Forum d'information, de psychoéducation et d'entraide pour les personnes avec un trouble bipolaire (maniaco-dépression).
Le forum des bipotes  Index du Forum FAQ Rechercher S’enregistrer Connexion

Parler de suicide est banal pour moi et vous ?

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le forum des bipotes Index du Forum ->
Questions / Réponses
-> Entraide et soutien...
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
melinagordon2
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 19 Nov 2010
Messages: 50

MessagePosté le: Jeu 10 Déc 2015 - 22:31    Sujet du message: Parler de suicide est banal pour moi et vous ? Répondre en citant

Bonsoir à tous,

je suis furieuse apres moi meme, un ami est venu l'autre jour pour me parler de son mal-etre, de son manque de gout pour la vie. Pas de chance pour lui ce jour-là je n'avais pas le moral, on ne parvient pas à me stabiliser, j'ai beaucoup d'effets secondaires avec les traitements (en plus de prendre du poids (évidement)) ; je demarre un nouvel AD car mes envies suicidaires reprennent. Et je n'ai pas su l'aider, au lieu de ca on a broyé du noir à 2. Aujourd'hui j'apprend qu'il est en HP, il a tenté de se suicider d'abord au gaz, ensuite avec ds somnifères ; donc pas vraiment un appel a l'aide.

Je m'en veux, mais pour moi parler du suicide est une chose banale, j'ai du faire au moins 10 ts. Mon mari me dit que ce n'est pas ma faute, que cet ami est au courant que je suis bipo, qu'il venait chercher auprès de moi du "courage" plus qu'un "changement de projet". Je découvre alors que je parle de suicide tres facilement, j'ai fais une derniere ts l'année dernière, c'est mon mari qui m'a trouvé-sauvé, depuis je lui en veux, j'aurai preferé mourir...je suis diagnostiquée depuis 5 ans et toujours pas stabilisé, je n'en peux plus.

Pour vous aussi, le suicide est un sujet banal ?

Merci de me lire,

Melina

▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬▬▬▬▬▬▬
 
J'ai l'impression d'avoir été laissée pour morte au bord d'une route sur laquelle personne ne passe...
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 10 Déc 2015 - 22:31    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Divergent
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 12 Avr 2015
Messages: 59

MessagePosté le: Jeu 10 Déc 2015 - 22:44    Sujet du message: Parler de suicide est banal pour moi et vous ? Répondre en citant

Salut Melina

Je me surprend à parler beaucoup de suicide voire parfois de rigoler sur ma propre possibilité de suicide (du genre passer sur un pont avec une voie ferrée en dessous, et dire à l'ami à coté de moi: "tient c'est un sacré endroit pour ne pas se louper". J'ai de plus en plus ce genre de réflection mais aussi par moment des phrases qui suggèrent que ma pensée est au suicide (comme en ce moment d'ailleurs).

Je sais que ce n'est pas normal mais ça me vient naturellement, alors que pour les autres, non ce n'est pas banal.

C'est peut être notre rapport à la mort et à la vie qui fait qu'on en parle plus

▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬▬▬▬▬▬▬
 
En bordure des bornes des limites
Être conscient de vivre confirme t'il la réalité de la vie?
BP II (voire I à confirmé) / trouble de la personnalité limite
Revenir en haut
Divergent
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 12 Avr 2015
Messages: 59

MessagePosté le: Jeu 10 Déc 2015 - 22:45    Sujet du message: Parler de suicide est banal pour moi et vous ? Répondre en citant

Je rajouterai tout de même que parler de suicide ou d'en rigoler, je crosi que c'est déjà considéré comme un acte para suicidaire. Mais pas sur

▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬▬▬▬▬▬▬
 
En bordure des bornes des limites
Être conscient de vivre confirme t'il la réalité de la vie?
BP II (voire I à confirmé) / trouble de la personnalité limite
Revenir en haut
melinagordon2
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 19 Nov 2010
Messages: 50

MessagePosté le: Jeu 10 Déc 2015 - 23:07    Sujet du message: Parler de suicide est banal pour moi et vous ? Répondre en citant

Oui l'autre jour une amie me parlait de quelqu'un qui s'est pendu, je me suis exclamée :"c'est ca qu'il faut faire !", bon quand j'ai vu la tete de ma copine, j'ai compris que ca ne se disait pas vraiment.

J'ai l'impression que d'en rire ca dédramatise un peu le truc, parce que pour moi ca fait partie de mon quotidien...

▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬▬▬▬▬▬▬
 
J'ai l'impression d'avoir été laissée pour morte au bord d'une route sur laquelle personne ne passe...
Revenir en haut
Brouillon
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2011
Messages: 539

MessagePosté le: Ven 11 Déc 2015 - 05:22    Sujet du message: Parler de suicide est banal pour moi et vous ? Répondre en citant

Je ne parle pas de suicide, je ne veux pas inquiéter mon entourage, je ne veux pas leur faire porter ce fardeau, je ne veux pas qu'on m'empêche de passer à l'acte. J'ai une véritable gêne à parler de mes pensées suicidaires, je respecte trop l'élan vitale des autres pour vouloir l'entacher. Même avec mes psys, j'ai du mal à en parler, maintenant, elles me comprennent à demi mots.
Revenir en haut
fontaine
Bipote Diamant

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2008
Messages: 2 387

MessagePosté le: Ven 11 Déc 2015 - 08:34    Sujet du message: Parler de suicide est banal pour moi et vous ? Répondre en citant

bonjour melinagordon
il y a 7 ans j'ai vécu la même aventure que toi, sauf que mon amie s'est suicidée , elle devait avoir 31 ans (moi dix ans de plus)
nous étions voisines , nous allions chez l'un, chez l'une.
ce que n'ais je pas vu?
que nous prenions le même médicament: depakote
Sandra commençait a se blesser, a avoir des réactions de plus en plus extrêmes et, il faut le dire ,devenez difficile à raisonner .Son état a très vite empiré.
moi je me débâtais avec un alcoolisme qui me paraissait sans espoir
je me rappelle encore de cette soirée ou mon amie célibataire voulait un enfant pour s'accrocher à quelques choses
et moi de me montrer très hostile à l'idée qu'un enfant pouvait aidé
je me rappelle la fois ou elle m'a demandé de se mettre entre mes bras, pourquoi ais je dit non ? je comprends maintenant son manque de câlins
que dire, décembre 2006 après une ts j'ai atterri au kremelin bicetre puis dans une clinique de nogent qui m' a mise sous lithium et a prononcée le mot de bipolaire
5 mois plus tard, mon amie a fait la même chose et est décédée, car elle était seule
mon mari m'ayant trouvé inerte avait appelé les secours
sandra est morte toute seule
c'est terrible de voir une femme seule disparaitre, voir son appartement vendu et la vie repartire ailleurs, entendre "si sandra voulait disparaitre ,c'était mieux ainsi."
il ne faut pas se tuer en pensant donner mauvaise conscience, le monde reprend sa vie très vite;...c'est comme une mer qui se referme sur un bateau naufragé
Sandra est ma mauvaise conscience. Ma seule excuse : nous vivions ensemble des moments difficiles et cette sorte de compétition aux suicides a eu des conséquences catastrophique (de plus elle était suivie par un psychiatre)
un mot encore, le voisinage de mon immeuble connaissait nos liens, m'avaient vu partir également en ambulance quelques mois avant, il y a eu toute une entente entre voisins pour que la nouvelle soit apprise en premier par mon mari et que ce soit lui qui m'annonce la nouvelle.
la vie réserve le pire et parfois les gens sont capables de grandes délicatesses
bonne journée !
Revenir en haut
girl anachronism
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2011
Messages: 1 126

MessagePosté le: Ven 11 Déc 2015 - 20:54    Sujet du message: Parler de suicide est banal pour moi et vous ? Répondre en citant

Bonsoir à tous et à toutes,

Vos histoires sont très touchantes. J'ai moi-même une amie qui est décédée par suicide. J'allais mal moi-même (crise dissociative sévère), je ne pouvais pas l'aider.
Malheureusement, nous devons accepter l'idée que s'aider soi-même ce n'est pas égoïste mais nécessaire. Nous arrivons tout juste à avoir la force de nous battre, comment pouvons-nous espérer pouvoir avoir encore de la force pour d'autres personnes fragilisées ?
Vouloir aider quand on est soi-même mal, c'est faire couler le bateau à deux. Il n'y a pas de culpabilité à avoir à ne pas pouvoir aider.
C'est un fait: on peut ou on ne peut pas.

C'est terrible, cruel mais c'est ainsi. Une amie m'a dit à juste titre qu'on aide bien mieux les autres quand on est fort et solide. C'est seulement quand on parvient à mettre une certaine distance émotionnelle avec les malheurs des autres que l'on parvient réellement à les aider.

@Mélinagordon: je comprends ce que tu veux dire en disant que parler du suicide permet de mettre à distance le suicide. C'est comme l'humour noir, tout le monde n'apprécie pas forcément. Si cela te fait du bien d'en parler, parles-en. Il vaut mieux ça que de mettre en pratique, n'est-ce pas ?

Pour ma part, je lutte contre la dépression par l'ironie et l'autodérision. La mise à distance est un bon moyen pour dédramatiser mais c'est sûr que si certains thèmes deviennent trop récurrents, c'est qu'il faut en parler au psy.
Donc si le thème du suicide est quotidien chez toi, c'est que c'est à prendre en sérieux.

J'ai mis aussi beaucoup de temps à aller mieux. A une époque, j'étais tellement désespérée que je voulais faire de la sismothérapie ! J'aurais tout fait pour aller mieux, j'ai frappé à de nombreuses portes, testé plein de choses,...
Au final, j'ai abandonné l'idée d'être stable au sens strict. J'ai arrêté tous mes traitements et ai accepté que ça tangue. Et en fin de compte... je suis beaucoup plus sereine et stable par la même occasion !

La peur des rechutes, l'anxiété des effets secondaires à long terme, l'anticipation anxieuse des hauts et des bas, tout ça aggravait mon état.
Maintenant, j'accepte que ça tangue. Bon, je sais que si ça dérape, il faudra cadrer l'humeur avec un traitement mais pour l'instant, je ne cherche plus à prendre le dessus, j'ai décidé de cohabiter avec la maladie.

Prenez soin de vous
Revenir en haut
emma16
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2012
Messages: 517

MessagePosté le: Sam 12 Déc 2015 - 08:35    Sujet du message: Parler de suicide est banal pour moi et vous ? Répondre en citant

 Bonjour à tous, parler de suicide comme parler d'autres choses ça peut paraître étonnant. Mais ça me trotte tellement dans la tête tous les jours, ça me libère. Un peu comme de l'humour noir comme tu dis girl anachronism. Ca met distance les choses peut-être ?  Ça des angoisses. Mais doit-on reporter sur les autres ce type de questionnement ? C'est compliqué. Après je me sens coupable, un peu honteuse comme un strip-tease de mon âme. J'essaie de plus en plus  de garder ces pensées pour moi, mais parfois c'est trop présent, ça envahi  toute ma pensée, il faudrait trouver un autre moyen pour l'exprimer l'extirper de mon esprit. J'apprends avec le mindfullness, de mettre ces pensées à distance, et à chaque fois de les remplacer par des d'autres idees, plutôt occupationnelles que émotionnelle. Au lieu de penser à la corde ou auxxxx plaquettes de médicament et en en parler pour m'en libérer, je n'essaie mas de transformer mon émotion, c'est trop compliqué je ne suis pas experte. Alors je chasse ma pensée en faisant une liste de n'importe quoi, faire pour faire, et puis les choses s'enchaînent.
Vous imaginez la responsabilité que nous faisons  porter aux autres en leur parlant de nos idées suicidaires. Quand j'entends vos exemples douloureux cela me fait penser à ce que je projette sur mon mari quand je lui parle de toutes ces horreurs.j'ai effectivement aussi des expériences de proche qui se sont suicidés à mon ayant parler. Je me sens une certaine façon responsable de ne pas avoir entendu. C'est sûrement ce qui me retient le plus de passer à l'acte le poids de la responsabilité (en tout cas celle qu'ils porteront) pour mes proches et surtout mes enfants. Il faut peut-être tourner notre langue sept fois avant de parler, et en parler aux bonnes personnes.
Bon week-end.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬▬▬▬▬▬▬
 
Emma,
quel est l'essentiel finalement ?
Revenir en haut
eric31
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 09 Déc 2015
Messages: 4

MessagePosté le: Ven 18 Déc 2015 - 17:45    Sujet du message: Parler de suicide est banal pour moi et vous ? Répondre en citant

Je sais pas si ça répond à la question. Mais à une période j'y pensais tellement , une obsession, le fantasme d'échapper à mon mal-être,
que dès que je pouvais en parler , j'en parlais comme si c'était une passion quoi -_-'.

J"ai fait quelques passages à l'acte ratés et retrospéctivement rigolos dont je ne parlerai pas, car je veux pas vous mettre des idées en tête.

Mais en gros tout ça pour dire que même ce sujet qui a l'époque me fascinait, m'obsédait bah je me suis lassé d'y penser.

Alors je peux en parler librement, ya pas de soucis avec ça mais pour moi ce n'est plus si interessant que ça.

En ce moment ma pensée principale va vers ce petit garçon autiste qui me tappait et me mordait dans le metro, ça faisait longtemps que j'avais pas vu un être aussi epanoui, ça me comble de bonheur en y repensant.
Revenir en haut
melinagordon2
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 19 Nov 2010
Messages: 50

MessagePosté le: Lun 21 Déc 2015 - 22:25    Sujet du message: Parler de suicide est banal pour moi et vous ? Répondre en citant

Eric31, c'est "marrant" que tu parles d'un petit garçon autiste : mon frere l'est et c'est l'etre le plus merveilleux que je connaisse. Quand je suis en "crise", il se transforme en en quelqu'un qui sait exactement dire ce qu'il faut pour me rassurer (alors que depuis tout petit, je le protège), par ses phrases simples, il m'apaise et me fait meme rire. Lorsque je lui ait expliquer que j'etais bipolaire, sa réponse a ete toute simple : "c'est pour ca qu'on s'entend bien tous les deux, on est tous les deux cinglés dans notre tete", par là il voulais me dire qu'on pouvait tres bien vivre cinglés ! Lorsque plus rien ne va dans ma tete, que je ne me comprend plus, il arrive toujours avec ses phrases innocentes à me reconnecter non pas à la réalité, mais à notre univers rien qu'à nous. Il a beaucoup souffert plus petit, il vivait dans son monde, souvent j'arrivai à le rejoindre, dans nos délires simples, nous rions comme des cons quand on se raconte les épisodes de Mac Gyver, soudain plus rien n'a d'importance. Mon frere vaut tous les traitements du monde, dommage qu'on ne vive pas ensembles...

▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬▬▬▬▬▬▬
 
J'ai l'impression d'avoir été laissée pour morte au bord d'une route sur laquelle personne ne passe...
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 11:14    Sujet du message: Parler de suicide est banal pour moi et vous ?

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le forum des bipotes Index du Forum ->
Questions / Réponses
-> Entraide et soutien...
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Wikipedia | Psychomedia | Troubles-bipolaires.com | camh.ca - Le trouble bipolaire : Guide d'information | Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com