Forum d'information, de psychoéducation et d'entraide pour les personnes avec un trouble bipolaire et leurs proches.
Le forum des bipotes  Forum Index FAQ Search Register Log in

Textes de bipolaires
Goto page: <  1, 2, 3, 411, 12, 13  >
 
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    Le forum des bipotes Forum Index ->
Espace détente
-> Artistique.
Previous topic :: Next topic  
Author Message
fontaine



Joined: 03 Mar 2008
Posts: 2,386

PostPosted: Thu 16 Jun 2011 - 09:36    Post subject: cygne noir Reply with quote

Previous post review:

Je suis née dans le berceau d’un cygne
Son cou de serpent tremblant de malédictions
Pour l’intrus au regard aveugle
Je suis née au cœur de plumes blanches
Dans un marais si profond
Que nul ne voyait le fond

Eau noir des vases immergés
Les queues des nénuphars attrapa l’étourdie
Mes yeux d’aveugle s’ouvrirent dans l’eau noire
Je vis des noyés enfin reposés
Les yeux vers le ciel

Le reflet des ombres tremble doucement.
Sous moi
danse sur un cimetière
mais les nuages blancs des matins d’hivers
Gèlent l’oubli pour toujours

Je suis né dans un berceau de cygne
La beauté sort de l’oubli
Et Les fleurs d’Ophélie dérivent
Dans l’onde sans pitié

Il est des prix qui sont des envoutements
Il est des envoutements dont on ne peut se défaire
les fantômes murmurent à travers le vent
J’entends les mélancoliques paroles
Perdues aux vivants
Passent les fleurs d’Ophélie
féroces et cruelles

il n’est pas de refuge
Pour qui nage en eau trouble
Il n’est pas de repos

Je suis le cygne des chants perdus
Je suis le cygne des eaux mortes
Entre la brume et feux follets
Les songes m’empoissonnent.
Back to top
Publicité






PostPosted: Thu 16 Jun 2011 - 09:36    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
fontaine
Bipote Diamant

Offline

Joined: 03 Mar 2008
Posts: 2,386

PostPosted: Fri 17 Jun 2011 - 09:36    Post subject: serpent d'ambre Reply with quote

C’est le boa ambré qui m’étrangle
Rigide comme un métronome
Ponctuelle comme la mort
Je dis au boa
Voit mes fleurs
Et ce pinceau gorgée de sèvre
Mon travail est à l’œuvre
Voit mon rire
Et ma peau douce
regarde
Les oiseaux aussi
Et ces femmes colondes
Aux sourires sautillants comme des perruches
Aux doigts agiles comme des libellules
Aux étincelles vertes dans leurs yeux si vifs
Voit
Le monde est offert
Comme un panier gourment
Sous le merveilleux cellophane brillant
Avec tous ces nœuds d’enfances si roses
Le monde est un berlingot
au jaune citron, de vert anis et de noir réglisse
au gout subtile de la violette timide
Qu’importe au boa
Le monde est nœud
Et l’animal étouffe
Vie contre mort
C’est l’éternel lutte
La jeune fille et la mort
La jeune fille compte ses colliers et ses amants
Ce soir il y a bal
Peu importe l’importun
Ce soir, le château nous a promis des farandoles
Et nos robes vilvolterons
Sous les lampions
Oui
Des valses douces nous sont promises
Oui
La griserie des champagnes
Et des mots doux des cavaliers
Papillon légers
Papillon appelle la rosée du matin
Mais la cruauté est sans pitié
Les Jolies couleurs s’évanouissent dans le silence
Non, les Jolie couleurs résistent
De toutes leurs jeunesses
Et si le néant avale
La chèvre de monsieur Seguin
avec toutes ces guerres victorieuses perdues
cette lutte absurde
reste ce front blanc têtu
dans la lande parfumée
et les étoiles du matin
La beauté est un obstinée pari
Un miracle
Une éphémère
Et je nique la mort
Jusqu’en enfer
Je chercherai des fleurs et des colliers
La main des amants
Jusqu’en en enfer
Je chercherai l’indispensable inutile, la légèreté
Le rose des nuages
Le rose des jeunes filles
La poussière des chemins
L’arc en ciel ultime
De nos vies gourmandes.
Back to top
fontaine
Bipote Diamant

Offline

Joined: 03 Mar 2008
Posts: 2,386

PostPosted: Sat 25 Jun 2011 - 06:56    Post subject: écrire,décrire Reply with quote

Les rires de l’enfant dans le cerisier
L’écureuil curieux des pins
Les martinets des soirs méditerranéens
La vie si douce
Le monde si dur
L’âpreté des champs d’oliviers
Ces cimetières marins
Blanc dans la lumière
Ta chambre aux rideaux fermés
Le figuier dans la cour
le chat sur la chaise en paille
Roulé en boulle écoutant les poules
Les sentiers de rocailles
Les fleurs des genets sur l’océan
Les bateaux du port
Et tous ces minarets, tours d’interminables d’industries
Brillantes de tous leurs feux
avec ce gaz jaillissant et brulant dans la nuit
moderne phare fort et implacable
des capitales économiques
mécaniques et sans pitiés
La joie des enfants dans les ruelles
La patience des veuves sur leurs bancs
Mes pieds dans la poussière
La goutte roulant sur une terre assoiffée
La joue contre l’écorce écouter le chêne ancestral
Ecouter

Savoir écouter
puis conter à l’étranger
aux passants
aux marchants
aux gens des villes ou des villages
à l’aveugle
aux mendiants ou aux rois

Pour moi, pas de fioriture
Les mots claques dans le noir
C’est un mirage, c’est une image.
ce soir ma parole est brève
Le vent est trop chaud
Le champ est trop sec
Et mon ombre trop lourde à porter.
Cailloux vous ricocherez contre les volets
Simplement pour porter les nouvelles.
Back to top
constance
Bipote Saphir

Offline

Joined: 29 Jan 2011
Posts: 1,064

PostPosted: Sat 25 Jun 2011 - 08:09    Post subject: Textes de bipolaires Reply with quote

comme d' habitude, ta poésie fontaine serpente de mon coeur à mes yeux et mon cerveau frèmit de joie? de crainte? d'amour.

merci
Back to top
why
Bipote Turquoise

Offline

Joined: 28 Sep 2007
Posts: 277

PostPosted: Sat 25 Jun 2011 - 09:31    Post subject: Textes de bipolaires Reply with quote

bonjour fontaine,

c'est vrai que ta prose est un réel plaisir à lire et relire encore merci pour ces jolis textes

Back to top
fontaine
Bipote Diamant

Offline

Joined: 03 Mar 2008
Posts: 2,386

PostPosted: Thu 30 Jun 2011 - 15:42    Post subject: les trippes ( sur la fermeture des hp en grece pour satisfai Reply with quote

satisfaire le FMI)



J’ai mal au ventre
Car je ne comprends pas
Quand ma tête refuse
Le reste suit pareil

C’est moche
Car l’hôpital va fermer
Et je ne saurais jamais
Qui de ma tête ou de mon ventre à raison

On dit prendre ses jambes à son coup
Moi se sont mes trippes qui s’accrochent à mes guiboles
Je m’emmêle forcement un peu
Je dérape
Et je m’étale

J’ai beau soufflée dessus
Pour les refroidir
Mes trippes
Mon intestin
Mon bidon
Rien ne fait
C’est une boule bouillante à l’intérieur

Mais on va fermer l’hôpital
Pour sauver une monnaie
Moi les trippent à l’air
Je ne comprends pas
Et sur
Que je continuerais à courir
Les tripes au ciel ouvert
Sans comprendre
Le libéralisme.
Back to top
fontaine
Bipote Diamant

Offline

Joined: 03 Mar 2008
Posts: 2,386

PostPosted: Thu 30 Jun 2011 - 15:44    Post subject: orphéon Reply with quote

Sous le ciel haut de l’été
Entre les marronniers
se taille une place
L’orphéon.
Au centre
Noir et luisant
Joue un piano.

Sous l’ombre des marronniers
l’air est doux
Et les notes s’échappent comme
des bulles d’un savon
elles sont
Multicolores
Légères
Et colorées
Elles se mêlent
Aux abeilles butineuses de beignet
Aux enfants, au chat et aux souris
Qui chassent en sourdine.
Sur un banc, dorment tout deux :
Une femme très poudrées
Un homme la veste posée
C’est la sieste des années
Mais ils rêvent de Beatles
Et d’un sous marins complément jaune et halluciné
tanguant entre les marguerites du parc
On tousse un peu
Le papier évente
Un papier sandwiche fredonne un air de swing
en toute indépendance
Une vieille pie fronce des sourcils
des poignés agitent quelques breloques
Les perlent dansent dans la lumière
un complet tout gris achève un sms
une étourdie rit follement
un couple s’embrasse
et puis un autre
au milieu des bulles
des valses de Chopin
Back to top
fontaine
Bipote Diamant

Offline

Joined: 03 Mar 2008
Posts: 2,386

PostPosted: Fri 8 Jul 2011 - 09:12    Post subject: amor mio Reply with quote

Encore que
Ce n’est pas encore le jour
Non
Ce n’est pas encore la nuit
Ou je quitterai le pif en sang
Le plancher de ton lit
A trop mettre le souk dans le poulailler
Et
Accessoirement dans tes draps
C’est n’est pas encore
L’heure entre nuit et jour
Ou j’avalerais tes plumes de travers
Ce n’est pas encore le jour
Ou je me ferais virais dans ton appartement
Pour aller de préférence dans un autre
Toujours bien ensoleillés
Même la nuit
Car la nuit, le soleil, tes yeux noirs
C’est quand même très important
Ce n’est pas encore maintenant
Que je me ferais remettre aux poubelles
Apres une totale indécente conduite
Bien que toujours élégante dans la descente
Des pieux comme des bouteilles
Excusez-moi
Ou va cette poubelle ?
Je consommerais tout de suite
Pas la peine d’emballer de jolis papiers
De soie
C’est par encore maintenant
Que tout m’ouvrira la porte
De ton lupanar
Forcement parisien
De bois et de tapis
Ou je pourrais
tout a fait déraper
En cherchant les glaçons
En te parlant d’amour
Celui qui porte au pif
Ce n’est pas encore la nuitée
Ou je te monterai
la longueur de mon tissu de mauvaise conduite
plus tout ce qui faut pas faire
en général
et chez ton hamster en particulier
Pour dire
Que j’aime toujours trop
Que toujours dans l’excès
Je parle aux bennes
A l’africain, aux oiseaux, aux chats
Enfin aux gens du matin
Aux gens tout simplement
Puisque j’ai oublié
La nuit de noël
De casser tout mes jouets
Avant de les ouvrir
Pomme
Je reste
la jeune fille à la bouteille
En quête de catastrophes
Devant
L’appartement que tu ne m’ouvriras jamais.
Back to top
constance
Bipote Saphir

Offline

Joined: 29 Jan 2011
Posts: 1,064

PostPosted: Fri 8 Jul 2011 - 09:26    Post subject: Textes de bipolaires Reply with quote

quelle belle complainte à l'amour instantané des aubes blafardes et des mêlements charnels trop vite engloutis

merci fontaine
Back to top
fontaine
Bipote Diamant

Offline

Joined: 03 Mar 2008
Posts: 2,386

PostPosted: Sat 23 Jul 2011 - 09:48    Post subject: la main Reply with quote

Dans l’océan des nuits d’aout
Nos corps à la dérive
Je te tiens la main
Rageusement
De peur de me perdre
Moi, l’égarée des jours

Dans l’ombre violette de la chambre
Ultramarine ou pourpre
Douce ou violente
Je me repose de soleils trop ardents

C’est l’heure où tout se fige
La lune, la proie, les cris
C’est l’heure du cœur qui appelle
où le voleur passe le mur
la lune est reine
feulent les chats en batailles
dansent les fous ardents

Dans la maison
Reposent les meubles
A nos pieds dorment nos draps
chiens fideles

Dans la chambre murmure la nuit
et toujours je m’agrippe a toi
effarée de tant de luttes sous la lumière

tu devras me parler longtemps
pour que mes doigts l’un après l’autre se desserrent

dans la chambre close
dorment les gisants de chairs
aux mains unis,
dans la chambre douce,
mon cœur repose enfin.
Back to top
fontaine
Bipote Diamant

Offline

Joined: 03 Mar 2008
Posts: 2,386

PostPosted: Sat 23 Jul 2011 - 18:12    Post subject: la cabine téléphonique Reply with quote

Dans la rue, bonnes affaires et promotions vomissent jusqu’au trottoir,
et les yeux toujours hypnotisés par les couleurs et puis les mots, les mots :
Extraordinaire ! Jamais vu ! Déstockage massif !
Mots magiques des marchants, sonne la tirelire !
Les pieds marchent, vite, vite, à l’aveugle, sans voir le sol,
au sol ceux que la vie fait tomber à terre.
A moins que,
Cette chute déborde aussi sur le lieu dit public.
Dans la cabine de téléphonique que nos portables personnels pour nos mots personnels semblent mettre au chômage, dans la cabine téléphonique ouverte gisait martelât et oreillers :
Tout petit f1 de la dernière pauvreté.
Ou était-il ?
Sur une autre ile de cartons ? dans une autre poisse ?
Quelles mers, quels vents et quels dieux portaient l’Ulysse de nos désastres économiques ?
Dans la cabine téléphonique, tu avais laissé tes sacs que nul n’ouvrira. Qui ouvrira la mémoire d’un sans abri ? qui par tes yeux verra la pluie tomber sur la ville, les fruits dans les caniveaux, les hot dog dans les poubelles, les jambes des passants fuyant dans un écart la contagion de la misère, du pas de bol, et enfin, la truffe du chient de compagnie, la seule chose un peu chaude, un peu complice.
Dans la rue l’heure marchande régnait en maitre, notre royaume de chiffons pour être la plus belle, de celle qui attire et qui attire le cœur et les regards.
Dans la rue s’était absenté l’homme exclue des cœurs et des regards.
Dans la cabine téléphonique des mots peuvent sauver des vies :
ou es-tu ?
Back to top
constance
Bipote Saphir

Offline

Joined: 29 Jan 2011
Posts: 1,064

PostPosted: Sat 23 Jul 2011 - 21:24    Post subject: Textes de bipolaires Reply with quote

que c'est juste, que c'est beau

sous le soleil la misère est moins criante et puis il y a la plage
Back to top
why
Bipote Turquoise

Offline

Joined: 28 Sep 2007
Posts: 277

PostPosted: Sun 24 Jul 2011 - 10:28    Post subject: Textes de bipolaires Reply with quote

Un petit truc écrit hier soir, mon état d'esprit du moment, je l'ai mis sur mon sujet mais je crois qu'il a peut être plus sa place ici

Lame de fond

Pieds ancrés bien au sol, l'eau caresse ma peau de son délicat va et vient, la bise frôle mon visage pendant que la douce chaleur du soleil réchauffe tout mon être. La tête haute et le regard lointain je scrute au large pensant naïvement que je détiens mon monde dans mes mains. Sensation de calme et de sérénité, l'horloge est comme arrêtée. Ma tête est envahit d'idées et de projets plus rien ne semble pouvoir m'arrêter. Capitaine de mon bateau, je me vois déjà braver tous les flots. Le coeur gonflé d'amour pour ce monde que j'ai tant hais.

Pieds maintenant ensablés, l'équilibre se fait plus fragile, erreur fatale...je jette un regard vers le bas, d'abord je commence simplement à douter puis soudain je me sens vaciller, je tente de relever la tête mais mes pieds sont comme aspirés, plus aucune délicatesse dans ce va et vient, c'est maintenant une lame de rasoir. Mon corps s'effondre sans que je ne puisse résister. L'eau maintenant entraîne mon être vers le fond, inutile de se battre je n'ai pas pris le temps d'apprendre à nager.

Je n'ai rien vu venir, excès de confiance et manque de prudence car simplement heureuse de revoir ce soleil si euphorisant. Un simple coup de vent, une simple goutte est tombée et tout mon être est ébranlé. Une brindille s'est enflammée puis très vite je ne vois plus qu'un immense brasier, la terre n'a fait que frémir mais mon monde tout entier a failli. Tempête dans ma tête, les éléments se déchaînent.

Cachez-moi tous ces miroirs, retour dans le noir.

Un jour mon corps sera recraché par ces flots que j'ai cru si rapidement pouvoir amadouer et alors il faudra tout recommencer....différemment.
Back to top
fontaine
Bipote Diamant

Offline

Joined: 03 Mar 2008
Posts: 2,386

PostPosted: Sun 24 Jul 2011 - 17:50    Post subject: Textes de bipolaires Reply with quote

oui ,lame de fond a bien sa place
je te souhaite de refaire surface sur mer plane, au soleil !
Back to top
fontaine
Bipote Diamant

Offline

Joined: 03 Mar 2008
Posts: 2,386

PostPosted: Sun 24 Jul 2011 - 17:57    Post subject: Textes de bipolaires Reply with quote

voila, sur médiapart, une personne m'a envoyé ses réferences d'un texte- image de photo de cabine téléphoniques occupées par des sdf, il me parait interessant de mettre le racourci de ce texte ici
http://blogs.mediapart.fr/blog/grain-de-sel/131008/encore-doux-pour-la-sais…
Back to top
clo3007
Bipote Emeraude

Offline

Joined: 27 Jul 2011
Posts: 29

PostPosted: Thu 28 Jul 2011 - 01:51    Post subject: Textes de bipolaires Reply with quote

bonsoir à vous amis artistes,
vous m'en faites chialer tellement c'est fort tout ça...
quelle sensibilité
que d'amour dans vos mots
comment vous abandonner ??
on ne peut que vous aimer
clo
Back to top
lapassante
Bipote Turquoise

Offline

Joined: 04 Nov 2010
Posts: 210

PostPosted: Fri 29 Jul 2011 - 23:28    Post subject: Textes de bipolaires Reply with quote

Mon père dit que mes textes sont des « bouteilles à la mer »… Il n’a pas compris. Je ne suis pas sur une île déserte, je peux parler et me confier. Mes textes sont un exutoire, sans eux je ne sais pas comment je pourrai expulser, extirper le mal.

J’ai essayé de ne pas écrire… Je parlais au balai, je parlais à l’éponge, aux draps sales et à la machine à laver. Non, décidemment, je préfère écrire. J’ai toujours aimé ça.

Ecrire n’est pas un acte de faiblesse.
Back to top
clo3007
Bipote Emeraude

Offline

Joined: 27 Jul 2011
Posts: 29

PostPosted: Sat 30 Jul 2011 - 09:52    Post subject: Textes de bipolaires Reply with quote

bonjour "lapassante"
oui ça m'a beaucoup touchée vos textes à tous et toutes..
c'est poignant et on s'y retrouve justement...
moi aussi je souhaite écrire et mes amis me le dises tous : écris !!!
fais un bouquin !!!
tu es une poète !!!
ha bon ??? non j'aime écrire et communiquer...
mais j'aimerais bien "écrire" en effet...
alors quand j'ai lu tout ça..
je me dis qu'en fait au lieu de saouler mes potes parfois avec de longs "courriers"
qui sont des pensées, des réflexions
je devrais m'exprimer..
et grâce à vous,
je ne vais plus me demander comment le faire
ou par quel bout commencer..
je vais le faire !!!
oui exactement l'écriture est un exutoire,
c'est ce que je me dis aussi..
mais je ne souhaite pas qu'elle soit un "dévidoir" sur les proches..
parce que parfois il y a des choses très dures ou lourdes
qui passent même avec poésie...
ils ne comprennent pas forcément,
ou jugent
ou culpabilisent
c'est pas le but..
pas plus que de mettre des bouteilles à la mer
non tu as raison...
vraiment ça m'a fait du bien de vous retrouver là..
tu sais je me doutais d'être bipo..
ça me travaillais depuis un temps déjà..
et hier je l'ai fait avouer au toubib,
enfin je sais ce que j'ai !!!
et c'est grâce à la lecture de ce forum
que maintenant je vais pouvoir avancer différemment,
aussi parce que je connais des bipo dans mon entourage
et que j'en aime un...
pour tout ça je vous dit merci ...
je sais maintenant que ma vie ne sera plus la même
mais je n'ai plus peur
je ne suis plus seule,
je suis avec vous
je sais qu'il y a des gens avec qui je vais pouvoir
partager et échanger..
et ça c'est le top ça te regonfle le coeur
le moral
pouvoir puiser de la force et en donner à d'autres
ça m'emplit de bonheur et de courage
écrire c'est aussi créatif..
et je pense que tant qu'on créée encore on vit
l'espoir demeure,
oui c'est un exutoire
qui vaut des psychanalyses et compagnie je pense aussi..
enfin pour certains...
depuis deux nuits que je suis avec vous,
je dors enfin bien et je me sens sereine..
c'est vraiment apaisant d'échanger
avec vous..
merci pour tes jolis textes
à bien tôt
continue de nous régler de tes texte
bise de clo pour toi
Back to top
Squid
Bipote Emeraude

Offline

Joined: 06 Jun 2009
Posts: 34

PostPosted: Sat 30 Jul 2011 - 14:00    Post subject: Textes de bipolaires Reply with quote

Bonjour à tous,

Voici un premier essai. J'espère pouvoir l'améliorer car c'est un sujet qui me tient à coeur.

Une maison à rénover

C’est une maison bleu adossée à la colline …

Les scies en secours, elles sont arrivées.
Sortez les marteaux, Demain, A l’aube, on va réhabiliter.

On ne cherchera pas à redresser, ce qui est tordu,
Juste à redonner de la lumière à ce qui semblait perdu.

Les limiers auront enlevé les barreaux de la façade.
Laissant un devenir aux simples égarés qui n’ont pas de quoi payer.

Car cette ambassade, se retrouve grâce aux falaises et monts,
Désormais connus et qui ne sont pas difficile à repérer.

Elle sera hospitalière cette maison, Sans être une prison.

Paysage de liberté, au temps rayonnant,
On ne choisira pas de couleur, on les gardera toutes.
On repeindra juste, les meubles encroûté.
On ne gâchera pas de douleurs en cet endroit si rare.

Les murs décapés, créaient leur vision d’horreur.
Parle maintenant d’originalité il faut nous laisser décorer, animer,
Se ravir de réussite sortie des abysses.

Creusée avec la pelle, haine est oubliée.
Les fondations de cette maison étaient solides.

Peuplée de lumière et peuplée de fous
Elle sera dernière à rester debout…

Une bribe:

Que le reflet d’une vitrine où l’on passe devant les robes cesse.
Lâchez les Raybans et la mode aussi qui va avec.

Nomad's land
Back to top
lapassante
Bipote Turquoise

Offline

Joined: 04 Nov 2010
Posts: 210

PostPosted: Sun 31 Jul 2011 - 08:45    Post subject: Textes de bipolaires Reply with quote

J'étais invitée hier en "VIP" à une représentation d'arts martiaux. J'ai découvert des arts dont j'ignorais totalement l'existence (notamment le kyudo, tir à l'arc traditionnel japonnais), il y avait une ambiance très festive, nous avons mangé et bu comme des porcs (d'ailleurs JP, champion de battodo, a découpé au sabre un cochon de lait que nous avons ensuite dévoré sans pitié).

Il y avait une merveilleuse autrichienne, elle m'a fait rêvé. En tenue de kendo, au combat, elle est impitoyable et son cri guerrier incroyable (elle monte très haut dans les aigus). Après la représentation, j'étais chargée de trouver un bâton de combat pour faire une photo rigolote, je ne l'ai bien sûre pas trouvé mais, dans les coulisses, j'ai toqué à une porte, je l'ai entre-ouverte et...... vision magnifique, cette guerrière libérée de son armure, à demi nue. Je dis "oh sorry sorry". Elle me sourit. Elle était blonde (pas le blond terne de Géraldine), non un blond éblouissant, un soleil, elle était en train de mettre des collants noirs, elle ne portait qu'un soutien-gorge. Elle parlait très mal français et dans ces situations, on se sens vraiment idiot de ne pas savoir parler correctement l'anglais. Elle m'a dit que ma tenue était ravissante et elle m'a demandée où je l'ai achetée. "euh..... In France. Can I help you?". Et nous voici toutes les deux dans les coulisses, je remonte dans son dos musclé et doux la fermeture éclair de la robe rouge écarlate qu'elle endosse pour son nouveau rôle: chanteuse. Je ne comprenais pas vraiment pourquoi elle revêtait un si bel habit, peut-être par simple coquetterie. Et plus tard, quand je l'ai vue arriver sur scène, elle m'a fait un clin d'oeil. J'ai pensé: mon dieu, quelle femme, et en secret j'ai pensé que si j'étais un homme je la demanderai tout de suite en mariage.

JP a déclaré que s'il faut de la discipline dans les arts martiaux, il faut surtout savoir ne pas se prendre au sérieux et l'orchestre a débuté sur "We don't need no education" des Pink Floyd (traduction: Nous n'avons pas besoin d'éducation, Hey Enseignants laissez les enfants tranquilles").
A 17h, tout le monde commençait à être pété. Pas moi, mon nouveau médicament est assez efficace, j'étais pompette mais pas ivre. Laurent (le tireur à l'arc qui fait aussi un métier scientifique très compliqué auquel je n'ai rien compris, qui s'est pris un camion dans la tête à 18ans....etc etc), Janine (une charmante mémé célibataire de 72ans, rigolote comme toute, "je t'aime bien, tu viendras chez moi avec ton fils, il y a la chambre d'ami, on boira du champagne toutes les deux") et moi, on s'est éloigné pour fumer un horrible cigare (en fait, c'est décidé, je déteste fumer le cigare). Et de confidences en confidences, je parle de toi, de ma faute, de ton voyage... Je ris et puis soudain, sans prévenir, j'éclate en sanglots. Quand on dit "éclater en sanglots", le terme est bien choisi, c'est exactement ce qui m'est arrivé. 2secondes avant de parler de toi, j'étais rayonnante, je dansais, je papotais... et me voici en ruine, incapable d'articuler le moindre mot. Janine me prend dans ses bras. Elle n'a plus de sourcil et se fait deux traits violet foncés pour les remplacer. Mes larmes ont mouillé son visage, ça y est elle n'a plus du tout de sourcil maintenant, nous ne ressemblons plus à rien. Laurent dit: "Arrêtez les filles, vous allez me faire chialer moi aussi. Janine, emmène la chez toi".

Nous sommes obligées de repasser devant la fête pour aller chez elle. Tous les fumeurs nous regardent, personne n'ose dire un mot. De son tout petit bras, Janine me tient, elle dit très fort: "On revient, je vais donner à manger à mon petiot"... et les gens se rassurent, ils savent que le petiot c'est le chien de Janine. Chez elle, ça ne ressemble pas à une maison de vieille. Je pourrai y vivre. Quelques détails seulement rappellent que la résidente des lieux n'est plus toute jeune mais ma mémoire fait défaut, je me suis juste reposée, j'ai recomposé mon visage, j'ai embrassé fort ma mamie d'adoption et je suis rentrée chez moi. La tête pleine de souvenirs mais le coeur lourd.
Back to top
clo3007
Bipote Emeraude

Offline

Joined: 27 Jul 2011
Posts: 29

PostPosted: Sun 31 Jul 2011 - 14:46    Post subject: Textes de bipolaires Reply with quote

salut la passante...
c'est plus vrai que vrai tout ça et tellement bon
tu sais profiter des moments magiques de bonheur
c'est beau et puissant..
dommage que ton coeur soit lourd d'autre part...
je te souhaite qu'il soit soulagé bient^^ot
demain sera un jour nouveau
e le bonheur
te reviendras
forcément avec tout ce que tu as dans ton coeur
l'amour attire l'amour..
bises de clo
Back to top
fontaine
Bipote Diamant

Offline

Joined: 03 Mar 2008
Posts: 2,386

PostPosted: Mon 1 Aug 2011 - 08:53    Post subject: sur la plage Reply with quote

Sur la plage
Je courrais le feu au pied vers la mer
La grande, la bleue, hypnotisante mer
Toujours présente, toujours dominante
Monstre et maternelle
Je me battais, insensée avec elle
Digues et châteaux contre vagues déferlantes
Digues et châteaux toujours recommencés
Car enfant ont tiens la force des reconstructions
Et le gout des combats pour le combat même
Toujours recommencer jusqu’au soir
toujours inventer des architectures naïvement indestructibles
avaler encore et encore
par des crocs turquoises
La nuit j’entendais la mer victorieuse chanter
En m’endormant, épuisée.

Sur la plage
Sous le soleil, plein soleil qui dévorait nos cheveux
Il fallait être belle
Toute à la gloire de l’été
Nos printemps amoureux
Rentrer le ventre
Trouver l’âme sœur
Pour partager l’ombre des pins
Sur la plage, fallait être belle

Sur la plage
Voir l’écume jouer avec les enfants
Qui ne sont pas miens
Et donc je les regarde pareils
Sur la plage
Les vagues aux rythmes indolents
Aux rythmes sauvages
A compter
Les points gagnés
Les points perdus
Voir l’horizon
Et jeter tout au loin
Tant l’infini est loin, au bout du compte
Sentir le l’odeur du sel marin
Sentir mêler aux algues la vie même,
Etre en vie.

Etre en vie
Voir devant la plage
Assises
Seuls, en couples, en groupes
Ces dames,
Ces hommes,
En chapeau et chemisiers,
regarder la plage.
Enfin comprendre
Le regard
Le regard du temps
La patience contre l’éternel
Mes futurs cheveux blancs
Sous les mouettes furieuses
Non ! tous mes combats ne seront pas perdus
Oui ! je serais une vieille guerrière
Puisqu’il faut se faire des promesses
Comme ces cadeaux de noël fait à soi-même
Anne, que veux-tu ?
Cris et furies sous des ciels de tempêtes
Ciels des gris plombés sur un sable d’argent
Dans cette encre Prusse que j’aime tant
Encore quelques guerres naïvement menées
Quand à cette tache sur la clé
Ma sœur
Je la garde jalousement.

Oui
Lorsque le temps appartiendra au recul
Etre assise sur le banc
Etre assise
Au milieu du monde en vacances
et
enfin
Voir les vagues
Mourir
Sur la plage.


ps
pour répondre à la Passante, bien que j'ai lu tout le monde et je suis si heureuse de tant d'expression, témoignage de notre existence, mes textes (or les chroniques) ne sont pas lu par ma famille.Simplement parfois ils ne sont pas lecteur d'une façon général, soit parce qu'ils ne sont pas fous de ce miroir qui renvoit nos félures, voir même nos sensibilités font peur.Notre grande chance est ce reseau d'echange et de communication.
Back to top
clo3007
Bipote Emeraude

Offline

Joined: 27 Jul 2011
Posts: 29

PostPosted: Mon 1 Aug 2011 - 09:50    Post subject: Textes de bipolaires Reply with quote

bonjour Fontaine..
vraiment c'est dingue...
je repleure à te lire...
non c'est pas dingue de pleurer à nouveau..
je pleure à nouveau..
on dirait que tu écris ma vie..
comme un confident qui anonymement s'en servirait pour faire un livre avec mes lettres..
tu peux pas imaginer ce que je ressens
ou si justement peut être..
ou alors on a vraiment tous la même sensibilité
les mêmes douleurs
les mêmes pensées..
le même amour
alors ça donne aussi de l'espoir
peut être que si on est si identiques pour certains groupes
on pourra nous vacciner ???
le miroir oui..
comme tu dis...
je suis heureuse qu'on puisse partager
ensemble ces émotions
en n'en ayant plus peur
merci à toi
merci à vous
on se soigne
on s'aime
et on vit
bonne journée à tous
bises de clo
Back to top
lapassante
Bipote Turquoise

Offline

Joined: 04 Nov 2010
Posts: 210

PostPosted: Mon 1 Aug 2011 - 10:15    Post subject: Textes de bipolaires Reply with quote

Encore 2semaines sans lui… Le temps est tellement relatif, 15jours c’est une éternité. Les aoûtiens ont envahi nos plages, je les trouve vulgaire et ingrat.
« Maman, c’est quoi c’te plage de merde? La prochaine fois, y’a pas moyen, on va à l’autre »… J’observe la gamine, elle a à peine 14ans. Elle est plutôt jolie malgré son visage fermé, on imaginerait jamais qu’elle puisse parler à sa mère sur ce ton. Nous sommes serviette contre serviette, c’est irrespirable.

Je n’ai envie de rien, je me force à venir sur la plage pour mon fils. C’est un enfant de la mer, il dépérit loin de l’eau, il saura nager avant 6ans. A 4ans déjà, il n’a peur de rien, il s’éloigne et il n’est plus qu’une tache jaune au loin, la couleur de ses brassards, je dois nager le crawl pour le récupérer. Il me voit arriver en riant, c’est tellement amusant une maman qui nage vite. On dirait un gros poisson qui va venir le dévorer. Souvent je me contente de le regarder jouer au bord de l’eau et c’est là que je le dévore vraiment… des yeux. Il a le petit bidon des enfants de son âge. Ses jambes sont splendides, très musclées et fines. Son dos, j’ai envie de le couvrir inlassablement de baisers. Et ses cheveux blonds. Je n’en reviens toujours pas d’avoir fait un si bel enfant, il est absolument parfait. Dans ces moments, je sais que la vie a été généreuse envers moi.
Quand on en a envie, on va s’incruster dans la piscine d’un camping. Un soir, j’ai même pu apprendre quelques bases de capoeira car on profite aussi des animations du camping (t’en qu’à faire!). C’est un sport déroutant, à mi chemin entre la danse et le combat.

2semaines d’attente… Je ferai peut-être un peu d’équitation si j’ai le courage. Du kyodo, c’est sûr, Laurent rêve de m’apprendre. Du battodo, j’aimerai beaucoup. Tout ça va remplir ce temps, si long à l’attendre.
Un fauconnier m’a aussi proposée de m’initier mais j’ai fait un horrible cauchemar qui mettait en scène des vautours blessés, je préfère oublier cette aimable proposition.
Back to top
fontaine
Bipote Diamant

Offline

Joined: 03 Mar 2008
Posts: 2,386

PostPosted: Mon 1 Aug 2011 - 15:13    Post subject: le bord des berceaux Reply with quote

Sur le bord du berceau
Fées et sorcières ricanent
Tant dans ce monde
Dons et maléfices vivent en couple
Sur le bord du berceau
Fées et sorcières brodent
les carreaux de l’échiquier
avec des fils d’araignées.

Qui de la fée ou de la sorcière
Dit ?
La couleur sera violence
La violence sera douceur
L’ivresse un chemin de pierre
De lézards et d’épines

Qui de la fée ou de la sorcière
enfanta
Les monstres
Ceux mêmes
Qui à chaque absence
Nous laisse à notre solitude
Qui de la fée ou de la sorcière
Enfanta par jumelage
Leurs bourreaux

Lorsque les questions
Ou les songes étouffent
Marcher sur la plage en hivers
Celle que la mer abandonne aux nuages

Dans le sable
Un jour je trouvais un corps de mouette

Qui de la fée ou de la sorcière
Donna la plume à l’enfant
Dans un monde
Ecrasé de métaux lourds

Qui de la fée ou de la sorcière
Créa la révolte
Ces cris qui percent l’horizon
pour foudroyer d’autres mers

Voir l’estuaire aux milles bras
Et cette barre que tous les dieux commandent
Dans une chamaillerie d’infants
L’esquif
Qui avance
Sans nul ordre ni raison

Peu importe
Me répondit le marin
Devant son verre plein
Demain le bateau part
Reste la nuit, la lune pleine
Pour s’évanouir encore une fois.
Back to top
constance
Bipote Saphir

Offline

Joined: 29 Jan 2011
Posts: 1,064

PostPosted: Tue 2 Aug 2011 - 23:39    Post subject: Textes de bipolaires Reply with quote

mon chef de gare

tes yeux bleus volets d'ici m'ont transpercée: moi qui déraille, moi qui suis en train ; de ton corps je n'aivu que le violet de la cenecefe, habillé par christian lacroix et à coté de tes avant-bras le sifflet, la casquette et le panneau qui fait clap

je sais que nos trains seront à l'heure, à l'heure d'une histoire de roman de gare

j'irais taguer ta gare et tu me reconnaitras

ce sera le terminus : j'ai toujours révé d'une étreinte ferroviaire

beau chef de gare
Back to top
why
Bipote Turquoise

Offline

Joined: 28 Sep 2007
Posts: 277

PostPosted: Wed 3 Aug 2011 - 11:22    Post subject: Textes de bipolaires Reply with quote

très joli Constance, il en a de la chance ce chef de gare ^^

Bisous
Back to top
why
Bipote Turquoise

Offline

Joined: 28 Sep 2007
Posts: 277

PostPosted: Fri 5 Aug 2011 - 15:44    Post subject: Textes de bipolaires Reply with quote

Mon phare,

Seule au milieu de cet océan
Je n'avais pas vu passer le temps
Sortant quand le soleil brillait
Rentrant quand la pluie apparaissait

Au loin quelques navires voguaient gaiement
Je les regardais flotter passivement
Me sentant condamnée ici jusqu'à la fin des temps
Je n'imaginais pas mon existence autrement

Au pied de mon phare, ma vieille barque
Attendant qu'un jour enfin j'embarque
Nous voilà maintenant réunies,
Nous partons sur les flots assagis

Je jette un dernier regard à mon phare,
Témoin d'une vie, il contemple mon départ
Je me dresse sur mes pieds et d'un air fier
Je lui adresse avec respect un salut militaire
Back to top
Tyboon
Bipote Turquoise

Offline

Joined: 17 Aug 2008
Posts: 136

PostPosted: Fri 5 Aug 2011 - 16:18    Post subject: Textes de bipolaires Reply with quote

Tres joli texte , et oui je pense qu il faut savoir changer de cap le moment venu . A bientot.
Back to top
why
Bipote Turquoise

Offline

Joined: 28 Sep 2007
Posts: 277

PostPosted: Fri 5 Aug 2011 - 17:49    Post subject: Textes de bipolaires Reply with quote

Merci Tyboon

Back to top
Lifaenn
Bipote Emeraude

Offline

Joined: 28 Jul 2011
Posts: 16

PostPosted: Sat 6 Aug 2011 - 00:15    Post subject: Textes de bipolaires Reply with quote

Venimeuse a était la fin
Aujourd'hui, de moi tu ne te souvient
Mais toujours je pense a toi
Pourtant tu t'imagines que tu ne comptes pas
Immonde Révélation qui se joue de moi
Revenir en arriere je ne peux pas
Eternel du moins, sera mon amour pour toi
Back to top
thymorigolo
Bipote Emeraude

Offline

Joined: 03 Aug 2011
Posts: 7

PostPosted: Sat 6 Aug 2011 - 12:57    Post subject: Textes de bipolaires Reply with quote

Déserts d'âmes, pêchés volés, vérités balancées à la gueule du naufragé
Âmes à nues malmenées par des affaires divulguées à l'assemblée bouche bée
Déserts d'âmes après la bataille des mots crachés, des coups donnés
Âme en a marre de jouer et d'assister à cette pièce usée, mitée
Âme perd de sa pureté devant tant de jeux inutiles, qui blessent dans l'intimité

Jeu ou vérité ?
A quoi ça sert de taper sur le noyé ?

Âme cherche sa vérité sur le champ de bataille déserté, regardant les cendres brûler
Âme regarde la fumée qui s'enfuit, la suit, regarde en bas et se dit "quel gâchis!"

Bientôt les fleurs à nouveau fleuries y regagneront leur doux nid
Back to top
fontaine
Bipote Diamant

Offline

Joined: 03 Mar 2008
Posts: 2,386

PostPosted: Sat 17 Sep 2011 - 07:15    Post subject: parc clos Reply with quote

Dans le jardin de buis
Dans le jardin du soleil
oublié des jardiniers
poussent milles coquelicots
et des millions de bleuets
pour des milliards de papillon
Je ne sais pas compter
Sûr, mille c’est plus que un !
alors je parle de million
pour dire beaucoup.
Des fleurs des champs à l’aurore
Beaucoup d’insectes sous la rosée
Petites trompes à siffler les gouttes
et le soleil, lui aussi qui habite très loin
qui se lève doucement
chauffe les ailes des libellules
l’herbe et la terre
L’heure où j’aime m’allonger dans le jardin
pour sentir la chaleur
sur le dos, sur le ventre
Suivre la cavale les fourmis
qui malheureuse ne connaissent pas la paresse
Moi je reçois la lumière
Les yeux mi-clos
Dans ce jardin sans jardinier
Au milieu des touffes de buis
règnent de vielles sculptures de plâtre moussu
Gueule de monstre
Œil de cyclope
Satyres et flutes
Dans le jardin
Sous le soleil
L’ombre donne vit à la faune
je dors au milieu d’une ancienne mythologie
que l’âge a rendu bienveillante
Les têtes de biches envoient un regard doux aux mufles des fauves
Le lierre passe  en douce les messages des pierres
le soleil ne pénètre pas le lierre
qui ne laisse percer ses secrets
Dans le jardin perdu
Je ne suis pas seule
Mais c’est comme si
Chacun passe
le jardin dans sa tête
Loin du monde
Loin de nous
Sous le soleil
exactement callé au fond de son univers
Entre les buis
je passe la main
dérange les araignées
D’autres parlent aux génies de pierre
C’est un jardin fermé
et chacun a avaler la clé
pour être sur
de n’accueillir que le soleil et la lune
et nul fâcheux
pour couper ces fleurs trop libres.
Back to top
fontaine
Bipote Diamant

Offline

Joined: 03 Mar 2008
Posts: 2,386

PostPosted: Thu 22 Sep 2011 - 09:14    Post subject: ombres Reply with quote

Dans le jeu des fauteuils
du grand salon
aux hauts plafonds
S’écroulent des âmes
qui  réclament le repos
sur  la terre,
le ciel
il est trop loin
et bien trop indifférent
Dans ce jeu des fauteuils
ceux  qui savent
S’enfoncent aux creux des coussins
Chacun évite
le naïf
qui crit
sa douleur de vivre
Sans doute
Sans doute
Avons-nous une part d’honnêteté
Les médecins une part d’anxiolytiques
pour un repos
artificiel
Le jeu des fauteuils
le silence des faux secrets :
L’absurdité de cette recherche
du bien être absolu
recherche de Don Quichotte
Mais
Comment le dire
À l’adulte-enfant qui se tient la tête
à la femme qui ne reconnaitra jamais le chemin de sa chambre
À l’homme qui souffre à chaque vouloir
et celle ou ce qui n’ose toucher un objet avant absolution
oui, tu peux, oui, tu peux prendre le feutre jaune !
tu aimes le jaune ?
il, elle ne sait pas
il, elle n’aime que ce qui autorisé d’aimer
Dans le jeu des fauteuils
se perd l’esprit humain
à la recherche
de l’enfant abandonné
on entend le cri des blessures
les fêlures
de ceux qui attendent
encore
et encore
la comptine du soir
le sein de la mère
la main du père
Dans le jeu des fauteuils
jouent a cache- cache
les souvenirs
autour
de nos ombres trop frêles.
Back to top
Marjane
Bipote Turquoise

Offline

Joined: 07 Jun 2011
Posts: 110

PostPosted: Fri 23 Sep 2011 - 15:42    Post subject: Textes de bipolaires Reply with quote

ça c'est mon tout premier poème, alors on ne se moque pas   Mr. Green






Le moine joyeux.




Ton sourire est un mystère 
Que cachait cet air joyeux 
Tes frères retournés à la terre 
Ou sont les larmes dans tes yeux


Est-ce la foi qui t'as sauvé  
De la peur, de la colère légitime  
Moine, quel est le secret 
Pour ne pas être une victime 


Parfois j'en rage, je me dis
Ce n'est qu'un illuminé 
Il faut savoir tourner la page
Et ne plus jamais y penser
Back to top
why
Bipote Turquoise

Offline

Joined: 28 Sep 2007
Posts: 277

PostPosted: Sat 24 Sep 2011 - 09:23    Post subject: Textes de bipolaires Reply with quote

Mon phare (suite )

Depuis que j'ai quitté mon phare
De plus en plus épais se fait le brouillard.
Ma vieille barque n'était pas préparée,
Et contre les flots elle s'est abîmée.

Au loin j'entrevois une semblant de côte,
Mais je comprend qu'il s'agit d'un mirage.
Je pensais partir pour un simple voyage
La terre est exigente pour mériter d'en être son hôte.

Me voilà maintenant partie en croisière,
Avec de nombreuses escales, des choix,
Chacune réservant ses peines et ses joies,
Une chose est certaine plus rien n'est comme hier.

J'ai pris un cap, une direction,
Il me faudra faire attention
Heureusement le garde côte veille
Près de moi durant mon sommeil.
Back to top
why
Bipote Turquoise

Offline

Joined: 28 Sep 2007
Posts: 277

PostPosted: Sat 24 Sep 2011 - 09:28    Post subject: Textes de bipolaires Reply with quote

Une si jeune feuille


Comme une feuille accrochée à sa branche,
Qui ne tombe pas mais qui souvent flanche
Elle redoute le vent, son pire ennemi,
Toujours plus violent,elle fremie.

Elle crains le jour de la tempête, si violente,
Que cette, si fragile, feuille deviendra volante
Alors le vent l'emportera où bon lui semble
Elle sera alors piétinée, elle tremble

N'étant plus accrochée à sa branche signe de vie,
Plus rien ne pouvant la raviver, elle perdra la vie.
Pourtant cette feuille venait juste de prendre naissance,
N'ayant pas eu le temps  de connaitre le mot "existence".
Back to top
fontaine
Bipote Diamant

Offline

Joined: 03 Mar 2008
Posts: 2,386

PostPosted: Sun 2 Oct 2011 - 16:00    Post subject: nuit blanche à paris Reply with quote


Il y a des gens

Il y a des gens seuls

Il y a des gens amoureux

Des gens le soir à paris

A table le verre à la main

Plein d’amis

Il y a des gens qui ne s’arrêtent jamais

Il y a des gens de passages

Ils vont de rue en rue, vite.

Des touristes accrochés à leurs appareils à souvenirs automatiques

Des femmes accrochées à leurs troisième œil numérique

Parce qu’elles ne voient pas tout du tout, et c’est comme une faille dans l’iris

Il y a des hommes aux chaussures d’hommes à 380 euros

Il y a des hommes  aux chaussures à 10 euros

Il y les filles de Barbés

Les filles de st Honoré

La noblesse de l’acrylique, parfois

L’arrogance de la soie, souvent

Il y a les faibles

Il y a les forts

Il y a que l’argent

Ne quitte pas

Du berceau au cercueil

Par hasard

Et des enterrements de troisième classe

Il a des gens qui chutent

Et des ascensions

Il y a des ouvriers qui ont des accidents de travail

Et chôment au bout de 6 mois d’arrêt

Il y a des gens qui dorment  sous la maison des artistes

Dans la crasse et le rien

Sauf la lumière de ce bâtiment

Pour qui l’art n’est rien

Mais la lumière une protection

contre les coups.

Il y les enfants nés les poings serrés

Il y a la petite fille qui pleure tout le temps

Il y a les beaux que l’on embrasse la nuit sans connaitre

Il y a les laids que l’on fuit la nuit le jour sans connaitre

Il y a cet homme mort à 40 ans sans jamais avoir connu la force

Il y a cet homme que j’ai aimé

Il y a que la force n’intéresse pas

Il y a ceux qui ont la rage

La rage de vivre

La rage de se détruire

La rage est une bave sur une lèvre rouge

Que l’on embrasse et que l’on attrape

La rage est une maladie vénérienne

Il y a les feux de Bangales

Il y a les psychotropes

Il y a l’essence de lavande

Et la cocaïne

Il y la raison

Il y a la faiblesse

Il y a la main

La peau douce sous la main

Le soleil sur la peau

Ou la glace en hivers

Les oies qui fuient les nuages

Les moineaux gelés en hivers

Le sapin émeraude, l’érable pourpre d’automne

Il ya le jour

Il ya la nuit

Il a y des gens dans la nuit

Des gens sans jour

La vie comme un labyrinthe sans dieux

Picasso et le minotaure

Cocteau et Heurtebize

Il y a la beauté

Sur des murs

brève comme le geste

dans ce monde autoritaire et

shooté tout ensemble.
Back to top
fontaine
Bipote Diamant

Offline

Joined: 03 Mar 2008
Posts: 2,386

PostPosted: Sun 2 Oct 2011 - 16:42    Post subject: a des amis suite, nuit blanche a paris, l'art du vide Reply with quote


Clown ou fou

Artiste ou clown

Fou ou mort

Le triste fait peur

Le fou pitié

Le clown un automate  

Le monde déconne

A lire Closer

Il est fermé

Donne la morale

La moral est un signe de perdition intellectuelle

D’absence de perception

Quand le monde

Devient un monde de juge

Il faut aller ailleurs…

Sur la mer par exemple

L’insubmersible des incertitudes

Sommes-nous des Titaniques ?

Sommes-nous des icebergs ?

Ou un glaçon dans un verre de chardonnay ?

Nous sommes des artistes

Pas des animaux de foire

Notre sang pourrait couler sur nos toiles

Mais nous sommes trop pauvres ou trop faibles

à l’heure des douleurs nous jouons à l’économie

Avec nos pots d’acryliques

Et notre encre qui pleure

Très bien à notre place

Là  ou là

Nous sommes des peigneurs

Comme on dit des pingouins

Pas des inadaptés

Faut dire que je connais peu d’adapté à l’existence

A par quelques menteurs et quelques tartuffes

Seulement il devrait y avoir des monuments aux morts

Pour les inconnus tout court

Et ceux qui ne cesseront de chercher le berceau

Dans une maison abandonnée

Et  pleine de ronces

Qu’aucun prince n’embrassa

Il devrait y avoir des œuvres pour ceux que l’amour ne touchera jamais

Il devrait y avoir des aquariums à nénuphars

Remplis exclusivement de nos larmes

Afin qu’enfin la douleur fleurisse.

L’art c’est de l’esthétique et surtout de la coquetterie.

L’excès de poudre, de rouge à lèvre, de colliers, de parfum pour cacher

Le berceau qui flotte entre les nénuphars

L’excès comme forme de manifestation

Je n’est pas vous

C’était l’art ou la folie

Non

C’est l’art et la folie

Ce sont des dieux

Que l’on ne choisit pas

Ils vous trouvent

Comme un chien errant sur un chemin de pierre

Nous sommes des artistes qui pleurons les baisers

Le parfum des mures

Le gout des ronces

Le trou exactement là

La tache, l’ombre sur notre tête

Notre trou noir

Nos mains qui tiennent la tache

Retient le vide

Et toujours

La douleur

Et

Toujours

Les oiseaux noirs

Qui rappellent

La destinée mortelle

De l’homme qui peins.
Back to top
fontaine
Bipote Diamant

Offline

Joined: 03 Mar 2008
Posts: 2,386

PostPosted: Sat 8 Oct 2011 - 09:58    Post subject: des nouvelles de cléves Reply with quote


La princesse de Clèves de tant de sentiments confus

Nos cœurs comme des ronces

L’amour

Le rouge : le sang que donnent les épines à la peau

La princesse de Clèves fut enfermée dans un palais blanc

Pour ne savoir jamais

qui aimer

 

Dans le palais poussé des tomates

Anormales

Qu’arrosait

Un idiot

épileptique

pour une tomate c’est beaucoup d’effort d’être schizophrène

c’est beaucoup d’effort

pour elles seulement

c’est le désavantage

d’être sélectionnées

 

Pour nous les infantes d’Espagne ou d’ailleurs

pour les enfants

les femmes et les hommes

perdus aux milieux des périphériques, des boites vocales, des villes nouvelles

L’esprit se retourne comme une soupe

 

Entre les murs

l’ombre et la lumière

parfois nous ne distinguions point

l’horizon

sans être aveugle

notre main contre les pierres des murs.

 

ces murs lépreux qui ont tant enfermés

des cœurs

qui ne voyaient plus le soleil

alors même

nos yeux ouverts

alors

les mains dans la glaise

ils firent des visages

des visages

des yeux

des nez

des bouches

qui ressemblaient

extraordinairement

à ceux que l’on voyait

se promenant

insouciant

de l’autre coté

de l’autre cotés des murs.

 

 
Back to top
fontaine
Bipote Diamant

Offline

Joined: 03 Mar 2008
Posts: 2,386

PostPosted: Wed 12 Oct 2011 - 09:11    Post subject: Textes de bipolaires Reply with quote


Quand on est dictateur

C’est pour l’amour

Pour être aimer unanimement

Par le monde entier

Faudrait être fou

Forcement

Pour contrarier

L’amour

De l’homme qui pense

Pour ceux qui ne savent pas penser

Bien

L’amour

C’est connu

Depuis l’inquisition éternelle

C’est châtier un peu

Tordre quelques membres

Par-ci, par-là…

Pour redresser les sentiments

Mais les sentiments sont rebelles

Du moins

Ce que prétendent les femmes

Enfin certaines

Parfois certains

Les rebelles

Un amoureux éconduit ne peut comprendre

Alors

Pour ne pas voir

Ni entendre

Ils disent

Ils sont fous

C’est vrai que nous ne maitrisons pas toujours notre petit cœur

Ou nos sensations timides

Comme un enfant qui se cachent des grandes personnes

La méfiance des grands

Comme la grâce se méfie de la force

Comme quelques inconscients des psychiatres

A fleur de peau

Et le vent sur la peau

Est libre, variable et infini

 

C’est dur d’être dictateur

Et de ne pas sentir le vent

Glisser entre ses mains.
Back to top
Display posts from previous:   
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    Le forum des bipotes Forum Index ->
Espace détente
-> Artistique.
All times are GMT + 2 Hours
Goto page: <  1, 2, 3, 411, 12, 13  >
Page 3 of 13

 
Jump to:  

Index | Create a forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Wikipédia | Psychomedia | Troubles-bipolaires.com | phpBB © 2001, 2005 phpBB Group