Forum d'information, de psychoéducation et d'entraide pour les personnes avec un trouble bipolaire (maniaco-dépression).
Le forum des bipotes  Index du Forum FAQ Rechercher S’enregistrer Connexion

Mon expérience en couple avec une bipolaire

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le forum des bipotes Index du Forum ->
Questions / Réponses
-> Aide aux proches.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mourn
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2015
Messages: 20

MessagePosté le: Mer 10 Fév 2016 - 19:26    Sujet du message: Mon expérience en couple avec une bipolaire Répondre en citant

Bonjour à tous,

J'espère tomber ici sur des personnes qui me comprennent où qui comprennent ma compagne et qui peuvent apporter leur témoignage (qu'il soit positif ou négatif).
Je vous raconte les grandes lignes de notre histoire.

En juin je tombe amoureux pour la première fois d'une fille de 21 ans, moi même en ayant 24, elle me dit tout de suite qu'elle est bipolaire mais qu'elle se soigne (elle était à l'époque sous Valdoxan et Dépakote). Elle me dit qu'elle a eu le coup de foudre etc... tout va très vite, moi étant complètement épanoui d'être pour la première fois de ma vie amoureux de quelqu'un et de ressentir le bonheur.

Seulement voila au bout de 2 mois on était en vacances à la mer et elle était "bizarre", comme si elle cachait quelque chose, je l'avais testé à un moment donné puisqu'elle avait reçu un texto d'un ex, je lui ai demandé qui c'était et elle m'a menti. Je lui ai fais comprendre que ça se voyait quand elle mentait et elle m'a finalement dit la vérité mais j'ai tellement horreur des mensonges que ça avait déjà provoqué de la méfiance chez moi.

A la fin de ce séjour on retourne pour une nuit dans mon appart' (elle habitait avec un coloc' complètement raté qui a 40 ans ne sait pas quoi faire de sa vie alors qu'il a aucun problème psychologique il est juste totalement con et je pense que c'est un mec qui la tirait vers le bas), je disais donc qu'on va dans mon appart' et je lui parle d'un problème qu'on avait qui me gêne c'était la fréquence sexuelle, vous savez on dit souvent que les premiers jours d'un couple c'est très souvent qu'on fait l'amour, nous c'était une, 2 fois par semaine et elle ne prenait pas de plaisir. Je lui ai donc dit qu'un problème comme ça pour un couple c'était pas anodin et que je ne me voyais pas continuer une relation dans laquelle je suis frustré sexuellement (je ne parle même pas d'être épanouï). Suite à ça, le lendemain c'était la première petite rupture, elle m'appelle en me disant que j'ai raison et que ça ne marchera jamais au niveau du sexe parce qu'elle n'aime pas ça... Ce qui pour moi est différent de ce que je pensais, je pensais que le problème venait de moi ou de nous, mais non ça vient d'elle, alors je comprends qu'elle n'y peut rien et qu'elle doit se faire aider pour ça, mais ce n'est pas la priorité j'étais d'accord à ce moment là. Suite à ça grosse remise en question de sa part sur notre couple et elle voulait vraiment arrêter, mais elle a fini par revenir.

Le premier soir de son retour je suis allé fouiller dans son facebook (rappelez vous je la trouvais bizarre pendant notre séjour à la mer), et là je suis tombé sur des choses qui m'ont fait perdre toute confiance en elle :
Quelques jours avant notre séjour elle avait dit à son coloc' (le raté) qu'elle avait envie de coucher avec un bo goss et elle avait envoyé une photo d'un mec avec qui elle discutait par textos avant qu'on se recontre en se vantant que plusieurs fois il lui a proposé d'aller boire un verre et qu'elle a toujours refusé. (drôle d'idée d'avoir envie de coucher avec un autre homme que son mec),OK je mets ça sur le compte de la phase maniaque
Deuxième chose sur laquelle je tombe (toujours en discussion avec son coloc') elle raconte que pendant notre séjour à la mer 2 mecs ont refait surface, 1 gars avec qui elle a toujours aimé parlé, et un autre dont elle a été folle amoureuse mais ils n'ont jamais rien pu entreprendre puisqu'il est parti travailler dans une autre région. (ses parents me confieront plus tard qu'à un moment donné elle voulait tout quitter pour partir dans cette région).
Voilà elle était revenue mais j'avais fais la connerie d'aller fouiller pour essayer de comprendre ce qui s'était passé ces derniers jours et me voilà de nouveau triste et trahi... Je lui en parle elle me dit que c'est pas vrai, elle a dit ça pour paraitre forte devant son coloc' mais qu'elle n'y pense pas il n'y a que moi et blablabla.

Etant amoureux je passe l'éponge même si je n'oublie pas et que discrètement je me dis que pour qu'elle regagne ma confiance je n'ai qu'une seule solution qui est de fouiller...

Alors je vais commencer à partir de août à fouiller sur son compte facebook, dans son telephone etc... Je tombe sur beaucoup de choses passées qui me mettent les nerfs mais ça reste du passé donc je n'en tiens pas compte.

Début octobe nous emménageons à 2, je suis totalement heureux de partager ma vie avec elle, et elle me dit que elle aussi, malgré ça je continu à fouiller "au cas où", puis je fouille de moins en moins commençant à regagner confiance en cette merveilleuse femme qui est un ange à la maison malgré le fait qu'elle ne travaille pas car elle ne s'en sent pas capable à cause de sa bipolarité, ce que je peux comprendre et je ne lui ai jamais repproché même si j'ai toujours pensé qu'avoir un travail qui occupe ses journées l'aide à penser à autre chose les jours où ça ne va pas. Je l'aime de plus en plus, et je suis heureux malgré l'annonce du cancer de mon père...

Elle qui est fan de musique me demande si elle peut sortir en boite le 10 novembre car c'est l'un des DJ qu'elle préfère que c'est une star etc... Je n'ai jamais été fan de ses sorties en boite car je suis jaloux vous l'aurez remarquer et puis quand je me rappelle de ce que j'ai lu sur son facebook ça me fait toujours flipper. Je lui accorde de pouvoir sortir ce soir ça, ça me permettra de passer une soirée avec un pote à geeker, chose que je ne faisais plus ou plutôt de moins en moins car j'aimais passer du temps avec elle dans notre chez nous.

Le soir venu elle est en pleine phase maniaque, mon pote l'avait vu en phase dépressive et il ne la reconnaissait pas, elle était magnifique, elle portait les souliers que je lui avais acheté quelques jours avant et elle était surexcitée de sortir en boite. Elle devait rejoindre son ancien coloc' en ville pour 10h30 et ils iraient ensemble en boite le soir même (son ancien coloc' étant gay je ne me suis jamais posé de question). Sauf qu'elle m'avait l'air beaucoup trop stressée ce soir là et je me disais que quelque chose clochait, du coup j'explique tout à mon pote.
"Ma copine est bipolaire je t'explique rapidement, bla bla bla, il y a quelques mois j'ai fouillé sur son facebook et j'ai vu des choses qui m'ont pas plu, depuis je fouille de temps en temps, là je vais aller voir parce que ça me parait louche".
Je me connecte et là ma vie s'effondre, elle demandait à son ancien coloc' de la couvrir "au cas où" car avant d'aller en boite, elle allait boire un verre avec le mec dont elle était folle amoureuse il y a 1 an (vous savez celui qui est parti dans une autre région), elle disait je cite : "Si mon mec savait que les escarpins qu'il m'a offert serviront pour la première fois à un rencard avec un autre ! hahah connasse" je vous l'accord que le connasse était pour moi très gentil puisque la seule envie que j'avais c'était de tout détruire ce qui m'entourait, bah oui, la femme que j'aimais le plus au monde en qui je commençais à reprendre confiance, j'étais prêt à lui dire "écoute ma chérie, j'ai ton mot de passe facebook j'aimerai bien que tu le changes parce que je ne veux pas être tenté d'espionner un jour", et bien cette même femme était en train de faire je ne sais quoi avec un mec dont elle était folle amoureuse.

Je passe très vite sur la soirée mais au final elle fini par revenir, je l'engueule, je lui prend son portable, je lui pose des questions très précises sur la soirée pour savoir ce qu'il s'est passé, je pose les mêmes questions au mec que j'appelle dans la foulée et la version est la même :
Elle l'a recontacté il y a une semaine, le hasard fait qu'il revenait dans la région pour le week-end, il lui a proposé d'aller boire un verre elle a accepté, ils se parlaient le soir par texto (pendant qu'elle allait au cheval et que moi comme un con je travaillais pour ramener de l'argent afin de lui offrir des cadeaux) mais il ne s'est rien passé, lui voulait passer la soirée avec elle, mais ils ne se sont même pas embrassés ni quoi que ce soir, juste discuté.
Ce coup de téléphone m'apaise (un peu) et je pense à pardonner cette histoire à ma copine en mettant ça sur le dos de la bipolarité (selon ses dires), mais je n'ai jamais accepté qu'elle me fasse un coup pareil pendant que mon père est en train de se battre contre le cancer et que la seule chose qui comptait pour moi c'était d'être entouré de la femme que j'aime-> là ça commence à faire beaucoup.

Mois de décembre phase un peu spéciale, je ne me sens pas aimé, elle ne sait pas où elle en est elle veut faire un break, break que je ne supporte pas car je dois me mettre en arrêt maladie (juste avant les vacances de Noël), elle décide de revenir le 25 décembre pendant que moi je suis en repas de famille chez mes parents. Je la revois donc après une semaine sans la voir le soir du 25 décembre et l'un des premiers trucs qu'elle me dit c'est "J'ai pensé à mon ex, on s'est rencontré le 25 décembre", cet ex en question ça fait 2 ans que c'est terminé, mais ça a duré 3 ans. Je n'y pense pas trop mais ça me travaille, le 26,27 décembre c'est un peu bizarre, elle est revenue mais je ne me sens pas aimé, alors le 27 au soir pendant qu'elle me dit "Laisse moi tranquille" je décide de fouiller dans ses mails, et là je vois que 2 min avant elle avait envoyé un message à son ex "tu dors ?", Mail très simple qui apparemment ne devrait pas me rendre jaloux, sauf que j'ai pété un plomb, et je l'ai dégagé de chez nous, "C'est fini, tu ne reviens plus jamais ici". Je décide de ne plus jamais fouiller (elle a changé tous ses mots de passe à ma demande). Fouiller me rendait malade.

On se revoit de temps en temps le 31 janvier par exemple avant qu'elle parte en boite pour la nuit mais rien ne s'arrangeait, du coup courant janvier c'est reparti pour 2 jours d'arrêt maladie car cette fois ça semble être la dernière, elle me dit que tout s'arrête, elle m'aime, je l'aime, mais c'est pas le bon moment, elle n'est pas capable de toute ça, c'est terminé. Je pense n'avoir jamais été autant malheureux de ma vie qu'à cet instant, moi qui suis très pudique au niveau des sentiments j'ai craqué devant ma soeur, 2 frères et mes parents qui ne m'avaient jamais vu comme ça, j'avais la sensation d'être une pauvre merde qui avait perdu sa raison de vivre.

Je rentre chez mes parents, je ne veux pas rester une seconde plus dans l'appartement dans lequel j'espérais vivre avec cette femme que je souhaitais être la femme de ma vie malgré sa bipolarité car elle est suivi par Psychologue, Psychiatre et elle suit son traitement.

Suite à ça elle est passée en profonde dépression avec un séjour en hôpital, elle me dit qu'elle m'aime, qu'elle veut que je sois le dernier homme de sa vie etc... Moi aussi je l'aime mais j'ai peur, j'ai horriblement peur que tout se reproduise, j'ai une immense fierté que j'ai toujours rangé avec elle, j'aurai dû tout arrêter dès le premier mensonge, on ne joue pas avec moi, j'ai toujours été droit avec les gens, sa psychiatre lui dit que je suis une perle rare, elle parle beaucoup de moi la-bas, elle dit que c'est de sa faute, que je suis quelqu'un de bien qui ne mérite pas ça. Depuis hier elle était en dépression, et elle était beaucoup moins pudique au niveau des sentiments, je me sentais vraiment aimé ce dernier mois, j'avais espoir que plus rien ne se produise dans le style de tout ce que j'ai vécu. Je l'aime mais je me bride, je ne veux pas me reprendre un mur, j'attends impatiemment sa prochaine phase maniaque pour voir si elle arrive à être toujours aussi amoureuse de moi et si elle ne change pas d'avis sur notre futur. Sauf que ce jour est arrivé, depuis hier elle change de phase, sa phase maniaque approche...

J'ai tellement peur de la perdre car cette fois ça sera la dernière, le moindre faux pas et c'est terminé, j'ai été trop gentil, bipolaire ou pas j'en ai plus rien à faire, le respect c'est pas une question de maladie et si elle n'est pas capable de m'aimer c'est qu'elle n'est pas faite pour moi.

Merci de m'avoir lu et j'espère avoir quelques témoignages (peut-être pas aussi long) sur vos expériences amoureuses avec un/une bipolaire ou en tant que bipolaire.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 10 Fév 2016 - 19:26    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
girl anachronism
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2011
Messages: 1 126

MessagePosté le: Jeu 11 Fév 2016 - 11:44    Sujet du message: Mon expérience en couple avec une bipolaire Répondre en citant

Bonjour Mourn,

Je te donne mon avis en tant que bipolaire. Tu as tout à fait raison quand tu conclues à la fin que "le respect, ce n'est pas une question de maladie".
La base d'une relation avec quelqu'un est le respect, la confiance et la sincérité. On peut avoir des comportements très différents de notre comportement habituel pendant les crises, mais la maladie ne change pas notre personnalité profonde.

Dans n'importe quel couple, avec un(e) bipolaire ou non, on ne devrait pas à avoir à fouiller chez l'autre. Personnellement, je préfère la sincérité, même si elle est dure à entendre, que le mensonge. Une relation qui se construit sur la méfiance est vouée à l'échec.

Cette fille est jeune et a encore beaucoup à apprendre, aussi bien sur sa maladie, que sur sa propre personnalité.
Peut-être que vous vous êtes rencontrés trop tôt; apparemment, vous n'êtes pas sur la même longueur d'onde.
Son chemin va être encore long, semé d'embûches, alors que toi, tu es dans l'optique d'une relation durable (tu la vois comme la "femme de ta vie").
Tu songes certainement à fonder une famille, à construire une vie de couple, alors qu'elle n'est pas en mesure de le faire.
Même si elle te disait qu'elle souhaite la même chose que toi, il est évident qu'avec ses hospitalisations et rechutes, elle est forcée à d'autres priorités.

Je pense que tu laisseras trop de plumes à vouloir maintenir à tout prix cette relation. L'amour nous pousse à continuer quoi qu'il arrive, même lorsque c'est complètement déraisonnable, mais ce qu'il te faudrait, c'est une femme qui ait les mêmes attentes que toi.

Il y aura toujours un exemple de couple qui a résisté envers et contre tout, où la personne bipolaire a évolué positivement au fil du temps.
Personne ne pourra prédire si votre couple finira par fonctionner. Pour moi, ça m'a l'air très hypothétique.
Es-tu prêt à donner encore de ton énergie pendant des années sans être assuré du résultat ?

Pour terminer, quelque soit l'issue de ton problème, j'espère que tu n'auras pas de ressentiment envers l'ensemble des bipolaires.
La maladie ne fait que se surajouter à notre caractère à nous. Voilà pourquoi il y a de grandes différences entre bipolaires.
Certaines personnes sont naturellement colériques ou pacifiques. Ces traits de caractère ne changent pas, on ne peut qu'apprendre à les gérer, avec la psychothérapie par exemple.

Mais donc tous les cas, c'est toujours au malade de faire la démarche. On ne peut pas forcer quelqu'un à changer, et encore moins tant que la personne ne se sent pas concernée.

Bon courage à toi
Revenir en haut
Parabellum
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 23 Déc 2013
Messages: 150

MessagePosté le: Jeu 11 Fév 2016 - 13:32    Sujet du message: Mon expérience en couple avec une bipolaire Répondre en citant

Bonjour et surtout bon courage,

à mon avis il faut que l'oublie au plus vite et que tu trouves une fille qui aura toute ta confiance. Cela dit je pense que les tords sont partagés, pas dans les mêmes proportions mais tout de même, je pense que tu es maladivement jaloux et que tu souhaites avoir une fille à tes cotés avec certains critères précis (fréquences rapports, droits de sortis) et j'ai aussi l'impression que tu aimes avoir une femme dédié exclusivement à toi. Je ne juges pas mais c'est ce que je ressent en ayant lu l'intégralité de ton post.
Le problème c'est qu'avec une personne bipolaire, tu doit à la fois être un soutiens, quelqu'un qui va remonter le moral, surveiller l'humeur, les signes avant coureurs etc... mais aussi tu devras subir la colère, l'excitabilité, la manie, la tromperie pour certains. En vacillant d'un état à l'autre on fait vaciller le conjoint avec nous. Un bon traitement et un suivi vont enrayer ou stopper cela, mais c'est très dur pour nous même et nous avons besoin de soutien pas de quelqu'un qui n'a plus confiance en nous. Je pense que la confiance entre vous deux est rompu, en grande partie de sa faute (du en partie à son état maniaque) et je pense que aussi bien pour elle que pour toi vous devriez couper. Sache aussi que les bipolaires savent être attirants et attractifs pour les autres en état maniaque.
Pour finir je souhaite moi aussi comme le dit girl anachronism que tu ne mettent pas tout les bipolaires dans le même sacs et que comprennes bien que tout n'est pas à mettre sur le dos de la maladie non plus.
Bonne chance et fais le bon choix
Revenir en haut
Mourn
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2015
Messages: 20

MessagePosté le: Jeu 11 Fév 2016 - 18:38    Sujet du message: Mon expérience en couple avec une bipolaire Répondre en citant

Bonjour et merci pour vos réponses,

Bien entendu je ne mets pas tous les bipolaires dans le même sac et vous êtes certainement mieux placés que moi pour savoir que si je recherche rapidement sur le net "peut-on vivre avec un(e) bipolaire" je tomberai 9 fois sur 10 sur des témoignages négatifs, ce qui est logique car sur le net on a tendance à dire ce qui ne va pas au lieu de faire un post tout gentil pour dire "Je vais bien".

@girl anachronism : Je sais que fouiller c'est mal, j'ai du mal à regretter car je suis tombé sur des choses qui ne sont presques pas excusables voir impardonnables pour certains, et je me demande souvent si je n'aurai pas préféré ignorer tout ça quitte à être cocu que de savoir qu'elle a "juste" vu un ex et avoir perdu confiance.

Oui elle est jeune et elle a encore beaucoup à apprendre mais malheureusement peu de gens la soutiennent dans sa maladie et beaucoup profitent de ses phases maniaques comme d'un "Woaaa t'es super intéressante et t'es trop rigolote quand t'es de bonne humeur comme ça !" alors que c'est totalement faux et qu'en dépression ou en manie elle n'est pas heureuse. Je suis dans l'optique d'une relation durable "par défaut" car au contraire de beaucoup de personnes je suis incapable d'entamer une relation en me disant qu'on verra bien ce que ça donne et si ça doit durer 2 mois et ben ça durera 2 mois et puis c'est tout, j'aime à l'excès certainement mais pour le coup c'est ma personnalité qui veut ça, je ne suis pas totalement abruti non plus et j'ai bien conscience (pardon si je vous offense) qu'il est bien plus simple de tomber amoureux d'une fille stable qu'une fille bipolaire, c'est d'ailleurs ce que ses parents me souhaitent (honte à eux de ne pas la soutenir).

Fonder une familler etc... je n'y pense même pas, je suis moi aussi encore jeune et réfléchir à construire une famille avant 30 ans n'est pas imaginable pour moi.

@Parabellum : Je suis d'accord les tords sont partagés toute proportion gardée et j'en suis conscient, je me suis remis en question et aujourd'hui je ne fouille plus depuis 2 mois (ce qui peut vous paraître débile et pourtant je suis fier de moi), mais cela fait 2 mois qu'elle est en phase dépressive et donc moins attrayante pour les autres pour vous reprendre.

En fait en vous lisant j'ai plutôt l'impression que pour être en couple avec elle il faudrait que je fasse tout pour elle, que je pense à moi, mais que je ne pense pas à notre couple pour le moment. Ou alors j'abandonne tout, ce qui est bien entendu la facilité et la solution la plus probable. J'ai bien entendu mes défauts mais il y a encore quelques jours elle me disait que j'étais la meilleure chose qui lui soit arrivé, que le ciel lui avait envoyé une autre chance, qu'elle a besoin de moi, qu'elle envisage le futur avec moi etc... Est-ce la phase dépressive qui la pousse à se persuader ce genre de choses ?

J'ai plusieurs fois demandé et je lui demande encore de pouvoir rencontrer son médecin, son psychologue ou sa psychiatre afin de m'aider à comprendre ce que je dois faire et surtout ce que je ne dois pas faire, j'ai fais et je fais certainement encore des erreurs mais c'est pour moi à ceux qui l'aident dans la maladie de m'indiquer ce qui est bon et pas bon pour elle. (Vos conseils sont par ailleurs les bienvenus).

Je suis bien entendu ici pour discuter et c'est avec plaisir que je vous lis et que je réponds, n'y voyez aucune animosité envers les bipolaires ou envers vous :)
Revenir en haut
girl anachronism
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2011
Messages: 1 126

MessagePosté le: Jeu 11 Fév 2016 - 19:45    Sujet du message: Mon expérience en couple avec une bipolaire Répondre en citant

Tu sembles très attaché à elle, d'autant plus attaché que tu dis qu'elle n'est pas soutenue par ses proches.
C'est tout à ton honneur de vouloir l'aider, mais n'oublie jamais que malgré tous les efforts que tu feras, ce sera toujours à elle d'agir.
Par exemple, tu vas apprendre à reconnaître les signes de la maladie, tu vas parler avec elle de signes que tu penses voir chez elle, mais si elle ne veut rien savoir, tu ne peux rien faire.
Ne t'oublie pas toi-même. J'ai moi-même tendance à vouloir aider les autres, mais dans certains cas, il faut aussi accepter que l'on aide mieux en laissant la personne faire ses propres expériences.

Si on m'avait demandé de prendre conscience de ma maladie il y 10 ans, je n'aurais rien voulu savoir. Il m'a fallu pas mal d'erreurs pour finir par changer.
Certaines personnes évoluent grâce aux embûches, parfois il faut ça pour se rendre compte que certains comportements sont mauvais pour notre équilibre.
Il y a toujours une phase de déni de la maladie qui peut être assez longue.
Le fait qu'elle soit suivie ne veut pas dire qu'elle n'est pas encore dans le déni. Et comme tu le dis, le problème, c'est qu'il y a toujours des gens pour la trouver formidable quand elle ne l'est pas (en manie par exemple).

Tu peux l'aider à prendre conscience de sa maladie mais il lui reviendra toujours à elle de devoir l'accepter. ça peut mettre 2 ans, 3 ans, 5 ou 10 ans !
Pendant toutes ces années, il y aura des rechutes, des prises de conscience suivies de retour en arrière,... Les progrès ne se font jamais de manière linéaire.

Comme tu sembles voir lui donner encore une chance, je te conseille de rencontrer sa psychiatre. Bien sûr, cette personne est tenue au secret médical, donc elle ne pourra pas te dire "Mle Untel pense ceci ou dit cela" mais comme tu le dis, elle pourra te conseiller sur ce que tu peux faire ou ne pas faire.
Prends directement rendez-vous sans attendre que ton amie accepte que tu l'accompagnes mais dis-le lui.
Après tout, ceux qui aident ont aussi besoin de soutien.
Revenir en haut
girl anachronism
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2011
Messages: 1 126

MessagePosté le: Jeu 11 Fév 2016 - 19:59    Sujet du message: Mon expérience en couple avec une bipolaire Répondre en citant

J'ai relu le début de ton premier message.
Tu dis qu'elle t'a dit qu'elle était bipolaire mais qu'elle se soignait. Elle a dû te dire "je prends des traitements".
Le traitement du trouble bipolaire passe autant par la médication que par la psychoéducation. On ne peut pas traiter efficacement la maladie uniquement avec des pilules.
Elle semble ne pas avoir encore accepté/intégré/compris l'importance de la psychoéducation (= apprendre à reconnaître les signes avant-coureurs de rechute, apprendre à reconnaître et éviter les situations qui nous font rechuter,...).

Une discussion que tu pourrais avoir avec elle plus tard, serait de parler de son traitement au sens large et lui faire prendre conscience que son traitement ne se limite pas à des comprimés, qu'il faut qu'elle apprenne aussi à anticiper et à se connaître. Mais pour anticiper, il faut avoir intégré au préalable qu'on a une maladie...
Revenir en haut
Mourn
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2015
Messages: 20

MessagePosté le: Jeu 11 Fév 2016 - 21:50    Sujet du message: Mon expérience en couple avec une bipolaire Répondre en citant

Oui je suis très attaché à elle et oui je souhaite lui donner encore une chance, j'ai très peur de sa phase maniaque car c'est souvent synonyme de mensonge chez elle...

Concernant la prise de conscience de sa maladie elle me dit être "contente" quand un autre psychologue ou psychiatre lui dit qu'ils sont convaincus qu'elle est bien bipolaire, par contre je vous rejoins sur le fait que je ne serai pas son héros et que c'est à elle de faire des efforts pour s'en sortir, elle pense en faire énormément puisqu'elle voit son psychologue toutes les 2 semaines et sa psychiatre tous les mois, et elle est actuellement sous Abilify, et Seroplex (avec anxio en complèments).
Ses psy lui ont déjà conseillé la sophrologie ou autre et elle n'a jamais voulu essayer (ce qui me fait dire que malgré ses efforts elle est loin d'avoir tout essayé). A mon niveau tout ce que j'essaye de faire c'est lui faire comprendre que sa vie n'est pas nulle, que si je suis là c'est pour elle, que c'est une merveilleuse personne et qu'un jour on peut être heureux, en tout cas moi j'y crois. Je ne vous cache pas que certains jours j'ai du mal à y croire mais ce que j'espère de tout mon coeur c'est qu'un jour elle aille bien. Je lui fais comprendre aussi que je sais être patient et que je suis prêt à subir encore d'autres épreuves (excepté la trahison amoureuse).
J'ai par contre du mal à savoir quand elle a besoin de ma présence, ou mon silence, des mots doux ou des mots très durs pour la faire réagir...

Je pense qu'elle a intégré qu'elle était "malade" vu qu'elle a récemment fait une demande pour être déclarée bipolaire (MDPH), encore une fois je lui ai expliqué que je n'étais certainement pas honteux et qu'au contraire je suis fier qu'elle fasse bouger les choses. Je pense que la rupture que nous avons subis lui a fait un vrai électrochoc qui lui a permis de s'ouvrir d'avantage à moi ce qui m'aide aussi à comprendre que si elle n'a pas envie de me voir pendant plusieurs c'est pas forcément qu'elle ne m'aime plus, ça peut-être seulement parce qu'elle a besoin de souffler seule, sauf que c'est assez rare qu'elle me prévienne dans ces moments là, c'est plutôt des réponses froides qui me font comprendre que c'est pas le moment. J'ai lu sur le forum une personne qui utilisait des cartons de couleurs pour faire passer ce genre de message avec une couleur qui disait : je t'aime j'ai juste besoin d'être tranquille, fais moi confiance -> C'est exactement le genre de discours que j'aimerai qu'elle ait.

J'essayerai de prendre RDV directement avec sa psychiatre mais c'est assez compliqué puisqu'elle est dans un CMP et qu'il faut passer par un standard pour expliquer que non je ne suis pas malade, j'ai juste besoin de rencontrer la psychiatre d'un de leur patient (ceci dit j'ai jamais tenté).

Je vous remercie une nouvelle fois pour vos réponses qui m'aident à réfléchir.
Revenir en haut
girl anachronism
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2011
Messages: 1 126

MessagePosté le: Ven 12 Fév 2016 - 11:14    Sujet du message: Mon expérience en couple avec une bipolaire Répondre en citant

Il y a du positif dans son parcours, je comprends que tu aies envie de lui donner encore une chance.
Je n'ai pas beaucoup de temps pour te répondre maintenant mais il y a une chose qui m'a fait bondir quand j'ai lu ton message: elle prend du Séroplex.

Les antidépresseurs ne sont pas recommandés chez les bipolaires, ou alors à utiliser avec une extrême précaution dans des cas très particuliers.
Personnellement, le séroplex m'a fait faire un virage maniaque, puis des cycles rapides. Les antidépresseurs nous boostent trop.
Peut-être que ses accès de manie sont entretenus par l'antidépresseur. Pour traiter la maladie, il faut un (ou plusieurs parfois) thymorégulateur(s).

Son traitement ne semble pas la protéger suffisamment si elle est si sensible aux rechutes.
Revenir en haut
Mourn
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2015
Messages: 20

MessagePosté le: Ven 12 Fév 2016 - 19:14    Sujet du message: Mon expérience en couple avec une bipolaire Répondre en citant

Le Séroplex elle le prend depuis environ 1 mois (suite à notre rupture), elle a été hospitalisé 3 jours pendant le passage du Valdoxan au Séroplex pour voir si ça allait pas la faire passer en grosse phase maniaque mais non.

Comme je vous l'ai dit elle est juste en ce moment en train de changer de phase, et c'est bien ça qui me fait peur, une nouvelle phase maniaque avec 2 "nouveaux" médicaments, l'Abilify qu'elle a eu en fin de sa dernière phase maniaque et le Séroplex qu'elle commence à peine. Elle m'a dit que son psychologue ou sa psychiatre lui ont proposé de faire un séjour d'un mois en hôpital afin de la suivre sur une longue durée, elle a refusé car elle s'ennuie énormément pendant l'hospitalisation et forcément elle déteste ça (qui aime se faire hospitaliser ?).

Encore aujourd'hui son discours c'est " Je ne sais pas comment je serai en phase maniaque, je veux continuer à t'aimer, je veux qu'on fasse notre vie ensemble mais je ne peux pas te le promettre car je ne contrôle pas ses phases là ". Je résumé un peu mais c'est en gros le message.
Revenir en haut
Sealsheep
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 05 Mai 2014
Messages: 173

MessagePosté le: Ven 12 Fév 2016 - 19:34    Sujet du message: Mon expérience en couple avec une bipolaire Répondre en citant

Bonjour,

Je vais essayé de donner mon avis.
Tu parles d'une jeune fille de 21 ans. Avant toute mention de la maladie. Et ce n'est pas une critique de ma part. Ca ne me choque pas qu'une jeune fille de 21 ans, chercher à plaire mais en meme temps à être en couple et puisse jouer sur deux tableaux. Ne pas savoir ce qu'on veut, ce qu'on est, ne pas faire les choix qui sont censés être bon pour soi, ou encore rompre et revenir. Ca ne me semble pas irréaliste comme situation ou encore pathologique.
Parralèlement, tu es jaloux et tu n'arrives pas à construire un dialogue avec elle, de ce fait tu fouilles. Je comprends très très bien ce comportement j'y suis moi même sujette. Cependant ce n'est pas un comportement constructif, ni pour toi ni pour elle.
D'une part en te lisant j'ai l'impression que ça te met de par tes attentes et tes reflexions dans une situation très paternaliste. Etre paternaliste c'est déjà beaucoup de responsabilité, et une posture qui peut etre incofortable pour toi et pour elle.
D'autre part, il me semble que toi même tu ne sais pas trop où tu veux aller dans cette histoire, je pense notamment à cette histoire de sexualité, tu finis par la laisser partir elle, alors que c'est toi qui pose le fait que si vous vous ne correspondez pas sexuellement ça ne va pas le faire.
Là, je vais donner mon avis en espérant ne pas te vexer, parce que ce n'est pas du tout mon but.
Elle te dit qu'elle n'aime pas le sexe, ça ne veut pas dire qu'elle ne peut pas ressentir de désir, elle l'a montré par ces messages à son coloc, mais si vous vous ne correspondez pas et que tu dis que pour que ça marche il va falloir que ça change, ce que tu dis en réalité c'est "si nos rapports n'augmentent pas, je vais te quitter". C'est beaucoup de pression, meme si tu as tout à le fait le droit. Ca rend aussi difficile tout forme de confiance en elle (parce qu'elle peut l'interpreter facilement comme un tort de sa part, alors qu'il n'y aucune honte à avoir une sexualité au rythme que l'on peut) et de confiance en toi difficile. Comment parler ouvertement de notre réalité physique psychique à quelqu'un qui a mit une épée de Damoclès au dessus du couple ? Compliqué. Pour tout le monde. Je me suis dis donc que finalement tu as dis que tu la quitterais, mais tu ne l'as pas fais.
Tandis ta jalousie et ton besoin de te sentir aimer sont grand, parallèlement elle elle semble avoir besoin d'être désirée, sexuellement reconnu comme désirable, et active, alors que finalement elle semble plutôt en recherche de ce qu'elle est. Tu dois te douter, et vu la situation qu'elle n'est pas capable d'avoir la maturité de t'offrir cela, je dis d'avoir la maturité car la volonté et les ressentis ne suffisent pas toujours.
Enfin, parlons de sa maladie.
Elle est bipolaire, elle est sous traitement, ce n'est pas facile, pour elle, et ça le sera encore moins pour toi, si tu te veux paternaliste et soignant. Elle a un chemin à faire, qui se fera sans toi, sans ton controle, sans ta surveillance. Tu la soupçonne la fois où elle s'apprête , belle et tout , d'être en phase maniaque, pour te rassurer, je pense que ça s'apparente plutot à une phase hypomaniaque. Mais encore une fois, je dois dire qu’indépendamment de ma maladie pour ma part, je me suis déjà appreté, et excitée d'une sortie où je pourrais plaire alors que j'étais en couple (ce qui a souvent signé la fin de mon couple, mais c'est ma propre histoire ça). Et c'est difficile de te dire, oui c'est la maladie, parce qu'on a ta vision de votre histoire, alors que ton amoureuse est bipolaire en dehors et dans votre histoire.
Tu dis qu'elle ne travailles pas et tu penses que ça serait bon pour elle, mais il va falloir qu'elle meme apprenne ce qui est bon pour elle, et surtout ce qui est la maladie et ce qui est elle , et ce qui mele les deux pour qu'elle soit entière.
Je comprends que tu trouves scandaleux que les gens l'admirent moins en depression , mais aussi que tu penses que les gens profitent d'elle puisqu'il jouisse de ces phases hypomaniaques. Je pense que c'est compliqué pour la plupart des gens de comprendre la souffrance de la depression. Bipolaire ou non, la depression isole. Et surtout elle renvoit les gens à des sentiments de compassion et d'empathie qui sont difficiles à vivres, et pour les proches là depuis longtemps une certaine lassitude.
La bipolarité rend seul souvent, parce que le fardeau est énorme à porter. Alors oui elle est bipolaire mais tu ne peux rien porter, et surtout attendre beaucoup d'amour et d'affection d'une personne en dépression ça peut être très très compliqué. Là oui, on peut parler de la maladie. La dépression rend les gens parfois moins tendre, et surtout tout est tellement douloureux.
Alors pour te repondre je pense que tu dois te demander :
Puis-je vivre avec une personne qui n'a pas la meme libido que moi au sein de Notre couple.
Puis-je vivre avec une personne qui a encore besoin de plaire aux autres ?
Une personne qui a des envies et des volontés pas claires voir contradictoire ?
Vivre avec cette personne en la laissant libre et reussir à lui parler, sans avoir à fouiller ?
Est ce que tu peux vivre sans fouiller ? Prendre le risque, vivre avec les trahisons ?
Puis ensuite concernant la maladie , Veux tu vivre avec une personne malade, qui pourra avoir des phases où tu n'es pas du tout le centre de son intéret, des phases de dépendances, d'indépendances, d'hypomanie à 100km/h?
Seras tu heureux comme ça ?
Pourra t elle s'épanouir ainsi ?
Bises , et courage
Revenir en haut
Mourn
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2015
Messages: 20

MessagePosté le: Ven 12 Fév 2016 - 20:52    Sujet du message: Mon expérience en couple avec une bipolaire Répondre en citant

Bonjour Sealsheep,

Sans vouloir vous offenser, en vous lisant je me demande si vous avez compris ce que j'écris ou si c'est moi qui me suis mal exprimé puisque les réponses à vos questions sont dans mes précédents messages donc je vais essayer de vous répondre en résumé :

- Déjà, j'ai fouillé mais je ne fouille plus depuis maintenant 2 mois et je m'en porte beaucoup mieux.
- Sur le côté paternaliste je pense que vous vous trompez également puis que je suis tout à fait d'accord avec girl anachronism et d'ailleurs je l'ai écris je ne suis pas son héros et je suis conscient que c'est à elle d'avoir le déclic afin de s'en sortir, tout ce que je peux faire c'est éviter de faire ou dire des conneries et pour ça j'ai besoin de son/ses psy.
- Sur la sexualité c'est une autre question et je pense avoir assez détaillé dans le premier message, ce n'est pas seulement une question de fréquence, c'est qu'elle me dit ne pas aimer vraiment ça, or ayant 2 amis travaillant dans la sexologie, ils m'ont expliqué que ce n'est pas possible, soit on aime à différents degrés mais assez fort pour apprécier ces moments (rien à voir avec la fréquence), soit on est simplement asexué et on n'a AUCUNE envie, et chaque personne atteint un degré de maturité sexuel avec l'âge et l'expérience (et la meilleure façon de l'atteindre c'est pratiquer). Je suis absolument conscient que ce n'est pas la priorité ni pour elle ni pour moi et d'ailleurs je ne vois pas l'intérêt de m'y étendre d'avantage.
- Il me semble avoir dit aussi que la phase dans laquelle elle me montre le plus d'affection c'est dans sa phase dépressive.

Pour répondre à vos questions :
Puis-je vivre avec une personne qui n'a pas la meme libido que moi au sein de Notre couple. -> Oui mais pas sans un effort de NOTRE part pour essayer de s'accorder là-dessus (huiles essentiels, sexologues, jeux érotiques et j'en passe).
Puis-je vivre avec une personne qui a encore besoin de plaire aux autres ? -> Oui bien entendu mais on parle ici de plaire, et non aller boire un verre avec un mec et se vanter de porter les chaussures que je lui ai offert pour un rencard avec un autre.
Une personne qui a des envies et des volontés pas claires voir contradictoire ? -> Oui
Vivre avec cette personne en la laissant libre et reussir à lui parler, sans avoir à fouiller ? Oui...
Est ce que tu peux vivre sans fouiller ? Prendre le risque, vivre avec les trahisons ? Oui voir mon message précédent...
Puis ensuite concernant la maladie , Veux tu vivre avec une personne malade, qui pourra avoir des phases où tu n'es pas du tout le centre de son intéret, des phases de dépendances, d'indépendances, d'hypomanie à 100km/h? -> à court terme oui, à long terme non car ça voudrait dire qu'elle ne fait aucun effort pour aller mieux ou alors pas assez.
Seras tu heureux comme ça ? -> certainement moi heureux que quand elle ira mieux.
Pourra t elle s'épanouir ainsi ? -> Ce n'est pas à moi qu'il faut poser la question.


Quelque chose que je n'ai pas dit et je pense que vous serez d'accord avec moi, les personnes bipolaires ne sont pas des victimes, et c'est aussi à eux de faire des efforts pour se battre contre la maladie mais aussi pour l'entourage, certes vous n'avez ici que mon point de vue et je ne vous demande pas d'aller en mon sens ou de dire que j'ai raison à chaque phrase mais comprenez que si je suis en train d'écrire sur ce forum c'est que je veux réussir avec elle car je l'aime comme elle est, mais la bipolarité n'est pas une excuse à tout et j'ai juste besoin de temps en temps d'étaler un peu mon expérience avec des personnes qui peuvent comprendre de quoi je parle et me conseiller ou en tout cas me faire poser des questions
Revenir en haut
Team bipote
Bipote_Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 13 Avr 2014
Messages: 863

MessagePosté le: Ven 12 Fév 2016 - 23:35    Sujet du message: Mon expérience en couple avec une bipolaire Répondre en citant

Bonjour Mourn,

Nous échangeons sur le forum en toute convivialité, et chacun ne donne que son humble avis. Nous souhaitons te rappeler quelques éléments de la charte:

Citation:
Une bonne communication est celle qui permet à tout le monde de dire ce qu'il pense et ressent tout en respectant ce que l'autre pense et ressent.


Citation:
Limitez au maximum l'utilisation des majuscules à l'intérieur de vos textes et bannissez-les des titres de vos messages. Selon la netiquette mettre un mot en capitales équivaut à CRIER !


Les caractères gras sont pareillement dérangeants.

Merci de ta compréhension,

▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬▬▬▬▬▬▬
 
Revenir en haut
Mourn
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2015
Messages: 20

MessagePosté le: Sam 13 Fév 2016 - 00:23    Sujet du message: Mon expérience en couple avec une bipolaire Répondre en citant

Bonjour,

Excusez-moi pour les majuscules ça ne voulait pas dire que je le criais mais plutôt pour insister sur l'importance du mot dans son contexte. Pour les caractères gras c'est au contraire pour rendre lisible ma réponse par rapport à la question, un code couleur serait peut-être plus agréable la prochaine fois. Pour la bonne communication je n'ai jamais été contre au contraire sinon je ne détaillerai pas mes pensées et je suis tout ouïe à toutes remarques, je me garde juste le droit d'y répondre.
Revenir en haut
Parabellum
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 23 Déc 2013
Messages: 150

MessagePosté le: Sam 13 Fév 2016 - 00:42    Sujet du message: Mon expérience en couple avec une bipolaire Répondre en citant

Bonsoir,
je pense que les bipolaires sont des victimes au contraire. Victime d'une maladie qui nous fait souffrir et qui nous fait vivre une vie sur le fil. Nous n'avons rien demandé à la base, nous subissons ces états hors normes d'humeurs maniaques ou dépressifs. Mêmes si les proches sont bienveillants ce n'est pas possible d'imaginer ce que l'on ressens. Je suis d'accord avec toi la bipolarité n’excuse pas tout mais c'est quand même ce qui nous fait réagir de façon hypersensible ou dans l’excès parfois.
Si tu veux mon avis il faut la laisser se soigner tranquillement, à son age elle n'a pas besoin d'une stabilité imposé de force, c'est tout ce qui la fera fuir, c'est à elle de faire ses choix même si elle se trompe.
Bonne nuit
Revenir en haut
girl anachronism
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2011
Messages: 1 126

MessagePosté le: Sam 13 Fév 2016 - 10:29    Sujet du message: Mon expérience en couple avec une bipolaire Répondre en citant

Bonjour Mourn,

Je reviens là où je m'étais arrêtée. Ce qui m'a surprise avec le Séroplex, c'est que lorsque l'on est en hypomanie ou en manie, la 1ère chose que le psy est censé faire, c'est de diminuer l'antidépresseur s'il y en a un et de redoser le thymorégulateur à la hausse et/ou d'ajouter un médicament sédatif (si l'agitation motrice est trop importante).
J'ai donc l'impression que son suivi n'est pas des meilleurs, mais peut-être que je me trompe. Mon psy est super et n'a pas forcément toujours pris les bonnes décisions. Même pour un médecin, c'est difficile d'évaluer le degré de gravité de l'état (hormis quand c'est flagrant).

Pour illustrer le sujet de victime ou pas victime de son état, je vais te donner un exemple personnel.
L'arrêt de mon antidépresseur pourtant planifié avec le psy et diminué très, très progressivement, m'a causé des angoisses énormes. J'ai eu un syndrome de sevrage prolongé car j'étais trop sensible à la molécule.

Pendant 1 an, je ne pouvais rien faire contre ces angoisses. Les exercices de relaxation ne marchaient pas, je n'arrivais pas à respirer même en me forçant à respirer lentement, c'était comme si mes poumons étaient incapables de se gonfler correctement.
J'ai essayé 1001 choses: phytothérapie, anxiolytique, acupuncture, marche,...
Rien, rien, rien à faire, il fallait attendre que mon cerveau se remette à fonctionner sans cette molécule.
Pendant tout ce temps-là, j'étais victime à 300%
Et je peux te dire que c'est trèèèès long pour que les neurotransmetteurs se remettent à fonctionner normalement !

Mais, au bout d'un an, j'ai commencé à avoir prise sur mes angoisses: ce que je faisais pour aller mieux commençait à avoir un réel effet.
Je pouvais commencer à devenir acteur de ma santé ! Mes angoisses sont toujours là, mais plus 24/24h, il y a des jours où je n'en ai plus, mais ça revient encore trop souvent.

Je sais que ça va donner l'impression que je donne une réponse de normand, mais je pense sincèrement qu'il n'y a pas de réalité clairement définie.
On peut être victime par moment, plus acteur à d'autres. Y compris pour les accès dépressifs ou hypomaniaques.
Certaines crises sont trop fortes pour que l'on puisse avoir prise sur elles, d'autres fois, on peut encore arriver à se battre.
Tout cela demande énormément d'énergie. Pour l'instant, j'ai fait le choix de me centrer sur ma santé en sacrifiant beaucoup de choses.

Une dernière chose, dans un de tes messages, tu parlais de lui dire des paroles "très dures pour la faire réagir".
C'est ce que ma famille faisait au début de ma maladie car ils étaient démunis et ne savaient plus quoi faire: ça a été catastrophique pour moi. Donc il vaut mieux éviter les paroles dures. Je ne sais pas ce que tu entends par "paroles dures".

Dans une phase dépressive, il ne faut surtout pas forcer l'autre. Sortir dehors, marcher 100m, c'est physiquement comme de gravir une montagne.
Donc tu auras beau faire, pour elle, c'est extrêmement éprouvant. Mieux vaut donc dans ces phases être bienveillant et inciter l'autre à sortir par la douceur.

Inversement, dans la phase haute, les proches s'en prennent souvent plein la figure car la personne bipolaire ne se rend pas compte de ce qu'elle dit. On dit de nous qu'on est cassant ou brusque mais on ne s'en rend pas compte. Il y a un trop plein d'énergie à évacuer coûte que coûte. C'est comme si tu étais pris dans une tornade gigantesque comme on en voit aux Etats-Unis.

Le meilleur moment pour parler ouvertement avec un bipolaire, c'est le moment neutre, lorsque l'humeur est "comme tout le monde".
Mais même dans ces moments d'euthymie (humeur "normale"), il vaut mieux éviter les paroles dures qui n'aident personne. Faire attention à ne pas culpabiliser l'autre dans ce qu'il a pu dire ou faire dans ses phases hautes ou basses. Après une phase haute, c'est la dégringolade naturelle (dans le sens où physiquement on ressort vidé d'une manie ou hypomanie), donc si en plus on nous reproche d'avoir trop dépensé, trop ri, trop parlé,... tu imagines bien que ça n'arrange pas la dépression.

Je te mets quelques ressources que tu as peut-être déjà consultées:
http://www.troubles-bipolaires.com/

et surtout ce post sur le forum, qui a été bien utile à ma famille pour les aider à savoir quoi faire et ne pas faire
http://bipotes.leforum.eu/t1282-L-essentiel-a-connaitre-pour-reagir-face-a-…

Cela doit être difficile pour vous, aidants, de devoir supporter des personnes cassantes en phase haute et de ne pas pouvoir se permettre la même chose vis-à-vis de nous. Cela doit te paraître injuste, mais à force de connaître ton amie, tu sauras mieux ce qui est de l'ordre de la maladie et de l'ordre de la personne. On ne peut pas critiquer un comportement qui est indépendant de notre volonté; par contre, il est légitime de critiquer en comportement qui est responsable et dépendant de notre volonté.

Bonne journée
Revenir en haut
Mourn
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2015
Messages: 20

MessagePosté le: Sam 13 Fév 2016 - 12:11    Sujet du message: Mon expérience en couple avec une bipolaire Répondre en citant

Bonjour girl anachronism,

En effet cela m'a toujours surpris que son dosage ne change pas quelque soit la phase dans laquelle elle se trouve, j'ai cru lire un peu partout qu'une personne bipolaire quand elle sent venir un changement de phase, le premier réfléxe est de prendre un rendez-vous avec son psy afin justement d'anticiper le changement de phase et donc le dosage du traitement. Je lui en ai déjà parlé mais elle me répond qu'elle va dans un CMP et que ça ne se passe pas comme ça, elle ne peut pas voir son psy n'importe quand et c'est souvent 1 voir 2 mois à l'avance qu'il faut s'y prendre. Cela fait justement partie des choses dont j'aimerai discuter avec ses psy et donc vous me rassurez sur ce point.

Quand je parlais de victime je parlais dans la vie de tous les jours, j'ai bien compris qu'il y avait des moments où bien entendu les bipolaires sont victimes de leur maladie mais il y a toujours des moments (en tout cas chez elle) où elle se rend compte de ce qu'elle a fait etc... et pourtant ne s'en excuse pas puisqu'elle ne veut tout simplement ne plus y penser. Je vous rejoins donc sur ce point aussi.

Quand elle est en phase dépressive je n'utilise jamais de paroles dures, j'essaye d'être bienveillant au maximum et ayant un père médecin (et non psychologue) je sais qu'être en dépression c'est très très dur et la moindre action est un effort, d'ailleurs elle me dit souvent que si dans sa journée elle doit aller chez le coiffeur ou faire des courses alors ça sera très dur de venir me voir car elle aura déjà fait son action de la journée et ça je ne lui en veux absolument pas et je l'accepte.

Pour sa phase haute comme vous dites, là j'ai énormément de mal, ça m'est arrivé plusieurs fois de lui crier dessus à cause de ses paroles ou ses actions et sa réaction est la fuite, j'ai essayé de lui parler calmement et c'est la fuite aussi donc j'avoue être complètement bloqué dans cette phase où le seul moment où l'on pouvait discuter c'était juste avant de dormir (et encore ça lui est arrivé de s'enfermer dans la salle de bain pour ne pas parler). Ce que j'essaye de faire en général ce n'est pas de la culpabiliser même si ça m'est déjà arrivé, mais plutôt de lui faire comprendre ce qui est bien et pas bien dans son comportement car elle me dit que dans les phases maniaques elle a du mal à faire la différence entre ce qui est méchant ou non.

Encore une fois elle n'a pas pour habitude de faire tout et n'importe quoi en phase de manie ou hypomanie (je ne sais pas faire la différence), mais c'est plus que dans ces phases là elle se pose des questions sur le fait d'être en couple, de savoir faire confiance à quelqu'un et le respecter alors qu'en phase dépressive c'est totalement acquis chez elle.

Concernant votre dernière phrase c'est exactement pour ça que je suis ici, j'essaye de faire la différence entre ce qui est son comportement à cause de la bipolarité, et son comportement naturel, car elle a tendance à tout mettre sur le dos de la bipolarité. Sans oublier les facteurs de l'âge, la maturité et l'expérience bien entendu.
Revenir en haut
Mourn
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2015
Messages: 20

MessagePosté le: Sam 13 Fév 2016 - 12:21    Sujet du message: Mon expérience en couple avec une bipolaire Répondre en citant

Ce soir elle sort en boite, elle est complètement fan de la musique électro, rien à voir avec le fait que c'est un fief de dragueurs etc... (et c'est moi avec ma jalousie qui vous le dit). Même si ça me fait toujours un peu peur et que je ne suis jamais rassuré, elle me dit que ça lui fait du bien etc... C'est la première fois qu'elle y retourne depuis un moment, encore un facteur qui prouve qu'elle change de phase, et il y a une chose qu'elle fait qui me déplait énormément c'est que le soir où elle sort en boite elle ne prend pas ses médocs, elle les prends en rentrant vers 5-6h du matin. Qu'en pensez-vous de ce décalage de prise du traitement pour pouvoir tenir plus longtemps à une soirée ? (sachant qu'habituellement à 22h elle est claquée et prend son traitement à 19h).
Revenir en haut
girl anachronism
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2011
Messages: 1 126

MessagePosté le: Sam 13 Fév 2016 - 15:19    Sujet du message: Mon expérience en couple avec une bipolaire Répondre en citant

Tu peux me tutoyer, je ne suis pas beaucoup plus âgée que toi.

Le fait qu'elle ne puisse pas voir un psy comme elle le veut, ça, ça pose vraiment problème dans la prise en charge de la maladie. C'est clair qu'il faut pouvoir être réactif en cas de suspicion de rechute.

Pour l'heure de prise des traitements, le psy en clinique qui me suivait (le Dr Gay, il a écrit des livres sur la bipolarité) disait qu'il fallait les prendre à heure fixe. J'ai tenu 6 mois à les prendre à heure fixe puis j'ai eu trop de mal et je les prenais toujours à la même période.
Par exemple, le comprimé de la fin de journée, c'était au repas du soir donc ça pouvait être 18h30 ou 19h30.
Dans son cas, prendre le lendemain matin, c'est pas terrible parce que le lendemain, elle aura le comprimé du matin + celui du soir. Il faudrait qu'elle respecte au moins des prises journalières pour respecter une posologie sur 24h.

Certaines personnes sont très, très sensibles à des variations dans l'heure de la prise des médicaments, en particulier pour des molécules qui s'éliminent rapidement. Je connais une personne bipolaire qui se sent mal physiquement si elle ne prend pas son effexor à heure fixe. C'est tout à fait possible dans la mesure où l'effexor s'élimine vite du corps et peut générer une forme de manque.

Je n'irai pas jusqu'à dire que le fait qu'elle décale sa prise de médicament génère des rechutes, mais c'est certain que ça n'arrange rien.


C'est assez étrange qu'elle soit fuyante en phase haute. Généralement, le bipolaire en hypomanie ou manie agit par mimétisme. S'il y a de la dispute dans l'air, on devient querelleur. Si la personne avec qui on parle devient irritable, on le devient encore plus.
Je ne peux pas te répondre là-dessus, à voir avec un psy.


La différence entre la manie et l'hypomanie est uniquement une différence de gravité. L'hypomanie ne nécessite pas d'hospitalisation, mais il peut quand même y avoir des hypomanies sévères qui sont l'antichambre de la manie.
Une personne hypomaniaque va acheter 5 paires de chaussures alors qu'une personne maniaque achètera carrément une voiture ou dévalisera les bijoutiers !
La personne hypomaniaque est exaltée, bavarde, bruyante, la personne maniaque devient incohérente et ne contrôle plus le flot de paroles.

Je donne des exemples extrêmes, disons que la grande différence entre les deux est la perte de contrôle de soi. La manie est souvent associée à des délires, une perte totale de sommeil, et est très douloureuse. Je n'ai jamais vécu de manie caractérisée, lorsque j'ai fait un virage maniaque sous séroplex j'ai été prise en charge à temps.


Parmi les éléments qui aggravent un état hypomaniaque/maniaque:
- le café, l'alcool, toutes les substances qui boostent
- la musique trop forte
- la foule
- les longues discussions
- les ruptures de rythme (se coucher trop tard par exemple)
- les décalages horaires (voyages en avion)
- les visites chez des amis, fêtes, etc

Si elle a une tendance à partir en vrille en ce moment, il faudrait qu'elle se pose, se ménage et évite tout ce que j'ai cité plus haut.
Le problème, c'est que même conscient de sa maladie et volontaire pour se soigner, c'est hyper dur de se forcer à se calmer.
ça fait quelques mois qu'une hypomanie cherche à se déclencher chez moi, du coup, je me mets en mode ermite, je limite autant que possible tout ce qui peut me faire basculer. Mais certaines fois, je suis consciente de mon comportement contradictoire: je sens que je m'agite et j'ai une envie irrépressible d'appeler tout le monde, d'aller rendre visite à untel,... Il faut vraiment se discipliner, mais quand on prend les choses très, très tôt, on peut calmer la surchauffe.

Le Dr Gay qui m'avait soignée, disait toujours qu'on peut plus facilement "arrêter un train qui vient de sortir de gare, qu'un train lancé à toute vitesse".
L'hypomanie et la manie sont des états de surchauffe générale. Il y a un emballement psychique et physique qui se traduit par une augmentation du métabolisme (on a plus faim mais on est trop agité pour prendre le temps de manger, donc souvent on a tendance à maigrir pendant ces phases). On a chaud, on a faim, on a envie de parler,... tout est en mode hyper.

Pendant ces phases, l'entourage est dépassé et ne suit pas le rythme. Plus que jamais, il faut essayer d'apaiser et calmer le jeu pour éviter d'aggraver les choses. Tu peux essayer de la maintenir tranquille par des activités calmes... mais c'est pas gagné. Demander à une personne (hypo)maniaque de rester sagement dans un canapé à regarder un film... dur, dur !
Revenir en haut
Mourn
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2015
Messages: 20

MessagePosté le: Sam 13 Fév 2016 - 16:47    Sujet du message: Mon expérience en couple avec une bipolaire Répondre en citant

Merci de prendre le temps de me répondre,

Je pense aussi que le fait de ne pas pouvoir contacter son psy est un problème, lundi j'essaye d'appeler le CMP afin de contacter le psychiatre qui la prend en charge, je lui en ai parlé elle m'a dit qu'il faudrait mieux que je vois son psychologue, pour moi l'idéal serait de rencontrer les 2.

Tu me dis que la prise de médicament en décalé n'arrange en rien les choses mais c'est pas non plus si grave que ça ce qui est plutôt rassurant pour moi, j'ai effectivement lu des extraits du livre du Dr Gay que je trouve fort intéressant.

Je ne la reconnais pas dans ta description des phases montantes, elle est souvent excitée au moment d'aller dormir, comme si son corps la démange, envie de bouger, de se gratter voir des douleurs à des endroits précis du corps. Je l'ai vu une fois s'excitée au volant de la voiture, à conduire très brusquement et j'avais l'impression que son corps réagissait au rythme de la musique qui allait très fort dans la voiture. Je pense qu'elle adore cette sensation de corps possédé par la musique. Elle écrivait ce qu'elle ressentait dans un livre qu'elle m'a montré un jour et c'étaient bien ses mots "je me sens comme possédé par cette musique".

Je ne dis pas qu'elle part en vrille en ce moment mais il y a des signes d'un changement de phase, elle est par exemple particulièrement irritable, même si maintenant elle arrive à s'excuser quelques minutes après d'avoir réagis trop violemment. Par contre le gros problème d'après ce que tu dis c'est qu'elle sort en boite quand elle se sent "bien" et on y retrouve musique trop forte, foule, rupture de rythme voir longues discussions (en effet elle adore se faire passer pour une fille qu'elle n'est pas avec des étrangers, par exemple une russe en voyage en France en imitant l'accent russe). D'après ce que je comprends ce sont ces moments là qui sont dangereux pour elle mais elle n'en a vraiment pas conscience au contraire elle les recherche. Par contre elle ne consomme ni alcool, ni drogue, ni café, juste du thé.

La comparaison avec le train est très bonne et je lui en ai déjà parlé du fait de voir venir le changement de phase et s'y préparer sauf qu'elle m'a répondu "Comment je peux m'y préparer ? je ne peux rien y faire." ce qui pour toi est faux. Par ailleurs le mode ermite me parait compliqué puisqu'en dépression elle est déjà dans ce mode là (elle sort tous les jours s'occuper de son cheval, ce qui pour moi est une très bonne chose) mais ça s'arrête là. A en discuter avec ses psy encore une fois...
Revenir en haut
Pichu
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 28 Jan 2016
Messages: 65

MessagePosté le: Sam 13 Fév 2016 - 18:02    Sujet du message: Mon expérience en couple avec une bipolaire Répondre en citant

Bonsoir Mourn!

Ton histoire a des similitudes avec la mienne. Il y a un point que tu évoques ici et que je n'ai pas souvent vu sur le forum (peut être que je suis passé outre), c'est les douleurs que tu évoques.

En effet, mon amie avait des douleurs également notamment au niveau de l'abdomen ou parfois le dos. Pourtant par exemple lors d'une enlacade j’étais loin d’être brutale mais il y a cette partie du corps , par exemple l'abdomen ou elle déplaçait mon bras parce que elle avait mal ( juste le fait que je pose mon bras à cet endroit précis). Je sais que la semaine qui a suivit s'est suivi une phase maniaque ( accentué par une dispute aussi).

Ici il serait intéressant d'avoir l'avis de nos amis bipotes, les douleurs seraient-t-ils un signe avant coureur ?
Revenir en haut
girl anachronism
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2011
Messages: 1 126

MessagePosté le: Sam 13 Fév 2016 - 18:42    Sujet du message: Mon expérience en couple avec une bipolaire Répondre en citant

@Pichu: non, les douleurs ne font pas parties des signes avant-coureurs.

@Mourn: si j'essaye de t'aider, c'est que j'ai un peu de temps pour le faire, sinon je ne le ferai pas. Donc pas besoin de me remercier Razz
Ce que je décrivais sur les phases hautes est très général, chacun est différent. Elle n'a peut-être aucune tendance aux achats compulsifs mais plutôt à rouler vite. Ces symptômes sont très souvent toujours les mêmes pour un bipolaire donné.
Si elle connait bien ses propres signes de rechute, elle pourra apprendre à les reconnaître et à agir en conséquence.

Le fait qu'elle te dise "je n'y peux rien, c'est la maladie", c'est parce que ça l'arrange. Elle aime ces états d'euphorie et préfère se déresponsabiliser.
Si elle veut soigner sa maladie et ses dépressions, il faudra aussi qu'elle accepte de perdre ses états d'euphorie.
Arrivera-t-elle à faire une croix sur cette sensation de vivre la musique ? ça va être dur.
J'adore la musique, je sais aussi ce que c'est que la sensation qu'elle décrit, mais je sais aussi que c'est mauvais pour moi.

Faire l'ermite ne veut pas dire se comporter comme en phase dépressive, c'est juste qu'il faut se ménager et se retirer du tumulte dès qu'on sent que c'est trop.
Revenir en haut
Mourn
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2015
Messages: 20

MessagePosté le: Sam 13 Fév 2016 - 23:27    Sujet du message: Mon expérience en couple avec une bipolaire Répondre en citant

On verra bien ce qu'elle me dit demain, j'avoue ne pas être à l'aise en ce moment, c'est un soir où elle partait en boite qu'elle m'a "trahi" pour aller voir un ex, et forcément je ne peux m'empêcher d'y penser. Elle a quand même une petite attention pour moi avant de partir avec des petites photos pour me montrer à quel point elle est magnifique ma chérie :)

La suite certainement lundi, j'essayerai d'appeler le CMP pour prendre rendez-vous avec sa psychiatre, on verra si j'ai le droit à ce rendez-vous et si oui on verra ce qu'elle me dit...
Revenir en haut
Mourn
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2015
Messages: 20

MessagePosté le: Dim 14 Fév 2016 - 16:43    Sujet du message: Mon expérience en couple avec une bipolaire Répondre en citant

ça y est je craque, elle est bien passée en phase maniaque, elle est irritable, elle me dit elle même qu'elle est en colère contre tout.

Elle m'a envoyé un texto pour dire qu'elle n'était plus elle-même, je lui ai demandé si elle avait toujours confiance en moi elle m'a répondu qu'elle ne fait confiance en personne. Je lui ai rappelé que ça fait 1 mois qu'elle me répète qu'elle a confiance en moi et même une confiance aveugle, qu'elle doit appeler sa psychiatre demain avant que sa phase maniaque ne prenne de l'ampleur, elle me dit qu'elle ne sait pas si elle me fait confiance ou pas. Je lui ai dit que ce n'est pas de sa faute, sa bipolarité et son traitement agisse sur ses pensées, son humeur et que c'est normal qu'elle se sente perdue, et que je n'ose pas lui demander si elle m'aime par peur qu'elle me réponde "je ne sais pas".

J'essaye de rester calme, de lui apporter de la sérénité mais c'est extrêmement compliqué quand on est amoureux de cette personne et qu'elle doute de tout...
Revenir en haut
girl anachronism
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2011
Messages: 1 126

MessagePosté le: Dim 14 Fév 2016 - 17:06    Sujet du message: Mon expérience en couple avec une bipolaire Répondre en citant

Aïe, aïe, aïe... au moins, tu as la preuve que ce n'est pas bon pour une bipolaire de faire la fête quand la manie guette.
Tu as bien répondu, mais rappelle-toi qu'elle n'est pas dans un état "normal", elle ne peut donc pas de dire qu'elle te fait confiance vu que son jugement est altéré. Il faut vraiment qu'elle ait un suivi chez un psy qui puisse la recevoir en urgence. ça ne marchera pas tant qu'elle n'anticipe pas.
Bon courage
Revenir en haut
Sealsheep
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 05 Mai 2014
Messages: 173

MessagePosté le: Dim 14 Fév 2016 - 20:09    Sujet du message: Mon expérience en couple avec une bipolaire Répondre en citant

Bonjour,
Pour les douleurs mon médecin traitant m'a dit qu'effectivement dans les moments de stress, (moi ça prévient toujours une décompensation ou une crise d'anxiété (j'ai fais ma premiere il y a 3 semaines avant les partiels en pensant que c'était une décompensation comme quoi..)) j'ai mal à des endroits très précis, des douleurs fulgurantes, parfois continue.
J'ai l'impression surtout que je suis à l'affut de mon corps, je ne serai pas comment l'expliquer.
Je dirais qu'on est plus sensible à des petites douleurs chroniques qu'on peut trainer, quand on va pas très fort.

Voilà pour ça ^^

Mourn,
J'ai fais du mieux que j'ai pu pour essayer de dire ce que je voulais dire en étant sincère et sans te contrarié, je me suis relu 4 fois, et j'ai fini par envoyé parce que je voulais t'aider plus que j'avais la crainte de te vexer.
Je donnais un point de vue, un ressenti, et pas un jugement de valeur, et encore mois une remise en cause de ton amour. C'est jusque il me semblait important de partager ce à quoi ça pouvait renvoyé et faire pensé.
Je demandais en lisant, est ce que ta copine lorsqu'elle sort en boite, elle boit ? Et surtout est ce qu'elle fume en dehors de la cigarette? (deux choses qui peuvent vraiment enclanché la manie ou l'hypomanie , pour m'appart pour declenché une petite phase hypomaniaque maintenant que je suis sous traitement, il faut, de l'alcool fort, un petit verre seulement, et un sujet au quel pensé, et ne pas prendre mon médicament tout de suite (attendre 2h du matin plutot que 18h ^^) et me sens partir en hypomanie pour quelque heures sans dommage parce que je connais ma maladie, mais parfois ça permet de lutter contre cette nostalgie de l'hypomanie h24).

Je rejoins girl_anarchronism, si elle est en phase hypomaniaque ou maniaque, elle est peu capable de dicernement. (Sur une 10 aine de relation, je peux affirmer très clair que 2 ruptures se sont faites en phase hypomaniaque de mon coté, mais malheuresement hormis un traitement et un suivi psy rien ne m'a empecher de le faire).
Bises
Revenir en haut
Mourn
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2015
Messages: 20

MessagePosté le: Dim 14 Fév 2016 - 20:19    Sujet du message: Mon expérience en couple avec une bipolaire Répondre en citant

Bonjour,

Non elle ne boit pas, ne fume pas, et ne prend pas de drogue.

J'ai une amie qui est borderline avec qui j'en discute beaucoup et qui en plus travaille dans le monde de la santé qui essaye de me rassurer sur le fait que ces sentiments ne sont pas modifiés d'une phase à une autre, que si elle me dit et qu'elle a l'air sincère en phase dépressive qu'elle est très amoureuse, qu'elle me fait confiance etc... alors c'est toujours le cas en phase up, c'est juste qu'elle a du mal à s'en rendre compte et à le faire savoir. Penses-vous que ça soit possible ?
Revenir en haut
Mourn
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2015
Messages: 20

MessagePosté le: Dim 14 Fév 2016 - 21:25    Sujet du message: Mon expérience en couple avec une bipolaire Répondre en citant

Quelques nouvelles (dites moi si je post de trop),

Elle m'a envoyé un texto me disant qu'elle m'aime, qu'elle n'en était pas sûre cet après midi. Du coup je l'ai appelé, elle pense que c'est le fait d'avoir pris son Abilify dans l'après midi au lieu du soir qui fait qu'elle va mieux ce soir, je lui ai parlé du fait de prévenir sa psychiatre mais elle invente des choses pour ne pas le faire, comme quoi le CMP va lui proposer de voir une infirmière, que sa psy ne la rappellera pas et que même elle ne veut pas l'avoir par téléphone elle préfère lui parler directement en face à face. Du coup elle va doubler son Abilify et le prendre l'après-midi (décision qu'elle prend d'elle même). Décidément ça devient vraiment urgent que je parle à ses psy...

Petite correction j'ai dis qu'elle prenait du séroplex, je me suis trompé, c'est du Cymbalta qu'elle prend.
Revenir en haut
Pichu
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 28 Jan 2016
Messages: 65

MessagePosté le: Lun 15 Fév 2016 - 18:41    Sujet du message: Mon expérience en couple avec une bipolaire Répondre en citant

@sealsheep : D'accord, en fait c'est la un sujet interessant, est ce que en ce qui concerne l'histoire de Mourn et la mienne d'ailleurs, l'anxiété ne joue pas un role prépondérant dans la peur de l'avenir ? Mon amie bipolaire me disait souvent que elle avait la pression quand elle doit s'engager avec moi... stress ? peut etre que la copine de Mourn a peur de l'avenir aussi..

@Mourn : tu es sure qu'elle boit pas ? Mon amie boit souvent... et les lendemain, elle est de très mauvaise humeur et parfois irritable. Normal quand on a la gueule de bois me diras-tu mais souvent ça entraîne une "éloignement" et une prise de distance.
Revenir en haut
Mourn
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2015
Messages: 20

MessagePosté le: Mar 16 Fév 2016 - 00:37    Sujet du message: Mon expérience en couple avec une bipolaire Répondre en citant

Ce qui devait arriver arriva...

Un gros hasard fait que j'ai contacté son coloc' actuel parce que je lui préparais une surprise pour ce week-end, il me répond qu'il ne me promet rien et qu'en gros de toute façon je ne dois pas trop en faire pour elle car elle ne le mérite pas. 2nd hasard j'étais avec elle à ce moment là, donc je m'isole et je lui demande de m'appeler. Il m'explique q'un mec est venu plusieurs fois et qu'il est même resté dormir, qu'en plus de ça elle se balade en petite tenue devant lui, et qu'elle lui a envoyé un texto samedi en début de soirée (rappelez vous elle est sortie en boite) où elle lui demandait si ça le dérange si elle ramène un plan cul après la soirée, il m'envoie la conversation par texto pour le prouver...

Du coup j'en parle très calement avec ma copine, je lui explique que je sais tout, qu'elle a intérêt à être sincère. elle me dit que oui elle a vu un mec, son meilleur pote (avec qui elle a couché il y a 2 ans) et qu'elle ne m'a rien dit parce qu'il s'est déjà passé des trucs entre eux et qu'elle voulait pas me rendre jaloux mais que non elle n'a pas dormi avec (j'ai appelé par la suite ce fameux pote et il m'a dit qu'ils avaient dormi ensemble mais qu'ils ont rien fait), qu'elle ne s'est jamais baladée en petite tenue devant son coloc' (je crois son coloc' et pas elle), et que oui elle a dit qu'elle cherchait un plan cul mais c'était des conneries. Sauf que elle avait rangé sa chambre (chose qu'elle ne fait jamais) et s'était épilée (chose qu'elle ne fait que pour moi d'habitude) et elle me dit qu'à chaque fois qu'elle sort elle s'épile c'est tout. Elle me dit qu'elle ne me mérite pas, qu'elle est amoureuse de moi mais que jamais elle s'en sortira et qu'elle veut mourir. Je lui réponds que je l'aime mais que je ne peux pas avoir confiance en elle et que j'ai envie qu'elle aille à l'hôpital et qu'elle y reste un bout de temps parce que là clairement ça va pas. Elle me dit que oui mais qu'il y a une liste d'attente dans l'hôpital dans lequel elle veut aller et que l'autre où il n'y a pas de liste d'attente il est pourri. On discute un peu, elle se braque, je veux la faire réagir, du coup elle s'est jetée sur sa boite de 30 lorazepam, je lui en ai fais craché une grosse partie, puis j'ai appelé les pompiers et ses parents.

Voilà, elle a fait sa première "tentative de suicide" qui est un énorme appel au secours, devant moi ce soir. Je ne sais plus si je l'aime, je crois que si, je n'ai plus confiance en elle, j'ai peur qu'elle me trompe ou qu'elle m'ait trompé. Et le pire dans tout ça c'est que je suis persuadé qu'elle est vraiment très très amoureuse de moi et c'est justement à cause de ça qu'elle voulait en finir, car elle ne veut plus me décevoir à cause de la bipolarité...

Je ne sais pas combien d'épreuve je suis prêt à passer encore avec elle, peut-être était-ce la dernière ? J'ai envie d'aller la voir à l'hôpital, lui faire comprendre que je suis là pour elle, qu'elle compte énormément pour moi et que je ne lui en veux pas, mais je n'en suis même pas persuadé moi-même.

C'est très compliqué à vivre pour moi, et pourtant je pensais que tout était en bonne voie.

PS : j'ai appelé sa psychiatre mais elle est en congés toute la semaine.
Revenir en haut
girl anachronism
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2011
Messages: 1 126

MessagePosté le: Mar 16 Fév 2016 - 09:55    Sujet du message: Mon expérience en couple avec une bipolaire Répondre en citant

Bonjour Mourn,

Tu as parfaitement compris la situation et tu résumes très bien les choses.
Elle a bien besoin d'une hospitalisation mais apparemment, il n'y a pas d'établissements bien libres tout de suite. C'est vrai qu'il faut généralement attendre mais si son dossier est mis en avant par un psy, ça peut être plus court (1 à 2 semaines). Si son cas est urgent, elle pourrait y entrer en priorité.

Là, elle est à l'hôpital ou ils l'ont déjà renvoyée chez elle ? Vous pouvez aussi vous rendre aux consultations des urgences psychiatriques, pas pour se faire hospitaliser mais pour avoir l'appui d'un psy pour la demande d'hospitalisation dans l'établissement qu'elle convoite.
Ces psys peuvent avoir un cabinet à eux en ville et des permanences aux urgences. C'est comme ça qu'une de mes connaissances a commencé sa prise en charge chez un psy. Elle était très, très mal, au bord du suicide, elle est allée consulter aux urgences un psy qui l'a revue dans la semaine dans son cabinet en ville. Et c'est ce même psy qui a appuyé sa demande d'hospitalisation en clinique.

Cette 1ère tentative de suicide va peut-être marquer le début d'une prise de conscience, le début d'un renouveau. Tu peux lui présenter les choses sous un angle positif, lui dire que c'est l'occasion maintenant de tourner la page et de se soigner correctement.

Bon courage à vous deux. Le chemin va encore être long mais avec une hospitalisation, elle sera sur la bonne voie.
Revenir en haut
Mourn
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2015
Messages: 20

MessagePosté le: Mar 16 Fév 2016 - 10:55    Sujet du message: Mon expérience en couple avec une bipolaire Répondre en citant

Bonjour,

Merci pour ce soutien, finalement la psychologue qui l'a pris en charge aux urgences m'a appelé ce matin, elle lui a proposé de se faire hospitaliser quelques jours et elle a accepté (première fois qu'elle se fait hospitaliser en phase up). Donc ils la transfèrent dans un autre établissement. J'ai dis à la psychologue que malgré tout ce que j'ai pris dans la gueule je reste là pour elle et elle m'a répondu "je sais". J'espère que c'est le début d'un renouveau et d'une prise de conscience, mais je ne pourrai pas m'empêcher de revenir sur cet épisode car malgré tout j'ai besoin de savoir exactement tout ce qu'elle a pu me faire pour pouvoir lui pardonner, mais je n'arrive pas à lui faire comprendre qu'elle doit vider son sac une bonne fois pour toute au lieu d'être anxieuse chaque jour que je tombe sur quelque chose de nouveau. En plus je n'ai jamais été violent ou agressif, je ne comprends pas cette crainte de m'en parler si ce n'est la honte qu'elle a d'elle même.
Revenir en haut
Parabellum
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 23 Déc 2013
Messages: 150

MessagePosté le: Mar 16 Fév 2016 - 10:57    Sujet du message: Mon expérience en couple avec une bipolaire Répondre en citant

Bonjour,
j'ai repris le fil des conversations précédentes et je vois que sa chute actuelle d'emporte avec elle. C'est courant chez les bipolaires de faire culpabiliser nos proches lors des différentes phases, de les rendre impuissants, d'ailleurs nous même subissons ces états. J'en sais quelque chose, quand on est en phase hypomaniaque, on à l'impression que le monde autour de nous est au ralentit et on s'énerve parfois jusqu'à la haine contre ceux qui nous bloque dans nos projets, plus on nous empêche de faires les choses plus on est nerveux et plus c'est en fusion dans notre tête. Pourquoi je te dit cela ? c'est pour que tu comprennes que notre fonctionnement n'est pas celui d'un malade qui va réagir "normalement" aux attentions de son entourage. Par exemple, on peut tout à fait ne pas comprendre la nécessité d'un traitement, moi même j'ai des moments de flottements où je pense pouvoir vivre sans (ce qui est vrai mais pas sans conséquences). L'entourage n'est pas forcément de bons conseils tout le temps, plus on nous sort des phrases que l'on ne souhaites pas entendre et plus on se braque, u genre, "tu es trop excité et joyeux, calme toi tu parles trop vite etc...", souvent je ne comprends pas ou je fais semblant de pas comprendre. Ta copine a peut être besoin que tu la laisses respirer totalement, que tu la conseilles OK mais pas que tu la presses dans sa tête avec des questions, des idées de soins, une intrusion chez son psy etc... Si tu l'aimes il faut que tu puisses envisager qu'elle soit plus heureuse célibataire à se soigner. Soit déjà un ami avant tout. Sincèrement je te dit ça pour toi et pour elle, mais tu vas te détruire crois moi. Je sais que nous sommes capable d'aimer mais aussi de faire du mal comme personne. Je n'aime pas les généralités mais j'essaie de donner mon point de vue sur une personne bipolaire en pleine phase hypomaniaque.
Bon courage en tout cas
Revenir en haut
Mourn
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2015
Messages: 20

MessagePosté le: Mar 16 Fév 2016 - 16:42    Sujet du message: Mon expérience en couple avec une bipolaire Répondre en citant

@Parabellum : Je comprends bien votre remarque et je l'entends. Cependant ce n'est pas ce que je compte faire, rester "en ami" alors que je suis amoureux d'elle c'est absolument impossible pour moi, la quitter et couper les ponts me semble tout aussi compliqué mais cette fois-ci pour elle, chaque hospitalisation qu'elle a eu, chaque fois qu'elle faisait des efforts, elle disait les faire pour moi, que le jour où je ne serai plus là pour elle, elle n'arrivera pas à s'en remettre, alors je sais vous allez me dire que c'est le côté manipulateur des bipolaires pour me faire culpabiliser, mais je suis loin d'être un simple d'esprit naïf, la psychologue que j'ai eu au téléphone qui l'a suivi aux urgences disait le contraire, que bien sûr je dois être là pour elle.
Dans ce que vous dites je suis d'accord sur une chose, peut-être que j'en fais trop, que je veux trop lui faire prendre conscience qu'elle doit se soigner, ce qu'elle fait déjà mais juste par un traitement sans un suivi psychologique correct.
Comprendre qu'elle sera plus heureuse célibataire à se soigner je n'y crois pas une seule seconde, avant de me rencontrer elle enchainait les mecs et les jeter au bout de quelques semaines/jours, puis passait en dépression en se sentant sale, puis repassait en phase up où elle recommençait avec de nouvelles conquêtes, mais ces phases durait de moins en moins longtemps donc elle prenait le temps de les apprécier de plus en plus ce qui la faisait culpabiliser encore plus lors de sa prochaine phase de dépression. Son psychologue et sa psychiatre lui ont dit qu'ils étaient content qu'elle ait trouvé quelqu'un de stable comme moi qui voulait faire bien, alors peut-être qu'à trop vouloir faire bien je fini par faire mal, mais croyez-le ou non mais le fait qu'elle demande pour se faire hospitaliser est pour moi la preuve que mon influence n'est pas veine dans tout ça.
Oui des fois j'ai très mal, quand je lis les conneries qu'elle écrit et que je doute de sa fidélité mais au final jusqu'à maintenant elle n'est jamais passé à l'acte donc il n'y a pas non plus mort d'homme et je peux toujours mettre ses conneries sur le compte de sa maladie (sans généraliser).
Revenir en haut
Parabellum
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 23 Déc 2013
Messages: 150

MessagePosté le: Mar 16 Fév 2016 - 17:21    Sujet du message: Mon expérience en couple avec une bipolaire Répondre en citant

Je te souhaites sincèrement de trouver le bonheur avec elle dans un futur plus ou moins éloigné. Je pense que tu as ici des avis différents, et mes remarques étaient là dans le but de te donner des pistes. Je suis persuadé qu'on peut être bipolaire et construire une vie de couple et même de famille (c'est mon cas). Tu vas devoir être patient voir très très patient et surtout il va falloir que tu es les épaules pour 2 par moment. Mais puisque tu es accro je pense que tu y arriveras si elle elle le veut, mais il faut qu'elle soit décidée comme tu le dit à être soigné et suivi sérieusement. En tout cas, bon courage à toi et bonne fin de journée
Revenir en haut
Sealsheep
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 05 Mai 2014
Messages: 173

MessagePosté le: Mer 17 Fév 2016 - 19:04    Sujet du message: Mon expérience en couple avec une bipolaire Répondre en citant

Mourn,
N'oublies pas que ce que tu lui donnes , il faudra qu'elle arrive à se construire en dehors de toi.
Ce que je veux dire, c'est que tu fais tout pour l'aider, mais il faudra qu'elle accepte cette aide, et surtout qu'elle arrive à s'en sortir sans toi tout en ayant son aide. Sinon le jour où tu ne sera pas là, elle risque de se perdre. Et je pense que le plus beau cadeau qu'on puisse à une personne qu'on aime c'est de lui offrir une stabilité qu'elle pourra garder en elle : confiance en elle etc.. Et ça l'autre peut jouer un role primordiale, mais ,ne peut pas faire le travail à sa place.
Revenir en haut
Mourn
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2015
Messages: 20

MessagePosté le: Dim 21 Fév 2016 - 15:50    Sujet du message: Mon expérience en couple avec une bipolaire Répondre en citant

Quelques nouvelles puisqu'est assez "bizarre" la situation actuelle.

Finalement elle n'a pas voulu aller à l'hôpital dans laquelle on l'a envoyé puisque les conditions n'étaient pas terribles (chambre en duo, pas de salle de bain, etc...).
La psychiatre a donc dit à ses parents de faire comme une hospitalisation à domicile, c'est-à-dire pas de voiture, si elle a besoin de bouger ses parents la conduisent, les médocs à heures régulières que ses parents doivent lui donner pour contrôler les doses etc..

2 jours après sa tentative elle a voulu m'en parler, elle disait ne pas avoir de souvenirs ou alors très peu, qu'elle était désolée, qu'elle m'aime, qu'elle accepte de ne plus sortir en boite sauf si je viens avec (temporairement), qu'elle va essayer de ne plus faire de conneries et que si elle en fait elle essayera de m'en parler pour éviter que je sois en colère de l'apprendre par quelqu'un d'autre. Elle a l'air contente de cette situation, car on s'occupait d'elle directement chez ses parents, et que du coup elle avait ses animaux de compagnie à disposition, qu'elle dormait bien etc...
Elle était contente de ses médicaments car elle avait l'impression d'aller bien.

Cependant j'ai l'impression que le stress du déménagement (car elle quitte sa colocation pour retourner chez ses parents), la rend irritable et moins "amoureuse". Par exemple, sur facebook (nid à emmerde), elle "like" et commente des choses en rapport avec les sorties en boite ou en rapport avec son ancien coloc' (le raté qui lui a servi d'excuse pour faire bon nombres de conneries), et pour la première fois ce matin j'ai eu le droit à un simple "bonjour" sans petit mot gentil derrière. Vous allez me dire ce ne sont que des détails, et je me prends la tête pour rien. C'est possible mais j'ai quand même une question pour les personnes bipolaires en couple. Vous arrive-t-il de croire que vous n'êtes plus amoureux ou amoureuse de votre conjoint pendant une phase de stress ? Et au contraire rechercher ou avoir de la nostalgie pour les choses qui vous font vous éclater en phase maniaque ?
Revenir en haut
Sealsheep
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 05 Mai 2014
Messages: 173

MessagePosté le: Dim 21 Fév 2016 - 20:54    Sujet du message: Mon expérience en couple avec une bipolaire Répondre en citant

Bonsoir,
Ton amoureuse sort de l'hopital, mais elle est assignée à "résidence",elle quitte une vie de liberté pour une vie en quelque sorte de handicap, elle doit affronter sa maladie, mais aussi le renoncement à sa coloc, à sa vie de jeune fille qui se voudrait normale. Elle aura je pense pendant quelque temps une attitude bizarre, c'est beaucoup plus difficile pour les bipolaires, le changement même bénéfique.
Je pense que tu ne devrais pas t'inquiété plus que ça, la soutenir, être présent, mais le fait qu'elle soit bizarre c'est compréhensible je pense. Ca ne remet visiblement pas en cause le fait qu'elle t'aime.
Est ce que ça m'est déjà arrivé de ne croire que je n'aimais plus quelqu'un vis à vis de ma maladie , je dirais non.
Par contre, que la depression fasse tout voir en noir, que l'hypomanie donne l'impression que le monde est terne comparé à soi, à ses envies. Oui. Mais cela depend des gens.
Voilà :)
Courage
Revenir en haut
Mourn
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2015
Messages: 20

MessagePosté le: Jeu 25 Fév 2016 - 21:12    Sujet du message: Mon expérience en couple avec une bipolaire Répondre en citant

Voilà, c'est terminé, 8 mois que nous sommes ensemble, on ne s'est pas revu depuis sa tentative, elle préfère sortir en boite que de me voir, c'était la goute d'eau qui fait déborder le vase...

Elle ne s'en rend pas compte pour le moment, elle va certainement faire une dépression profonde et essayer de me recontacter, j'ai coupé tous les ponts, juste une amie à elle mais elle ne le saura pas que je suis toujours en contact avec elle.

C'est très très compliqué pour moi qui ai essayé de faire le meilleur, je ne veux pas qu'on me dise que c'est mieux pour elle, aujourd'hui je ne pense qu'à moi, malgré son chantage au suicide pour ne pas que je la quitte je n'ai pas flanché.

C'est certainement un de mes derniers messages sur ce forum et non je ne généralise pas mais plus jamais je ne n'ai de relation avec une bipolaire.

Félicitations à vous qui réussissez à avoir une vie de couple malgré la bipolarité, je vous admire vraiment, vous et vos compagnons.
Revenir en haut
girl anachronism
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2011
Messages: 1 126

MessagePosté le: Jeu 25 Fév 2016 - 22:19    Sujet du message: Mon expérience en couple avec une bipolaire Répondre en citant

Bonsoir Mourn,

Je suis vraiment désolée que cette histoire se termine comme ça mais je suis certaine que tu en auras appris beaucoup de choses. On ne voit pas toujours tout de suite en quoi une expérience malheureuse peut nous être utile, et pourtant, il y a toujours des bons côtés dans la malchance.
Je te souhaite beaucoup de chance, de bonheur et de réussite dans ta vie. Aujourd'hui est difficile, mais demain est un autre jour. Projette toi dans l'après, ça aide à passer le cap. La vie continue, TA vie continue.

Je suis ravie de t'avoir rencontré car je vois qu'il y aussi des personnes prêtes à soutenir et vivre avec des personnes bipolaires. je vois aussi que pour qu'un couple avec une personne bipolaire dure, il faut que la personne soit déjà bien stable et/ou soit dans une vraie démarche de soin.

Bon courage et toi et plein de bonnes choses pour la suite
Revenir en haut
Pichu
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 28 Jan 2016
Messages: 65

MessagePosté le: Sam 27 Fév 2016 - 12:14    Sujet du message: Mon expérience en couple avec une bipolaire Répondre en citant

Aie.. bon courage a toi;je te souhaite le meilleur et te comprends.. jespere qu'elle va pouvoir se stabiliser.parce que elle joue avec le feu...
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 15:40    Sujet du message: Mon expérience en couple avec une bipolaire

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le forum des bipotes Index du Forum ->
Questions / Réponses
-> Aide aux proches.
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Wikipedia | Psychomedia | Troubles-bipolaires.com | camh.ca - Le trouble bipolaire : Guide d'information | Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com