Forum d'information, de psychoéducation et d'entraide pour les personnes avec un trouble bipolaire (maniaco-dépression).
Le forum des bipotes  Index du Forum FAQ Rechercher S’enregistrer Connexion

Le couple dans la maladie

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le forum des bipotes Index du Forum ->
Questions / Réponses
-> Entraide et soutien...
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
lizzie33
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2015
Messages: 128

MessagePosté le: Mar 15 Mar 2016 - 09:46    Sujet du message: Le couple dans la maladie Répondre en citant

Bonjour,

Voilà, je ne sais pas trop comment aborder cette question car en ce moment (mais aussi depuis toujours devrais-je dire) j'ai des envies de divorce, et je ne sais pas si cela est dû à la maladie (c'est ce que pense mon mari) ou si c'est mon désir profond. A l'instant T, comme à chaque fois que ça me prend, j'ai envie d'hurler que c'est mon désir profond et que je serais sans doute guérie si je le quittais car je me sens plus dépendante affectivement qu'amoureuse (je n'ai plus ou pas de désir pour mon mari (en ai-je vraiment eu un jour?) , et du coup, j'ai l'impression que mon désir profond est nié et que je pourrais m'épanouir bien mieux si je vivais sans lui) . Ce problème dure depuis que l'on est ensemble, je ne lui ai jamais caché mes doutes sur mes (ou mon absence ) de sentiments réels, souvent je me rappelle qu'à une période pour décrire ce que je ressentais, je lui disais "je ne sens pas mon coeur", mais lui me disais que ça allait passer, que c'était de l'angoisse, et cela fait maintenant dix ans que ça dure. Ce qui a contribuer à renforcer mes doutes, et mon mal être du coup, c'est que l'année dernière je l'ai "trainé" à une thérapie de couple qu'il ne voulait pas faire mais qu'il a faite "pour moi" m'a t-il dit, car il y allait vraiment à reculons. Et un jour où il n'avait pas voulu venir, le thérapeute (un psychiatre) m'a dit confidentiellement qu'il sortait de sa réserve et qu'il ne devrait pas, mais que selon lui, j'irais mieux si je le quittais. Maintenant je ne sais plus du tout que faire, car je n'ai pas de gros revenus (actuellement je n'en est même aucun puisque je suis en disponibilité) et je n'ai demandé qu'un mi temps pour l'an prochain. L'infirmière que je vois me dit que je risque de me retrouver à la rue si je le quitte (c'est aussi ce que pense un peu mon mari), et cela me mets hors de moi, et me donne encore plus l'envie de me débrouiller seule et de leur prouver que je ne suis pas une sous femme, et que je peux refaire ma vie. Bref, je ne sais plus trop où j'en suis, d'autant qu'entre en jeu le bonheur de mon fils, et je ne sais pas comment il réagirait à une séparation et comment je pourrais gérer sa garde. Et puis, il y a aussi toujours ce doute de savoir quel est le bon choix. Où est la part de maladie dans tout ça? Actuellement, je n'ai absolument rien à reprocher à mon mari qui me donne tout le confort matériel possible, et tout le soutien moral dont j'ai besoin parfois, mais je me sens dépendante de lui, du coup j'ai l'impression de ne pas être réellement moi, de ne pas pouvoir me réaliser, de régresser. J'ai l'impression de devenir blasée et revêche, bref, je ne m'aime pas.
Si vous pouvez m'apporter vos témoignages de couple, ou un regard extérieur sur ce que je vis, cela m'aiderait peut-être. Avez vous, vous aussi, des envies de divorce régulières? Est-ce lié à la maladie? Je précise une nouvelle fois, qu'au vu de l'extérieur (et moi-même je le reconnais), j'ai un mari en or, mais je ne me sens pas moi avec lui, je ne sais pas comment le dire autrement.

Bonne journée
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 15 Mar 2016 - 09:46    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Courage43
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 10 Oct 2015
Messages: 26

MessagePosté le: Mar 15 Mar 2016 - 10:34    Sujet du message: Le couple dans la maladie Répondre en citant

Bonjour Lizzie,
Je souhaiterais t'apporter mon témoignage quant à ma vie de couple. Je pense que la bipolarité a une grande influence sur la relation que j'ai avec mon conjoint. Tout d'abord, je suis très susceptible et il m'a dit qu 'il savait qu'il devait faire très attention à ce qu'il dit. Par contre moi je ne me prive pas de lui faire des scènes, lui dire que je veux le quitter, que je ne l'aime plus. La vérité c'est que j'aime mon conjoint mais à la moindre contrariété je remets tout en cause. Comme il me l'a dit hier soir, cela ne lui fait plus mal car il sait que c'est la maladie qui me pousse à agir comme cela. Ensuite pour le désir, j'essaie avant tout la tendresse, car parfois l'abilify joue sur la libido. Soit je n'ai pas envie, soit c'est le contraire. Du coup, mon conjoint ne sait plus sur quel pied danser. Aïe, aïe, aïe, ce n'est pas simple. J'ai parlé hier avec mon médecin qui m'a dit de prendre soin de moi et de cesser l'autodévaluation. Et c'est çà le nœud du problème, je ne m'aime pas alors j'accuse mon conjoint de ne pas m'aimer. Complexe cette situation. Tu vois Lizzie, tu n'es pas seule à avoir des moments de doute. Je pense que la maladie a une grande part dans notre souffrance. Mon couple a connu des moments durs (hospitalisation suite à baby blues entre autres) mais mon conjoint m'a toujours apporté un soutien sans faille. Parfois j'essaye d'être objective et les psys avec leur regard extérieur me recadrent. J'ai décidé hier, (et ton post arrive à point nommé tu vois) avec l'aide de mon médecin de prendre le taureau par les cornes. Tout d'abord, avoir une image positive de moi, m'occuper de mon apparence et rayonner. Ensuite savoir apprécier ce que j'ai et continuer le travail avec les psys. Je te souhaite Lizzie une bonne journée et d'y voir plus clair, en tout cas tu n'es pas seule à vivre cette situation et je pense que tu es assez forte pour la surmonter. Bipotement, Courage 43
Revenir en haut
girl anachronism
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2011
Messages: 1 126

MessagePosté le: Mar 15 Mar 2016 - 10:51    Sujet du message: Le couple dans la maladie Répondre en citant

Bonjour Lizzie33,

Je ne pense pas que ce soit lié à la maladie, pas directement en tout cas (l'hypomanie peut engendrer des comportements volages mais apparemment, tu n'es pas en hypomanie et ton problème est récurrent), car il y a des couples durables et solides où l'une des personnes est bipolaire et n'a aucune envie d'aller voir ailleurs.
Tout dépend de ce que chacun attend d'une relation à deux. Ton mari semble être satisfait d'une relation de compagnonnage, mais pas toi.

Les relations passionnelles ne durent pas. Je ne connais pas de vieux couples dans mon entourage qui n'aient pas évolué vers une forme de compagnonnage. ça ne veut pas dire que les vieux couples n'ont plus de désir du tout l'un pour l'autre, mais la relation est plus un fleuve paisible.
Une relation de compagnonnage peut être très satisfaisante si elle est équilibrée, l'un et l'autre se soutiennent mutuellement. L'un peut apporter une sécurité matérielle, l'autre l'aide affective, l'un la vie sociale, l'autre la fantaisie,...
Que peux-tu lui apporter pour avoir le sentiment de ne pas être dans une relation à sens unique ?

Dans votre couple, j'ai l'impression que ton mari donne tout et que ça te gêne de recevoir autant sans avoir à donner en retour. Cette dépendance t'est insupportable mais peux-tu réellement vivre de manière totalement indépendante ?
L'indépendance, ce n'est pas se mettre sous la coupe d'un nouvel homme, l'indépendance réelle d'une femme passe par l'indépendance financière. Je ne suis pas mariée, ni même en couple mais je dépends financièrement de mes parents. C'est parfois pénible (ou souvent, selon l'humeur Razz ) mais je sais que je n'ai pas le choix. On aimerait pouvoir se sentir libre comme l'air mais dans les faits, la maladie nous contraint à accepter des béquilles.

Si ton mari est un mari en or, au risque de paraître moralisatrice, je dirais "que demandes-tu de plus ?" mais je comprends bien ta souffrance. Certaines personnes se sont résignées à vivre une vie de couple de type compagnonnage mais cela ne les a pas empêchés d'avoir au fil du temps de très profondes attaches l'un pour l'autre. Je pense notamment à Virginia Woolf et à son mari. C'était un mariage "de raison" plus qu'un mariage de passion mais Virginia Woolf a toujours eu besoin de cette béquille. Cela ne l'a pas empêchée de gagner sa vie en écrivant. J'ai lu ses journaux, elle était fière d'avoir un compte où elle accumulait le fruit de son labeur. Elle avait besoin de cette petite indépendance financière pour pouvoir dépenser SON argent comme elle l'entendait sans avoir à se justifier, mais elle n'aurait pas pu vivre seule (trop de rechutes qui la clouaient au lit). C'était une indépendance relative à laquelle elle avait parfois le sentiment d'être étouffée, elle pouvait s'enfuir pour marcher seule dans la pluie. Elle aimait beaucoup la marche, un moyen de se retrouver seule avec elle-même.

Si ta relation avec ton mari te pèse trop et te fait souffrir, si tu penses que tu ne parviendras jamais à te faire à ce compagnonnage, que ton mari en souffre, mieux vaut songer au divorce. Ne fais rien sans avoir beaucoup réfléchi à la situation. Comme on dit, l'herbe n'est pas plus verte ailleurs !
Bonne journée
Revenir en haut
girl anachronism
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2011
Messages: 1 126

MessagePosté le: Mar 15 Mar 2016 - 11:01    Sujet du message: Le couple dans la maladie Répondre en citant

@Courage43: oui, la bipolarité a une grande influence sur le couple au sens où les fluctuations d'humeur, les traitements et rechutes sont des épreuves constantes pour le conjoint qui se retrouve embarqué dans la même galère que le bipolaire. Il arrive que le conjoint n'en puisse plus ou que la personne bipolaire se sente coupable de faire vivre ces embûches à l'autre.

Mais dans le cas de Lizzie, j'ai l'impression que ça dépasse le cadre de la maladie. J'ai l'impression que Lizzie ne se sent pas faite pour la vie de couple type compagnonnage. N'y a-t-il pas derrière tout cela une forme de nostalgie hypomaniaque où le désir est exacerbé ou encore une nostalgie de l'amour "comme au premier jour" ? Je ne juge pas, et d'ailleurs, il y a des personnes, non bipolaires aussi !, qui ne sont pas faites pour cette vie de couple, qui préfère l'indépendance totale. Il y a aussi des couples qui fonctionnent sur le mode de la relation ouverte aux aventures extra-conjugales. Je n'ai pas le terme en français, en anglais, c'est "open relationship".
Pour certains couples, c'est un mode de fonctionnement qui leur permet de vivre sereinement la routine.

Il n'y a pas une façon de voir la vie à deux, mais dans tous les cas, il ne faut pas que l'une des deux personnes soient en souffrance.
Revenir en haut
lizzie33
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2015
Messages: 128

MessagePosté le: Mar 15 Mar 2016 - 16:38    Sujet du message: Le couple dans la maladie Répondre en citant

Merci beaucoup, Courage, pour ton témoignage et Girl anachronism, pour ton analyse toujours très fine et juste, de la situation. J'ai laissé décanté un peu avant de vous répondre, et sans doute dois-je laisser encore décanter car mon problème ne se résoudra pas en un jour malheureusement.
Là je me sens vide et sans énergie, sans désir pour quoi que ce soit, je n'ai plus un neurone pour réfléchir, et je ne sais plus trop où j'en suis, j'oscille sans cesse. Je vais lire le journal de Virginia Woolf, car je m'intéresse à cette femme, qui me fascine sous plusieurs aspects. J'ai adoré Mrs Dalloway, et j'ai vu le film "The Hours", qui parle un peu de sa vie, et qui est très bien. Je vous teindrai au courant de mon évolution, mais je crois qu'il faut que je me fasse au fait que je suis et resterai dépendante toute ma vie, que ce soit de mon mari ou de la société, c'est ce qui me mine, car je suis un peu dans le déni de la maladie encore et idéaliste, en fait, je m'imagine toujours que je vais guérir si je quitte mon mari, car je serai enfin indépendante. Mais si ça se trouve ce serait encore plus la catastrophe, je ne sais pas. J'attends mon prochain rendez vous avec l'infirmière qui elle aussi me "recadre", comme tu les dis, Courage, sur le coup je sors souvent mécontente, et après je réalise que ces rendez vous me font du bien, malgré tout.
Je vous souhaite une bonne fin de journée, à bientôt.

Lizzie
Revenir en haut
girl anachronism
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2011
Messages: 1 126

MessagePosté le: Mar 15 Mar 2016 - 16:53    Sujet du message: Le couple dans la maladie Répondre en citant

Juste un petit mot en passant: Virginia Woolf a tenu un journal toute sa vie, il est donc très, très, très dense. Je suis anglophile et pourtant je n'ai pas eu le courage de le lire dans la langue. J'ai mis un an pour lire tous ses journaux, de ses premiers écrits d'enfance où elle écrivait des histoires pour sa famille en collaboration avec la fratrie, aux journaux d'adolescence et de l'âge adulte.
Je vais regarder de ce pas les titres pour te donner un compte-rendu plus précis, je n'ai pas les références en tête.

En tout cas, ça a été très enrichissant, j'ai lu en parallèle ses romans et au bout d'un an en sa compagnie, j'avais vraiment l'impression de bien la connaître. Elle n'a pas toujours été une femme austère. Elle ne souriait pas sur les photos pas seulement par morosité... mais parce qu'elle avait de mauvaises dents et était passée souvent chez le dentiste pour des extractions... Je ne te raconte pas tout Razz
Revenir en haut
girl anachronism
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2011
Messages: 1 126

MessagePosté le: Mar 15 Mar 2016 - 17:14    Sujet du message: Le couple dans la maladie Répondre en citant

Allez, c'est parti !

- Le Journal de Hyde Park Gate, Virginia Woolf, Vanessa Bell et Thoby Stephen, éditions Mercure de France
Il s'agit des tous premiers écrits de V. Woolf en collaboration avec sa soeur et son frère. Ce sont des petites chroniques familiales, des historiettes destinées à leurs parents. La dernière histoire écrite par Virginia Woolf à 13 ans le lundi 8 avril 1895 est bouleversante (vraiment). Elle préfigure toute sa vie future.
Je te laisse la découvrir. Il y a à la fin de l'ouvrage, en annexe, des informations sur les différents membres cités dans le livre.

- Journal d'adolescence 1897-1909, Virginia Woolf, éditions La Cosmopolite, Stock 498 pages
Ce journal marque clairement l'entrée dans la bipolarité de Virginia Woolf. Sa vie est chaotique, la maladie, les décès des proches mais il y a aussi des moments plus paisibles. Elle y relate notamment de nombreux voyages à l'étranger. C'est une période de transition, d'apprentissage.

-Journal intégral 1915-1941, Virginia Woolf, éditions La Cosmopolite, Stock
1527 pages (hors annexes et notes de l'éditeur)
L'âge adulte regroupé en un seul volume. Elle y raconte ses difficultés à rassembler ses idées et à se concentrer pour écrire alors que la dépression la rongeait, la guerre de 14-18, puis l'entrée dans la 2ème guerre mondiale, le regret de n'avoir pas eu d'enfants, mais aussi les relations avec les ami(e)s, la vie de couple, les voyages, et bien sûr toutes les petites choses qui occupent notre quotidien (achats, loisirs, promenades, soin des animaux de compagnie,...)

Son journal est très, très riche ! C'est une plongée dans la vie de l'auteur. Pour ceux qui n'ont pas le courage ou le temps de lire ses journaux, elle a écrit Instants de vie, où elle reprend les grands moments de sa vie. ça m'a aidé à avoir une vision plus globale mais il manque tous les petits détails des journaux qui font le sel de l'existence.
Nos vies se résument-elles à une somme de petites choses en apparence insignifiantes ou à de grands événements mémorables ?

Bonne découverte !
Revenir en haut
mepine
Bipote Diamant

Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2012
Messages: 3 840

MessagePosté le: Mar 15 Mar 2016 - 20:08    Sujet du message: Le couple dans la maladie Répondre en citant

Salut,


Je crois également qu'il faut que tu prennes le temps de la réflexion en ce qui concerne ton couple. Si tu es en disponibilité, c'est que tu remets en question ton travail. Mettre un terme en même temps à une relation affective me paraît difficile, et pas seulement sur un plan matériel, psychologiquement surtout.


Je pense également que l'on a tendance à chercher des causes extérieures à son mal-être. Mais ce n'est vrai que jusqu'à un certain point. On est d'abord malade intérieurement. Et même si l'on change de lieu, de compagnon, de travail, on le sera encore. Il y aura de fortes chances que le problème soit seulement déplacé. 


Ce qui ne veut pas dire qu'il faut s'enliser dans des situations pénibles. Mais au moins prendre le temps de réfléchir avant d'agir. Est-ce que tu n'es pas bien car tu ne ressens pas de sentiment amoureux envers ton mari, ou est-ce parce que tu n'es pas bien que tes sentiments sont émoussés? Il n'y a que toi qui pourras le savoir à terme, mais cela demande quand même de véritablement se questionner.


Je suis également marquée par la personne de Virginia Woolf, notamment par sa lettre d'adieu à son mari... 


Amicalement,

▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬▬▬▬▬▬▬
 
Mépine

«Que la force me soit donnée de supporter ce qui ne peut être changé et le courage de changer ce qui peut l'être mais aussi la sagesse de distinguer l'un de l'autre.» Marc Aurèle
Revenir en haut
lizzie33
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2015
Messages: 128

MessagePosté le: Mer 16 Mar 2016 - 08:19    Sujet du message: Le couple dans la maladie Répondre en citant

Bonjour,

Merci Mépine, pour ta réponse, en fait je crois que mes sentiments se sont émoussés. Quand j'ai rencontré mon mari j'étais un peu sur mon petit nuage et je ne voyais pas les difficultés de la vie, j'étais assez immature et il m'est apparu comme le "prince charmant", en fait je me suis trop reposée sur lui pendant longtemps et maintenant je le regrette. Par ailleurs son attitude a changé aussi depuis dix ans, il n'est plus aussi amoureux, la maladie a pas mal émoussé ses sentiments à lui aussi je pense, même s'il fait tout pour m'aider et assume beaucoup de choses dans la maison, j'ai l'impression qu'il le fait plus par devoir. En fait j'ai l'impression que je ne lui sers à rien, que je suis seulement un boulet et en plus qui râle "tout le temps", j'ai limite un sentiment d'imposture parfois.

Girl anachronism, merci beaucoup pour toutes ces indications bibliographiques, j'ai commandé sur Amazon le "Journal de Hyde Park Gate" et les "Instants de vie", car pour l'instant, la longueur des tomes de son journal m'effraie un peu, mais j'aurai déjà un aperçu, et si cela me plait je complèterai peut-être avec le reste.
Bonne journée à vous!

Lizzie
Revenir en haut
lizzie33
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2015
Messages: 128

MessagePosté le: Ven 18 Mar 2016 - 18:48    Sujet du message: Le couple dans la maladie Répondre en citant

Bonjour,
Je rectifie un peu ce que j'ai écris par rapport à mon mari car je me sens très injuste vis à vis de lui. Même si parfois il perd patience, il me montre toujours des marques d'amour que bon nombre d'hommes ne montreraient pas forcément à leur femme au bout de dix ans de mariage. Il m'offre encore des fleurs, et là il vient de me dire qu'il nous avait préparé un petit we surprise au ski. Du coup, j'ai honte de ce que j'ai écrit, je me sens nulle, nulle, nulle. Je me plains pour rien. Désolée. C'est mon gros problème d'accuser "tout le monde" en l'occurrence mon mari, vu que je ne vois quasiment personne cette année, de mes failles personnelles et de mes downs. J'espère que je ne me plaindrai plus de lui à l'avenir, mais me connaissant, je ne suis pas à l'abri d'un nouveau revirement qui me ferait écrire un nouveau post Si c'est le cas, n'hésitez pas à me raisonner... (comme tu les dis, Girl Anachronism, qu'est-ce que je demande de plus?)
Voilà, mon humeur est donc bien meilleure ce soir; j'ai commandé deux livres sur la créativité, j'attends avec impatience qu'ils arrivent, car ça me détend d'écrire. En attendant, je m'occupe en préparant des cours pour l'an prochain, mais comme je ne connais pas encore les niveaux que je vais avoir, ça me crée un peu de stress, donc je fais du coloriage zen, ça me détend bien aussi.
Bonne soirée à tous les bipotes.
Revenir en haut
elovin
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2016
Messages: 30

MessagePosté le: Sam 19 Mar 2016 - 12:23    Sujet du message: Le couple dans la maladie Répondre en citant

bonjour a tous,

je n’étais pas venu sur le forum depuis quelques jours et je me dis c'est incroyable. Ce post reflète exactement ma situation actuelle sauf que dans mon cas, mon mari me quitte.
Il vient de m'annoncer ne plus supporter de vivre avec moi. Mais pire que tout, il ne supporte plus la maladie. Alors c'est dur, super dur...La remise en cause est terrible...Les pleurs sont constants même si je voyais bien que notre couple était sur le déclin. De multiples questions apparaissent. De plus, je dois, dans les 15 jours qui viennent choisir entre CLM et CLD mais c'est vraiment très difficile de se concentrer. C'est bizarre, je me dis que je vais pouvoir "revivre" tout en me disant que personne d'autre ne supportera ma maladie et que je vais finir seule. Je suis vraiment très très mal, je ne dors plus. Sans parler des aspects financiers (je vais ouvrir un post à ce sujet).
Et puis la solitude est bien présente, je ne sortais plus trop moi non plus et les amis se comptent sur les doigts d'une seule main, voir moins.

Bref, la vie de couple est effectivement très compliquée quand on est bipolaire. 19 ans de vie commune et 2 enfants et tout s’arrête du jour au lendemain.
Alors, surtout, essayez de ne pas faire comme moi (même si je sais que c'est extrêmement compliqué) et profitez mieux de votre conjoint.(attention, je sais que lui aussi a des défauts mais je ne supportais plus rien de lui)

Bonne journée à tous
Revenir en haut
girl anachronism
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2011
Messages: 1 126

MessagePosté le: Sam 19 Mar 2016 - 20:47    Sujet du message: Le couple dans la maladie Répondre en citant

C'est quand même incroyable toutes ces ruptures au printemps. Les petites fleurs, le soleil,... il semblerait que la saison donne des ailes à certains.
@Elovin: je n'ai pas de mots pour te consoler ce soir mais je suis de tout cœur avec toi. Si cela te fait du bien de pleurer, pleure. Hier, j'ai craqué et pleuré d'épuisement. Je me suis sentie mieux après. Il vaut mieux ça que de garder la douleur bloquée en soi.
Revenir en haut
lizzie33
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2015
Messages: 128

MessagePosté le: Mer 23 Mar 2016 - 11:12    Sujet du message: Le couple dans la maladie Répondre en citant

Bonjour,

Désolée, encore moi et mes problèmes de couple. Ce matin je me suis réveillée au bord du gouffre (je m'y étais aussi endormie hier soir). Cela fait bientôt quatre jours que mon mari est revenu à la maison et voilà qu'à nouveau je rechute, de quoi me poser de sérieuses questions sur les bienfaits de cette relation, si on peut appeler ça comme ça, car dès qu'il est là, je me laisse complètement aller jusqu'au moment où je n'ai plus de désir personnels, plus goût à rien, même à l'écriture et au coloriage qui avant de détendaient, ni même à mes préparations de cours pour l'an prochain (le moment arrive bientôt de postuler et d'aller rencontrer les chefs d'établissement pour se faire recruter, et je me sens m'étioler de l'intérieur, alors que la semaine dernière, lorsque j'étais seule, je me sentais prête pour affronter une nouvelle année de travail). Je ne sais plus que faire, je suis dans l'impasse totale et dans l'incapacité de prendre une décision. J'ai l'impression d'être niée dans ma nature profonde, que mon cerveau droit et gauche se mélangent, d'où l'absence de désir, de lucidité et de pouvoir d'action, bref je me sens complètement légume. Cette année, j'ai constaté que c'était à chaque retour de vacances que j'ai été hospitalisée, soit à chaque fois que je passais du temps avec mon mari ou sa famille, alors je ne sais pas si c'est une simple coïncidence, ou s'il faut y voir quelque chose de significatif, mais quoi qu'il en soit j'en ai ras le bol, et les hospitalisations n'arrangent pas mon problème, elles ne font que le différer. Mon soucis est par ailleurs, que si je devais me séparer, je ne me sentirais pas capable actuellement de me débrouiller seule (car je suis seule de chez seule, pas d'amis ni de famille sur lesquels compter) pour faire toutes les démarches administratives, trouver un appart, je suis complètement coupée des réalités matérielles puisque c'est mon mari qui s'occupe de tout jusqu'à présent, sans compter le problème du salaire, puisque je n'aurai qu'un mi temps l'an prochain, et ne sais pas si je serai à nouveau apte un jour à travailler à temps plein. Bref, ça ne va pas, j'ai l'esprit embrouillé et j'avais besoin de me lâcher un peu sur ce chaos intérieur, d'où ce post. Tel Sisyphe, j'ai l'impression de pousser mon rocher jusqu'en haut de la montagne, et au moment où je crois avoir atteint le but, tout redégringole.
Revenir en haut
girl anachronism
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2011
Messages: 1 126

MessagePosté le: Mer 23 Mar 2016 - 17:32    Sujet du message: Le couple dans la maladie Répondre en citant

Bonjour Lizzie33,

Je ne suis pas sûre que tu sois mal à cause de lui en tant que personne, mais plutôt à cause de ce qu'il représente à tes yeux. Quand il est là, tu es obligée de constater que tu as besoin de lui. Quand il n'est pas là, tu as l'illusion d'être indépendante donc tu te sens bien.

Je pense que le fond du problème, c'est ton manque d'indépendance vis à vis des démarches administratives, financière,... Et si tu commençais tout doucement à reprendre les choses en main ?
Tu pourrais prendre en charge tes propres démarches administratives, en voyant que tu sais faire seule, tu seras fière de toi et tu devrais te sentir mieux dans ton couple.

J'avais une amie qui était devenue extrêmement dépendante de son mari. Le jour où ils ont divorcé, ça a été une catastrophe. Elle ne savait pas conduire, ne faisait rien toute seule. A 48 ans, elle est presque comme une enfant. C'est un exemple extrême mais tu n'es pas la seule.
J'ai beaucoup de mal à rouler mais je me force, quitte à faire des pauses en cours de route. Je sais que si je prends la mauvaise habitude de me laisser conduire, je n'oserai plus rouler quand je suis fatiguée.

J'ai de la chance d'avoir une famille qui me soutient mais qui ne m'aide pas dans mes démarches. Alors, oui, j'ai tendance à paniquer (beaucoup même !!!), j'ai aussi pris de mauvaises décisions mais je sais que je n'ai pas besoin de compter sur quelqu'un d'autre.

Commence par des petites choses, les petits ruisseaux font les grandes rivières. C'est déjà beaucoup de commencer à préparer des cours, ça prouve que tu te projettes concrètement dans ta reprise. C'est très positif !
Je comprends ton besoin de reprendre ta vie en main. Actuellement, je vois une psychologue et elle m'a dit que tout ce que j'avais entrepris jusqu'à présent étaient aussi le signe d'une volonté de reprendre ma vie en main, de ne plus se laisser dicter ce que l'on doit faire. Je ne m'en étais pas vraiment rendue compte. Elle trouve que reprendre sa vie en main est "courageux". Donc c'est normal si on a des moments d'abattements, c'est dur de retrouver une indépendance, c'est fatiguant, on se pose beaucoup de questions, on se remet beaucoup en questions,...

Suis ton instinct mais mesure quand même la portée de tes actes pour ne pas te retrouver dans une situation difficile.
J'espère que mon message n'est pas trop confus, je suis très fatiguée en ce moment.

Bonne fin d'après midi
Revenir en haut
girl anachronism
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2011
Messages: 1 126

MessagePosté le: Mer 23 Mar 2016 - 17:36    Sujet du message: Le couple dans la maladie Répondre en citant

PS: en me relisant, je trouve que beaucoup de phrases sont maladroites. Tu as du mérite de me lire Very Happy
Quand je parlais de cette amie qui était très dépendante, c'était pour dire: il y a des situations pires que la tienne et tu n'es pas la seule à avoir ce genre de problème car on peut très vite se retrouver dépendant des autres.
Revenir en haut
lizzie33
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2015
Messages: 128

MessagePosté le: Mer 23 Mar 2016 - 18:12    Sujet du message: Le couple dans la maladie Répondre en citant

Bonjour Girl anachronism,

Merci beaucoup pour ton message qui me met du baume au cœur. J'ai justement discuté un peu avec mon mari cet après midi pour lui faire part de ce problème et nous en sommes venus à la même conclusion que ce que tu me dis, tous les deux. Il constate aussi que quand il est là, je "régresse" en lui laissant tout faire, ce qui fait qu'après je ne suis pas contente de moi, et je lui en veux. Bref je ne me prends pas assez en main, et là où tu pointes vraiment très juste, c'est sur tout ce qui concerne le concret de la vie, les démarches administratives et choses comme ça, qui me dépassent complètement, du coup je me sens comme une enfant. Par exemple, en lisant le poste sur les crédits et les assurances (pour moi, des sujets de haute volée), je me suis rendue compte que je ne savais même pas mon taux d'indice et j'en ai parlé avec mon mari pour savoir qu'elle était exactement ma situation là dessus. J'ai honte de le dire, mais c'est pareil pour les trucs les plus dérisoires comme aller encaisser un chèque à la poste, j'ai peur d'y aller et de ne pas savoir me débrouiller avec la machine et de me sentir trop bête devant tout le monde, donc je ne fais rien, et c'est comme ça pour tout. Du coup, forcément, je me dés-sociabilise.
ça va un peu mieux ce soir, j'ai repris un peu mes cours, sans grande motivation, mais c'est bien la seule chose pour laquelle je me force car j'y trouve aussi un peu de plaisir. Le tout maintenant est de rester les pieds sur terre et de m'arracher à mon ordi et à mon bureau pour sortir accomplir des tâches qui me rebutent ou me font peur. Autre exemple, cela fait des mois qu'il faut que je refasse faire ma carte vitale, et je n'ai toujours pas monter le dossier pour. Je procrastine à chaque fois, et maintenant ça commence à devenir urgent, ça me stresse, rien que d'en parler!
Sinon, je te rassure, ton mail était parfaitement compréhensible, même fatiguée tu as toujours ce regard pertinent avec les mots qu'il faut pour remonter le moral! Merci!
Bonne fin de journée, repose toi bien. De mon côté, je vais tâcher de prendre mon mal en patience, et de me motiver un peu plus dans mes démarches, mais je ne suis pas à l'abri d'un autre post, car des fois, je pars très loin perchée dans mes réflexions et dans mon imagination (j'ai un autre sujet de post, mais pour l'instant je n'ose pas trop en parler et je ne sais pas si cela me ferait du bien, je verrai si cela continue de me travailler, mais ça a aussi rapport avec ce qui pourrit parfois mon couple) et du coup je perds pied...
A bientôt!
Revenir en haut
Clémence Penrose
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2011
Messages: 556

MessagePosté le: Jeu 24 Mar 2016 - 20:32    Sujet du message: Le couple dans la maladie Répondre en citant

Je lis avec attention vos échanges sur le sujet car mon conjoint et moi nous nous séparons de corps pour plusieurs raisons, mais dont certaines sont évoquées ici.
Moi non plus je pensais ne pas pouvoir me débrouiller...Pourtant j'ai commencé à chercher un appartement samedi, et mardi prochain je signe le bail. Je l'ai assuré. Je fais mes papiers. Je dois tout racheter en double, je me débrouille. Bien sûr parfois je craque en pleurs...mais j'arrive à faire ce qui est bon pour moi.
Tout ça pour dire que parfois sous le même toit on est victime de mauvaises dynamiques de dépendance ou de mésestime de soi mais qu'il suffit d'un peu d'espace, dans mon cas malheureusement cette séparation de corps, pour s'apercevoir qu'on arrive à faire plein de choses, et qu'on sait bien les faire...
Clémence

▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬▬▬▬▬▬▬
 
Il y a des logiques qui me dépassent sans mettre le clignotant.
Revenir en haut
Ysabelle
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mai 2016
Messages: 4

MessagePosté le: Dim 29 Mai 2016 - 13:37    Sujet du message: Le couple dans la maladie Répondre en citant

bonjour Lizzie, ton message m'a beaucoup touchée. j'ai eu l'impression d'avoir exactement la meme vie que toi et les memes sentiments que toi. je suis mariée depuis 30 ans mais depuis le diagnostic de ma maladie , il y a 20 ans ; je vie entre l'amour et la "colère violente" pour mon mari ! j'ai fait 6 T.S ces 6 dernières années avec auparavant des périodes de dépression sévères pendant lesquelles, tous les soirs en se couchant , je disais à mon mari ; "on va divorcer hein, ça sera mieux !!!" et ce tous les soirs pendant des semaines. Mon mari, me disait "oui, oui, si tu veux" et m'embrassait pour me souhaiter bonne nuit !
ces épisodes se sont pratiquement à chaque phases dépressives reproduits.
comme toi, je crois que depuis 2O ans, il supporte tout, mes humeurs, mes tristesses, mes fautes, mes phases maniaques terriblement dangereuses et pénibles. Je crois qu'il est en or et tout mon entourage le dit ... mais je crois que lorsqu'on va très mal, on est dans une telle dépendance affective et dans une telle attente pour nous soulager de nos souffrances psychiques , on a ces memes pensées
En ce moment, je suis en pleine dépression, je passe ma journée couchée sauf pour quelques instants et dès que je sors de ma chambre ; tout me faire "haïr" mon mari ! "le ménage n'est pas assez bien fait, quand il est arrivé, il n'est pas venu m'embrasser (il faut dire que s'il vient, c'est pour écouter une méchanceté.), il a planté des fleurs que je n'aime pas, il n'a pas rangé sa tasse de café etc. tout est bon pour la critique et pour cette violence sentimentale, c'est terrible.
ma fille essaie de relativiser cette situation. elle m'explique que j'attends tellement de lui et que lui m'aime, me sent tellement mal et surtout ne sait pas quoi faire pour que son action soit positive !
en plus, au niveau intime, depuis un cancer du sein , il y a 5 ans, nous n'avons plus aucune libido et d'ailleurs je lui en veux beaucoup meme si moi, de mon coté, je n'ai plus du tout envie de lui non plus.
il me dit que ce n'est pas à cause du cancer mais ne se l'explique pas.... ça m'agace ! j'aimerais qu'il prenne des dispositions pour consulter mais je crois qu'il s'en fiche. pourtant mon psy, me dit que le sexe dans cette maladie et surtout pour les angoisses poussées est recommandé..
je crois que peut être je ne m'aime pas et ne désire pas qu'on m'aime tout simplement. je suis exécrable envers ceux que j'aime, c'est terrible et si culpabilisant...
moi, aussi en ce moment, j'ai envie de partir seule, de me séparer. J'ai l'impression que je serai peut être seule mais au moins personne au tour pour exciter mon agressivité et ce qui en découle. mais je suis comme toi, financièrement, ce serait un peu juste et surtout à la retraite (si je vis toujours !!!) où là, ce serait catastrophique car d'un commun accord avec mon mari, j'ai élevé mes 2 enfants pendant 14 ans et après travail à mi temps jusqu'à maladie. Donc seulement 15 ans de travail, alors, c'est impossible même si je suis propriétaire de ma maison.
moi aussi, je me demandais, si cette envie de divorcer de me séparer, provenait des mes épisodes dépressifs. il me semblait que les deux étaient corrélés mais sans certitude.
ton témoignage , me le confirme je crois.
meme si c'est dur, il faut qu'on se dise, qu'on a un mari qui nous aime mais qui en phase maniaques ou dépressives n'est jamais à la hauteur pour nous, quoiqu'il fasse. J'essaie de me dire que lorsque j'irai mieux ; notre couple ira un peu mieux tout au moins, y aura t il plus de tendresse.
la question que je me pose est "jusqu'à quand va t il supporter tout ça?" et depuis l'an dernier, dénière TS ; il m'a dit qu'il en avait "assez" alors....
je te souhait bon courage à toi et à ton mari
à bientot de se lire
Revenir en haut
mayelle
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2016
Messages: 33

MessagePosté le: Jeu 2 Juin 2016 - 12:53    Sujet du message: Le couple dans la maladie Répondre en citant

Bonjour !
Pour mon témoignage, je commencerai par te rapporter les propos de ma feme "lorsque tu es comme ça, je marche sans cesse sur des oeufs. Je ne sais pas si tu es triste, en colère ou si j'ai fait qq chose de travers, si tu m'en veux, à moi, ou si au boulot il y a eu qq chose. Je ne sais pas si tu vas t'effondrer ou rester verrouillée et hypercactive" ... Ca résume assez bien je trouve les difficultés auquelles personnellement je dois travailler dans mon couple. Elle me dit aussi qu'elle sait que lorsque je suis "comme ça" c'est la maladie qui parle et non pas moi. J'ai cette chance qu'elle comprenne ... Pourtant je me sens mortifiée et très coupable de lui imposer ça. Parce que je ne epux rien y faire. Les médicaments aident, mais la pauvre en prend qd meme pas mal pour son grade. Lorsque je me ferme, toute mon énergie disponible est donnée aux enfants. Je joue avec eux, rit etc.. Mais une fois les enfants couchés, je m'isole car j'ai le sentiment d'être vidée et de ne plus rien supporter (bruits, lumières, regards, contacts)
J'ai remarqué aussi que parfois il m'arrive de penser à la séparation. Pourtant je l'aime infiniment. Pour cela aucun doute possible. Une séparation de fait juste pour fuir. La maison, elle, les enfants. Partir loin et vite. Peu imorte où. Et ça je le lui dis. Ce qui doit être assez dur à vivre.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬▬▬▬▬▬▬
 
"There's no way to happiness. Hapiness is the way." Buddha.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:44    Sujet du message: Le couple dans la maladie

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le forum des bipotes Index du Forum ->
Questions / Réponses
-> Entraide et soutien...
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Wikipedia | Psychomedia | Troubles-bipolaires.com | camh.ca - Le trouble bipolaire : Guide d'information | Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com