Forum d'information, de psychoéducation et d'entraide pour les personnes avec un trouble bipolaire (maniaco-dépression).
Le forum des bipotes  Index du Forum FAQ Rechercher S’enregistrer Connexion

connaître ses nouvelles limites

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le forum des bipotes Index du Forum ->
Questions / Réponses
-> Entraide et soutien...
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Brouillon
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2011
Messages: 539

MessagePosté le: Sam 23 Avr 2016 - 08:51    Sujet du message: connaître ses nouvelles limites Répondre en citant

Depuis que j'ai fait une lourde décompensation, il y a beaucoup de choses que je ne supporte plus, le problème c'est que je ne le sais pas d'avance, je me réfère à ce que je pouvais faire avant ... et j'ai des mauvaises surprises ... Par exemple, j'adorais les chevaux, en ai eu, ai même débourrée une jument, hors aujourd'hui je ne peux plus m'approcher d'un cheval sans faire de crise d'angoisse monumentale, les chevaux, ce n'est plus pour moi, même si j'en rêve encore et que, si je n'y prends garde, je m'en approche de nouveau pour finir en black out. J'ai rationnellement appris que les chevaux dépassent mes limites, il y a d'autres domaines où je ne le sais pas. J'ai pris un billet de train sans me poser de questions et sans aucune appréhension, et voilà que devant le train, j'ai tourné les talons, prise de panique ... Je me suis rendue à des soirées chez des amis, ça m'a valu une sérieuse déréalisation et un départ précipité, pourtant j'avais pu d'autres moments participer à d'autres soirées entre amis sans trop de difficulté, juste avec des moments de gêne fugace. Avec mes amis, je peux me permettre de pendre la poudre d'escampette sans à peine dire au revoir, ils savent que j'ai des soucis et ne m'en veulent pas et ne sentent pas non plus rejetés. Souvent pourtant, je décline l'invitation, car l'idée de refaire une crise d'angoisse me coupe l'envie, d'autant plus qu'après une crise d'angoisse je plonge plus ou moins longtemps et plus ou moins profondément dans la dépression. D'un côté j'ai l'envie, de l'autre j'ai la crainte qui m'ôte l'envie, mais je me dis aussi, que je ne peux pas renoncer à tout, sous prétexte que je risque de faire une crise d'angoisse suivie d'un plongeon dans la dépression car enfin le renoncement me plonge lui aussi dans la dépression. Je me sens prise en sandwich entre des limites fluctuantes et un renoncement destructeur ... J'ai le sentiment de ne plus me connaître ou me reconnaître ...

Mon problème actuelle, la visite chez un couple que j'aimerai bien aller voir, aussi par soutien moral, car le mari est atteint d'un Alzheimer avancé ... et que j'ai vécu une situation un peu similaire dans mon histoire familiale, qui a été d'ailleurs à l'origine de ma décompensation ... Suite à l'annonce d'une date fixe pour manger tous ensemble, j'ai passée deux nuit sans dormir à faire de multiples plans sur la comète, genre envolée hypomane, sans penser du tout à ce rdv, mais j'ai bien conscience que ce n'est qu'une réaction à cette situation qui m'angoisse, une sorte de mise en garde de mon psychisme. Je suis donc tiraillée entre l'envie de soutenir ce couple et la crainte de dépasser mes limites et de provoquer une grosse réaction en chaîne. Me confronter au renoncement ou à des souvenirs très douloureux ... Je ne sais que faire ... Peut être y aller avec un anxio, en guise de mi-chemin ?
Qu'en pensez vous ?
Merci
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 23 Avr 2016 - 08:51    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
tricoteuse
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 13 Avr 2016
Messages: 20

MessagePosté le: Sam 23 Avr 2016 - 14:35    Sujet du message: connaître ses nouvelles limites Répondre en citant

bonjour brouillon,
merci pour ton témoignage, ton constat de cette difficulté à vivre notre personne sociale, notre rapport au monde et aux autres,
on a beau positiver notre isolement, par des "ça fait le tri entre ceux qui sont assez intelligents pour comprendre et les autres" mais ça n'est pas si simple
la compréhension est elle une preuve d'intelligence ou de générosité? c'est un autre débat...
l'intelligence du coeur , de l'esprit? n'avez vous pas lorsqu'il était question de notation de votre travail lu ou entendu "très bon travail qui dénote de grandes connaissances, d'une grande curiosité d'une intelligence atypique ,d'une vivacité foisonnante MAIS....qui doit être ordonné faire si ou ça pour être accessible et faire profiter blalbla" c'est un autre débat...

donc revenons à cet espace vital dont comme j'ai cru comprendre en vous lisant est délimité par ce que l'on supporte et ne supporte plus, ce qui génère en nous des angoisses, des déclencheurs, est-ce que je me trompe?
si oui, où et en quoi?
sinon
- connait on ses limites? certaines oui pour les avoir vécues, d'autres pour le ou les troubles (tic tac toc) que leur seule pensée provoque chez nous
- les connaître quels effets? "prévenir plutôt que guérir biensùr" poser ses limites pour éviter les crises c'est ce qui m'a interpellé dans votre message,
parce que je suis une bipote de 5 jours née en 1963 en attente d'un rendez vous pour confirmer ma bipolarité accompagnée par un généraliste pour dépression suite à un burn out avec passage à l'acte en oct 2014 actuellement en mise en disponibilté d'office pour maladie chez moi entourée de ma famille . mon premier souvenir de crise me vient d'une photo de moi, j'avais 9 ansil y a 44 ans, boudant parce que je n'étais pas à côté de ma petite cousine pour déjeuner, je ressens ma tristesse ma détresse et j'ai une mémoire aigue des pensées malveillantes "si je disparaissais ils s'intèresseraient à moi, ils me préfèreraient", tout ce qui touche au sentiment du mal aimé, mal être, mal vivre. Pensées violentes mais secrètes pas de cris de scènes, de pleurs, que j'ai développées, ressassées bien au chaud, lors de mises en situation nouvelles. Comme de faire les courses, me présenter à ma nouvelle classe, les vacances en collectivité, les quelques boums (j'étais rarement invitée pas d'amies) j'étais anormalement petite, la pie jacasse (surnom familiale) hupertimide en société (rougeur excessive et suées bégaiements et laspus , je devais dire le travail de mon père et l'angoisse me faisait dire SPYchologue, au lieu de psy) donc inutile de dire que je ne m'affichais pas effacée/ première de la classe jusqu'à mon déménagement qui marque je le sais maintenant ma première crise d'angoisse consciente: je ne suis pas comme les autres, je ne suis pas aimable, trop petite je suis devenue une sportive agressive, mes crises d'angoisses provoquaient une réaction agressive et je suis à nouveau hors sujet, j'en reviens à nos moutons
faut il poser des limites ?

OUI j'ai inconsciemment poser mes limites aménageant des petites bulles de vies "boulot maison dodo" en bornant avec un planning de 12h d'activité par jour et une hygiène de vie irréprochable brodant, boudant "bon an mal an"et j'ai encaisséen 44 ans

mais malgré mes limites la vie est pleine de surprises, mort des proches, maladie, éléments déclencheurs de lâcher prise malgré tous les pares feux et là c'est l"'effet cocotte minute, l'effet kiss cool"en "chaud bouillant" grande baffe dans la tronche "version tontons" flingueurs

depuis cinq jours date de l'officialisation de ma prise de conscience de ma bipolarité (maladie que j'ai vécu en accompagnant ma mère diagnostiquée maniaco dépressive à 52 ans puis traitée comme bipolair et un suivi psychologique chaotique pour accompagner ma mère qui est décédée suite à une hospitalisation pour alhzeimer) je m'interroge sur mes troubles qui étaient supposés être les effets passagers d'une dépression "ordinaire" mais je réalise que, non je ne reprendrai pas le travail, je m'aperçois que je n'aimais pas manger au resto ou les rendez au café, les soirées filles, les réunions, recevoir les copains blalbla je n'étais pas moi, je vis mes amis en improvisant un coup fil ça marche ça marche pas, et je me sens tellement mieux depuis que je suis inscrite au forum, pour moi cet un espace de liberté inespéré, je respire, bon je suis comme un jeune chiot mais "bon an mal an", un espace que j'explore de mon petit nid douillet et je fais de belles rencontres qui me font avancées, comme toi brouillon, et tes pensées sont comme des lunettes de soleil pour affronter cette nouvelle vie, ce nouvel espace de vie et mes nouvelles limites (un pseudo plein d'humour parce le brouillon comme tu as pu t'en apercevoir ça me connait! et ton message est clairement exposé)

bon après-midi la tricoteuse pas boudeuse












































on entend alors "de finir en ermite", je mets entre guillemets, les expressions toutes faites, les stéréotypes, "les quand dira-t-on" "quant à soi", "Par devers soi, au fond de son esprit ou de son cœur. Tout fut secret ; et quiconque eut du bon, Par devers soi le garda sans rien dire , [La Fontaine, Berc.]

▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬▬▬▬▬▬▬
 
"le pessimiste se plaint du vent,l'optimiste espère qu'il va changer, le réaliste ajuste ses voiles" W.A.Ward
Revenir en haut
girl anachronism
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2011
Messages: 1 126

MessagePosté le: Sam 23 Avr 2016 - 14:37    Sujet du message: connaître ses nouvelles limites Répondre en citant

Bonjour Brouillon,

Cette décompensation t'a mis les nerfs à vif. Toutes les situations que tu cites (crises d'angoisse, panique,...) sont des signaux que t'envoient ton corps pour te montrer qu'il faut que tu prennes soin de toi. Il faut du temps pour que l'on parvienne à être moins fragile, cela passe par les médicaments mais aussi par le fait de prendre soin de soi.
Je ne pense pas que ce soit le moment pour toi de les aider. L'anxiolytique pris dans le but de tenir bon gré, mal gré pour les aider n'est pas la solution, tu risques de tirer encore un peu plus sur la corde.

C'est un peu comme si tu t'étais blessée et que tu prenais des anti inflammatoires costauds pour continuer à faire du sport de façon intense. Si tu t'es blessée et que tu as des médicaments, c'est pas pour courir mais pour se reposer sans souffrir. Les comparaisons sont toujours un peu bancales, mais ça me fait penser à cette démarche. Un autre exemple, les personnes qui se dopent à la caféine alors qu'elle sont épuisées, elles foncent tête baissée vers le burn-out.

Prends soin de toi, et sans culpabilité ! Razz
Revenir en haut
Pazkale
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 07 Fév 2013
Messages: 267

MessagePosté le: Dim 24 Avr 2016 - 14:20    Sujet du message: connaître ses nouvelles limites Répondre en citant

Bonjour Brouillon
Je pense comme girl anachronism que tes angoisses par rapport à certaines situations sont des alertes sur tes limites justement.
Si tu angoisses sur un événement à venir c'est que tu n'es pas prête à le vivre, donc écoute ton corps et ta tête.
il faut laisser le temps faire les choses, te forcer serait plus difficile à vivre que la culpabilité de ne pas avoir fait .
La bipolarité nous change et il faut du temps pour apprendre à nous connaître avec les nouvelles données de cette maladie.
Bipolaire soignée depuis 5 ans et à peine sortie d'un burn out avec grave dépression d'1 an 1/2, je réapprend à vivre, je tâtonne sur ce que je suis capable de faire ou pas, je gamberge beaucoup avant toute action, c'est fatigant , déroutant mais il faut en passer par là.
je te souhaite bon courage
Pascale

▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬▬▬▬▬▬▬
 
Pazkale.....avec un Z comme dans banane :-)
Revenir en haut
Brouillon
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2011
Messages: 539

MessagePosté le: Dim 24 Avr 2016 - 16:15    Sujet du message: connaître ses nouvelles limites Répondre en citant

Je vous remercie toutes pour vos réponses.Tricoteuse bienvenue, contente que tu trouves ici un espace de liberté. Difficiles les premiers jours après la pose du diagnostique ...
Girl Anachronism et Pazkale merci pour vos interventions, je vais prendre ma température jusqu'à demain mais je pense que vous avez raison, je vais sans doute me désister même si je me sens un peu piégé par mes angoisses, elles m'empêche d'agir et me privent de la liberté d'être.
En vous remerciant.
Revenir en haut
Brouillon
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2011
Messages: 539

MessagePosté le: Jeu 28 Avr 2016 - 10:31    Sujet du message: connaître ses nouvelles limites Répondre en citant

Finalement, après beaucoup de tergiversation, j'y suis allée.Un petit anxio plus loin, tout c'est bien passé, nous étions plusieurs et en plus, le mari était plutôt en forme, je craignais que son état ne soit plus critique, Ouf !!! et je suis fière de moi, un peu de liberté de gagnée !
Revenir en haut
tricoteuse
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 13 Avr 2016
Messages: 20

MessagePosté le: Jeu 28 Avr 2016 - 12:43    Sujet du message: connaître ses nouvelles limites Répondre en citant

bravo,
je reciterai W A Ward
"le pessimiste se plaint du vent
l'optimiste espère qu'il va changer
le réaliste ajuste ses voiles" alors bon vent et merci de nous faire le faire partager

▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬▬▬▬▬▬▬
 
"le pessimiste se plaint du vent,l'optimiste espère qu'il va changer, le réaliste ajuste ses voiles" W.A.Ward
Revenir en haut
Brouillon
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2011
Messages: 539

MessagePosté le: Lun 9 Mai 2016 - 06:07    Sujet du message: connaître ses nouvelles limites Répondre en citant

Je me suis à nouveau fracassée sur mes nouvelles limites, une sourde angoisse m'envahit, je me sens si impuissante et vulnérable ...
Revenir en haut
girl anachronism
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2011
Messages: 1 126

MessagePosté le: Lun 9 Mai 2016 - 08:47    Sujet du message: connaître ses nouvelles limites Répondre en citant

Bonjour Brouillon,

Ce n'est pas parce que tu t'es heurtée à tes limites que tu ne peux pas t'en remettre. Vois cet incident comme une expérience, la prochaine fois tu sauras mieux gérer. En attendant, prends soin de toi et ne culpabilise pas de n'avoir pas su gérer.
Quant à l'angoisse, n'est-elle pas liée à la crainte de ne pas parvenir à vivre un jour "normalement" ? Peut-être que si tu dédramatises ce qui s'est passé, peut-être que l'angoisse va diminuer. J'espère que ce que je dis n'est pas trop vide de sens, ton message était un peu trop court pour que l'on puisse te donner une réponse précise.

Revenir en haut
Pazkale
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 07 Fév 2013
Messages: 267

MessagePosté le: Lun 9 Mai 2016 - 14:45    Sujet du message: connaître ses nouvelles limites Répondre en citant

Bravo brouillon d'avoir dépassé une limite qui t'angoissait. finalement on se fait des nœuds au cerveau et pourtant tout se passe bien.
mais de quelles limites nous parles tu dans ton dernier message ?

▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬▬▬▬▬▬▬
 
Pazkale.....avec un Z comme dans banane :-)
Revenir en haut
brunelles
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 06 Nov 2008
Messages: 277

MessagePosté le: Lun 9 Mai 2016 - 15:42    Sujet du message: connaître ses nouvelles limites Répondre en citant

Bonjour brouillon,

j'ai bien peur que les limites se posent et re-posent chaque jour,
et chaque jour il faut les re-franchir ou les repousser...
Personnellement au niveau contacts sociaux, je dois tjs me battre contre l'envie de fuir toute rencontre,
je sais qu'il y a de la phobie sociale là-dessous, mais je vois bien ce que c'est de croire qu'on ne progresse pas
quand on doit se forcer à chaque fois.
Je pense qu'il y quand même du progrès quand on arrive à accepter la rencontre ou l'invitation,
et quand on arrive à apprécier le moment (ce qui semble avoir été ton cas).

Sinon je trouve que lorsqu'on accepte d'avoir des limites, on arrive déjà mieux à les "contrôler";
par exemple je sais que je suis fatigable, mais maintenant que je l'accepte, je gère mieux mes journées, mes prises de rdv,
et j'arrive à mieux équilibrer mes activités == donc je me mets moins de pression et suis moins crevée.
Ca s'applique à bcp de domaines je pense; comme si il fallait se forcer à suivre la limite mais sans le prendre comme une contrainte,
plutôt un garde-fou.

Ne perds pas espoir, chaque fois que tu repousse une limite ou que tu t'en sers, c'est une petite victoire;
après il faut se concentrer sur le résultat positif (une rencontre agréable, une journée sans pleurs ou sans angoisse, etc...).



brunelles

▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬▬▬▬▬▬▬
 
"la mer n'existe pas..."
Revenir en haut
Brouillon
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2011
Messages: 539

MessagePosté le: Mar 10 Mai 2016 - 06:58    Sujet du message: connaître ses nouvelles limites Répondre en citant

Merci beaucoup pour vos réponses, c'est vrai que je n'ai pas été très explicite ...
La situation ... ma chienne a fugué, elle a trouvé un trou dans le grillage, il y avait une demi heure de boulot pour le reboucher et j'ai été incapable de le reboucher tant j'étais angoissée (pourtant la chienne était revenue). Je me suis sentie impuissante face à sa fugue, mais surtout face à mon incapacité à réagir, avec toutes les pensées qui en découlent ... je ne parviens plus à assumer ma maison avec son jardin, il faut que je me sépare de mes chiens (je me suis déjà séparée de mes ponettes que j'avais en partie pourtant depuis plus de vingt ans ...) et que j'aille vivre en ville, tout me dépasse au moindre accroc je capote ....
Grâce à un anxio, je suis suffisamment redescendue de ma paralysie et j'ai fait appel à un voisin qui par chance était disponible et qui est intervenu de suite ... donc finalement, j'ai trouvé une solution, mais ... je me suis sentie si impuissante et incapable de faire face. Comment moi, qui a construit ma maison, a posé tout la grillage, a ..., j'en suis arrivée à ne plus pouvoir lever le petit doigt, je ne comprends pas et je n'accepte pas. Pour le grillage j'avais pourtant déjà rebouché un trou une semaine au paravent, 'avais été très fière de moi, je retrouvais enfin un peu de mes capacités, un véritable soulagement et bien être, et une semaine plus tard, cata, merci l'ascenseur émotionnel. Mes limites sont si fluctuantes, que je ne sais plus ce que je peux ou ne peux pas, comment se projeter dans ces conditions là ...

Bonne journée et encore merci pour vos réponses, elles m'ont fait du bien.
Revenir en haut
qwirkle
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 04 Mai 2016
Messages: 24

MessagePosté le: Mar 10 Mai 2016 - 09:26    Sujet du message: connaître ses nouvelles limites Répondre en citant

Bonjour
Vos témoignages sont un peu de baume au coeur
je me rends compte que je ne suis pas seule dans cette situation, à affronter les limites d'un corps ou d'un esprit qui ne réagissent plus comme avant, et surtout les limites sociales, qui se sont beaucoup élevées dernières années, quel repli!
je ne sais pas si j'en sortirai, mais je vois que vous le vivez aussi, et cela me donne malgré tout de l'espoir d'aller mieux
bonne journée
Qwirkle
Revenir en haut
girl anachronism
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2011
Messages: 1 126

MessagePosté le: Mar 10 Mai 2016 - 09:50    Sujet du message: connaître ses nouvelles limites Répondre en citant

Les limites sont difficiles à accepter et à gérer mais je rejoins Brunelles sur le fait que mieux on gère ses limites et plus on vit mieux.
Je me suis rendue compte que deux ou trois rendez-vous dans la même journée (y compris pour des choses agréables comme le fait d'aller chez le coiffeur), ce n'était plus pour moi. Un rendez-vous/jour au maximum, c'est tout ce que je peux supporter.
Mais pour l'instant, j'ai encore tendance à vouloir trop en faire en une journée et immanquablement, cela m'épuise et me donne une sensation de cocotte-minute.

Dans un livre de psychoéducation (je ne sais plus le titre), il était recommandé de faire une petite liste de 3 petites choses à faire par jour. Je n'en ai jamais été capable, soit je note 3 tâches lourdes, soit une quinzaine de petites tâches. C'est un problème que je traîne depuis de nombreuses années. La toute première psy que j'avais rencontré m'avait dit: "plutôt que de vouloir ranger toute une pièce, donnez-vous déjà pour but de ranger 1 seul tiroir une journée".

Enfin, avec les années, j'apprends à moins paniquer mais j'ai encore du mal à estimer le temps nécessaire pour faire les choses et à planifier efficacement les tâches. A titre d'exemple, j'ai une pile de repassage qui défie les lois de la gravité Je me demande pourquoi j'attends toujours autant pour m'y mettre.
Ce serait plus efficace de repasser régulièrement plutôt que d'attendre que tout tombe par terre.

Bonne journée
Revenir en haut
girl anachronism
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2011
Messages: 1 126

MessagePosté le: Mar 10 Mai 2016 - 09:52    Sujet du message: connaître ses nouvelles limites Répondre en citant

En ce moment, je teste la feuille pliée en 3:
- les tâches urgentes
- les choses à faire
- les tâches "si j'ai le temps"

ça aide à élaguer quand on ne sait plus par où commencer... encore faut-il savoir dans quelle colonne classer les tâches.
Revenir en haut
qwirkle
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 04 Mai 2016
Messages: 24

MessagePosté le: Mar 10 Mai 2016 - 09:58    Sujet du message: connaître ses nouvelles limites Répondre en citant

pour moi cela peut être un rendez-vous par semaine...
deux ou trois la même semaine c'est trop difficile, et j'ai eu à expérimenter dans ces dernières semaines pour voir des spécialistes (dos + hanche...)
L'un d'eux a bien vu que j'étais dans tous mes états, comme il allait conduire je n'avais pas pris l'anxio avant de partir, en arrivant j'étais comme une feuille transpirante, + chercher l'endroit, + l'attente, et surtout le fait de rencontrer un nouveau médecin (une personne, un homme, une figure d'autorité): cocktail explosif pour mes nerfs...
Il a été gentil, mais j'en aurais quand même pleuré...

Girl Anachronism: comme toi, je note, ou j'utilise Kanban Flow (je te laisse trouver sur internet), sinon, pffffuit, j'oublie

Qwirkle, qui va essayer de ne pas envahir le forum...
Revenir en haut
Pazkale
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 07 Fév 2013
Messages: 267

MessagePosté le: Jeu 12 Mai 2016 - 15:41    Sujet du message: connaître ses nouvelles limites Répondre en citant

Bonjour à vous
comme me dit gentiment ma mère, il ne faut pas tout mettre sur le dos de la bipolarité, on a toutes un/une proche qui râle sur son repassage, qui perd ses clefs, qui n'a pas envie de manger chez les "machins", qui a peur d'un rendez vous médical avec un nouveau médecin etc.... son chien qui fugue en cassant le grillage !!
seulement pour nous cela devient une montagne d'émotions, de peurs que les autre ne comprennent pas.
il faut essayer de relativiser, d’accepter qu'il nous faut plus de temps pour nous adapter à une nouvelle situation.
bon courage à toi

▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬▬▬▬▬▬▬
 
Pazkale.....avec un Z comme dans banane :-)
Revenir en haut
Brouillon
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2011
Messages: 539

MessagePosté le: Sam 14 Mai 2016 - 07:25    Sujet du message: connaître ses nouvelles limites Répondre en citant

Merci pour vos réponses. J'avoue que la planification de tâches ne me réussie pas ... Il suffit que je planifie pour que la machine s'enraye, tout ça pour finir pas me démoraliser ... je n'ai rien fait ... Pourtant parfois j'arrive à faire, de temps en temps la machine se débloque et voilà, que je parviens enfin à avancer, et avec légèreté et plaisir en plus, mais le lendemain, patatra, retour à la léthargie ... Malheureusement, ses journées sont très rare, une fois par semaine voir tous les dix jours, m'enfin elles ont au moins le mérite d'exister et sont quand même plus fréquente que fut un temps.Avec cela, difficile de trouver mes limites, je peux, je ne peux pas, je peux peu voilà la conclusion ... Pas pour rien que je touche l'aah ... J'espère que progressivement, j'aurai de plus en plus de jours on et pas off ...
Ma chienne vient de s'échapper de nouveau ... gérer ...
Revenir en haut
Pazkale
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 07 Fév 2013
Messages: 267

MessagePosté le: Sam 14 Mai 2016 - 11:47    Sujet du message: connaître ses nouvelles limites Répondre en citant

Bonjour brouillon
en as tu parler à ton psychiatre ? On dirait des hauts et des bas de bipo .
Et je vis le même chose que toi: quelques semaines activés et souriantes et pfff d'un seul coup je m'éteint et me terre chez moi. c'est très troublant. je faisais du bénévolat depuis 3 mois avec enthousiasme et là j'ai plu envie. plus envie de parler au gens. j ai même plus envie de me balader en forêt avec mon chien alors que j'adore ça.
Bonne journée à toi

▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬▬▬▬▬▬▬
 
Pazkale.....avec un Z comme dans banane :-)
Revenir en haut
Brouillon
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2011
Messages: 539

MessagePosté le: Dim 15 Mai 2016 - 08:04    Sujet du message: connaître ses nouvelles limites Répondre en citant

Bipo ... en fait je traîne en dépression chronique avec des fenêtres de mieux être et des coups de bambou. Grâce au Lamictal pourtant tout cela reste modéré, le problème reste cette humeur de base bien basse qui ne cède pas au traitement. Ma psy est au courant, elle semble au bout des traitements chimiques, mais est déjà satisfaite du résultat, je viens de si loin ... Elle compte beaucoup sur la psychothérapie. Je suis assez d'accord avec elle.
Pazkale désolée d'apprendre que tu te trouves dans une passe basse ... Tu as déjà repéré combien ces phases duraient ?
Vivement que tu puisses à nouveau te promener avec ton chien, je connais ça moi aussi avec mes toutous, heureusement j'ai un grand jardin ...
Revenir en haut
Pazkale
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 07 Fév 2013
Messages: 267

MessagePosté le: Jeu 19 Mai 2016 - 14:08    Sujet du message: connaître ses nouvelles limites Répondre en citant

bonjour bouillon

Brouillon a écrit:

Bipo ... en fait je traîne en dépression chronique avec des fenêtres de mieux être et des coups de bambou. Grâce au Lamictal pourtant tout cela reste modéré, le problème reste cette humeur de base bien basse qui ne cède pas au traitement. Ma psy est au courant, elle semble au bout des traitements chimiques, mais est déjà satisfaite du résultat, je viens de si loin ... Elle compte beaucoup sur la psychothérapie. Je suis assez d'accord avec elle.


je ne sais pas si ça va te rassurer mais après mon burn out de l'été 2014, j'ai mis 1 an à sortir de la dépression et encore presque un an a traîner ce manque d’intérêt pour tout. je n'étais plus dépressive mais juste molle, la vie était fade et sans goût.
et je continue à avoir des phases d'humeur un peu basse dont les durées sont variables.

j'espère que tes toutous te donnent de l'affection comme ils savent le faire

▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬▬▬▬▬▬▬
 
Pazkale.....avec un Z comme dans banane :-)
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:18    Sujet du message: connaître ses nouvelles limites

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le forum des bipotes Index du Forum ->
Questions / Réponses
-> Entraide et soutien...
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Wikipedia | Psychomedia | Troubles-bipolaires.com | camh.ca - Le trouble bipolaire : Guide d'information | Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com