Forum d'information, de psychoéducation et d'entraide pour les personnes avec un trouble bipolaire (maniaco-dépression).
Le forum des bipotes  Index du Forum FAQ Rechercher S’enregistrer Connexion

le retour du questionnement !

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le forum des bipotes Index du Forum ->
Questions / Réponses
-> Entraide et soutien...
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
megwen
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 20 Mar 2013
Messages: 41

MessagePosté le: Mer 8 Juin 2016 - 21:22    Sujet du message: le retour du questionnement ! Répondre en citant

Bonsoir,
Je me suis inscrite en 2013/2014. A l'époque j'ai vu 2 psys. Le second a fini par me dire après plusieurs mois de thérapie et essais de traitement (lithium, anti dépresseurs, + médocs contre addiction à l'alcool) que je n'étais pas bipolaire comme soupçonné un moment.
Ca m'allait bien et j'ai continué mon chemin avec des hauts (petits) et des bas (petits).
Bon... Ces derniers temps j'ai été très bousculée dans mon travail et notamment il y a 2 semaines ou un évênement traumatisant pour moi (le départ d'un collaborateur dans des conditions inhabituelles) m'a complètement chamboulée : Dans un premier temps je suis partie en up. Phase d'hyperactivité sans expression d'émotion ou je devais "assurer" et garder la tête haute vis à vis des autres. Puis dans un second temps (2 semaines après) j'ai eu le contre coup et je suis descendue aussi vite. J'ai eu conscience des phases dans le sens ou je savais que je ne réagissais pas de manière appropriée lorsque j'ai voulu nier vis à vis des autres que j'étais affectée.
Et puis j'ai été rattrapée par mes émotions (qui ont toujours un métro de retard) et je suis tombée en déprime.
Je ne suis pas arrêtée j'ai pris quelques rtt. J'ai repris rv avec mon psy car mes crises de boulimie ou mon envie de boire ont fait un bond. Il faut qu'il m'aide. J'ai pensé à avaler un tube de lexomil ou a me foutre en l'air avec ma voiture. C'est disproportionné par rapport à ce qui se passe mais même si je le sais je suis incapable de me raisonner.
J'ai peur de moi même, de mes réactions. Je sens qu'un rien suffirait pour que je m'écroule.
Alors me revoilà. Je me remets à douter du diagnostic qui me disait au final que tout allait bien. Je repars dans la zone de turbulence. Je navigue à vue.
Vous reconnaissez ?
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 8 Juin 2016 - 21:22    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
girl anachronism
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2011
Messages: 1 126

MessagePosté le: Jeu 9 Juin 2016 - 09:05    Sujet du message: le retour du questionnement ! Répondre en citant

Bonjour Megwen,

Je pense que l'on a tous à un moment ou un autre douté de la validité du diagnostique. Dans mon cas, une hypomanie franche et spontanée a suffit à me convaincre que j'étais malheureusement bien bipolaire. Dans ton cas, l'hypomanie semble assez discrète.
Il y a autant de formes de bipolarité que de personnes bipolaires. Dans les formes comme la tienne, le diagnostique n'est pas aisé et comme ce diagnostique est lourd de conséquences, c'est normal que le psy ne soit pas aussi tranché.
Le "spectre bipolaire" est large et couvre toutes les formes, des plus discrètes au plus marquées.

Tout le monde a des fluctuations mais à des degrés divers. C'est l'écart à la "normale", en durée et/ou intensité, qui marque le côté pathologique des fluctuations. Le retentissement sur la qualité de vie n'est pas forcément un indice de gravité car une personne bipolaire de type I, susceptible d'avoir des états maniaques, peut avoir une qualité de vie satisfaisante une fois parfaitement stabilisée. A l'inverse, une personne de type II à cycles rapides peut avoir des difficultés importantes au quotidien.

C'est pour cela que mon psy estime que les troubles bipolaires de type II ne sont pas moins graves que les types I si on considère la qualité de vie des patients. Dans ton cas, qu'importe l'étiquette dans le fond : ce qui compte, c'est que tu sens que tu as des fluctuations plus importantes que la normale et qui ont des conséquences importantes (pensées suicidaires). Il est donc nécessaire, quelque soit le diagnostique, de prendre en charge ton mal-être.

Les traitements antidépresseurs sont souvent des faux amis pour les personnes bipolaires. Certains parviennent à les prendre sans risque, avec un tyhmorégulateur, mais dans d'autres cas, ils favorisent les cycles rapides et ne sont pas aussi efficaces dans la dépression bipolaire qu'un traitement thymorégulateur seul ou combiné.

Bonne journée
Revenir en haut
brunelles
Bipote Turquoise

Hors ligne

Inscrit le: 06 Nov 2008
Messages: 277

MessagePosté le: Jeu 9 Juin 2016 - 13:22    Sujet du message: le retour du questionnement ! Répondre en citant

Bonjour Megwen,

je reconnais bien les réactions disproportionnées, personnellement ça fait peu de temps que j'ai enfin compris que c'est la maladie.
Non, vouloir mourir quand on a raté le bus et qu'on va être en retard à un rdv n'est pas normal! Ca ne devrait pas remettre en cause notre intégrité,
et pourtant le résultat est là.

Toi tu sembles avoir été sérieusement ébranlée au travail, ce n'est si étonnant de se voir partir en up, puis en down évidemment.
Le travail a tellement de place dans nos vies, ce qui s'y passe a forcément des répercussions sur notre moral.
Tu as bien fait de t'arrêter un peu, n'hésite pas à voir avec le psy si il faut transformer ça en arrêt maladie.

Chacun a son parcours, ce qui est sûr c'est que si tu as été fragilisée un jour, le risque est toujours là de retomber.

Donc ne te mets pas trop de pression; tu as identifié une cause (départ traumatisant d'un collègue), tu pointes les effets (idées noires+crises boulimie+envie de boire)
et tu demandes de l'aide (tu as pris rdv chez le psy). Dons tu as la réaction adaptée, alors essaie de te faire confiance.

Courage Megwen, et continue de venir parler avec nous!

brunelles

▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬▬▬▬▬▬▬
 
"la mer n'existe pas..."
Revenir en haut
megwen
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 20 Mar 2013
Messages: 41

MessagePosté le: Jeu 9 Juin 2016 - 20:50    Sujet du message: le retour du questionnement ! Répondre en citant

Bonsoir et merci de vos réponses. Je me suis rarement sentie aussi mal et bizarrement tout le temps ou je me sentais "en forme" et indifférente aux evenements de ma vie professionnelle je savais que je le paierais plus tard mais sans pouvoir agir là dessus. Comme coincée par mes sensations. C'est difficile à décrire tout ça je ne sais pas comment je vais aborder cela la semaine prochaine. Il m'arrive de vouloir donner un coup de volant pour en finir quand je suis en voiture. Je resiste. Je vais lui dire au psy. Je suis sous 1.5 prozac par jour même si je sais que c'est pas bon forcément mais en attendant cela me permet de ne pas trop craquer.
Je verrai ce qu'il me proposera mais ma seule issue cette fois je crois c'est le repos du corps et de l'esprit.
Bonne nuit. Merci
Revenir en haut
megwen
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 20 Mar 2013
Messages: 41

MessagePosté le: Mer 19 Oct 2016 - 21:07    Sujet du message: le retour du questionnement ! Répondre en citant

Bonsoir,

Me revoilà après plusieurs mois d'absence durant lesquelles je me suis plus ou moins stabilisée. Me voilà replongée dans une profonde déprime. Mon psy m'a changé mon AD. Plus de prozac mais du seropram 20mg. Seul. Pas de thymo (je refuse obstinément de prendre du poids et jusque là je gère à peu près les moments d'excitation). Je revois mon psy dans quelques jours pour faire le point. Il m'a bien confirmé ma bipolarité (type 1 ?!?). Je continue de faire attention à moi mais je crois que professionnellement je vais devoir faire quelque chose. Ca va pas. J'ai de plus en plus de mal à me contenir. J'ai l'air de ne pas avoir d'émotion en cas de stress mais à l'intérieur ça explose et j'ai plus peur de mes propres réactions que de celles des personnes en face de moi (qui sont souvent des personnes en difficultés, malades psy, agressives... je bosse dans le social).
Ca devient trop dur tout ça.
Revenir en haut
girl anachronism
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2011
Messages: 1 126

MessagePosté le: Mer 19 Oct 2016 - 21:41    Sujet du message: le retour du questionnement ! Répondre en citant

Bonsoir Megwen,

Prendre des antidépresseurs (en particulier le Prozac qui est réputé pour favoriser les virages maniaques, et le Séropram qui booste !) sans thymorégulateur est une grosse, très grosse erreur. La question du poids est une ineptie : les antidépresseurs peuvent aussi faire prendre du poids et il y a des thymorégulateurs qui ne font pas prendre de poids (le lamictal ne fait pas prendre de poids, quant aux autres, tout dépend de chacun).

Je suis peut-être un peu dure mais sincèrement, ce n'est pas la solution. Si tu as déjà fait des crises maniaques sans antidépresseur, oui, tu es de type I mais dans ce cas, c'est encore moins recommandé de prendre des AD. Et si tu as fait une manie sous AD, ils ne sont pas recommandés non plus, même si tu es de type II.

J'ai commis la même bêtise que toi il y a quelques années. Résultat cycles rapides, bipolarité difficile à gérer et sevrage extrêmement difficile d'AD qui ne m'ont apportés que des ennuis. Le traitement de la dépression bipolaire passe un traitement thymorégulateur. Les AD sont particulièrement adaptés aux personnes qui sont unipolaires, uniquement dépressives. La dépression bipolaire n'a pas les mêmes mécanismes que la dépression unipolaire.

Megwen, si ça ne va pas avec le Prozac, comment veux-tu que ça aille avec Seropram seul ? Au mieux tu vas remonter pour finir par faire une hypomanie ou pire une manie et ensuite ce sera à nouveau la dégringolade. Tu as besoin d'un traitement pour stabiliser ton humeur et l'AD n'est pas un stabilisateur.
Revenir en haut
girl anachronism
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2011
Messages: 1 126

MessagePosté le: Mer 19 Oct 2016 - 21:46    Sujet du message: le retour du questionnement ! Répondre en citant

PS : ton sentiment d'ébullition intérieur est à mon avis en grande partie engendré par l'AD. Tu contiens une humeur qui ne demande qu'à déborder. En cas d'état mixte, d'agitation, d'agressivité, la 1ère chose à faire est de diminuer voire d'arrêter progressivement l'AD, pas d'en prendre un autre.
Les AD ne sont pas interdits pour les troubles bipolaires mais la prescription est de courte durée, avec un thymo et dans un cadre bien précis (pas en état mixte).
Revenir en haut
Sabine69
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 30 Avr 2011
Messages: 1 260

MessagePosté le: Jeu 20 Oct 2016 - 12:24    Sujet du message: le retour du questionnement ! Répondre en citant

Bonjour Megwen,

Je suis d'accord avec Girl Anachronism. Visiblement c'est ton AD qui est la cause de ton état de pression actuel. Tu dis gérer à peu près tes états d'excitation mais actuellement tu es une cocotte-minute sur le point d'exploser au boulot.

Je comprends que tu aies peur de prendre du poids mais, à partir du moment où tu en prends conscience, je pense que tu n'auras pas de difficultés à gérer cela. Visiblement tu n'as pas pris de poids sous AD alors que la plupart peuvent faire grossir, alors pourquoi ne pas tenter un thymo, d'autant plus que nous ne sommes pas tous égaux avec les médocs, certains vont grossir, d'autres non. Bref tout cela pour te dire que tu devrais essayer, après dans 2 ou 3 mois si tu vois que cela ne te convient pas tu peux toujours en trouver 1 autre qui te conviendrait mieux ou arrêter, mais ce serait dangereux.

Le lamictal est un bon choix, il joue sur les épisodes dépressifs et ne fait pas prendre du poids.

As-tu déjà testé des neuroleptiques pour gérer les montées et l'agressivité?

Courage!

▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬▬▬▬▬▬▬
 
Sabine
Revenir en haut
megwen
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 20 Mar 2013
Messages: 41

MessagePosté le: Jeu 20 Oct 2016 - 18:22    Sujet du message: le retour du questionnement ! Répondre en citant

Bonsoir et merci de vos réponses.

En fait le diagnostic a pas l'air clair mais c'est mon 2ème psy et j'en ai marre de changer. Moi je lui ai juste dis qu'il était hors de question que je prenne du poids, j'ai tellement de problème avec ça depuis toujours et je fais tellement d'efforts ! C'est une phobie pour moi. Après s'il me dit que tel ou tel thymo ne fait pas grossir je suis pas contre essayer. En tout cas les médocs font toujours prendre du poids et jamais l'inverse !! Ensuite pour l'AD je vois pas trop le mieux pour le moment mais faut de la patience. Je retiens le lamictal en tout cas.
Merci
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:18    Sujet du message: le retour du questionnement !

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le forum des bipotes Index du Forum ->
Questions / Réponses
-> Entraide et soutien...
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Wikipedia | Psychomedia | Troubles-bipolaires.com | camh.ca - Le trouble bipolaire : Guide d'information | Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com