résumé, l’article recueille une série de bonnes pratiques indiquant comment l’intégration des soins de santé mentale et de santé physique peut être mise en œuvre dans les soins primaires. Cette approche finira par s’imposer et par devenir une pratique standardisée, la question est maintenant de savoir quand.



Source : Green LA, Cifuentes M.Advancing Care Together by Integrating Primary Care and Behavioral Health. Journal of the American Board of Family Medicine. 2015. Disponible sur : http://www.jabfm.org/content/28/Supplement_1/S1.short



http://somapsy.org/fr/erreur-separer-soins-primaires-sante-mentale/
Revenir en haut
Team bipote
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 13 Avr 2014
Messages: 863

MessagePosté le: Ven 6 Mai 2016 - 18:48    Sujet du message: Recommandations pour la santé somatique Répondre en citant

Dix priorités pour l’intégration de la santé physique avec la santé mentale



28/04/2016


L’interaction entre la santé mentale et la santé physique a des conséquences importantes à tous les niveaux du système de santé et des affaires sociales. Le rapport de King’s Fund Bringing together physical and mental health définit dix priorités à suivre pour parvenir à la pleine intégration de la santé physique avec la santé mentale.


Priorité 1 : Intégrer la santé mentale dans les programmes de santé publique

Les activités de prévention et de promotion de la santé mentale représentent un coût inférieur à 0,03 % des dépenses de santé mentale du National Health Service (NHS) britannique.

Une approche plus intégrée de la santé permettra de combattre de façon coordonnée les facteurs déterminants d’une mauvaise santé physique et mentale, avec des approches locales pour combiner des ressources de différents secteurs, en donnant la priorité aux interventions permettant d’améliorer la santé mentale et la santé physique de manière conjointe.


Priorité 2 : Promouvoir la santé chez les personnes atteintes de graves problèmes de santé mentale

Les personnes atteintes de troubles mentaux graves, tels que le trouble bipolaire ou la psychose, présentent un risque élevé de souffrir d’une maladie physique découlant des effets collatéraux de leur traitement médicamenteux, des facteurs de risque liés à leur mode de vie et des déterminants socio-économiques.

Les patients atteints de troubles mentaux graves devraient bénéficier de façon prioritaire des interventions en matière de santé publique. Ces interventions devraient comprendre des services spécialisés visant à promouvoir un mode de vie plus sain et les examens médicaux devraient être accessibles à tous. Les entités communautaires et les organisations de bénévoles devraient jouer un rôle important dans l’adoption de modes de vie plus sains, et les familles et les soignants devraient également être plus actifs dans ce processus.


Priorité 3 : Amélioration de la prise en charge des symptômes non explicables médicalement dans le cadre des soins primaires

Plus de 40 % des patients ambulatoires ayant des symptômes médicalement non explicables, tels que la douleur musculo-squelettique, les maux de tête persistants, la fatigue chronique, etc., souffrent aussi d’anxiété ou de dépression.

Les besoins de ces patients varient énormément et, selon le rapport, on constate qu’une prise en charge biopsychosociale fournie dans un cadre de soins échelonné peut être efficace pour une partie d’entre eux. Les médecins de famille jouent un rôle important pour identifier les patients, déterminer les facteurs psychosociaux et reconnaître l’existence réelle de ce type de symptômes.






Priorité 4 : Renforcer les soins primaires en matière de besoins de santé somatique chez les personnes atteintes de maladies mentales graves

La faible détection et le faible traitement de maladies physiques contribuent à l’augmentation des taux de mortalité des personnes schizophrènes. La responsabilité liée à la surveillance et à la prise en charge de la santé physique des personnes atteintes de troubles mentaux graves doit être répartie entre les soins primaires et les médecins spécialistes en santé mentale, sur la base d’accords locaux et clairs, incluant des bilans de santé physique annuels effectués de façon adéquate et la formation des infirmiers qui mènent ces interventions.


Priorité 5 : Soutien en santé mentale aux patients atteints de problèmes de santé de longue durée

Les personnes atteintes de problèmes de santé de longue durée ont trois fois plus de risques de souffrir de problèmes de santé mentale, la dépression et l’anxiété étant les maladies les plus communes. Ces patients devraient recevoir des soins psychologiques dans le cadre de leur traitement. Ces soins doivent inclure, entre autres, une éducation psychosociale régulière et une aide en matière de réadaptation cardiaque et pulmonaire, la promotion des groupes de soutien (locaux ou en ligne), et la participation de psychologues cliniques au sein d’équipes multidisciplinaires pour permettre le transfert de connaissances et de compétences dans ces équipes.


Priorité 6 : Soutien en matière de santé mentale et bien-être des soignants

Au Royaume-Uni, plus de six millions de personnes prennent soin de façon informelle de personnes souffrant d’une maladie ou d’un handicap. Les besoins en matière de santé mentale et physique des soignants et des membres de la famille doivent être évalués dans le cadre des soins habituels fournis aux patients atteints de maladies de longue durée ou de maladies terminales.


Priorité 7 : Soutien en santé mentale dans les hôpitaux prenant en charge les troubles aigus

L’inexistence d’un soutien constant en santé mentale pour les usagers des services des établissements prenant en charge les troubles aigus a des répercussions importantes sur le vécu du patient ainsi que sur les résultats en matière de santé.

Une approche intégrée impliquerait que les professionnels aient les compétences et l’assurance nécessaires pour gérer la santé mentale de façon appropriée. Les professionnels qui travaillent aux urgences et dans les différents services doivent savoir identifier la démence, le délire, l’automutilation et la psychose aigüe, et prendre les mesures adéquates face à ces situations. Les équipes de soins primaires doivent avoir la capacité d’aider les patients à faire des ajustements psychologiques dans le cadre de leur maladie, ou de gérer les symptômes non explicables médicalement.


Priorité 8 : Gérer la santé mentale et la santé physique dans les services hospitaliers

L’admission dans un service hospitalier devrait être considérée comme une opportunité pour améliorer la santé mentale et physique du patient. Les personnes admises dans un service de santé mentale doivent passer un examen physique complet au moment de l’admission ou dans les 24 heures suivant l’admission, et les analyses nécessaires doivent être effectuées de façon rapide et bien documentée.

Une plus grande stabilité des patients hospitalisés contribuerait à fournir des services de soins généraux appropriés dans le service hospitalier.


Priorité 9 : Fourniture de soins intégrés de santé mentale périnatale

Les problèmes de santé mentale affectent une femme sur cinq pendant la période périnatale. Dans un service intégré, les soins en santé mentale périnatale doivent être fournis par un spécialiste en santé mentale périnatale dans les services de maternité qui, en outre, forme son équipe et travaille de façon conjointe avec les gynécologues, sages-femmes, aides-soignantes et médecins de famille. Tous les professionnels liés à la grossesse et au post-partum ont un rôle important à jouer pour veiller à ce que les soins en santé mentale fassent partie du processus périnatal.


Priorité 10 : Soutien aux besoins en matière de santé mentale dans les centres résidentiels

Les personnes travaillant dans les résidences doivent avoir la formation nécessaire pour être capables de détecter et de gérer la démence, le délire, la dépression et autres maladies, avec le soutien et la supervision des spécialistes. Les médecins de famille qui travaillent avec des personnes âgées dans des résidences doivent être capables d’identifier les personnes ayant besoin d’aide en santé mentale, et de fournir des informations et des conseils aux soignants de la résidence.



Naylor C, Das P, Ross S, Honeyman M, Thompson J, Gilburt H. Bringing together physical and mental health: a new frontier for integrated care. The King’s Fund, Marzo 2016. Disponible sur : http://www.kingsfund.org.uk/publications/physical-and-mental-health



http://somapsy.org/fr/dix-priorites-integration-sante-physique-sante-mental…
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:48    Sujet du message: Recommandations pour la santé somatique

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le forum des bipotes Index du Forum ->
Informations
-> Psycho-Education, Actualités médicales et thérapeutiques.
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Wikipedia | Psychomedia | Troubles-bipolaires.com | camh.ca - Le trouble bipolaire : Guide d'information | Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com