Forum d'information, de psychoéducation et d'entraide pour les personnes avec un trouble bipolaire (maniaco-dépression).
Le forum des bipotes  Index du Forum FAQ Rechercher S’enregistrer Connexion

je ne sais pas dans quelle case me mettre

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le forum des bipotes Index du Forum ->
Questions / Réponses
-> Entraide et soutien...
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
knownow
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2014
Messages: 16

MessagePosté le: Mer 15 Juin 2016 - 19:01    Sujet du message: je ne sais pas dans quelle case me mettre Répondre en citant

Bonsoir à tous,
je viens sur ce site parler à des compagnons de solitude.
je suis venue il y a 2 ans , je passe parfois quand ça va mal et je me dis que mes histoires n'intéressent personne, même les bipolaires. alors je ne dis rien. Je lis, je reconnais des aspects, d'autres pas. Je compatis, je suis un surf de posts, je quitte la vague…
mais là, je vais parler. J'ai donc 53 ans, avec des épisodes de souffrance qui remontent à ma naissance, Ma mère a mis 36 h à me mettre au monde, elle ne m'a pas eue à la bonne dès le départ. peut-être avant.ma mère a eu un accident de scooter à 6 mois de grossesse. J'ai eu un accident de poussette, à 11 mois, j'ai été écrasée dans mon landau, renversée par un chauffard ivre. ma nourrice a été handicapée à vie. J'ai été très tôt bordélique. Très tôt je me suis sentie en marge, et en souffrance dans ma famille.J'ai une soeur qui a 18 mois de moins que moi, super organisée, qui a réussi brillamment sa vie, et un frère de 7 ans de moins, qui a réussi sa vie de famille et sa vie professionnelle aussi. adulés par ma mère alors que j'avais avec elle une relation tendue constamment. enfant battue, parce que rebelle. et bordélique. très bordélique. tabassée pour ça très tôt aussi. j'avais déjà l'impression d'un handicap, d'un truc que je ne pouvais maîtriser, d'une fatigabilité extrême à certains moments, de ressentir un ennui monumental au sein de ma famille. Je ne revivais que lorsque nous partions en colonie de vacances, où mes parents me lâchaient la grappe un peu, et déjà, je vivais des périodes d'exaltation, surtout dans l'interdit, à mener la sarabande sous le nez de mes parents. En fait, j'avais l'impression d'être maudite. Avec mes 2 ans d'avance, je ne m'intégrais jamais nulle part. j'avais écrit à 16 ans "maudits mal sus mots dits massue"
j'ai eu un bac à 16 ans avec une petite mention parce que j'avais fait l'impasse totale sur le programme d'histoire géo. Avec une grande fatigabilité, j'ai fait une année de lettres supérieures en hypokhâgne. Ravagée par le doute, l'impression de n'être pas à ma place , j'ai tenu toute l'année au prix d'une méga dépression, et je suis entrée dans l'éducation nationale à 17 ans, 1ère sur la liste supplémentaire. Coup de bol. Aujourd'hui c'est ce que je me dis. à l'époque et récemment encore je me sentais emprisonnée. Maintenant je me dis si je n'avais pas eu cette chance de m’insérer, où en serais-je aujourd'hui? sous les ponts?
Parce que mon bordélisme s'est accompagné d'un flair de limier pour les bonnes affaires à 2 balles.ou plus, mais la plupart du temps, des bonnes affaires. parce qu'il fallait habiller ma morphologie yoyo...j'oscille de 15kg par an. la garde robe est compliquée...en surpoids à la période de l'adolescence, je n'ai pas connu les émois amoureux à cette époque.. de toutes façons, quand je devenais jolie en maigrissant, ce sentiment de "maudicité" intérieure m'amenait toujours à tout faire foirer. J’ai trouvé un mec psycho rigide qui est devenu le père de mes enfants, nous étions aux antipodes l’un de l’autre. J’ai tout de même fait 2 enfants magnifiques. Pas cons, ils sont juste lésés dans leur évolution parce que je n’ai pas réussi à leur financer d’études à la hauteur de leur valeur. Je suis évidemment surendettée+++…. J’ai peur qu’un jour, ma pathologie apparaisse aussi chez eux. avec un père psycho rigide et une mère « t’es perchée où ? »il y a de quoi fabriquer un schizophrène…
et ma maison est devenue inextricable. un tas de bonnes affaires sédimentées de façon aléatoire. du coup, je ne retrouvais plus des tas de trucs, j'oubliais que je les avais déjà achetés. Et je rachetais, sur tous les sites discounters que le net a pondus. Des fringues, des tas de fringues, d’excellentes affaires… qui ne faisaient que me renvoyer l’image éclatée que j’ai de moi : rien n’était IN, tout à côté de la plaque, une mozaïque de fringues de styles très différents. Pas de style, quoi…
Bon. Mon mal être oscille, bien sûr. Parfois, je suis heureuse de vivre. Mais ça, c’est quand je suis sur l’eau. Normalement, en mer, je suis bien. Le liquide amniotique universel me redonne l’envie de vivre. Comme le chant, comme la danse. Mais je suis piètre marin, piètre chanteuse, piètre danseuse. Si j’avais mon bateau, encore.. mais pas de bateau à moi, pas de maison à moi. J’aurais pu, mais j’ai tout claqué en compensation de mon mal de vivre. Un peu comme la petite marchande d’allumettes…pour un fragment de chaleur et de joie éphémère. Tout ce que j’ai est bon à jeter ou à donner au kilo, tout ce que j’ai gagné est partie en fumée. Et je n’ai qu’un plan de surendettement , revu pour la 2ème fois, avec un moratoire de 2 ans. Parce qu’avec tout ça, je ne me sentais plus en état d’enseigner, exsangue. Trop d’hémorragies d’énergie ici, là, partout.

Donc j’étouffais littéralement. Diagnostic bipolaire posé depuis 20ans, que je refusais. Et là, j’ai accepté. J’ai accepté de me mettre en arrêt longue durée. J’ai fui ma Bretagne, ma mère aussi d’ailleurs. Je suis arrivée en Corse, crise maniaque ? j’ai passé des diplômes pour être marin à la petite semaine.je ne veux plus de lithium, de zopiclone, de prozac etc.... Je veux seulement faire ce qui me fait du bien. Déjà, je pensais qu’avoir quitté l’éducation nationale, ça allait s’arranger. Mais ça n’a pas duré. Là, je rame financièrement. Du coup, pas de voile, pas de stand up paddle, ici aussi, malgré le soleil, je n’ai pas envie d’aller étaler ma graisse accumulée dans l’année sur les plages… Je sais qu’il y a des trucs qui me font aller mieux. Alors j’essaie de monter un projet. Mais dès que je dis que j’ai la RQTH, tout de suite , méfiance et si je dis bipolaire, c’est fini.la distance est irrémédiable. Comme le dit une amie qui multiplie les pathologies, c’est la double peine. En plus de souffrir, il y a rejet.
Voilà. Je me dis que monter des villages de bipolaires ce serait peut-être pas mal, mais la violence de certains m’effraie aussi… et puis bipolaires, ça ne veut pas dire potes non plus. Donc, je ramène ma fraise dans mon panier et je ferme le couvercle…là; j'ai fait une séance d'hypnothérapie qui invitit à faire le deuil du passé et des comportements enracinés dans notre passé. j'ai eu l'impression de n'arriver à rien voir du passé. mais c'est peut-être ça que j'écris ici. je largue les amarres avec ce passé....

voilà, je ne sais donc pas dans quelle case mettre ce post.
bien à vous qui avez eu la patience de me lire...
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 15 Juin 2016 - 19:01    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
girl anachronism
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2011
Messages: 1 126

MessagePosté le: Mer 15 Juin 2016 - 20:28    Sujet du message: je ne sais pas dans quelle case me mettre Répondre en citant

Bonsoir Knownow,

J'ai eu la patience de te lire Razz
Il faut souvent du temps pour se défaire de son passé. Un jour, on arrive à regarder son histoire avec détachement, sans rancœur, ni regrets, ni colère. C'est long, c'est difficile, mais c'est possible. Chacun y parviendra selon la méthode qui lui convient le mieux.

J'ai aussi eu une période d'achats compulsifs, c'est mon point faible. Chez moi, c'est assez ambivalent car à mesure que les affaires s'accumulent, on se sent prisonnier. Ce n'est donc pas un réconfort efficace de faire des achats à tout-va. C'est étouffant l'excès d'affaires. Depuis que je suis parvenue récemment à contrôler mon budget, je me sens infiniment libérée mais les sirènes des achats se font entendre régulièrement. C'est dur mais je tiens bon.

Il faut parvenir à accepter l'idée que l'on a foutu de l'argent par les fenêtres et que l'on ne parviendra pas à récupérer tout ce que l'on a dépensé. Ma consolation quand je parviens à vendre certaines bricoles en dessous du prix d'achat, c'est que au moins, ça servira à quelqu'un. J'ai horreur du gaspillage.
Passer de "avoir" à "être", quel long chemin ! J'ai régulièrement besoin de ranger et trier pour me réapproprier mon environnement.

Tu es dans une phase de grand ménage, prends le temps de faire le tri, aussi bien émotionnel que matériel.
Revenir en haut
knownow
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2014
Messages: 16

MessagePosté le: Jeu 16 Juin 2016 - 09:06    Sujet du message: je ne sais pas dans quelle case me mettre Répondre en citant

Merci Girl,
c'est une résurgence du passé, en fait. Cette séance d'hypnose a réactivé des zones de mémoire. oui, je sais que je suis en phase grand ménage. Les compulsions d'achats se sont réprimées du fait de ma perte de revenus, mais il n'empêche que je me rue sur des petits achats (utiles, bien sûr) dès que je touche mes AJ, des huiles essentielles, etc...alors que mes revenus très amoindris , raisonnablement, ne me l'autorisent pas . Mais, bon, j'essaie de m'en sortir, et cette fois, sans aide médica-menteuse..je veux prendre ma réalité en face sans en atténuer la douleur. C'est comme si les médocs pris jusqu'à présent me faisaient supporter davantage ma descente aux enfers, et de ce fait, l'alimentaient... J'ai déménagé récemment d'une chambre avec vue dans la pampa corse, une ancienne maison de montagne où on n'accédait qu'à pied sur un sentier qui serpente sur 300m dans la forêt jusqu'au torrent . genre une planque de bandit d'honneur.J'ai dû quitter ce lieu , je cohabitais avec un mec dépendant alcoolique qui devenait obsédé sexuel dès qu'il avait sifflé son demi litre de Ricard, et ses 3 litres de rosé, et c'était juste infernal, malgré ce lieu magique. quand j'ai vidé ce lieu de tout mon bataclan,en sherpa exténué de gravir et regravir ce sentier chargé comme une mule, j'ai revu le film Mission, de Roland Joffé, le prêtre incarné par Robert de Niro qui doit se taper son passé symbolique dans une nasse qui contient tout son attirail de guerrier pour accéder au sommet où sa mission l'attend... mission qui sera dévastée pour des raisons politiques...
bref, j'essaie en tous cas de trouver des solutions pour sortir de la spirale qui m'a entraînée vers le bas. déjà, j'ai survécu de 3 ans par rapport à ce que j'imaginais ado, je ne pensais pas pouvoir passer le cap des 50 ans avec la sensation d'épuisement que je ressentais à ce moment. le problème de l'être et l'avoir, c'est ce que bien que je n'aie jamais été dupe sur l'avoir, une partie de moi continuait à se construire des barricades avec l'avoir pour que l'être soit protégé.Donc, oui, je nettoie. Ton témoignage prouve qu'on peut y parvenir. Merci de l'avoir partagé. Ton signe me dit que je ne suis pas seule. il y a quelque part des gens qui clignotent comme moi...Bien à toi!
Revenir en haut
Luciole
Bipote Diamant

Hors ligne

Inscrit le: 28 Déc 2011
Messages: 4 005

MessagePosté le: Jeu 16 Juin 2016 - 22:39    Sujet du message: je ne sais pas dans quelle case me mettre Répondre en citant

Bonsoir,

Je t'ai lu et j'apprécie ton humour parfois un peu cynique ...!

Luciole

▬▬▬▬▬▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬▬▬▬▬▬▬
 
"Mener une vie simple, c’est s’abandonner à tout. Il s’agit même pas de vouloir faire disparaître ses regrets. Si les regrets sont là, pas de problème, ils ont leur place." - Alexandre JOLLIEN dans Petit traité de l'abandon
Revenir en haut
knownow
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2014
Messages: 16

MessagePosté le: Ven 17 Juin 2016 - 08:38    Sujet du message: je ne sais pas dans quelle case me mettre Répondre en citant

Merci ,Luciole, pour ta petite lumière dans ma nuit !
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 07:40    Sujet du message: je ne sais pas dans quelle case me mettre

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le forum des bipotes Index du Forum ->
Questions / Réponses
-> Entraide et soutien...
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Wikipedia | Psychomedia | Troubles-bipolaires.com | camh.ca - Le trouble bipolaire : Guide d'information | Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com