Forum d'information, de psychoéducation et d'entraide pour les personnes avec un trouble bipolaire (maniaco-dépression).
Le forum des bipotes  Index du Forum FAQ Rechercher S’enregistrer Connexion

La recette du bonheur selon Harvard

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le forum des bipotes Index du Forum ->
Informations
-> Trouble bipolaire, on en parle...
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Team bipote
Bipote_Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 13 Avr 2014
Messages: 863

MessagePosté le: Ven 5 Fév 2016 - 17:31    Sujet du message: La recette du bonheur selon Harvard Répondre en citant

La recette du bonheur existe, c'est Harvard qui le dit !


Par Mylène Bertaux | Le 22 janvier 2016


En observant le quotidien de 724 hommes pendant 75 ans, des scientifiques de l'université de Harvard se sont penchés sur la recette du bonheur. Leur verdict est tombé fin 2015 : ni la richesse ni la célébrité ne suffiraient à rendre quelqu'un heureux. La qualité des relations, en revanche, garantirait bonheur, santé et mémoire. Décryptage.

En novembre 2015, lors d’une conférence TEDx, Robert Waldinger a révélé l’aboutissement d'une longue, d'une très longue étude. Pendant 75 ans, des chercheurs de la prestigieuse Harvard Medical School ont suivi à la loupe le quotidien de 724 hommes. Alors que, généralement, les études de cet acabit s’arrêtent au bout d’une dizaine d’années, faute de moyens, ici pas moins de quatre directeurs d’étude se sont succédés depuis 1938 pour mener à bien les recherches.

La chaire sur le « développement de l’adulte » (Study of Adult Development) de l'université a passé au crible tous les aspects de la vie des participants. À intervalles réguliers, les scientifiques ont méticuleusement interrogé les patients sur leur travail, leur famille et leur santé. Ils ont réalisé des analyses de sang, des scanners des cerveaux et sont même allés jusqu’à autopsier les participants décédés. Peu à peu, ils ont accumulé un corpus de ressources sans précédent, et ce dans un seul but : trouver le secret du bonheur.


Un travail titanesque

Le projet original était ambitieux, tant au niveau des fins que des moyens. Pour maximiser les chances de découvrir le facteur bonheur, les participants ont été choisi selon des critères sociodémographiques. Quelque 268 hommes de type caucasien ont été sélectionnés au sein de la promotion 1939-1944 de l'université de Harvard. Moyenne d'âge de l'échantillon : 19 ans. Parmi eux, un certain John Fitzgerald Kennedy qui deviendra le 35e président des États-Unis quelques années plus tard... L’autre partie du panel a été choisie dans les quartiers pauvres de Boston. Ils avaient cette fois-ci entre 11 et 16 ans.

Choisir ainsi deux milieux sociaux diamétralement opposés permettait d'isoler les facteurs psychologiques et biologiques ayant un impact sur la santé et le bien-être à tous les âges de la vie. Les chercheurs, en véritables détectives, ont scruté la vie de ces hommes, récupérant leurs dossiers médicaux, analysant leur sang, parlant à leurs enfants et à leurs femmes pour suivre leur évolution.


Pour être heureux, connectez-vous à votre entourage

Trois quarts de siècle se sont écoulés depuis le début de l’étude. Le premier constat est manichéen : les relations humaines sont excellentes pour le bien-être tandis que la solitude tue. L’expérience montre que les individus les plus connectés à leur famille, à leurs amis et à leur cercle social sont non seulement plus heureux mais aussi en meilleure santé. À l’inverse, les personnes isolées sont moins heureuses et leur état de santé décline en milieu de vie tout comme leurs capacités cognitives. Les personnes seules mourraient aussi plus jeunes.

La deuxième conclusion, c'est que, pour être heureux, la qualité des relations prévaut sur la quantité. D’ailleurs, mieux vaut être seul que mal accompagné. Ainsi, la santé des participants qui ont vécu une situation de conflit (un mariage difficile par exemple) était en moyenne moins bonne que celle des autres. De même, un divorce serait moins nocif pour la santé qu’une relation insatisfaisante.

Bénéfiques pour le corps, les relations sont également bénéfiques... pour le cerveau ! Une personne investie dans une relation sécurisante aurait les idées claires plus longtemps. Et par sécurisante, on n'entend pas nécessairement un quotidien sans orages et sans disputes - elles sont même normales et saines - mais les couples octogénaires dont chacune des parties sait qu’elle pourra compter sur l’autre en cas de coup dur ont une mémoire plus performante que les autres.

Bien que la portée de l’étude soit impressionnante, elle reste pour le moment exclusivement masculine. Seuls 60 des 724 participants initiaux sont encore en vie. La deuxième génération de l’étude débute actuellement avec leur enfants, filles comme garçons cette fois. Il sera donc possible de déterminer si le bonheur est conditionné par l’éducation et les parents. Affaire à suivre attentivement.


http://madame.lefigaro.fr/bien-etre/la-recette-du-bonheur-220116-111951?

▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬▬▬▬▬▬▬
 
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 5 Fév 2016 - 17:31    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
vinz
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 30 Jan 2016
Messages: 7

MessagePosté le: Ven 5 Fév 2016 - 21:25    Sujet du message: La recette du bonheur selon Harvard Répondre en citant

Ayant été victime de symptômes négatifs induits par la prise de neuroleptiques j'ai eu un certain retrait social mais en changeant de traitement je vais mieux et fréquente un peu plus de monde. Il est à noter que beaucoup d'amis ont coupés les ponts quand j'allais mal :-(

▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬▬▬▬▬▬▬
 
"Compassion" de Dalaï Lama - Prendre soin des autres, partager leurs problèmes, faire preuve de compassion, tel est le fondement d'une vie heureuse pour soi-même, pour sa famille et pour l'humanité toute entière.
Revenir en haut
Team bipote
Bipote_Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 13 Avr 2014
Messages: 863

MessagePosté le: Sam 9 Avr 2016 - 11:20    Sujet du message: La recette du bonheur selon Harvard Répondre en citant

LA ROUTINE : LA CLEF DU BONHEUR ?






Quand on vous dit « routine », vous pensez certainement : ennui, monotonie ou train-train… La « routine » évoque, en général, une vie étroite, morose et tristement répétitive. Mais, elle peut prendre aussi un tout autre visage : celui du lien social qui permet de se construire. Ces petites choses du quotidien sont essentielles à la vie et sont la base du bonheur. C’est ce qu’une étude*, réalisée en mars 2013, révèle sur l’influence de l’habitude en France.


Quel est donc le pouvoir de l’habitude et du quotidien dans nos existences ? Jean-Claude Kaufmann, sociologue et directeur de recherche au CNRS, a décrypté les résultats de l’enquête « EveryDay Effect »**.


Le quotidien se définit par sa diversité

La mémoire « implicite » permet de répéter des actions similaires, tous les jours. Cette mémoire non-consciente enregistre des millions de repères et de schémas d’action permettant que tout puisse « rouler » dans notre vie et que les gestes du quotidien s’enchaînent avec fluidité. Une femme repassera certains jours de la semaine, par exemple. Une autre n’aura pas cette habitude et choisira de s’en remettre à un pressing. Dans les familles, c’est idem. Aucune famille ne reproduit les mêmes gestes qu’une autre mais chacune a sa « petite routine ».


Une transmission inconsciente, mais importante au quotidien

76% des personnes interrogées disent que ce sont ces petites choses vécues dans l’enfance, plutôt que les grandes, qui ont eu des répercussions dans leur vie. Et 60% veulent qu’il en soit de même pour leurs enfants. Les habitudes sont liées à l’enfance (le cérémonial du coucher, la préparation du goûter, la lecture….) et font partie de la mémoire familiale. Même si la transmission devient plus difficile à la période de l’adolescence, inculquer de « bonnes habitudes » demeure un leitmotiv fiable pour le couple que forment les parents.


Le changement de rythmes dans la routine

91% des Français estiment qu’il est très important d’avoir suffisamment de temps pour s’occuper d’eux (se lever, se laver, s’habiller…). Tout va trop vite pour les personnes interrogées. A peine réveillé(e) qu’il faut déjà se préparer pour partir, être au bureau, travailler…. Bref, il faut stresser. « Tout commence le matin, très vite, trop vite. On essaie de prendre son temps sous la douche, on aimerait que cet enveloppement soit encore plus doux et plus long avant l’agitation qui va suivre. Hélas l’horloge tourne, et tout s’accélère soudain, dans une course folle voire une ambiance stressante, d’autant que les enfants ont parfois la fâcheuse envie de vouloir trainer eux aussi. Le soir au contraire, au retour à la maison, tant d’agitation et de stress dans la journée provoquent l’irrésistible envie de reprendre son souffle, de se laisser aller sur un mode presque régressif, en regardant d’un œil un feuilleton médiocre à la télévision. », analyse Jean-Claude Kaufmann.


Pour résumer, la routine c’est…

Les petites choses du quotidien qui sont essentielles à la vie et en font la base.
Un schéma de structuration de nos actions remontant à l’enfance qui servira à l’âge adulte.
Une manière d’aménager du temps de qualité pour se ressourcer seul(e) ou en compagnie de ses proches, de prendre du bon temps, soin de soi, de cultiver son bien-être et sa confiance en soi.
Un état d’esprit qui permet d’apprécier la tranquillité, la douceur de vivre et de profiter de son chez-soi.

La routine permet par son caractère ordinaire de nous faire vivre un bonheur extraordinaire qui passe souvent inaperçu et dont peu prennent conscience.


* L’influence de l’habitude en France – étude réalisée par le SIRC (Social Issues Research Centre) à la demande du groupe P&G sur un panel de 12 364 citoyens représentatif de 12 pays européens (Allemagne, Autriche, Danemark, Finlande, Grèce, Italie, Norvège, Portugal, Suède et Suisse) et la France. – P&G – Mars 2013.
**L’enquête est intitulée « Everyday Effect » (NDLR : les effets du quotidien)

Par Linda Robert



http://www.marieclaire.fr/,la-routine-la-clef-du-bonheur,20254,691528.asp?

▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬▬▬▬▬▬▬
 
Revenir en haut
Team bipote
Bipote_Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 13 Avr 2014
Messages: 863

MessagePosté le: Mer 11 Mai 2016 - 17:26    Sujet du message: La recette du bonheur selon Harvard Répondre en citant

Et s’il y avait un gène du bonheur ?



Publié le 27/04/2016





Des scientifiques ont isolé les parties du génome humain qui pourraient expliquer nos différentes perceptions du bonheur. Cette découverte contribuera peut-être à faire évoluer les traitements contre la dépression.


“Des scientifiques ont peut-être découvert le gène du ‘bonheur’ humain”, s’enthousiasme le site américain Headlines & Global News. En analysant des données génétiques appartenant à 298 000 personnes, une équipe de chercheurs assure avoir identifié des variantes génétiques (appelées allèles) du bonheur, de la dépression et de la névrose. Leur étude est publiée cette semaine dans Nature Genetics et sur le site de la revue depuis le 18 avril.

“Les chercheurs ont découvert trois variantes génétiques pour le bonheur, deux autres variantes qui peuvent expliquer les différences dans les symptômes de la dépression, et onze sur le génome humain qui pourraient expliquer les degrés variables de névrose”, détaille dans un communiqué l’université libre d’Amsterdam, qui a participé à l’étude.


Une étape et un commencement

Les allèles du bonheur seraient essentiellement exprimés dans le système nerveux central. Ils sont également présents dans les glandes surrénales et le système pancréatique, précise l’étude. “Ces résultats, en particulier, montrent quels secteurs les chercheurs devraient cibler pour aller plus loin”, explique le site Headlines & Global News.

“Cette étude est à la fois une étape et un commencement”, déclare Meike Bartels, l’une des scientifiques impliqués dans l’étude, citée dans le communiqué et professeure à l’université libre d’Amsterdam.

Une étape parce que nous sommes maintenant certains qu’il y a une dimension génétique dans le bonheur, et un nouveau départ parce que les trois variantes que nous savons être impliquées ne représentent qu’une petite fraction des différences entre les êtres humains.”

“Des recherches antérieures utilisant les informations de la Twin Register aux Pays-Bas et d’autres sources avaient montré que les différences individuelles dans [la perception du] bonheur et du bien-être pouvaient être dues en partie à des différences génétiques entre les personnes”, rappelle le site américain.


Interaction nature-culture

Meike Bartels et ses collègues s’attendent désormais à ce que de nombreux allèles jouent un rôle sur ces questions. Selon eux, l’étude des allèles qu’ils ont trouvés “les aidera à étudier l’interaction entre la nature et la culture”, indique Headlines & Global News. Pour la chercheuse, cette nouvelle étude “montre que la recherche sur le bonheur peut offrir de nouvelles perspectives sur les causes d’un des plus grands défis médicaux de notre temps : la dépression”.

Et le site américain d’espérer : Les résultats pourraient être exceptionnels quant à la compréhension des symptômes de la dépression. En outre, ils pourraient aussi conduire à de nouveaux traitements.”



http://www.courrierinternational.com/article/recherche-et-sil-y-avait-un-ge…

▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬▬▬▬▬▬▬
 
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:44    Sujet du message: La recette du bonheur selon Harvard

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le forum des bipotes Index du Forum ->
Informations
-> Trouble bipolaire, on en parle...
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Wikipedia | Psychomedia | Troubles-bipolaires.com | camh.ca - Le trouble bipolaire : Guide d'information | Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com