Forum d'information, de psychoéducation et d'entraide pour les personnes avec un trouble bipolaire (maniaco-dépression).
Le forum des bipotes  Index du Forum FAQ Rechercher S’enregistrer Connexion

le malade "socialement acceptable"

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le forum des bipotes Index du Forum ->
Questions / Réponses
-> Entraide et soutien...
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Clémence Penrose
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2011
Messages: 556

MessagePosté le: Mer 10 Fév 2016 - 19:21    Sujet du message: le malade "socialement acceptable" Répondre en citant

Salut les Bipotes,

Coup de gueule - on...

Juste un petit coup de gueule, parce qu'ici je sais qu'il sera bien compris et interprété comme il faut, parce qu'il y a des bipotes et des bipotes profs aussi.

Cela a été dit 10 000 fois, mais qu'est-ce que les gens en bonne santé peuvent nous culpabiliser de nous absenter de notre travail...

Je sais, je sais bien, qu'il ne faut pas "se culpabiliser", et pour ma part je n'ai aucun problème à prendre un arrêt quand j'en ai le besoin.

Je sais aussi que "le travail" est une valeur centrale dans la société depuis pas si longtemps que ça, et que tout ce qui relevait du "labeur" était vécu auparavant comme la dernière des activités nobles. Je sais, je sais...mais...

Mais rien : puisqu'on ne peut rien dire de la bipolarité au travail, ça tombe bien, j'ai une autre pathologie en ALD. Du coup quand je vais reprendre le travail j'irai avec mes "signes" de la maladie, à savoir une minerve et de quoi soutenir mon bras droit. Comme ça ils pourront me demander si ça va mieux et constater que c'est dur. Comme ça la "maladie" sera visible.

Et en moi, je me dirais "c'est bon là ? je suis un malade assez socialement acceptable ? vous le voyez ? ça vous parle assez ? ça correspond assez à la représentation que vous avez des malades ?"

Les gens ont besoin de "signes" de la maladie (je connais même une Asperger qui utilise un fauteuil roulant parfois, alors qu'elle est valide, pour qu'on ne la regarde pas de travers quand elle prend la file "handicapé" au supermarché). Très bien, donnons-en : j'en ai marre de toujours devoir expliquer ce que signifie la permanence du "handicap" dans le statut de "travailleur handicapé".

Par ailleurs mon égo se porte très bien ;)

Le malade socialement acceptable doit être héroïque : il doit traverser cette épreuve en en sortant grandit. Je ne sais pas qui a inventé cette imagerie sociale à la con, sans doute un vieux reste de religion là-dedans, mais il mériterait bien ma boîte de lithium dans le nez ;)

Coup de gueule - off.

Clémence

▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬▬▬▬▬▬▬
 
Il y a des logiques qui me dépassent sans mettre le clignotant.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 10 Fév 2016 - 19:21    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
mepine
Bipote Diamant

Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2012
Messages: 3 840

MessagePosté le: Mer 10 Fév 2016 - 23:53    Sujet du message: le malade "socialement acceptable" Répondre en citant

Salut,


Je pense également qu'il est difficile pour les «chefs» de reconnaître un handicap qui ne se voit pas, et surtout qu'on ne nomme pas.


Je me bats depuis quelques années pour des aménagements d'emploi du temps. Je demande un certificat médical du psy, puis je passe par le médecin conseil. Et chaque année, je dois insister, négocier. Quand j'en ai parlé au médecin conseil, il m'a dit que le fait de ne pas savoir quelle était la maladie dont je souffre devait embêter ma hiérarchie directe. 


Le mystère gêne, du coup oui porter une minerve doit permettre au moins de faire taire les curieux 

▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬▬▬▬▬▬▬
 
Mépine

«Que la force me soit donnée de supporter ce qui ne peut être changé et le courage de changer ce qui peut l'être mais aussi la sagesse de distinguer l'un de l'autre.» Marc Aurèle
Revenir en haut
lizzie33
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2015
Messages: 128

MessagePosté le: Jeu 11 Fév 2016 - 07:36    Sujet du message: le malade "socialement acceptable" Répondre en citant

Bonjour,

Oui, c'est un vrai problème que la maladie ne soit pas visible, et pour ma part j'avoue que je ne l'ai sans doute pas encore totalement acceptée je crois, car précisément je fais tout pour que cela ne se sache pas au travail. L'ennui, c'est que du coup, je me dis que je dois passer pour une incompétente, ou une tire-au flan. C'est d'ailleurs pour cela, que j'ai pris une année sabbatique cette année, officiellement pour m'occuper de mon enfant en bas âge (heureusement j'ai la chance d'avoir un mari qui travaille et qui était d'accord), plutôt que de continuer à cumuler les arrêts maladie et du coup apparaître suspecte à mon entourage professionnel. L'ennui c'est que je continue à osciller chaque jour entre espoir et désespoir, espoir au fond de moi, de pouvoir un jour travailler de nouveau à temps plein, que tout s'améliore et devienne "normal", et désespoir lorsque chaque jour je vois (ou ne vois plus parce que je m'y suis habituée, c'est cela qui est terrible), à quel point je suis diminuée par rapport à avant.
Parfois je me demande si cela vient de la maladie ou de mon sale caractère, je suis souvent assez agressive avec mon mari que je ne vois pourtant que les we cette année car il travaille dans une autre ville jusqu'à mai, mais rien qu'au téléphone, je lui envoie toutes mes mauvaises ondes de la journées, au lieu d'être contente de lui parler. Je n'ai pas un traitement très lourd, juste de l'abilify, mais à assez haute dose, et je crois que cela peut rendre parfois un peu agressive? Enfin, je ne sais pas, je n'arrive pas à faire la part des choses en moi, entre ce qui est de ma personnalité, la maladie et le traitement.
Voilà, je m'aperçois qu'en répondant à ce post, j'ai rebondi sur autre chose qui aurait pu faire l'objet d'un nouveau post, mais je me sens tellement mal ce matin que je ne peux m'empêcher de me lâcher en parlant de mes problèmes. Cela dit, le forum est aussi fait pour ça, et je crois qu'il y a assez de bienveillance ici pour ne pas être jugé comme on peut l'être parfois à l'extérieur. Je suis un peu désespérée de tout en ce moment, je n'ai pas vu mon psy depuis trois semaines et ne le revois pas avant dix jours. Je suis un peu en roue libre, j'essaie de m'auto-conditionner pour garder le cap et tâcher d'être la plus positive possible, mais il y a des jours où c'est plus difficile que d'autres.
Revenir en haut
Clémence Penrose
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2011
Messages: 556

MessagePosté le: Jeu 11 Fév 2016 - 11:16    Sujet du message: le malade "socialement acceptable" Répondre en citant

Salut Mépine,

Chez moi le chef va bien, il est constant dans son soutien, l'inspecteur pareil. J'ai toujours été bien notée et promue, ça pas de soucis. Pas de souci non plus avec le rectorat pour l'aménagement de poste, etc.

C'est plutôt les collègues/parents/élèves fumistes (car les autres travaillent en mon absence, après tout dans 4 mois ils sont étudiants). Tu vois ceux qui placent bien la phrase qui va faire mal, ou t'énerver.

Du coup j'ai quand même, en plus de mon déguisement, une réponse imparable : "J'ai commencé à être malade en Terminale, quand j'avais votre âge. J'ai raté la moitié de l'année scolaire. Mais j'ai travaillé par moi-même et j'ai eu mon bac avec mention, une prépa parisienne et une grande école. Maintenant vous pensez qu'en étant en bonne santé vous pouvez faire pareil ? Moi oui, donc faites-le".

Cqfd ;)

Clémence

▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬▬▬▬▬▬▬
 
Il y a des logiques qui me dépassent sans mettre le clignotant.
Revenir en haut
Clémence Penrose
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2011
Messages: 556

MessagePosté le: Jeu 11 Fév 2016 - 11:19    Sujet du message: le malade "socialement acceptable" Répondre en citant

Bonjour Lizzie33,

Oui c'est dur parfois sans soutien conséquent ; pas possible d'avancer ton rdv avec ton psy pour avoir un peu plus d'aide ?

Pour ce qui est d'être diminuée, moi aussi je le constate, mais je constate aussi que j'ai moins envie de donner de moi dans mon travail et que maintenant j'ai de l'expérience qui m'aide, du coup ça va pas trop mal...Et puis ne t'en fais pas, même si parfois on est plus lent ou moins concentré, on a encore la faculté d'apprendre de nouvelles choses, et des choses qui nous plaisent.

Plein de bon courage,

Clémence

▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬▬▬▬▬▬▬
 
Il y a des logiques qui me dépassent sans mettre le clignotant.
Revenir en haut
girl anachronism
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2011
Messages: 1 126

MessagePosté le: Jeu 11 Fév 2016 - 12:10    Sujet du message: le malade "socialement acceptable" Répondre en citant

Bonjour Clémence,

C'est en effet très pénible ce problème de handicap "invisible". Je mets entre guillemets car les personnes de mon entourage très, très proche sont maintenant capables de repérer les tous petits signes de bipolarité.

Mais dans le monde extérieur (travail, loisirs,...), on se crée une identité socialement acceptable comme tu le dis, souvent sans qu'on s'en rende compte.
On gomme ces indices de bipolarité, et lorsqu'on ne les cache pas, les autres les prennent pour des maux courants.
Alors, on est donc obligé de faire avec parce que sinon, on n'en finirait pas en explications, justifications, énervements,...

J'ai beaucoup souffert de l'immense décalage entre mes différentes identités. J'essaye de niveler l'ensemble mais je continue à cacher mon mal-être par le sourire. Je sais très bien faire illusion mais ce n'est pas bon, on prend sur soi et un jour on craque.

En tout cas, ta remarque concernant ton parcours scolaire me plaît beaucoup !
C'est une réplique imparable Mr. Green

Bonne journée
Revenir en haut
poine
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 30 Jan 2016
Messages: 35

MessagePosté le: Jeu 11 Fév 2016 - 12:16    Sujet du message: le malade "socialement acceptable" Répondre en citant

@ Clemence : Je confirme. J'étais sur un autre forum, et mon topic a finalement été enlevé, car ça partait en vrille. J'avais édité et enlevé la référence à la bipo, résultat personne ne comprenait plus rien.

Je crois que je me suis un peu grillé sur ce forum. Ah quel rêve de pouvoir enfin tout déballer comme on le voit dans certains journaux.

J'ai de la chance, je ne suis pas encore culpabilisé dans mon travail, il faut dire que ceux qui pourraient être au courant savent que j'ai la RQTH : quel pot !

Enfin on verra bien après les vacances. Courage à tous.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬▬▬▬▬▬▬
 
« Ayez les uns pour les autres un amour ardent » 1 Pierre 4,8
Revenir en haut
brunelles
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 06 Nov 2008
Messages: 277

MessagePosté le: Jeu 11 Fév 2016 - 14:40    Sujet du message: le malade "socialement acceptable" Répondre en citant

Bonjour Clémence,

oui quel problème que rien ne se voit! On a envie de crier à nos collègues que Non, on ne se prend pas une semaine de vacances,
mais que OUI, c'est impossible de travailler quand on ne peut pas se concentrer, par exemple.
Parfois on se dit qu'avoir un plâtre (ou un fauteuil roulant ou une minerve) serait bien plus simple.

Et c'est exactement le problème de l'image sociale, l'image qu'on donne aux autres;
un malade est malade pour un temps, en général, et puis on revient de son arrêt et tout repart.
Certains sont des malades chroniques "physiques" ou "moteur", et alors oh les pauvres, c'est pas drôle tous les jours pour eux : = compassion.
Et puis nous.... tout ce qui ne se voit pas, et surtout ne se dit pas... Parce tout un chacun n'est pas psy,
on ne va pas raconter nos vies à nos collègues.
D'ailleurs, on n'est pas du tout obligé de donner les raisons d'un arrêt. Et le formulaire d'arrêt pour l'employeur ne contient pas la pathologie.
Après, je sais comme c'est compliqué de juste dire "je serai absente jsq telle date" sans rien ajouter.

Cependant, je pense qu'on a tous une image dont on est +/- prisonnier;
on pense que les "non-bipo" n'ont pas de pb, et je crois qu'on se trompe...
On ne sait rien des couples qui se déchirent, de la violence que peuvent subir nos collègues dans leur couple ou leur famille,
de la précarité financière de certains, etc... et il y a sûrement des tas d'autres cas.
Alors comment juger de l'importance des pb? Pour chaque personne son cas est le plus sérieux...

Je crois que nous devons avoir notre carapace, que nous ne pouvons pas attendre de compréhension de tous,
et que nous devons garder des distances au travail car nos collègues ne sont pas (ou rarement) nos amis.

J'espère que je n'ai pas été trop longue , c'était juste pour dire qu'on n'a pas qu'une image de "malade"
et que les autres ont aussi leur image (certains ne sont peut être pas aussi cons qu'ils en ont l'air?!!)

brunelles

▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬▬▬▬▬▬▬
 
"la mer n'existe pas..."
Revenir en haut
poine
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 30 Jan 2016
Messages: 35

MessagePosté le: Jeu 11 Fév 2016 - 15:12    Sujet du message: le malade "socialement acceptable" Répondre en citant

brunelles a écrit:
Cependant, je pense qu'on a tous une image dont on est +/- prisonnier;
on pense que les "non-bipo" n'ont pas de pb, et je crois qu'on se trompe...
On ne sait rien des couples qui se déchirent, de la violence que peuvent subir nos collègues dans leur couple ou leur famille,
de la précarité financière de certains, etc... et il y a sûrement des tas d'autres cas.
Alors comment juger de l'importance des pb? Pour chaque personne son cas est le plus sérieux...

Wo ! Quelle sagesse !
Nous avons tous, effectivement, je crois, à maintenir un équilibre entre accepter d'être malade et ne pas perdre de vue que les autres ont aussi des problèmes de tous ordres. C'est il me semble l'attitude juste pour ne sombrer ni dans la victimisation ni dans le déni.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬▬▬▬▬▬▬
 
« Ayez les uns pour les autres un amour ardent » 1 Pierre 4,8
Revenir en haut
Clémence Penrose
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2011
Messages: 556

MessagePosté le: Jeu 11 Fév 2016 - 17:04    Sujet du message: le malade "socialement acceptable" Répondre en citant

Justement...Les bipolaires sont plein d'empathie (d'ailleurs on ne le fait pas vraiment exprès !) et c'est bien. Parfois on en fait même son métier.

Le jour où j'arrêterai de me faire agresser parce que je suis absente, je ferai preuve d'empathie envers ceux qui m'agressent. D'ici là je la réserve aux enfants avec qui je travaille...

▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬▬▬▬▬▬▬
 
Il y a des logiques qui me dépassent sans mettre le clignotant.
Revenir en haut
brunelles
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 06 Nov 2008
Messages: 277

MessagePosté le: Jeu 11 Fév 2016 - 17:20    Sujet du message: le malade "socialement acceptable" Répondre en citant

C'est vrai que perso j'y mets beaucoup du mien pour m'empêcher de prendre soin des autres, ceux qui ne sont pas proches j"entends,
qui n'en auraient que faire!!!
Pour moi cette empathie est plutôt un pb, chapeau bas à ceux qui en font leur métier
(mais en y pensant je m'en sers aussi pas mal)

Je comprends ta colère quand tu parles d'être agressée par des collègues,
car là non seulement ils jugent mais en + ils dénigrent SANS SAVOIR!!!

Excuse-moi si j'ai eu l'air moralisateur, ce n'était pas mon but,
je voulais juste participer à une réflexion sur l'image qu'on a au travail,
mais c'est vrai que tu avais annoncé "coup de gueule", donc je n'étais pas tout à fait dans le cadre!!

brunelles

▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬▬▬▬▬▬▬
 
"la mer n'existe pas..."
Revenir en haut
Clémence Penrose
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2011
Messages: 556

MessagePosté le: Jeu 11 Fév 2016 - 18:13    Sujet du message: le malade "socialement acceptable" Répondre en citant

Il n'y a pas de problème :) je ne décolère pas, mais ça va passer ;) et bien sûr pas contre ton post !!

▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬▬▬▬▬▬▬
 
Il y a des logiques qui me dépassent sans mettre le clignotant.
Revenir en haut
lizzie33
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2015
Messages: 128

MessagePosté le: Jeu 11 Fév 2016 - 18:49    Sujet du message: le malade "socialement acceptable" Répondre en citant

Merci pour ta réponse pleine d'empathie (pour rester dans le thème!), Clémence. Pour ce qui est de mon psy, impossible d'avancer le rendez-vous car il est en congé actuellement.
Sinon pour rebondir sur ce que tu disais, ce soir je me sens plus optimiste que ce matin (peut-être est-ce parce que j'ai réussi à me bouger pour aller à un cours d'aquagym?!! ), du coup je ne désespère pas d'apprendre à nouveau et de progresser, en effet, le tout est de ré-éduquer et d'entrainer notre cerveau, je crois, c'est une gymnastique quotidienne. Et puis, je suppose aussi que c'est le lot de beaucoup de personnes, même pour celles qui n'ont pas handicap, de perdre certaines connaissances ou réflexes intellectuels, faute d'en avoir la nécessité au quotidien, c'est pourquoi il est souvent difficile et courageux de reprendre des études à la fac ou ailleurs à un certain âge pour se reconvertir dans une autre branche.
Revenir en haut
Clémence Penrose
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2011
Messages: 556

MessagePosté le: Jeu 11 Fév 2016 - 19:07    Sujet du message: le malade "socialement acceptable" Répondre en citant

Bonsoir Lizzie33, et aussi aux Bipotes qui ont écrit plus haut.

Ce sont les bonnes journées comme tu as eu qui font qu'on garde espoir. Actuellement je suis super énervée, mais je sais aussi que ça va passer, et qu'il y aura des jours meilleurs...

Pour ma part j'ai une concentration très réduite maintenant (je veux dire par rapport à ce que j'avais avant, mais j'ai aussi pris de l'âge, ça joue !). Du coup je suis lente pour les tâches intellectuelles car je dois faire beaucoup de pauses. Pourtant...je ferais bien un DU de droit ! Mais bon on verra. J'aime bien le droit et ça complèterait ma formation.

Ce soir je crois que je vais me coucher tôt et prendre demain d'un meilleur pied. Aujourd'hui j'ai dû m'énerver après une architecte qui fait la maîtrise d'oeuvre d'un chantier chez moi (pas bon pour les nerfs, le chantier...) aussi j'aspire à une meilleure journée !

Bonne soirée les Bipotes :)

Clémence

▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬▬▬▬▬▬▬
 
Il y a des logiques qui me dépassent sans mettre le clignotant.
Revenir en haut
brunelles
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 06 Nov 2008
Messages: 277

MessagePosté le: Jeu 11 Fév 2016 - 19:17    Sujet du message: le malade "socialement acceptable" Répondre en citant

Bonne soirée Clémence!

J'espère que demain sera meilleur, effectivement!
Et si toi au moins tu arrives à te raccrocher aux bons souvenirs,
c'est le plus important pour ne pas se laisser envahir par le découragement.

biz,

brunelles

ps : j'aime bien ta signature!

▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬▬▬▬▬▬▬
 
"la mer n'existe pas..."
Revenir en haut
Clémence Penrose
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2011
Messages: 556

MessagePosté le: Jeu 11 Fév 2016 - 19:22    Sujet du message: le malade "socialement acceptable" Répondre en citant

Merci et bonne soirée Brunelles :) :)

▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬▬▬▬▬▬▬
 
Il y a des logiques qui me dépassent sans mettre le clignotant.
Revenir en haut
Clémence Penrose
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2011
Messages: 556

MessagePosté le: Ven 12 Fév 2016 - 08:18    Sujet du message: le malade "socialement acceptable" Répondre en citant

Bon je me lève toujours en colère, mais un peu moins exaspérée qu'hier...Mais je sens qu'il ne faudrait pas grand chose pour que je m'énerve...

Le seul truc qui me calme vraiment, et là vous allez trouver ça super bizarre !, c'est la prosodie et les paroles d'un Asperger comme Jospeh Schovanec. Quand je parle avec des enfants ou adultes Asperger, c'est le seul moment, avec le fait d'être à 2000m en montagne, où je me sens vraiment tranquille.

Il faut dire qu'il y a aussi un contexte qui n'aide pas : je suis en arrêt pour six jours (deux fois trois jours, donc techniquement deux semaines de travail) mais je suis au milieu des travaux chez moi entre 8h30 et 17h30, avec le bruit, la poussière, et les conneries des artisans à faire refaire (du genre le gars qui te pose une cloison au pif sans lire la cote sur le plan), et mon meilleur ami a passé ces quinze derniers jours en réa (je suis sa personne de confiance pour l'hôpital, j'ai fait 1500km en un wkd dans un moment où j'étais déjà pas très bien) et je vais passer une partie de mes vacances à corriger 100 copies et à faire des AR à l'hôpital...

C'est pour ça que je ne réagis pas aux appels à la clémence (malgré mon pseudo !) car les bipotes ont aussi des choses à gérer, mais ça peut les rendre encore plus fragiles...

J'ai décidé, déjà, de ne plus lire aucun mail en provenance de mon lycée pendant que je suis en arrêt : pour que l'arrêt soit un vrai arrêt. Honnêtement je regarde quand même si parfois il n'y a pas un appel à l'aide dans ma boîte (j'ai déjà eu des cas compliqués, de gosses qui ne mangent pas à leur faim, de gosse qui se jette sous le train....).

Je vais essayer de me détendre, et demain les artisans ne viendront pas envahir notre appart dès potron minet...ça fera sacrément du bien !

Bonne matinée les Bipotes :)

Clémence

▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬▬▬▬▬▬▬
 
Il y a des logiques qui me dépassent sans mettre le clignotant.
Revenir en haut
Clémence Penrose
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2011
Messages: 556

MessagePosté le: Ven 12 Fév 2016 - 17:58    Sujet du message: le malade "socialement acceptable" Répondre en citant

http://bringchange2mind.org/programs/psas/

Une vision positive des troubles psychiques, ça fait du bien, aussi :)

▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬▬▬▬▬▬▬
 
Il y a des logiques qui me dépassent sans mettre le clignotant.
Revenir en haut
Deroute
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 22 Sep 2011
Messages: 251

MessagePosté le: Mar 15 Mar 2016 - 11:06    Sujet du message: le malade "socialement acceptable" Répondre en citant

Bjr,

côté emploi, j'en suis à 6 ans d'invalidité.

je ne suis pas dans l'enseignement, mais je crois que ces difficultés sont commune a tout les secteurs.

Moi mon problème à été mes nombreuses phases d'hypomanie, puisque là dans ce cas j'avais un très bon rendement (de malade...c'est le cas de le dire!), au point que dans ce nouveau job, on m'a mis 1 puis 2 puis 3 personnes et du coup, sans le vouloir, je me suis retrouvé responsable d'équipe...

Mais le prob, c'est que j'ai naïvement cru que c'était parce que j'etais débordé et travaillais jusqu'a 10heures par jours et souvent du weekend aussi.
Et bien pas du tout, leur idée était simplement de passer à une vitesse supérieur (je travaillais dans la grande distribution/logistique)

j'ai tenu 2 ans avec des période mixtes et d'hypomanie et très peu et très courtes périodes de dépression (je suis bipo de type 2 et pourtant ça à toujours été l'inverse!).

J'ai fini par craquer, et avoir de plus en plus d'absentéisme (mais jamais plus de quelques jours), évidement comme par hasard, la "sympathie" des collègues et supérieurs n'a plus été la même...ben oui ça dérange les dépressifs mais surtout la baisse de régime...

Le coup qui m'a mis au tapis, c'est que pour des raisons de logistique mon service est passé en horaire de nuit ; là je n'en pouvais déjà plus et ai donc refusé.

Du coup je me suis retrouvé retrogradé avec des p'tit jeunes intérimaires à faire un boulot de débutant et ai fini par avoir mon préavis avec pour raison écrite sur ce document : "manque de volonté"!!!!!

Pour la morale, je suis toujours en invalidité et espère vraiment reprendre un job, mais maintenant, dans ce monde d'hypocrite qu'est celui du milieu professionnel, c'est terminé, ce ne sera plus lui qui passera en premier, mais toujours ma maladie quoi qu'il m'en coûte (6 ans d'arrêt, ça ne pourra jamais être pire de doute façon).

Bien à vous
Revenir en haut
Clémence Penrose
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2011
Messages: 556

MessagePosté le: Mer 16 Mar 2016 - 14:39    Sujet du message: le malade "socialement acceptable" Répondre en citant

Oui je pense que c'est pareil peu importe les secteurs du monde du travail. Dans mon malheur je me dis qu'au moins je suis assez "protégée" dans mon travail mais il suffit que mon chef change et que je tombe sur un con pour que tout devienne compliqué...

Bon courage pour le travail les Bipotes...

▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬▬▬▬▬▬▬
 
Il y a des logiques qui me dépassent sans mettre le clignotant.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:19    Sujet du message: le malade "socialement acceptable"

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le forum des bipotes Index du Forum ->
Questions / Réponses
-> Entraide et soutien...
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Wikipedia | Psychomedia | Troubles-bipolaires.com | camh.ca - Le trouble bipolaire : Guide d'information | Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com