Forum d'information, de psychoéducation et d'entraide pour les personnes avec un trouble bipolaire et leurs proches.
Le forum des bipotes  Forum Index FAQ Search Register Log in

hyperdiagnosticabilité du trouble bipolaire

 
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    Le forum des bipotes Forum Index ->
Questions / Réponses
-> Diagnostic.
Previous topic :: Next topic  
Author Message
kev78
Bipote Turquoise

Offline

Joined: 17 Nov 2010
Posts: 339

PostPosted: Mon 15 Sep 2014 - 21:08    Post subject: hyperdiagnosticabilité du trouble bipolaire Reply with quote

Bonjour

Le diagnostic de bipolarité est bien à la mode, ce qui permet ma foi de vendre beaucoup de médicaments.
Le trouble bipolaire: selon mon Psychiatre: c'est: des phase Maniaques, donc Spectaculaires; et des phases dépressives, donc fortement remarquables aussi.
Sérieux, vous croyez tous qu'il existe des troubles bipolaires de type 1; 2; 3 3a 3b .....
Bref selon certains psychiatres nous sommes tous des bipolaires en puissance.
Cette "hyperdiagnosticabilité" du trouble bipolaire est néfaste pour ceux qui le sont réellement et ceux qui ne le sont pas.
en tout cas, par exemple je ne crois pas que:
_être obèse rend heureux.
_suer comme un porc rend heureux.
_ne plus pouvoir avoir de sexualité
_devenir complètement insensible, anesthesié.
Donc là je parle des traitements.
Tous ceux qui en prennent savent de quoi je parle.
Enfin, pour les groupes pharmaceutiques, ces traitements représentent des miliers de miliards d'euros chaque années.
Bref, c'est un empire.
Croyez vous vraiment au "bien" dans ce monde.
Les groupes pharmaceutiques sont bien au delà d'un clivage bon/mauvais, ils réflechissent à leurs propres intérêts, comme toutes les multinationales.
Personnellement, prendre un antidépresseur qui m'empêche d'avoir une sexualité et me rend gros (je suis en surpoids de + 15 kg environ), suer à mort, ça me fait beaucoup de mal avant aussi il y avait les tremblements, donc, vraiment, comment trouver la bonne solution pour l'équation problèmes psy + médicaments = mieux être.
Je précise: je marche environ 60km par semaine à cause de mon travail, je ne fait pas d'abus sur la nouriture: je suis en surpoids.
Bref mon métabolisme est changé je stocke à mort la graisse et le peu de neuroleptique que je prends (xeroquel) me donne aussi faim.
Certains en ont vraiment besoin ok.
Beaucoup en prennent plus que ce dont ils ont besoin.
Et beaucoup de gens non malades sont accrocs aux anxiolitiques, aux dérivés d'opium, au paracétamol.
Donc le meilleur des mondes est ici.
Franchement, je connais déjà les arguments de ceux qui me contrediront si ce message n'est pas censuré.
Il n'empêche qu'il est juste impossible de se retrouver dans le monde des "gentils médicaments" et que ça ne changera pas.
De toute façon le malheur ultra répandu de nos contemporains reste une source illimitée pour vendre, pas seulement des médicaments d'ailleurs....
Back to top
Publicité






PostPosted: Mon 15 Sep 2014 - 21:08    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
kawua
Bipote Turquoise

Offline

Joined: 24 Jul 2013
Posts: 105

PostPosted: Mon 15 Sep 2014 - 22:41    Post subject: hyperdiagnosticabilité du trouble bipolaire Reply with quote

Je me suis posé énormément de questions là dessus. Mes postes passés en font la preuve. Je suis toujours un sceptique. Je suis parfaitement conscience de l'effet de "mode" et de l'industrie pharmaceutique derrière. je veux juste dire que depuis que je prend du Lamictal, je découvre une autre personne. Je me sens bien, comme je ne l'avais jamais été. Mes proches découvrent un autre. Alors je ne sais pas. Mais je comprend tes problèmes d'effets secondaires.
Back to top
sasmira
Bipote Emeraude

Offline

Joined: 25 Sep 2013
Posts: 49

PostPosted: Tue 16 Sep 2014 - 10:37    Post subject: hyperdiagnosticabilité du trouble bipolaire Reply with quote

Bonjour Kev 78,
je pense bien à toi alors que je me réveille à peine et que la sueur de mon front perle jusque dans les coins externes de mes yeux! Je penserai bien à toi aussi lors de ma prochaine réunion weight watchers pour essayer de perdre mes 30kgs de surpoids. De la même façon, lorsque mon compagnon tentera une énième tentative d'approche, j'aurai une pensée pour tous les bipo sous traitement!!
Bien à toi
Back to top
Parabellum
Bipote Turquoise

Offline

Joined: 23 Dec 2013
Posts: 150

PostPosted: Tue 16 Sep 2014 - 11:55    Post subject: hyperdiagnosticabilité du trouble bipolaire Reply with quote

Bonjour,
le soucis est de savoir si l'on est mieux avec ou sans médicaments, il est vrai que si j'avais tous les effets secondaires (surtout le poids) dont tu parles j'arreterais probablement mon traitement ou j'en serais plus que tenté. Et puis il y a cette folie, cette joie aussi que l'on a sans traitement. Il est vrai que tout est plus fade mais d'un autre coté plus de grosses dépréssions. Je me dit que se sont des docteurs, des psychiatres qui nous prescrivent les medocs et donc qu'ils ne nous empoisonnent pas, il faut s'en remettre à eux...
Bonne journée
Back to top
kawua
Bipote Turquoise

Offline

Joined: 24 Jul 2013
Posts: 105

PostPosted: Tue 16 Sep 2014 - 13:47    Post subject: hyperdiagnosticabilité du trouble bipolaire Reply with quote

@Parabellum: Je suis un peu interloqué par la phrase "Je me dit que se sont des docteurs, des psychiatres qui nous prescrivent les medocs et donc qu'ils ne nous empoisonnent pas, il faut s'en remettre à eux...". Je crois qu'il faut faire attention, les médecins sont des humains, ils ont eu une formation, ils ont une expérience, mais ils peuvent se tromper et se trompent souvent vu le nombre de diagnostique différentiels qu'il peut y avoir pour différents symptômes. Je pense qu'il faut absolument se documenter par soi-même et ne pas se laisser faire par les médecins. J'ai un psychiatre en ce moment dont le discours est complètement aberrant, je vais arrêter de le voir.
Pour mon traitement et mon diagnostique, j'ai hésité très longtemps à prendre un traitement. Après une année très difficile, j'ai voulu tenter. Mais j'ai regardé tout ce qui existait en traitement et j'ai "imposé" mon choix au psychiatre (un autre), qui m'a dit qu'il était content de voir enfin quelqu'un qui s'était documenté sur le trouble.
Les effets secondaires sont vraiment à prendre en compte et si un médecin dit qu'il faut les supporter pour "aller mieux" alors il faut refuser et changer de psychiatre. Un bon traitement doit avoir le moins d'effets secondaires possibles (comme le surpoids qui est intolérable et la sueur dont vous parlez). Il doit aussi ne pas gommer la personnalité de la personne. Sinon, à quoi bon?
C'est surement difficile de changer de traitements tout le temps. J'ai eu la chance de trouver le bon du premier coup. Après, ça dépend de la souffrance qu'on a avec le trouble, tout le monde est différent, mais tout le monde devrait pouvoir peser le pour et le contre dans l'idée de prendre un traitement, regarder les bénéfices / inconvénients.
Back to top
kev78
Bipote Turquoise

Offline

Joined: 17 Nov 2010
Posts: 339

PostPosted: Tue 16 Sep 2014 - 21:38    Post subject: hyperdiagnosticabilité du trouble bipolaire Reply with quote

Merci de vos commentaires.
il se trouve que, pour trop de psychiatres, la question des effets secondaires (d'ailleurs pourquoi si souvent ils deviennent les effets qu'on remarque le plus???) ne se pose même pas: on est prié de prendre ses médicaments et se taire.
D'ailleurs on peut aussi se poser cette question: elle qu'il n'y a que ma "santé psychique" en jeu mais ne sagit il pas beaucoup aussi de ne plus déranger Personne avec nos troubles?????????
Back to top
mepine
Bipote Diamant

Offline

Joined: 26 Mar 2012
Posts: 3,840

PostPosted: Tue 16 Sep 2014 - 22:03    Post subject: hyperdiagnosticabilité du trouble bipolaire Reply with quote

Salut,

Je pense qu'on pourrait prendre le problème du diagnostic de bipolarité dans l'autre sens: on diagnostique davantage actuellement car avant c'était seulement la psychose maniaco-dépressive qui était prise en compte. Et je suppose que bien d'entre nous ne font pas de manies psychotiques, mais ont des états d'excitation qui aboutissent à des dépressions intenses. Alors nous sommes également diagnostiqués bipolaires, et nous avons droit à un traitement particulier.

Par ailleurs, même si la maladie bipolaire est médiatisée, et qu'on parle de quelques stars atteintes, beaucoup d'entre nous attendent des années avant d'être diagnostiqués! C'est mon cas, au moins 12 ans depuis l'apparition des premiers symptômes.

Alors, après avoir passés des années et des années à subir des sautes d'humeur, doit-on refuser les médicaments prescrits par les psychiatres et mis sur le marché par les laboratoires? D'abord, je crois qu'on devrait s'estimer heureux qu'il existe des traitements qui peuvent nous soulager un peu, alors qu'il fut un temps on était condamné à souffrir passivement. Doit-on pour autant prendre n'importe quel médicament, et en supporter tous les effets secondaires sans mot dire? Bien sûr que non! J'ai commencé par prendre du depakote, qui me donnait des migraines terribles, et j'ai demandé à ce qu'on change de médicament. Je suis passée au xeroquel, qui me fatiguait beaucoup, mais je parviens désormais à gérer cette fatigue grâce à une baisse de posologie. Et je dis "je" car je suis renseignée sur les différents traitements, et que je n'ai pas l'impression d'être une oie que l'on gave.

Amitiés,

Mépine
Back to top
kawua
Bipote Turquoise

Offline

Joined: 24 Jul 2013
Posts: 105

PostPosted: Tue 16 Sep 2014 - 22:30    Post subject: hyperdiagnosticabilité du trouble bipolaire Reply with quote

@kev78: Pour les médicaments, de toute manière, l'effet "recherché" fait parti des effets secondaires d'une molécule complexe dont on ne connaît que peu de choses. Il n'y a finalement aucun effet "primaire" mais seulement des effets "secondaires" qui parfois sont bénéfiques d'autres fois non.
Pour ce qui est de gommer le trouble pour plaire à la société, je pense que ça dépend du trouble, que ça dépend du psychiatre. On frôlerait la théorie du complot et je n'aime pas ça. Je vois plus beaucoup de psychiatres comme des personnes qui ne pensent que "traitement". On parle de nous, de ce qu'on vit et ils nous demandent ce qu'on veut prendre pour "aller mieux", sans savoir ce qu'est cet "aller mieux".
Je ne connais pas ton cas, donc je ne peux pas parler à ta place, mais c'est toi qui sait si tu veux traiter des problèmes psychiques qui te handicapent trop. Après, si il y a trop d'effets secondaires indésirables, il faut absolument exiger du médecin qu'il change le traitement. Il y a pas mal de docs sur les effets secondaires des traitements, sur les traitements adaptés à tel ou tel aspect du trouble. Il faut se documenter et imposer son choix. Il y a des tonnes de psychiatres, nous sommes leur clients, donc c'est à eux de se plier à ce qu'on veut sinon on va voir ailleurs.

Bon courage.
Back to top
Parabellum
Bipote Turquoise

Offline

Joined: 23 Dec 2013
Posts: 150

PostPosted: Tue 16 Sep 2014 - 22:57    Post subject: hyperdiagnosticabilité du trouble bipolaire Reply with quote

@Kawua : je ne pense pas que nous sommes des clients mais plutôt des patients, je suis client de ma banque ou des grandes surfaces, pas d'un médecin, j'ai du respect pour les personnes qui nous soignent. Je ne me sens pas non plus être une victime de l'industrie pharmaceutique. Il faut faire son choix, et si certains subissent trop d'effets secondaires insupportables, qu'ils changent de psy ou qu'ils demandent un autre traitement. Pourquoi fustiger les psys et les médocs et en faire un tel portrait, tout les bipolaires ne sont pas obèses, transpirants, tremblants, etc... Je suis conscient que certains souffrent mais il faut tout de même pas généralisé. Pour ce qui est de la médiatisation, on y fait attention mais c'est pas non plus énorme, on le voit parce que l'on est concerné mais ça ne me dérange pas, de toute façon ça passera à autre chose.
Bonne soirée
Back to top
Parabellum
Bipote Turquoise

Offline

Joined: 23 Dec 2013
Posts: 150

PostPosted: Tue 16 Sep 2014 - 23:07    Post subject: hyperdiagnosticabilité du trouble bipolaire Reply with quote

Je précise que quand je dit "Je suis conscient que certains souffrent" je parle de souffrir des effets secondaires des médocs car tous le monde en souffrance de sa maladie (ou l'a été) sur ce forum.
Back to top
Solune
Bipote Saphir

Offline

Joined: 18 Dec 2009
Posts: 561

PostPosted: Wed 17 Sep 2014 - 08:47    Post subject: hyperdiagnosticabilité du trouble bipolaire Reply with quote

Bonjour Kev et les autres,

Concernant les effets secondaires autant rappeler tous ceux que l’on trouve avec tous les médicaments en général qui te font du bien par là mais du tort ailleurs. Tu as cela avec les anti-inflammatoires par exemple. On connaît aussi les médicaments sont retirés du marché car ils ont fait des morts et là tu peux penser aux médicaments qui traitent l’obésité notamment.

Je ne parviens pas à retrouver un article que j’avais lu sur le forum qui s’intitulait « maladies à vendre ».

Je rejoins à 100´% Mépine disant que cet « effet de mode » sur la bipolarité permet une prise en charge et un diagnostic très tôt ce qui fait une différence énorme sur l’évolution de la maladie et le vécu du patient.

Cette notion de mode est insultante vu sous un certain angle, on peut débattre, débattre encore, quand même il y en a un. Une tendance, il y a 15 ans tout le monde était borderline sauf que les borderline souffrent un martyre et que ce n’est pas mignon d’en être un.
Back to top
mabulle
Bipote Turquoise

Offline

Joined: 17 Jun 2009
Posts: 279

PostPosted: Wed 17 Sep 2014 - 10:54    Post subject: hyperdiagnosticabilité du trouble bipolaire Reply with quote

Bonjour,

Il est évident que les labos se foutent du bien être des patients, quand aux effets secondaires, cela leur ouvre un autre marché: celui de tous les médicaments contre les effets secondaires comme les tremblements, l'obésité, les problèmes gastriques.

Vous savez c'est comme les fabricants de cigarettes qui fabriquent aussi la nicotine qui va dans les patchs anti tabac.

Le raisonnements des labos et de ceux qui les approuvent ou pas est en terme d'effets sur les symptômes (et de bénéfices pour les premiers), et j'ai bien l'impression que la qualité de vie des patients leur importe peux. Il y a aussi une part de bénéfice qui n'existe qu'avec cette catégorie de médicaments qui est le bénéfice pour la société, dans le sens où ces molécules peuvent prévenir un risque de trouble à l'ordre public, ou une difficulté d'intégration dans la société.

Si le bien être des patients leur importait, on se demande comment un truc comme le zyprexa a pu être approuvé. Ce truc vous fait prendre 3 à 4 kilos par mois!

Si ces gens là réfléchissaient un peu plus, ils comprendraient que notre qualité de vie est importante dans le fait que nous poursuivions ou pas nos traitements, puisqu'ils semble que ce soit la chose qui compte le plus pour la société. Mais quand nos traitements nous enlèvent tout ce qui fait que la vie vaut d'être vécue, il ne faut pas s'étonner qu'on arrête.

J'ai souvent lu et entendu qu'un bipolaire pouvait avoir une vie tout à fait normale. Pour moi c'est un gros mensonge.
Nous pouvons avoir une vie qui a l'apparence de la normalité, mais qui est loin d'en avoir le goût. Mais c'est ce que la société veut, que nous ayons l'air normaux.
Et l'effet pervers de ce genre d'affirmations, c'est que ton entourage te répète que "tu peux" avoir une vie normale, et comme tu n'y arrives pas, on finit par supposer que c'est parce que tu ne fais pas beaucoup d'efforts, et on te le dit.

Et c'est ce que nous apporte cette mode bipolaire. Tout le monde à un avis sur la question parce qu'il ou elle a lu un article dans tel ou tel magazine.

On te dit que tu peux être bipolaire et faire une carrière d'actrice internationale qui gagne des millions, évidemment super bien foutue. De toutes façons, être bipolaire pour un acteur c'est devenu un minimum syndical, va savoir si les directeurs de casting n'en font pas un argument de sélection. Mais tu peux aussi être agent de la CIA si tu as envie.

Alors quand toi tu n'arrives pas à garder un boulot, on te regarde avec un peu de mépris. Mais la réalité c'est que moins de 40% des bipolaires ont un emploi à temps plein.

Il y a tellement de peoples qui font leur coming out bipolaire que ce soit aux USA ou en France, c'est navrant. Je travaille dans des milieux créatifs et là aussi j'entends souvent des gens parler de leur "tendance" bipolaire... Vraiment j'en ai marre de cette mode.

Faire passer cette maladie pour un truc rigolo et sympa ne peut que nous desservir.
Back to top
kev78
Bipote Turquoise

Offline

Joined: 17 Nov 2010
Posts: 339

PostPosted: Wed 17 Sep 2014 - 19:38    Post subject: hyperdiagnosticabilité du trouble bipolaire Reply with quote

Merci beaucoup pour vos commentaires qui me semblent être la seule approche pour les sujets épineux des médicaments et de la mode de la bipolarité.

C'est à dire: pour ce qui est des médicaments, la vérité est multiple et subjective, sûrement.
Plusieurs d'entre vous ont parler d'être bien renseigné sur les médicaments, et selon moi, il y a sûrement et en effet un juste milieu à trouver entre l'''antimédication" et la "surconfiance en "la Reine Médicaments", ces deux extrèmes me donnant l'impression de faire mauvaise route dans notre monde torturé de "patient psychiatrique".

Pour la mode du diagnostic de bipolarité, c'est complexe aussi: entre la reconnaissance de "notre" maladie (et oui selon mon psychiatre actuel je ne suis pas bipolaire, ce qui me semble ma foi plein de bon sens en ce qui me concerne) Et cette mode de la "bipolarité" est bien triste, j'avais écrit pour ceux qui le sont vraiment et ce qui ne le sont pas, et il me semble en effet mabulle, que c'est surtout pour ceux qui le sont vraiment que c'est triste et injuste.
Donc il y a comme une vérité à Rétablir.
Certes, c'est un phénomène de société donc qui nous dépasse un peu, néanmoins je trouve que c'est un premier pas bien important d'en parler.

Oups c'est la dixième fois que j'écoute "le chanteur" de Daniel Balavoine.
Maintenant c'est sûr je veux vivre, je veux le meilleur pour moi; je suis meilleur en bien des points que les "gens normaux"...je le mérite...
Back to top
kev78
Bipote Turquoise

Offline

Joined: 17 Nov 2010
Posts: 339

PostPosted: Thu 18 Sep 2014 - 19:57    Post subject: hyperdiagnosticabilité du trouble bipolaire Reply with quote

Peut être que je peux conclure ainsi: je suis quelqu'un qui a un gros potentiel, sur pas mal de points: physique, mental, artistique, ouvert, très intelligent, hyper sensible.
Prenant compte du caractère très bref de la vie en constatant les morts autour de moi, jeunes ou moins jeunes...
Prenant en considération le fait que j'ai vécu la maltraitance, violence, à tous les âges, de manière très régulière, et que le "corps soignant" (donc psychiatres surtout mais aussi psychologue) a participé à entretenir, même a empirer, puisqu'il semble que je ne rentrais pas bien dans les cases justement.
Aujourd'hui, j'ai l'impression d'avoir tout vu, du pire malheureusement, il me reste à faire le plus beau pied de nez au malheur qui colle à la peau, à l'enfer au jour le jour, aux bons sentiments et à la culpabilité inculqués par des situations absurdes (comme s'occuper de ses parents immatures et maltraitants, même les aimer...); il ne me reste plus qu'à Vivre avant de crever.
Tout le reste n'a aucune importance.
Je ne suis pour l'instant pas papa et espère le devenir tardivement, ou pas.
Aujourd'hui je me dis: puisse ai je mourir pourri de narcissisme, dans l'illusion et la mégalomanie, dans le faste et la réussite la plus noble, celle de mon propre regard surtout, enfin ça pourrait aussi être libre, vivre une vie de voyageur en bohème et solitaire, sans l'encombrement éternellement aliénant des "gens ordinaires".
C'est la Volonté de Puissance, celle des loups des steppes.
Bien à vous ami(e)s écorchés.
Kev.
Back to top
mabulle
Bipote Turquoise

Offline

Joined: 17 Jun 2009
Posts: 279

PostPosted: Thu 18 Sep 2014 - 21:12    Post subject: hyperdiagnosticabilité du trouble bipolaire Reply with quote

Bonsoir Kev,

Il est vrai qu'après avoir vu les extrêmes de cette maladie, plusieurs fois, on a un regard sur la vie très différent.

Pour ma part je croyais qu'il ne pouvait rien m'arriver de plus, de pire, après tout ce que j'avais encaissé. Je pensais avoir rempli mon quota.

Et non, la maladie neuro, le handicap physique sont venus en remettre une couche. Maladie rare, orpheline, quelquefois qualifiée de neurodégénérative.
Un médecin m'a dit que j'étais une abhération statistique, que la dizaine d'affections que j'ai cumulées, souvent rares, n'ont aucun lien les unes avec les autres, et la probabilité qu'une seule personne les cumule est très proche de zéro.

Alors j'ai la certitude que les choses n'iront pas mieux.

Mon seul soucis aujourd'hui est de savoir comment je vais survivre au reste de ma vie.

Ça peut paraître glauque, je sais.
Back to top
Solune
Bipote Saphir

Offline

Joined: 18 Dec 2009
Posts: 561

PostPosted: Thu 18 Sep 2014 - 22:14    Post subject: hyperdiagnosticabilité du trouble bipolaire Reply with quote

Bonsoir Kev et Mabulle,

Non Mabulle ce n’est pas glauque.
(J’aime beaucoup tes interventions, j’ai des affinités avec ton approche).

C’est très dur de cumuler la souffrance psychique et physique. La souffrance physique, ici on en parle moins forcément, mais c’est pas rigolo non plus, quand c’est lancinant et tout le reste.
Je doute d’ailleurs quand on dit que la souffrance morale est pire que la souffrance physique, tout cela n’est pas quantifiable. C’est invalidant, la souffrance est invalidante, point barre.

Quant il y a cette saturation devant les déboires de l’existence ce qu’il reste de tes valeurs, c’est vraiment l’essentiel, celui qui donne tout le sens à ta vie.

L’essentiel, tu y accroches, c’est ça la force.
Back to top
mabulle
Bipote Turquoise

Offline

Joined: 17 Jun 2009
Posts: 279

PostPosted: Thu 18 Sep 2014 - 22:57    Post subject: hyperdiagnosticabilité du trouble bipolaire Reply with quote

Bonsoir Solune,

(Merci pour les compliments)


Si, la douleur psychique est pire que la douleur physique. En tout cas pour moi. 

La douleur physique tu peux t'en échapper, un peu. Tu peux mobiliser ton esprit sur autre chose, te concentrer sur la partie de ton corps qui n'est pas douloureuse, si il en reste. Il y a des tas de techniques de relaxation ou autre, et ça aide même avec des douleurs très intenses, et crois moi, avec une atteinte de la moëlle épinière, j'ai ce qu'il faut. 


La douleur psychique, elle est là, coincée entre tes deux oreilles, et elle prend tout. Tu ne peux pas t'en échapper, sauf à coup de chimie qui t'as somme. 


Si on m'offrait de m'enlever la bipolarité en échange d'une double douleur physique, je prends sans hésiter. 


J'ai une amie, très proche, qui a une sclérose en plaques. On se connaît depuis l'adolescence. 
Quand elle a eu son diagnostic, et qu'on savait déjà que j'étais bipolaire, elle m'a dit qu'elle préférait être à sa place qu'à la mienne. Elle préférait l'atteinte physique, à celle, psychique, qui s'attaque à ce que tu es, qui te fais perdre le contrôle de tes pensées, de ton cerveau. 


Ironie du sort, quelques années plus tard elle a fait un épisode psychotique assez sévère. Et moi je me suis retrouvée à peu près à la même époque atteinte d'une affection neurologique, et nous partageons pas mal de symptômes, traînons dans les mêmes services. La vie est étrange. 


Mais on fait avec. 
Back to top
kev78
Bipote Turquoise

Offline

Joined: 17 Nov 2010
Posts: 339

PostPosted: Sat 20 Sep 2014 - 13:32    Post subject: hyperdiagnosticabilité du trouble bipolaire Reply with quote

Bonjour Mabulle et Solune, merci pour vos réactions.

Je ne sais que dire devant la situation que tu exposes mabulle.
Cependant je n'aime pas l'idée de fatalité et ne peut m'empêcher de penser au fonctionnement de types "vases communiquants" entre les ressentis psychiques et physiques.
C'est à dire que chacun influence l'autre.

Par exemple, j'ai un problème d'acouphène (sifflement dans l'oreille) que je gère avec un bruit masqueur, et donc, quand j'entends mon acouphène, même souvent sans être conscient que je l'entends justement (si le bruit masqueur s'arrête par exemple), j'ai souvent et presque instantanément une migraine.

Donc, dans ma propre conception, je ne peux séparer les troubles physiques et psychiques, je crois beaucoup au "psychosomatique".
Biensûr je ne nie pas la réalité de ta maladie physique, au contraire, j'essaye d'apporter des éléments de réflexion.
En tout cas merci beaucoup pour ce témoignage.
Back to top
kev78
Bipote Turquoise

Offline

Joined: 17 Nov 2010
Posts: 339

PostPosted: Sat 20 Sep 2014 - 13:41    Post subject: hyperdiagnosticabilité du trouble bipolaire Reply with quote

Ce que je veux dire c'est que si ça va mieusx physiquement, il y a une possibilité pour que ça aille mieux psychiquement.
Aussi si ça va mieux psychiquement, il y a peut être une possibilité pour que ça aille un peu mieux physiquement (je crois vraiment à la grande force de notre psychée...)
Al 'inverse, si tu vas mal psychiquement, peut être que tu peux aller plus mal physiquement.
Aussi, dernière combinaison possible: si tu vas mal physiquement, cela influence ton état psychique en mal.

Bref, c'est plus facile de dire cela que de le vivre évidemment.
Encore une fois , ce sont des hypothèses, éléments de réflexion...
Back to top
mabulle
Bipote Turquoise

Offline

Joined: 17 Jun 2009
Posts: 279

PostPosted: Sat 20 Sep 2014 - 16:04    Post subject: hyperdiagnosticabilité du trouble bipolaire Reply with quote

Bonjour Kev,

C'est évident, quand je vais mal psychologiquement, ma capacité à supporter la douleur diminue. Par contre je ne crois pas que la douleur augmente quand je suis psychiquement mal, c'est juste la tolérance qui change. 


Et l'inverse fonctionne aussi. Quand je suis très douloureuse, que je dois passer des journées entières sur le canapé, le moral en prend un coup. Parce que çe qui est nécessaire à mon bien être physique (rester allongée) est contraire à mon bien être psychique. 


J'ai des acouphènes aussi. C'est vrai que quelquefois je ne me rend même pas compte qu'ils sont là, c'est quand ça s'arrête que je m'en rends compte. Par contre ça me rend irritable. 


Quand mes problèmes neurologiques ont commencé, les médecins me regardaient de travers, et ont conclu à un problème psychiatrique très rapidement pour certains. Ça a été très dur, qu'ont me taxe d'hystérique alors que je savais très bien que mes douleurs étaient réelles. Comme quoi la neurologie est très tournée vers la psychanalyse aussi. De plus j'avais des symptomes qui ne sont pas simulables comme le signe de babinsky... Pour finir c'est ma psy qui m'a fait hospitaliser dans le service de neurologie où elle travaillait. 


L'interaction des deux pathologies est réelle, ne serait ce qu'au niveau des traitements. Mais c'est plus une histoire de ressenti, de tolérance, de perception. Ma maladie bipolaire ne peut agir sur la compression de ma moelle épinière, tout comme ce syndrôme neurologique n'agit pas sur la chimie de mon cerveau. Par contre la fatigue causée par l'une agit sur l'autre, mais pas en terme de création de symptomes, juste comme n'importe quelle fatigue agit sur chacune de ces deux maladies. 


Il y a beaucoup d'autres facteurs qui peuvent aggraver ou améliorer chacune de ces pathologies, le froid, le bruit, la chaleur....


Je ne crois pas à cette tendance qui pense à croire que le psychique crée des symptomes physique. Il y a une influence sûrement mais pour moi ça s'arrête là. Je pense que cette croyance est un héritage direct de la psychanalyse, et que ça pourrit bien la vie des gens qui souffrent. 


Je ne sais pas si j'ai été très claire. Mais là il faut que je file. A plus.....
Back to top
mabulle
Bipote Turquoise

Offline

Joined: 17 Jun 2009
Posts: 279

PostPosted: Sat 20 Sep 2014 - 17:27    Post subject: hyperdiagnosticabilité du trouble bipolaire Reply with quote

Excuse moi, j'ai un peu zappé le fait que tu croyais au pouvoir du psychique.

Surtout ne le prends pas comme quelque chose d'agressif à ton égard, mais je n'y crois absolument pas. Je suis très terre à terre quelque part. Je ne crois pas non plus au divin, aux miracles,ou aux gens qui tordent les petites cuillères par la pensée.

D'ailleurs je pense que cette opposition psychique/physique est un vrai problème qui nous dessert beaucoup. Je veux dire par là que la bipolarité, la schizophrénie aussi, ont une origine physique/physiologique/biologique. Elles ne sont pas "des maladies de l'âme" comme je l'ai déjà entendu. Nous ne sommes pas malades de notre passé, ou par un pouvoir inhumain, ou le fait d'ondes ou je ne sais quoi.

Pour beaucoup de gens les maladies psychiatrique restent mystérieuses, et n'ont certainement pas une origine physique comme toute maladie. Ils pensent souvent que c'est la "personnalité" qui est malade... Et je pense que toute l'origine du rejet, de la stigmatisation, de la ségrégation, se trouve là.

Mais ça aussi c'est l'héritage de ces dizaines d'années de psychiatrie psychanalytique française. Une maladie ne peut avoir une cause physiologique quand elle est due à la psychose blanche de la mère durant la grossesse, ou autre explication délirante, on a le choix.

Même si on ne connaît pas bien le cerveau encore, on trouvera sûrement un jour. Que ce soit la pompe de recapture du machin ou l'hormone du truc, l'origine sera identifiée. Et un jour des médicaments qui feront réellement disparaître la maladie existeront, et plus tard une thérapie génique, ou autre,viendra guérir totalement cette maladie.

Les choses seraient plus simples pour tout le monde si on arrêtait ce clivage psychique/physique.

Dans quelques siècles ils se marreront bien en parlant de la psychanalyse! Et ils pleureront sur la manière dont nous avons été maltraités.

Un peu comme ce qu'on pense aujourd'hui de la saignée.

Enfin, c'est comme ça que je vois les choses. Mais je ne suis pas la seule.
Back to top
kev78
Bipote Turquoise

Offline

Joined: 17 Nov 2010
Posts: 339

PostPosted: Sun 21 Sep 2014 - 03:07    Post subject: hyperdiagnosticabilité du trouble bipolaire Reply with quote

Bonsoir Mabulle,

Je pense que tu te défends à ta manière contre la maltraitance et le déni de ta famille, celui de ta maladie.
Trouver une thérapie génique est possible tu sais, enfin ce sera quand même la fin de l'humanité en tant que groupe diversifié, cf "bienvenue à gataca", film sur un monde parfait où il n'y a plus de malades, plus de défauts...
Bref, la violence de tes propos envers la nature humaine est sûrement en relation directe avec ce que tu subis, c'est à dire la violence de ta famille envers toi, leur Déni.
De toute façon je ne crois ni ceux qui rejettent complètement la psychanalyse, ni ceux qui rejette complètement la psychologie cognitive/comportementale...
C'est une querelle éternelle dans le monde de la psychologie. Pour moi c'est juste un débat creux, reflétant surtout ce que chacun veut bien accepter de croire, reflétant surtout la subjectivité des gens, bref leurs capacités à nier ce qu'ils ne peuvent accepter: ce qui ma foi est bien humain, même vital.
En ce qui me concerne, présentement, je me demande juste pourquoi le sort s'acharne à ce point sur moi, et les cause sont: trop intelligent, trop sensible, trop maltraité.
Mes parents, eux, ont été trop heureux de pouvoir poser le diagnostic de "bipolaire" sur moi, comme ça ils pouvaient toujours dire que mes critiques envers eux étaient des délires.
Bref c'était un argument parfait pour se décharger de leurs responsabilités: comme la plupart des gens, ce sont des lâches, comme la plupart des gens, ils sont dans le Déni.
D'ailleurs, si on observe le monde autour de nous, le déni a toujours été l'arme fatale des êtres humains pour ne pas culpabiliser sur ce qu'ils faisaient de pire. Bref, de manière imagée, il est toujours bien agréable d'être incapable de se regarder dans une glace.
Pour la France, colonisation, voir "discours de Dakar" de Nicolas Sarkozy, et le "facteur positif" de la colonisation française.
Refus d'assumer la responsabilité de la France dans le génocide rwandais.
Pour les Anglais, massacres des Indiens d'Amérique.
Génocide des Aborigènes d'Australie.
etc....
Chine: destruction de la culture tibétaine.
Russie: massacre de millions de "non coopérants" dans les goulags.
La liste est sans fin.
L'histoire est faite de Déni, bref de refus plus ou moins conscient de la Réalité, souvent au nom de Grands Idéaux, donc par "Bien Pensée".
Si j'expose tout cela c'est aussi qu'à l'échelle individuelle ce mécanisme est très fréquent.
En effet c'est un mécanisme de défense contre ce qui ne peut être accepté consciemment.
Tous les mécanismes psychanalytiques ont la même fonction: celle d'aider l'individu à survivre psychiquement.

Après, il est fort possible que ceux qui se mettent à tout interpréter, tout "psychanalyser", soient une grande source d'inspiration pour tous les "anti psychanalyse".

Il se trouve que j'ai fait des études en psycho, j'ai validé une licence et ai fait une maîtrise en "psychologie" clinique, cela avec l'outil psychanalytique.
La réalité de travailleur social est bien différente de la théorie cependant.
Aujourd'hui je suis balayeur, il me faut juste trouver du courage pour devenir fonctionnaire maintenant, passer des concours.
Enfin cette nuit je suis encore seul et souvent je pense avoir été seul toute ma vie.
J'aimerais juste pleurer toutes les larmes qui se sont asséchées en moi.
J'aimerais juste avoir une petite amie et dormir avec elle.
Allez j'arrête là.

Amicalement
Kev
Back to top
mabulle
Bipote Turquoise

Offline

Joined: 17 Jun 2009
Posts: 279

PostPosted: Sun 21 Sep 2014 - 14:43    Post subject: hyperdiagnosticabilité du trouble bipolaire Reply with quote

Bonjour Kev,


J'ai des propos violents envers la nature humaine? Rien que ça?


Je te parle de thérapie génique (ou autre d'ailleurs), pas d'eugénisme. Je ne vois pas en quoi soigner des maladies telles que la bipolarité ou la schizophrénie seraient contraire au bien de l'humanité. Dans ce cas là ne soignons plus les cancers, pour maintenir la diversité, et ressortons les maladies disparues, vous reprendrez bien une petite épidémie de peste bubonique... Étendons l'épidémie d'ebola à toute la planète!


Si un jour on peut soigner ces maladies incurables et que certains refusent d'être soignés, ce sera leur choix. Je ne suis pas pour le soin obligatoire. Mais moi je pense que cette maladie n'est pas moi, n'est pas ma personnalité, et que je ne suis pas ça. Être malade n'est pas ce qui me définit. Et on pourrait retirer cette maladie de moi, et je serais toujours une personne avec sa sensibilité, son intelligence. 


Penses tu que les maladies psy ne sont pas comme le cancer, l'alzeimer ou le diabète, des maladies qu'il faut soigner, jusqu'à en guérir? Ce sont des maladies différentes parce que psy? En quoi est ce différent?


Alors soigner les malades psy reviendrait à anéantir la culture thibétaine?


A ton avis on ne peut pas totalement condamner la psychanalyse. Pourquoi?
La saignée non plus alors. Pratiquée pendant des siècles, elle a tué énormément de patients. C'était une pratique qui n'avait rien à voir avec la médecine, tout comme la psychanalyse. 
Au moins la saignée ça coutait moins cher. 


Mais bon on ne va pas refaire le débat de la psychanalyse, sache seulement que la psychanalyse ne m'inspire pas, bien au contraire. Et c'est très loin d'être un débat creux. Il y a des vies en jeu, il faut s'en souvenir. 


Par exemple je peux avoir un avis sur quelque chose sans que ce soit un quelconque mécanisme de défense psychanalytique contre mon passé ou mon présent. Ce qui en disant cela revient à retirer toute la force de mon propos et son intérêt puisque que ce n'est que la manifestation de mon mal être psychologique. C'est ce que dit ta première phrase à mon sujet. 
Je connais bien ça, c'est une grande habitude dans ma famille, et dans la tienne aussi il me semble. Alors pourquoi fais tu la même chose?


Pourtant tu sembles malheureux avec cette maladie, mais tu ne voudrais pas en être libéré?
Back to top
never.again
Bipote Emeraude

Offline

Joined: 05 Jul 2014
Posts: 74

PostPosted: Sun 21 Sep 2014 - 16:54    Post subject: hyperdiagnosticabilité du trouble bipolaire Reply with quote

L'écriture est fluide, la plume acérée et les mots justes, syntaxe parfaite et richesse de vocabulaire : Je vous félicite tous les deux : Kev et Mabule.

Et surtout, rappelez vous que l'on a le droit de ne pas être d'accord, sans y perdre sans âme, et de s'apprécier malgré tout !

Vraiment Bravo pour votre joute écrite !

Je me régale !

Never Again.
Back to top
kev78
Bipote Turquoise

Offline

Joined: 17 Nov 2010
Posts: 339

PostPosted: Sun 21 Sep 2014 - 23:02    Post subject: hyperdiagnosticabilité du trouble bipolaire Reply with quote

Bonsoir Mabulle, et merci Never Again pour ces compliments!

J'ai essayé d'exprimer des propos nuancés, mais quand je te lis, mabulle, j'ai l'impression qu'en réalité tu parles à ta famille qui apparemment se sert de la psychanalyse pour dénier ta maladie.

Biensûr que c'est une vrai maladie, mais multi causale, donc sûrement avec facteurs génétiques (en gros, souvent héréditaire), environnementaux (on pourrait aussi dire sociétaux), et psychologiques (donc liés à notre histoire).

Je crois être dans la situation inverse puisque ma famille est plutôt du genre à rejeter la psychanalyse, ce qui lui permet de se décharger de sa responsabilité dans mon histoire: celle de la maltraitance.
Et puisque, comme le dit Freud ;) , "il existe un grand lien entre une chose et son opposé": dans le fond nos situations sont assez proches puisque nos familles nient la réalité, pensent surtout ce qui les arrangent.
Enfin, tu as raison de te défendre:
Le trouble bipolaire est invalidant et c'est une vraie maladie. Et peu importe la manière et le contexte, il est toujours important de se défendre dans la vie, et d'autant plus quand on est en situation de fragilité.

Tu vois, je suis loin d'être méchant dans le fond, mais c'est juste que pour moi "eugénisme= fascisme", et l'eugénisme est déjà potentiellement applicable, sûrement déjà testé à une certaine échelle, dans l'anonymat.
En effet je me suis renseigné du coup, le thérapie génique est une pratique qui n'inclut pas forcément des pratiques eugénistes.
Enfin c'est tout le problème de l'eugénisme, quand on veut controler l'expression des gènes, les premières applications sont prévues pour divers troubles et maladies rares. Ensuite une évolution est possible pour chercher l'immortalité, l'Homme parfait, la fin de toutes les maladies, bref un truc quand même potentiellement flippant ;) .

Amicalement,

Kev
Back to top
mabulle
Bipote Turquoise

Offline

Joined: 17 Jun 2009
Posts: 279

PostPosted: Mon 22 Sep 2014 - 00:58    Post subject: hyperdiagnosticabilité du trouble bipolaire Reply with quote

Bonsoir Kev,


Arghhhhh! Tu recommences!


Comme ta précédente réponse, tu commences par quelques phrases pour dévaloriser mes propos.
 Je m'explique:
Tu dis que mes propos sont motivés par un problème entre moi et ma famille. 
Donc mes propos ne sont pas objectifs, mais seulement une réaction affective pas très maîtrisée. 
Donc c'est que je ne le pense pas vraiment. 
Donc mes propos n'ont pas de valeur. 
Donc pas la peine d'en tenir compte. 


Mon analyste faisait ça tout le temps. Et à l'époque ça marchait. Mais c'est fini.


Deuxièmement, tu te plantes complètement. Ma famille n'utilise pas la psychanalyse contre moi, ce qui si j'ai bien compris l'origine de mon rejet. Ma famille ne veut rien avoir à faire avec quoi que ce soit qui commence par psy. Ma présence dans la famille est conditionnée par le fait que je ne dois ni parler ni montrer que je suis malade. Ma famille ne nie pas la réalité, ça ne les intéresse pas tout simplement, il ne veulent pas en entendre parler.. Mais je suis sûre que tu vas me trouver une nouvelle analyse à partir de ça. 


Non je ne pense pas que tu sois méchant. 


Toute pratique médicale peut dériver dans l'eugénisme. Mais ce n'est pas pour autant qu'on doit arrêter de soigner les gens. Et au nom de la "diversité" non plus. La bipolarité n'est ni une race, ni une religion, ni une culture, ni une identité, même si certains le pensent. Mais je ne vois pas en quoi ce serait flippant de pouvoir guérir les gens.
Supprimer des embryons parce qu'ils n'ont pas la perfection génétique souhaitée, c'est de l'eugénisme. 
Utiliser des techniques scientifiques pour soigner des maladies, c'est de la médecine. 


Je n'ai pas d'enfants. Je ne suis pas sûre que j'en aurai eu si ça s'était présenté. A 25 ans on me disait que j'avais une chance sur quatre d'avoir un enfant bipolaire, après ça a changé. Mais la maladie bipolaire reste la plus héréditaire des maladies psy. 
Je ne voulais pas mettre au monde un enfant qui aurait celà à vivre. De plus je n'étais pas sûre d'être capable de m'en occuper. 
Est ce un comportement eugénique de ma part que de ne pas vouloir perpétuer cette maladie?
Back to top
kev78
Bipote Turquoise

Offline

Joined: 17 Nov 2010
Posts: 339

PostPosted: Mon 22 Sep 2014 - 19:57    Post subject: hyperdiagnosticabilité du trouble bipolaire Reply with quote

Bonsoir Mabulle,

Je ne pense pas que tu sois eugéniste, si c'était le cas ton discours serait très "rigide" et "cloisonné", ce qui n'a pas l'air d'être le cas.
L'eugénisme est un concept, voire une "philosophie", je ne crois pas que ce débat soit vraiment important dans notre discussion, plutôt il semble que ça rend notre conversation plus confuse. L'éternel débat éthique sur l'eugénisme est signe des temps contemporains, un débat nécessaire d'ailleurs, mais pas ici je crois...

Pour ce qui est de la psychanalyse, je souhaite surtout expliquer (de manière générale) qu'il y a un juste milieu entre la "surinterprétation" (tout interpréter), la psychanalyse comme Religion, le côté sectaire même, de certains psychanalystes, et aussi communautaires, bref les nombreuses dérives du monde de la Psychanalyse; Et son utilisation comme Outil bien utile, voire incontournable, pour ce qui est de la compréhension de la Psychologie en général.
Pour moi cette question était universitaire au départ, lié à mon cursus scolaire, pour beaucoup de patients cette question est plutôt personnelle, comme pour toi.
Je ne souhaite pas te dire qui tu es, ce que tu devrais être, je regrette si mes propos ont été lus comme tels.
Tout ce que j'essayais de faire était de défendre l'outil psychanalytique, qui en effet peut nous aider à évoluer ou l'inverse, surtout selon la qualité du psy selon moi.
Peut être aussi a tu eu un mauvais psychanalyste?

C'est vraiment regrettable si tu t'es privé d'avoir un enfant à cause de cette maladie, et j'en suis désolé.
Il existe cependant pas mal d'autres relations d'amour et d'éducation possibles cependant, je le sais en tant que ex travailleur social, d'ailleurs c'est sûr, tu as raison, trop de gens font des enfants sans se rendre compte vraiment des responsabilités et sacrifices que cela va impliquer...

Si ta famille ne veut pas entendre parler de ta maladie, franchement, c'est une façon de la nier, car la maladie bipolaire n'est pas "secondaire", enfin tu le sais c'est une maladie grave, voire invalidante.

Kev
Back to top
minouche
Bipote Emeraude

Offline

Joined: 26 Jun 2014
Posts: 81

PostPosted: Mon 22 Sep 2014 - 22:54    Post subject: hyperdiagnosticabilité du trouble bipolaire Reply with quote

kev 78, çà fait longtemps que je n'étais pas venue sur ce forum, j'ai vraiment aimé tout ce que tu as écrit, c'est très intéressant, ce soir je suis paresseuse et j'ai la flemme de dire ce que j'en pense, mais comme toi, moi aussi je me sens seule....
Back to top
mabulle
Bipote Turquoise

Offline

Joined: 17 Jun 2009
Posts: 279

PostPosted: Tue 23 Sep 2014 - 00:50    Post subject: hyperdiagnosticabilité du trouble bipolaire Reply with quote

Bonsoir Kev,

Il serait difficile de ma part d'être eugéniste, vu le nombre d'imperfections génétiques que je cumule. Ça n'est pas moi qui ai mis ça sur le tapis. 


Pour peu qu'il existe de bon psychanalyste, elle est paraît il excellente. Elle a des listes d'attentes de patients sur plusieurs années, est publiée dans la revue psychanalytique, a publié un bouquin qui te colle la migraine dès la première page... Lors de mes hospitalisations on ne çessait de me dire la chance que j'avais qu'elle me suive. Alors je suppose que c'est ce qu'on appelle un bon analyste. 


J'y ai passé entre huit et dix ans, sur une période de quinze ans, deux à trois fois par semaine. Est ce que ça m'a aidée? Non.
Passer tout ce temps, toutes ces années, à continuellement analyser mon passé, celui de ma mère, et celui de ma grand mère, regarder mon présent uniquement au travers de ce prisme du passé, échafauder des théories plus débiles les unes que les autres, sur ma mère qui voudrait ma mort depuis ma naissance, à cause de ma grand mère et de ma tante qui s'est fait lobotomisée... A chaque fois qu'un homme entrait dans ma vie, ça n'était jamais le bon, parce que je l'avais choisi par rapport à mon frère, mon père... Et elle n'avait de cesse de me démontrer sa toxicité. 


Et quand on vit comme ça, à passer trois soirées par semaine totalement tournée vers le passé, à chaque fois en train d'échafauder un nouveau conflit avec ma famille, mes amis ou mes collègues de travail, donc quand on ne regarde que derrière soi, eh bien on ne se projette pas dans l'avenir. 


Si je n'avais pas été dans cette analyse, si j'avais plutôt été dans des thérapies de type TCC, qui ne m'aurait pas pris 10 ans, ou même si je n'avais rien fait, ma vie aurait sûrement été très différente. J'aurais peut être eu la chance de construire quelque chose, une vie de couple, une famille, qui sait, en tout cas j'aurais pu me projeter vers l'avant et pas vivre en tournant le dos à mon avenir. 


Il est sur que ma famille, c'est pas le top. Mais il est sur aussi que cette analyse n'a fait que me braquer toujours plus, que des générer de nouveaux griefs chaque semaine, et de créer des conflits avec eux encore et encore. Soyons clairs, ils en ont pris plein la gueule. 
C'est marrant, tous les gens qui sont en analyse sont en conflit avec leur famille (tiens comme toi on dirait), ils ont tous subit des maltraitances quand ce n'est pas des viols ou des actes pédophiles (sûrement vrais pour certains, je ne le conteste pas), et quand il s'agit de femmes, toutes leur mères sont des monstres. Il faut se rappeler que la psychanalyse est profondément sexiste. 


L'analyse est infantilisante, victimisante, et absolument pas constructive. 


Maintenant est ce qu'un malade psychique a besoin de ces conflits incessants? Et faut il le dire, ça pousse franchement à la paranoïa. 
Est ce qu'un bipolaire a besoin d'être en perpétuelle guerre avec sa famille? Faut il a tout prix écarter les parents, les frères et sœurs? 


D'ailleurs est ce que quiconque a besoin de ça?


Il y en a qui disent, comme Christian Gay, que l'implication de la famille dans le protocole de soin est essentiel pour aller vers la stabilisation. Un malade a besoin de toute l'aide qu'il peut recevoir, et apaiser les conflits est beaucoup plus intelligent que d'en génèrer de nouveaux sur des théories fumeuses. 


Alors oui, faire une analyse est une des plus mauvaises choses qui me soit arrivé. Ça ne m'a rien apporté d'autre qu'une vision faussée du monde, de ma vie, de mes proches. Et l'analyse m'a privée de la possibilité de me construire une vie, une vraie. 


Parce que soyons clairs, sur cet ou ces enfants que je n'ai jamais eus. Si j'avais su à l'âge où je pouvais en avoir, que la maladie peut se gérer, qu'on peut la vivre d'une manière différente, et qu'avoir un enfant c'est possible, alors j'aurais eu des enfants et beaucoup d'autres choses. 
Non, ce que j'ai su pendant ces années là, c'est que toutes les femmes de ma famille sont des mères folles et déplorables, de mère en fille, qui rêvent de tuer leur progéniture, qui leur font faire des trous dans le cerveau et que je ne dérogerais sûrement pas a la règle. 
Alors oui cette conasse d'analyste m'a prit du temps que j'aurais pu utiliser pour construire, et pas pour tout fouttre  en l'air. 


Le pire, c'est que quelquefois je me rends compte que je réagis encore avec ce conditionnement de l'analyse, comme un automatisme, et je me déteste quand ça arrive. 


Pour finir, Kev, tu continues encore à m'analyser en fonction de ma famille. Saches que je suis capable d'exister en dehors d'eux, que tout ce que je suis n'est pas conditionné par eux. Je suis aussi moi, tout court. Je peux penser des choses, avoir des avis, sans que ça ai le moindre lien avec ma famille dans le présent ou le passé. C'est ce que j'ai appris et compris en prenant mes distances avec l'analyse, et ça fait sacrément du bien!


Bonne nuit!
Back to top
kev78
Bipote Turquoise

Offline

Joined: 17 Nov 2010
Posts: 339

PostPosted: Wed 24 Sep 2014 - 16:40    Post subject: hyperdiagnosticabilité du trouble bipolaire Reply with quote

Bonjour Mabulle,

je n'ai plus grand chose à ajouter concernant notre discussion.
Peut être qu'on est pas d'accord sur certains points c'est tout, j'ai déjà dit pas mal de choses.

Merci pour ton mot message minouche,
Peut être qu'on aurait pu échanger en mp?
Malheureusement il n'yen en a plus sur ce forum! Ce que je trouve assez dommage d'ailleurs...
Perso j'ai une adresse mail hotmail et yahoo, mais, je n'ai sûrement pas le droit d'écrire ça ici.
Donc j'aurais pu parler de ma vie de célibataire endurci avec toi, mais bon, là je n'ai pas d'idée pour entrer en contact.
Peut être que toi tu sais?

Kev
Back to top
Team bipote
Bipote Saphir

Offline

Joined: 13 Apr 2014
Posts: 863

PostPosted: Wed 24 Sep 2014 - 17:12    Post subject: hyperdiagnosticabilité du trouble bipolaire Reply with quote

Bonjour Kev78,


Les messages privés n'existent pas sur le forum, pour garantir la sécurité de tous. Pour la même raison, il est demandé aux membres de ne pas échanger leurs coordonnées personnelles.


Merci de ta compréhension.


La team bipote.
Back to top
mabulle
Bipote Turquoise

Offline

Joined: 17 Jun 2009
Posts: 279

PostPosted: Wed 24 Sep 2014 - 22:16    Post subject: hyperdiagnosticabilité du trouble bipolaire Reply with quote

Bonsoir Kev,


Oui nous ne serons sans doute jamais d'accord mais c'est intéressant d'en discuter, et ça n'empêche pas de s'aprécier. Contrairement à d'autres forum médicaux, ici tous les avis on le droit de s'exprimer tant que ça reste courtois, et c'est bien. 


Ça me plait aussi qu'il n'y ai pas de messages privés, les discussions restent au vu de tous, ça évite les dérapages. 


Je suis épuisée, et le psy veut que je rentre en hôpital de jour. Ça n'a rien à voir, je sais. 
Back to top
kev78
Bipote Turquoise

Offline

Joined: 17 Nov 2010
Posts: 339

PostPosted: Thu 25 Sep 2014 - 20:00    Post subject: hyperdiagnosticabilité du trouble bipolaire Reply with quote

Moi j'ai une license en psycho et je suis Balayeur.
Toute la journée j'ai le nez dans la merde et deux neurones me suffirait pour ce taf.
Même les handicapés mentaux s'ennuient dans ce taf.
Vi de m..................................................................................................................................................................................................................................!
Please give me a fire and I will use it so well for this world.
Back to top
kev78
Bipote Turquoise

Offline

Joined: 17 Nov 2010
Posts: 339

PostPosted: Thu 25 Sep 2014 - 20:06    Post subject: hyperdiagnosticabilité du trouble bipolaire Reply with quote

Je viens de regarder ce qu'il faut faire pour passer les concours de agent territorial, il y a une liste d'une page de trucs à apprendre.
Je pourrai jamais apprendre tout ça fatigué et déprimé par mon boulot.
La vie est cruelle et je la hais.
J'en suis là à cause de la maladie.
Encore si j'en suis là c'est que je me suis toujours battu.
Et bien voilà ça sert à rien.
Sinon je serais en fauteuil ou mort.
La vie ne sert vraiment à rien, et ceux qui dominent sont les plus Bêtes.
Les deux pires individus, humainenement parlant, que j'ai connu sont aujourd'hui respectivement Manager Chef Régional et Chef Marketing.
Les pires enflures manipulateurs que j'ai connu, c'est de ça dont cette "société" a besoin.
Vive le feu.
Back to top
mabulle
Bipote Turquoise

Offline

Joined: 17 Jun 2009
Posts: 279

PostPosted: Thu 25 Sep 2014 - 21:15    Post subject: hyperdiagnosticabilité du trouble bipolaire Reply with quote

Bonsoir Kev,


Tu ne m'as pas l'air très en forme. 


Pour les concours, est ce que le statut de travailleur handicapé ne t'en dispense pas? C'est dur de trouver sa place dans le monde du travail avec cette maladie. 
Et pourquoi penses tu que tu n'es pas capable d'étudier? Tu as été en fac, tu devrais y arriver. A Paris il y a des cours du soir pour préparer les concours de la fonction publique, tu n'aurais pas accès à un truc comme ça?


J'ai un bac plus 4 ou 5. J'ai une quinzaine d'années d'expérience à gérer des projets de plusieurs millions d'euros dont une partie en tant que cadre. 
Je suis au chômage depuis juin. Ma belle sœur, qui bosse à pole emploi et me connaît depuis 20 ans, m'a proposé des postes niveau quatrième ou CAP. Et ce avec un air très satisfait de quelqu'un qui vient de faire sa super BA de l'année. Des postes proposé avec une qualification ouvrier. Le meilleur salaire était de 970€. Et quand j'ai essayé de lui dire que j'attendais un peu plus, elle a eu l'air offusquée et m'a expliqué que je ne faisais pas beaucoup d'effort. C'est vrai franchement, j'y mets pas du mien. Je sais que je dois prendre un job avec moins de responsabilité, mais quand même!


Attention, hein, je n'ai rien contre les gens qui occupent des postes d'ouvrier ou qui ont un CAP. Loin de moi cette idée. C'est juste que je pense pouvoir prétendre à un peu mieux avec mon expérience. Et puis avec un salaire pareil, une fois le loyer payé, je dois pouvoir payer EDF, et il n'y a plus rien. La vie est chère à Paris. 


Pourquoi les gens pensent ils que quand tu es bipolaire tu perds ton cerveau?
Back to top
TheValuk
Bipote Saphir

Offline

Joined: 24 Jul 2009
Posts: 1,361

PostPosted: Thu 25 Sep 2014 - 22:42    Post subject: hyperdiagnosticabilité du trouble bipolaire Reply with quote

Avoir un objectif de vie pour passer à autre chose professionnellement parlant peut en effet être fatigant mais ça peut contribuer à sortir d'un état d'apathie, de néant. Donc stimuler le quotidien.
Obtenir le concours dans les délais conventionnels n'est pas une obligation et tu pourrais y aller à ton rythme.

Maudire la maladie et la vie peut se comprendre quand on est au plus mal, mais ça n'a jamais aidé personne, en prenant du recul (même si ça nous ait à tous arrivé, je l'imagine).

Envisager la vie selon un rapport dominant/dominé aussi peut se comprendre, il en a toujours été ainsi (malheureusement), mais à quoi bon s'attarder là-dessus ? Les dominants rejoindront les dominés dans la tombe alors laissons la vie faire son oeuvre sans trop se faire de bile inutile.

Le mieux est de se consacrer à sa vie en essayant, tâche difficile, d'y donner un sens justement. Pour toi Kev, pourquoi pas celui de changer de métier du coup ?
Back to top
Team bipote
Bipote Saphir

Offline

Joined: 13 Apr 2014
Posts: 863

PostPosted: Sat 27 Sep 2014 - 11:44    Post subject: hyperdiagnosticabilité du trouble bipolaire Reply with quote

@ Minouche :

Nous avons ôté le post dans lequel tu donnais à Kev78 un moyen de t'identifier et te rappelons la Charte du Forum qui précise bien :

  • N'introduisez jamais dans une discussion un élément qui suppose de connaître des éléments non publics (messages privés ou autres forums). Le forum est un espace public, indiquer que la discussion se poursuit ailleurs ou que certains éléments non publics permettraient de mieux comprendre le débat est gênant. Ne faites jamais référence à ces messages privés sur le forum (votre message serait alors effacé). N’oubliez jamais que vous ne savez pas à qui vous avez affaire sur Internet. Pour la sécurité de tous, nous n'acceptons pas que les membres divulguent leurs coordonnées personnelles.



Avec ce que tu avais posté et compte tenu de la puissance des moteurs de recherche, toute la communauté Internet qui souhaitait avoir des infos sur toi pouvait faire le rapprochement avec le pseudo "minouche" et lire l'ensemble de tes posts sur le Forum.

Bonne compréhension
Back to top
Display posts from previous:   
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    Le forum des bipotes Forum Index ->
Questions / Réponses
-> Diagnostic.
All times are GMT + 2 Hours
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | Create a forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Wikipédia | Psychomedia | Troubles-bipolaires.com | phpBB © 2001, 2005 phpBB Group