Forum d'information, de psychoéducation et d'entraide pour les personnes avec un trouble bipolaire (maniaco-dépression).
Le forum des bipotes  Index du Forum FAQ Rechercher S’enregistrer Connexion

Relation en dents de scie, paumée. A l'aide!

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le forum des bipotes Index du Forum ->
Questions / Réponses
-> Aide aux proches.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Poulpy
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 26 Oct 2016
Messages: 3

MessagePosté le: Mer 23 Nov 2016 - 23:37    Sujet du message: Relation en dents de scie, paumée. A l'aide! Répondre en citant

Bonsoir,

Je vais essayer d'être concise, mais il y a beaucoup d'éléments.

Il y a un an, je l'ai rencontré. Un homme merveilleux, attentif, courtois, attentionné, charmant... Un vrai prince sorti d'un conte de fées. Sauf que le prince m'avait prévenu être bipolaire. Je savais plus ou moins ce qu'était cette maladie, mais nous étions vraiment sur la même longueur d'ondes lui et moi.

En janvier, il fait une phase down. Je ne comprends pas comment on veut être tout seul alors qu'on n'est pas bien. Une semaine après, je me retrouve en arrêt maladie pour burn out qui débouchera sur une dépression. Je reste chez lui pendant 4, 5 semaines. Il me prie de rentrer. Encore une phase down. Je reste quasiment un mois toute seule, dans le noir, sans rien faire de mes journées. On se retrouve mi-mars, et jusqu'à début mai cela va mieux. On passe beaucoup de temps ensemble, des hauts et des bas, mais rien de grave.

Le 9 mai, il me quitte, m'avançant ne plus avoir de sentiments pour moi. Je venais d'apprendre mon licenciement le même jour en rentrant de 10 jours chez mes parents qui habitent loin. 48h plus tard, il revient, me dit que je suis la seule pour laquelle il ressent quelquechose et fait contrition. On se retrouve quelques jours après.

Début juillet, il me rapporte mes affaires - comme en mai. L'avant-veille, il m'avait proposé qu'on prenne nos distances le temps que je me sorte de ma maladie. "Tu veux arriver après la bataille", lui ai-je dit. J'ai regretté et il m'a écrit dans sa lettre de rupture que ça l'avait blessé. Je lui envoie une lettre en lui disant qu'on ne peut pas laisser notre relation se terminer comme ça, et que s'il a des sentiments pour moi, alors autant ne pas commettre d'erreur. Il me répond qu'on se revoit mi-août et qu'on verra en fonction de mes progrès.

Mi-août, c'est magique, on se retrouve et prononce enfin ces trois mots que je n'attendais plus.

Je pars en vacances et à mon retour il est bizarre. Septembre et octobre sont horribles, novembre il me pousse à bout. En septembre il dit ne voir en moi qu'une "bonne amie". Il est vrai que depuis que je suis en dépression ou presque, notre vie sexuelle est inexistante - il a des problèmes à cause de ses médicaments à ce niveau-là, et mon désir s'est juste effacé depuis avril au moins.

J'ai encaissé, tous ses mots, ses reproches injustes, et le 17 octobre -dernière fois qu'on s'est vus- je l'ai attrapé et étranglé contre le mur. J'étais à bout de son comportement, de voir sa foutue maladie mal me parler, me traiter comme moins que rien. Je regrette, je ne me suis pas reconnue.

Il assimile mes affaires à ma présence. En août je lui avais demandé s'il fallait que je laisse des affaires, et répétant que je n'accepterai pas un troisième retour. Depuis septembre et octobre, il dit ne pas vouloir être en couple, se suffire à lui-même. Il m'a renvoyé mes affaires par la Poste fin octobre, me disant que c'est terminé.

Il faut savoir qu'il ne travaille pas, qu'il ne fait à peu près rien de ses journées à part regarder des émissions sur Youtube et parfois lire, aller au tir, voir des amis ou dessiner. Il ne cuisine pas, mange chez ses parents, sa mère lui fait la lessive, il ne fait pas de sport. Il fume beaucoup. Boit raisonnablement, jamais je ne l'ai vu éméché. Il cache sa situation à ses amis, il n'y a que sa famille et deux de ses amies qui savent.

Je lui en veux de ne même pas essayer alors que j'ai tant encaissé, tant essayé. Jamais il ne m'a proposé que je vienne voir son psy avec lui. Il n'a jamais commencé de psychothérapie pour accepter une personne nouvelle dans sa vie.

Il est plus ou moins stabilisé depuis 2 ans (encore beaucoup de phases down - et je ne l'ai jamais vu en phase hypomaniaque) et a peur de perdre cet équilibre s'il m'intègre dans sa vie. Pourquoi certains bipolaires ont une vie "normale" et pas lui? Pourquoi ne veut-il pas se battre?

J'ai l'impression qu'il lui est plus confortable d'accepter la fatalité et que finalement cette situation lui convient. Comme s'il était bien content de ne pas avoir à travailler, car jamais il ne veut faire quoi que ce soit. Même marcher. Parfois j'ai l'impression qu'il se prend pour la maladie, qu'il se confond avec elle. Même qu'il l'utilise pour pouvoir mal parler à son entourage - sa mère lui passe beaucoup de choses.

Bref, donc là il m'a renvoyé mes affaires, et cette fois j'ai décidé de couper les ponts. Les derniers temps il m'a carrément ignorée, sans même prendre la peine de répondre à mes messages - je n'ai même pas osé l'appeler. Je l'ai viré de FB, bloqué de partout. Je lui ai rapporté ses affaires et les cadeaux qu'il m'avait fait - comme ça il voit ce que ça fait. Cela ne m'empêche pas de penser beaucoup à lui, car mes sentiments sont inchangés. Mais s'il ne veut pas changer je ne pourrai pas vivre comme ça, avec une épée de Damoclès sur la tête en permanence.

Les 6 premiers mois c'est comme s'il avait amorti ma chute, les 6 derniers, c'est comme s'il m'avait empêché de remonter. Sa mère pense qu'il me reproche des choses qu'il se reproche à lui même : mon inactivité, mon surpoids, rester devant la télé, mon manque d'élégance... Sauf qu'il voit que je suis en train de sortir de ma maladie, et qu'il ne le supporte pas, comme si en sortant de la dépression je lui échappais.

Il faut aussi savoir qu'à chaque fois qu'il m'a ramené mes affaires, il avait vu son psy le jour-même ou la veille. Il a à chaque fois dit vouloir me "protéger de lui".

Bref, je souffre de la situation. J'ai décidé de passer à autre chose car je ne veux pas perdre mon temps à l'attendre, mais j'espère toujours au fond de mon coeur qu'il reviendra en voulant avancer avec moi et pour de bon. Car le voir remettre en cause notre relation chaque 2 mois me mine.

Voilà, merci de votre aide... Ca me fait un bien fou d'avoir pu l'écrire...
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 23 Nov 2016 - 23:37    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Poulpy
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 26 Oct 2016
Messages: 3

MessagePosté le: Jeu 24 Nov 2016 - 00:29    Sujet du message: Relation en dents de scie, paumée. A l'aide! Répondre en citant

Quel pavé!!! Si avec ça j'ai des réponses, cela tiendrait du miracle^^

Et pourtant j'ai essayé de faire court!
Revenir en haut
girl anachronism
Bipote Saphir

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2011
Messages: 1 126

MessagePosté le: Jeu 24 Nov 2016 - 09:50    Sujet du message: Relation en dents de scie, paumée. A l'aide! Répondre en citant

Bonjour Poulpy,

Si cet homme a eu du mal à parvenir à cette stabilité relative, je comprends qu'il ne soit pas encore prêt à une vie à deux. Sa famille l'aide beaucoup (repas, lessive,...), si vous viviez ensemble ce serait à toi de prendre en charge cela. Je ne sais pas s'il serait apte à prendre part progressivement à ces tâches ménagères, chaque bipolaire est unique.

Comme tu le dis, cette situation lui convient actuellement. Peut-être qu'il continuera ainsi ou peut-être qu'il continuera à progresser. S'il a encore des dépressions, c'est qu'il n'est pas complètement stabilisé. Malheureusement, la stabilité parfaite n'est pas à la portée de tous. La bipolarité de type I avec accès maniaque est plus sensible aux traitements et ces personnes peuvent avoir une vie très proche de la normale. Pour les types II, c'est plus difficile. Personnellement, ma bipolarité a cycles rapides ne répond pas aux traitements normothymiques. Je sais que je n'aurais que de courtes périodes de stabilité.

Le besoin d'isolement pendant la dépression, tous les bipolaires ont ce comportement. C'est comme ça que la maladie se traduit. Quand je vais mal, je n'ai aucune envie de voir les gens. Les propos bienveillants sont parfois maladroits et font plus de mal que de bien. Le Dr Gay a écrit un livre où il y a les consignes en cas de dépression ou d'exaltation pour les proches. Tu peux la trouver sur le forum je crois. Depuis que ma famille en a une photocopie, le courant passe mieux pendant les dépressions.
Revenir en haut
fontaine
Bipote Diamant

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mar 2008
Messages: 2 386

MessagePosté le: Ven 25 Nov 2016 - 16:58    Sujet du message: Relation en dents de scie, paumée. A l'aide! Répondre en citant

bonjour poulpy
je suis désolée pour ton ami mais je comprends que tu veilles couper les ponts
l'amour n'est pas du sadomasochisme en continue et tu as encaissée beaucoup de rupture alors que toi même tu es fragilisée.
comme l'a écrit précédemment girl anachronism chaque bipolaire est avant tout une personne, avec chacun sa personnalité.
en l'occurrence, il ne semble pas très ouvert au monde, hors c'est en s'ouvrant à la vie qu'on l'enrichie et enrichie celles des autres.
La maladie nous isole parfois, par période, mais ne nous empêche pas de nourrir des intérêts, des passions. là, cela semble un peu limité, voir galère.
il est bien de penser aux autres, il est bien aussi de penser à soi.
bonne journée
Revenir en haut
Poulpy
Bipote Emeraude

Hors ligne

Inscrit le: 26 Oct 2016
Messages: 3

MessagePosté le: Sam 26 Nov 2016 - 22:44    Sujet du message: Relation en dents de scie, paumée. A l'aide! Répondre en citant

Coucou,

Oui, en fait je sais ce que c'est de vouloir être seul quand on est pas bien et je pensais que ma dépression pouvait être un outils pour mieux le comprendre.

Je suis en train d'en sortir, il a dû le sentir malgré mes rechutes, et je pense que le fait que je lui "échappe" lui rappelle que lui n'en guérira jamais. Il m'a reproché mon inactivité, mais je pense que c'est à lui qu'il le reprochait in fine. Sa mère pensait que j'étais son miroir, sauf que maintenant que je m'en sors, ça ne lui va plus.

En fait je ne m'en vais pas parce qu'il est malade. Je m'en vais parce qu'il accepte la fatalité et qu'il ne veut pas se battre. Et ça je ne le supporte plus.

J'ai acheté un livre qui m'a "appelé" lorsqu'une copine était au kiosque l'autre jour. Ca s'appelle "Changer d'Altitude", c'est écrit par Bertrand Piccard - le mec de Solar Impulse qui est aussi psychiatre. D'abord pour lui, pour lui faire comprendre. Je ne sais pas si ça vous parlera, mais je tâcherai de vous mettre quelques phrases qui m'ont donné matière à réfléchir, et que j'aimerais qu'il lise, qu'il comprenne, qu'il imprime et qu'il intègre. Et je voulais aussi vous les faire partager, à vous, mes soutiens derrière leur écran.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 15:36    Sujet du message: Relation en dents de scie, paumée. A l'aide!

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Le forum des bipotes Index du Forum ->
Questions / Réponses
-> Aide aux proches.
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Wikipedia | Psychomedia | Troubles-bipolaires.com | camh.ca - Le trouble bipolaire : Guide d'information | Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com