Forum d'information, de psychoéducation et d'entraide pour les personnes avec un trouble bipolaire (maniaco-dépression).
Le forum des bipotes  Index du Forum FAQ Rechercher S’enregistrer Connexion

Comment avez-vous réagi aux attentats ?

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le forum des bipotes Index du Forum ->
Questions / Réponses
-> Entraide et soutien...
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
luciel
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 27 Nov 2013
Messages: 344

MessagePosté le: Lun 30 Nov 2015 - 11:40    Sujet du message: Comment avez-vous réagi aux attentats ? Répondre en citant

Bonjour,
tout ce qui se passe ces derniers temps m'a rendue angoissée et stressée terriblement. Je n'habite pas loin du "Bataclan", j'ai déposé des fleurs, l'un de nos proches a perdu sa meilleure amie, je suis pas bien du tout, depuis. Parfois, exaltée, je ne supporte pas qu'on me contredise et j'ai envie de prendre des armes. Puis, je sombre dans une énorme déprime et je pleure sans cesse. Déjà, je dors mieux, car les premières nuits, je me réveillais en sursaut en croyant entendre des balles. Ma psychiatre m'a prescrit des somnifères. Il faut aussi que je me détende, dit-elle. Mais comme je l'ai déjà dit ici, j'ai repris des études et j'ai mon mémoire à rendre.. demain, puis soutenance le 17. Je ne supporte plus rien ni personne, c'est atroce. Comment vous faites, vous ?

▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬▬▬▬▬▬▬
 
"Est-ce que l'océan Dans ses profondeurs

Possède autant de silence Que j'en ai en moi ?" (Guillevic)
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 30 Nov 2015 - 11:40    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
eurydice29
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 07 Nov 2015
Messages: 64

MessagePosté le: Lun 30 Nov 2015 - 13:08    Sujet du message: Comment avez-vous réagi aux attentats ? Répondre en citant

Bonjour Luciel,

Je suis loin de Paris et il est plus facile de se détacher de certaines choses quand on les vit par intermédiaires.

Je suis désolée pour le proche qui a perdu quelqu'un...

J'ai suivi, comme tout le monde je pense, l'actualité et j'ai ressenti du dégoût pour ces personnes lâches...

Pour le reste, j'ai appris à me détacher un peu plus, et les ennuis familiaux ont remporté sur l'actualité.

Bon courage pour ta soutenance.

Bonne journée.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬▬▬▬▬▬▬
 
Eurydice29
Revenir en haut
fontaine
Bipote Diamant

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2008
Messages: 2 386

MessagePosté le: Ven 4 Déc 2015 - 15:59    Sujet du message: Comment avez-vous réagi aux attentats ? Répondre en citant

bonjour luciel
j'habite à bry sur marne en banlieue est, ligne a du rer
mon mari et moi sortons souvent à paris, entre autre, pour voir des concerts (en mars je vais voir Muse)
Nous sommes très triste de ce qui est arrivée
avec le temps je suis encore plus triste du battage médiatique, du rattrapage politique par des personnes parfois bien peu concernée par la liberté de la rue et de ses fêtes, le climat pesant qui s'est installé, l'impression de vouloir fabriquer le "bon français"
je pense à un double mal : les coups, le deuil, puis la perversion des propos
pour ma part je zap beaucoup la télé, non que je ne sois pas informé, je privilégie l'écrit, les journaux de réflexion de fond.
j'aurai en mémoire quelques images de solidarité : les pyramides du Caire et l'opéra de Sydney en bleu, blanc ,rouge.
après, c'est terrible, mais la vie est un torrent
je pense aux syriens qui sont en guerre depuis des années et qui voient se multiplier les bombardements, peut être à raison, mais il y a toujours des vies humaines inconscientes sous les bombes.
je pense aux irakiens, aux maliens
a tout ces peuples déjà très pauvres et en guerres
moi je vais décorer mon appartement pour noël
si loin, si proche....
Revenir en haut
melinagordon2
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 19 Nov 2010
Messages: 50

MessagePosté le: Ven 4 Déc 2015 - 21:44    Sujet du message: Comment avez-vous réagi aux attentats ? Répondre en citant

J'habite en Belgique, et je suis allée voir plusieurs fois les Eagles of Death Metal, et beaucoup d'autres concerts. Je m'interdis de penser aux attentats car je sens tout de suite ma cervelle partir en live ! J'etais a Vienne à ce moment là, j'ai du reprendre l'avion le dimanche des attentats, je me suis un peu enivrée pour tenir le coup. Mais non je ne peux pas y penser sinon je débloque, j'ajoute les syriens qui quittent leur pays et qui arrivent chez nous et qu'on traite avec mépris, j'ajoute les problèmes de pollution-climat...et je ne sors plus de chez moi.
Donc non non, je n'ai pas le droit d'y penser sinon je meurs.

Courage à toi, à tous.

Melina

▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬▬▬▬▬▬▬
 
J'ai l'impression d'avoir été laissée pour morte au bord d'une route sur laquelle personne ne passe...
Revenir en haut
SteBipo75
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 29 Sep 2012
Messages: 148

MessagePosté le: Lun 14 Déc 2015 - 11:38    Sujet du message: Comment avez-vous réagi aux attentats ? Répondre en citant

Je suis parisien et les attentats, comme tout le monde, j'ai l'impression de les avoir pris en pleine poire. Les premiers jours, je n'étais vraiment pas fier. Maintenant, cela va mieux. J'apprends à me détacher, à tel point que je ne me sens pas vraiment menacé. En fait, je me sentirais vraiment en sécurité chez moi si je n'avais pas ma femme et mes enfants. J'ai peur pour eux, pas pour moi.
Revenir en haut
Aime-Ti
Bipote Diamant

Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2008
Messages: 3 558

MessagePosté le: Jeu 17 Déc 2015 - 07:44    Sujet du message: Comment avez-vous réagi aux attentats ? Répondre en citant

Après les attentats de Paris, les services psy saturés de victimes qui « pensaient aller bien »

Source : Le Monde.fr du 17.12.2015 Par Manon Rescan

Jusqu’à présent, Fabrice (le prénom a été changé) n’avait pas eu envie de revenir à Paris. Reprendre le TGV en gare de Marseille-Saint-Charles, comme ce vendredi 13 novembre au soir où il avait rendez-vous au Bataclan. Monter dans le métro. Affronter ces lieux où il a vécu l’indicible. Les tirs, l’angoisse, le sang et la mort. Presque un mois après les attentats de Paris, il l’a finalement fait : il est venu porter plainte au 36, quai des orfèvres. Puis il s’est rendu à la cellule d’urgence médico-psychologique de l’Hôtel-Dieu pour obtenir une évaluation du préjudice moral subi, lui qui a évité de peu la blessure : la balle n’a fait qu’effleurer son bras.

Depuis, comme un certain nombre de victimes, il pensait que ça allait. Et puis finalement non, ça n’allait pas. Un contrecoup « classique après un tel traumatisme », observe Nicolas Dantchev, responsable du service de psychiatrie de l’Hôtel-Dieu, qui accueille un centre de consultation médico-psychologique d’urgence pour les victimes des attentats de Paris.

Lire aussi : Attentats : quel suivi psychologique pour les victimes de janvier ?

Troubles différés

« Certains reprennent leur vie comme avant, retournent au travail, et puis les symptômes de traumatisme – flash-back, troubles du sommeil, scènes choquantes qui tournent en boucle – apparaissent plus tard. On parle alors de “troubles différés” ». Ces signaux peuvent apparaître jusqu’à trois mois après le choc. Pour Fabrice, cela se soldera par trente jours d’arrêt de travail.

C’est ainsi que les consultations n’ont pas cessé à l’Hôtel-Dieu, depuis le 13 novembre. Elles ont diminué, bien sûr, loin des 80 rendez-vous des premiers jours. Mais, quotidiennement, les psychiatres reçoivent encore entre dix et quinze nouveaux patients. Et, chaque jour, « on en voit dont c’est la première consultation psychologique », poursuit Nicolas Dantchev.

« Il y a plusieurs profils de personnes que l’on reçoit pour la première fois », explique Thierry Baubet, responsable de la cellule d’urgence médico-psychologique (CUMP) de Seine-Saint-Denis (93). Outre les témoins de scènes de fusillades, ou arrivés sur place peu après, atteints de troubles différés, « il y a des blessés, ou les proches de personnes décédées, qui ont été occupés à d’autres choses depuis les attaques… », énumère-t-il.

Evitement


Mais il y a aussi celles et ceux qui ne sont pas allés consulter tout de suite, non pas parce que « ça allait », mais parce qu’elles ou ils étaient déjà très atteint(e) s, sans forcément le savoir. « Ces personnes ont tout fait depuis les attentats pour éviter d’évoquer les événements traumatisants », explique le médecin.

« C’est ce que l’on appelle l’évitement », détaille M. Dantchev. Les victimes désertent alors les lieux publics très fréquentés comme les transports en commun, ou les lieux qui leur rappellent les traumatismes, territoires où elles se sentent oppressées. « Pour certains, cela devient invalidant au point de ne plus pouvoir sortir de chez eux », explique le psychiatre.

Pour ceux-là, une simple séance de débriefing psychologique ne suffira pas à apaiser les troubles. « Lorsque les symptômes persistent, il faut une vraie prise en charge », note M. Dantchev, qui évoque un suivi du patient dans la durée, impliquant une psychothérapie et, parfois, un traitement médicamenteux.

Ces patients sont d’habitude orientés vers des services de psychiatrie spécialisés en psychotraumatologie. « Le problème, c’est que, en Ile-de-France, toutes les structures sont débordées et saturées, s’inquiète Nicolas Dantchev. En temps normal, on a déjà du mal à trouver des consultations pour les victimes de viols ou de violences, qui ont besoin de ce genre de soin. Dans le contexte actuel, c’est encore plus compliqué. »

Renforcer l’aide

À Paris, l’Hôtel-Dieu, comme l’hôpital Tenon (spécialisé en psychotraumatologie) ne sont ainsi plus en mesure d’accueillir de nouveaux patients pour un suivi de longue durée. Ces derniers sont alors orientés vers des psychiatres moins spécialisés. « Des services ont ouvert des consultations supplémentaires, mais ça n’est pas suffisant », poursuit le médecin.

Selon Thierry Baubet, qui a bâti sa consultation en psychotraumatologie à Bobigny « sans moyens publics supplémentaires », « il faut que les pouvoirs publics se posent la question de renforcer l’aide » dans ce domaine de la psychiatrie, « et pas uniquement dans Paris intra-muros », plaide-t-il. Car d’après M. Dantchev, la demande de soins psychotraumatologiques n’est pas uniquement conjoncturelle. « On voit qu’elle augmente depuis quelques années, mais avec ces attentats, ça va exploser. »

De son côté, la direction générale de la santé précise que ces questions seront abordées dans le cadre des « retours d’expérience » sur la mise en place du dispositif de prise en charge des victimes des attentats, dont elle promet que « les résultats, attendus mi-janvier, permettront son amélioration ».

▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬▬▬▬▬▬▬
 
Les principaux sujets du forum qui m’ont aidé à me rétablir
Revenir en haut
Seth
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 10 Oct 2012
Messages: 292

MessagePosté le: Ven 18 Déc 2015 - 11:05    Sujet du message: Comment avez-vous réagi aux attentats ? Répondre en citant

Bonjour les bipotes,

Pour ma part j'ai appris cela dans un bar le vendredi soir. Comme on avait pas la TV et qu'on regardait pas nos portables, le patron nous a littéralement sauté dessus pour crier à la catastrophe. C'était effectivement le cas mais je n'ai pas trop apprécié la façon dont il l'a "hurlé" façon chaines d'information.

Ca me retourne encore maintenant même si il faut continuer à vivre. Je me demande comment des individus en sont venus à faire ça. Ca me rappelle que nous n'avons pas tous le même respect pour la vie.

C'est peut-être existentielle mais pour moi, la vie on n'y touche pas et ça, en toute circonstance. Il y encore des personnes de bonne volonté dans ce monde mais partout où elles échouent, le mal triomphe.
D'un côté on se bat de pleins de façons pour sauver des gens de la faim ou de la maladie, et d'un autre, on se fait du mal les uns aux autres parce qu'on ne pensent pas pareil.
il m'arrive de penser que le mot "humanité" perd parfois son sens.
Bref, quand je réfléchis, ça me ramène souvent aux questions sur la nature humaine et j'en suis triste.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬▬▬▬▬▬▬
 
Troubles bipolaires de type II sur personnalité limite.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:49    Sujet du message: Comment avez-vous réagi aux attentats ?

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le forum des bipotes Index du Forum ->
Questions / Réponses
-> Entraide et soutien...
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Wikipedia | Psychomedia | Troubles-bipolaires.com | camh.ca - Le trouble bipolaire : Guide d'information | Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com